Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maximilien Kolbe : un saint religieusement incorrect ?

IMPRIMER

9782262028688FS.gifPhilippe Maxence, le rédacteur en chef du bimensuel catholique « L’Homme Nouveau », a publié, en 2011, une biographie du Père Maximilien Kolbe. Jean Cochet avait saisi la circonstance pour  écrire, dans l’édition du 13 juillet 2011 du journal « Présent », cette réflexion (im)pertinente :

« Politiquement incorrects, tous les saints le sont par nature, d’une certaine manière. Mais, après le souffle ou « l’esprit » de Vatican II, certains sont maintenant perçus comme tels plus que d’autres, jusqu’à apparaître « religieusement incorrects » ! Parmi eux, ceux qui sont aujourd’hui pour ainsi dire « empêchés » de béatification, comme Pie XII ou Isabelle la catholique. Ou bien ceux qui ont été malgré tout béatifiés ou canonisés, comme Charles de Foucauld ou Maximilien Kolbe dont Philippe Maxence vient de réaliser une biographie fort éclairante à cet égard chez Perrin.

Si le bienheureux Charles de Foucauld voulait convertir les musulmans avec l’appui séculier notamment de la colonisation française, saint Maximilien Kolbe, lui, voulait convertir les francs-maçons avec les moyens modernes du journalisme. Deux saints dont le « prosélytisme » n’est plus trop dans l’air du temps ! Deux témoins (trop ?) zélés pour répandre leur foi et qui mourront tous deux en « martyrs de la charité ».

Mais l’enquête sur la vie et la mort de Charles de Foucauld ayant montré qu’il n’était pas mort, à strictement parler, en haine de la foi (même s’il est mort de mort violente et en victime de sa charité pour ses frères) ce sont pourtant les termes de « confesseur de la foi » qui conviennent à sa béatification par Benoît XVI (le 13 novembre 2005). Tandis que pour Maximilien Kolbe (condamné également sans haine ostensible de la foi) Jean-Paul II obtiendra (contre l’avis des membres de la commission d’enquête en vue de la canonisation) qu’on le fasse passer de « confesseur de la foi », selon les termes de sa béatification par Paul VI (le 17 octobre 1971), à « martyr », pour sa canonisation (le 10 octobre 1982 par Jean-Paul II lui-même). Selon André Frossard, auteur de 'N’oubliez pas l’amour; la passion de Maximilien Kolbe' (Robert Laffont, 1987) : « Il n’y a pas d’autre exemple, au catalogue des saints, d’un changement de catégorie d’une étape à l’autre d’une canonisation. »

Et c’est justement ce changement qui a « troublé certains membres de l’Eglise catholique », note sobrement Philippe Maxence. La sainteté flagrante du martyr de l’amour, similaire à celle de Charles de Foucauld ou à celle des moines de Thibérine, ne permettrait-elle pas ainsi d’esquiver le problème de la différence, précisément, qu’il pourrait y avoir entre la confession de la foi par les uns hier (Kolbe et Foucauld) et les autres aujourd’hui (les martyrs de Thibérine) ?

Le but de la chevalerie spirituelle que lancera le saint franciscain sous le nom de la Milice de l’Immaculée était sans équivoque : « Chercher la conversion des pécheurs, hérétiques, schismatiques, juifs, etc., et particulièrement des francs-maçons ; et la sanctification de tous sous la direction et par l’intermédiaire de la Bienheureuse Vierge Marie Immaculée. »

Pour y aider, il fondera un journal destiné à en diffuser l’esprit (tiré à un million d’exemplaire en 1938 !). En 1927, il bâtit un couvent près de Varsovie, où vivront près de 800 religieux, et qui abritera une maison d’édition et une station de radio, toutes deux vouées à promouvoir la vénération de la Vierge. Ardemment missionnaire, il cherchera à « exporter » cette extraordinaire Cité de l’Immaculée (Niepokalanow) ailleurs, allant fonder notamment au Japon.

