Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Grand rassemblement pour la famille à Madrid

    IMPRIMER

    C'est sur Radio Vatican

    "Madrid a renoué avec le climat des JMJ, vendredi, le temps d’un rassemblement pour la défense de la famille, le 5° du genre, à l’occasion de la fête de la Sainte Famille de Nazareth. Dans un message aux participants, Benoît XVI souligne que la famille est un trésor qui doit être protégé et valorisé jour après jour. Les catholiques espagnols espèrent que le nouveau gouvernement revienne sur les réformes des socialistes légalisant le mariage homosexuel et assouplissant le divorce et l’IVG.

    Une grande fête de la foi, en plein cœur de Madrid, rythmée par des chants et des témoignages, un moment de joie et d’action de grâce pour le don de la vie et de la famille. Temps fort de ce rassemblement : la messe en plein air, retransmise sur 3 écrans géants, concélébrée par le cardinal Rouco Varela, archevêque de Madrid avec des dizaines d’évêques venus de toute l’Espagne mais aussi d’autres pays du vieux continent. Des dizaines de milliers de personnes y ont assisté : des couples, des enfants, des grands-parents, des lycéens…. espagnols, mais aussi brésiliens, français, italiens…...

    Dans son message lu par l’archevêque de Madrid, le Pape exhorte les familles à se laisser guider par l’Eglise, à ne pas céder aux pressions qui menacent ce trésor. Il insiste sur l’importance primordiale de la famille notamment en matière d’éducation. Pour Benoît XVI, cette dimension pourra recevoir un nouvel élan au cours de l’Année de la foi, à partir d’octobre 2012. Enfin, le Pape ne manque pas dans son message de s’adresser aux jeunes pour qu’ils défendent la dignité authentique de la famille. Des prières ont été dites pour les couples mariés qui doivent vivre séparés pour des raisons de travail et pour que les grands-parents et les personnes âgées ne soient jamais privés de l'affection de leurs familles."

  • Paris-Match et la succession de Benoît XVI ou quand les chacals salivent prématurément

    IMPRIMER

    Le "Salon Beige" titre : Papophobie : Paris-Match à la manoeuvre

    La note de Michel Janva s'appuie sur un article de Jean Madiran dans Présent de samedi.

    "Jean Madiran s'en prend au dernier dossier de Paris Match sur... la succession de Benoît XVI :

    "Comme cadeau de Noël, le magazine hebdomadaire Prurit-Match, dont on connaît le poids en raison de son importance numérique, a offert à Benoît XVI l’annonce charmante que « sa succession est ouverte ». L’article est de l’insolente hirondelle Catherine Panzoni. Elle a recueilli les confidences du cardinal Scolange, qu’elle présente déjà comme un papabile « aussi incontournable que prestigieux ». [...]

    « Le nouveau pape », écrit Catherine Panzoni, « devra remotiver les jeunes », car « en cinq ans les vocations ont vertigineusement diminué ». C’est une contre-vérité : ce n’est pas en cinq ans. C’est depuis cinquante ans et même depuis soixante-dix. Car c’est depuis le Concile et même depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais il faut éviter que l’on s’en aperçoive : on risquerait de remonter aux vraies causes !

    L’article de Prurit-Match ne consacre aux vocations en chute qu’une demi-phrase ; et comme si l’on ne pouvait plus rien attendre d’« un pape de 84 ans », il passe directement à une liste des problèmes qui seront ceux du « nouveau pape » :

    « Il lui faudra se prononcer sur les unions des homosexuels, la bioéthique, le recours au préservatif dans certains cas, les divorcés remariés souhaitant communier, le célibat des prêtres, la consécration d’hommes mariés, l’euthanasie. Autre sujet essentiel : la gestion du gouvernement dans l’Eglise. Doit-elle être toujours aussi pyramidale, avec l’autorité souveraine de l’évêque de Rome, ou plus collégiale ? » La liste est bien faite. C’est celle des préoccupations qui agitent les élites intellectuellement pourries du catholicisme universitaire, publicitaire, médiatique et carriériste. [...]

    Une telle accumulation de remarques malveillantes sur un pape artificiellement présenté comme isolé et inactif signifie simplement que les clans progressistes s’estiment insuffisamment écoutés par Benoît XVI. Il n’est pas étonnant que leur insatisfaction s’exprime méchamment dans un magazine connu pour son ignorance méprisante à l’égard de l’Eglise. Il est cependant significatif que ce soit une plume catholique ayant ses entrées un peu partout au Vat’ qui se trouve à la manœuvre [...] C’est une nouvelle fois le signe annonciateur d’une tempête. Mais qui, cette fois aussi, pourrait bien avorter.

    Michel Janva"

    Voir également la note figurant sur le site "Benoît-et-moi". Nous profitons de l'occasion pour féliciter notre amie qui anime ce site de façon si dynamique pour le million de visites enregistrées durant l'année écoulée.

  • Quand Henri Tincq dénonce le confusionnisme en matière de religion...

    IMPRIMER

    Henri Tincq est un chroniqueur religieux connu dont les positions ont souvent été assez éloignées de celles que nous défendons sur ce blog. Il dénonce avec justesse la confusion entretenue dans l'opinion publique

    Extrait :

    "Raison de plus pour déplorer la confusion actuelle des esprits à propos des religions. Comme si celles-ci formaient un tout. Comme s'il ne fallait pas établir clairement des distinctions liées à leur nature, à leur histoire, à leurs dogmes. Le mot «religion» est devenu un mot passe-partout, un drapeau qui sert à couvrir toutes les marchandises, les plus belles et les plus odieuses, les plus édifiantes et les plus belliqueuses. Cette inflation de références brouille les esprits, sert à masquer soit l'ignorance, soit parfois la volonté de nuire..."

    Lire ici l'article complet : http://www.slate.fr

  • Quand la Libre milite pour la libéralisation de l'avortement en Irlande

    IMPRIMER

    Les temps changent. La Libre (jadis Libre Belgique) est un excellent thermomètre des variations de l'opinion et de l'évolution des milieux "conservateurs" vers un conformisme libéral dans le domaine des moeurs. Un indice nous en est encore donné aujourd'hui avec un article de Carole Le Goff qui relaie complaisamment les revendications de l’Ifpa (Irish Familly Planning Association), "une organisation qui vient en aide aux adolescentes et femmes aux grossesses compliquées". Il faut entendre par là une association qui permet aux femmes de se débarrasser de l'enfant qu'elles attendent par le recours à l'avortement. Et de dénoncer les restrictions de la loi irlandaise qui "ne facilitent pas le travail des centres d’aide aux femmes enceintes". Curieuse conception de l'aide aux femmes enceintes qui consiste à leur proposer l'IVG! Mais, réjouissons-nous, les choses évoluent dans la bonne direction avec une pratique de plus en plus large de la "prévention", entendez par là le recours à la contraception : "Les Irlandais peuvent par exemple désormais se procurer des préservatifs sans prescription, et donc en dehors des pharmacies. Cette année-ci a marqué la légalisation de la pilule du lendemain. Elle est accessible sans prescription médicale dans les pharmacies depuis janvier dernier." Comme s'il s'agissait de "prévention" alors que chacun sait que la mentalité contraceptive débouche automatiquement sur une mentalité abortive qui procède de la même logique. La conclusion de cet article est claire : "Les Irlandais sont donc prêts à évoluer, mais le sont-ils assez pour légaliser l’avortement ? Pour Niall Dehan (président de l'IFPA), la réponse est oui. "Toutes les affaires liées à l’avortement nous donnent une mauvaise image à l’étranger. Tout ça va changer dans les années à venir. Depuis ces vingt dernières années, les mentalités ont évolué. La période de l’Irlande ultra-conservatrice est révolue et nous allons bientôt en ressentir les effets."

  • Au commencement était le Verbe...

    