Philippe Maxence commente : « Propagande. Le mot est lâché. Maximilien Kolbe fut aussi un propagandiste de la foi catholique, n’hésitant pas à lancer revues et journaux, bâtissant même un couvent-imprimerie afin d’amplifier son travail d’apostolat par la presse. A une époque plongée à la fois dans le relativisme, que Pierre Manent appelle un “nihilisme light”, et le terrorisme sous prétexte religieux, la figure du père Maximilien Kolbe surprend et dérange (…). Elle dérange par la certitude de la véracité de cette foi, de son souci constant de la transmettre, de convaincre, de persuader et de sauver l’autre. Cette figure possède tout du croisé, et pourtant le père Kolbe ne toucha jamais une arme ni ne commit jamais d’acte de violence en une époque qui plongea avec une sorte de délectation morose dans la destruction de soi. »

A l’approche d’« Assise III », cette figure polonaise (dotée en outre d’un patriotisme tout aussi zélé) détonne quelque peu, comme celle, au reste, de Charles de Foucauld. Ce qui a donné un sens à leur vie et à leur mort est-il globalement assumé par la pastorale post-conciliaire du dialogue interreligieux ? Certains qui louent évidemment leur mort héroïque ne seraient-ils pas enclins aujourd’hui à juger paradoxalement leur vie un peu « trop catholique » selon la sentence nazie qui a condamné le bienheureux Marcel Callo ? Qu’en dit l’herméneutique de la continuité, au-delà la réponse classique des paradoxes du christianisme ? Des questions que pose implicitement la très dense et percutante biographie de Philippe Maxence, remarquable par son explication conjoncturelle des événements de l’époque et sa description minutieuse de l’itinéraire spirituel du P. Kolbe ».

Commentaires

  • St. Maximilien Kolbe est ouvertement critiqué dans certains cercles contestataires notamment ceux proches de la "Théologie du Pluralisme" qui conteste l'arrogance chrétienne d'affirmer le Christ comme seul Sauveur et Médiateur. Pour eux, le missionnaire doit se limiter à faire de l'humanitaire mais surtout pas annoncer l'Evangile de manière explicite.

    Les évangéliques, eux, farouchement christocentriques, n'ont pas ces scrupules et voilà pourquoi ils ont le vent en poupe...

  • Et les témoins de Jéhovah qui frappent régulièrement à nos portes pour nous parler de la Bible, doit-on également les considérer comme de "dangereux propagandistes" ?

  • Il y a une sociologie de la canonisation, dont les "modèles" peuvent varier, selon les lieux et les époques. Les saints sont, espérons-le, beaucoup plus nombreux au paradis que les canonisés.

  • D'où tenez-vous l'information que "le bienheureux Charles de Foucauld voulait convertir les musulmans avec l’appui séculier notamment de la colonisation française" ?
    C'est là une des légendes qui court sur cet homme hors du commun ; celle-ci est le fait d'idéologues de bords opposés : nationalistes algériens et nostalgiques de l'Algérie française.
    Il faut revenir aux écrits et à la vie de Foucauld, lire les travaux des historiens de formation et de métier (le père J-F Six et le professeur H. Didier).

  • « Belgicatho » n’épouse pas toutes les opinions des articles qu’il cite !

    Quoi qu’il en soit, que le Bx Père de Foucauld ait souhaité « convertir les musulmans avec l’appui séculier notamment de la colonisation française » ne me paraît pas a priori scandaleux. Il ne faut pas tomber dans l’anachronisme. Par ailleurs l’ « appui séculier » ce n’est pas nécessairement le « bras séculier » de la Saint Inquisition…

    J’ai moi-même vécu, jusqu’en 1960, toute ma jeunesse au Congo où l’Etat belge accordait une aide bienveillante aux missions (comme il le fait encore de nos jours en Belgique pour les religions qu’il reconnaît) Mais ceci est sans doute difficile à comprendre par les tenants d’une République laïque, lesquels sans doute ne manquaient pas non plus dans l’Algérie des années 1900.

    Qu’il y ait un souci de prosélytisme chez le Père de Foucauld me paraît naturel pour un croyant convaincu et qu’il relie sa foi à son patriotisme, est une tournure d’esprit bien française.

    J’ai lu ceci dans une lettre qu’il adresse au romancier René Bazin le 29 juillet 1916 (l’année de son assassinat) : « Si nous n'avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens. Il ne s'agit pas de les convertir en un jour ni par force mais tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, oeuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime."

  • Il y a discussion; pour plus d'infos,voici 2 positions sur la question : http://www.gric.asso.fr/spip.php?article283

    et

    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/jafr_0399-0346_1997_num_67_2_1139

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel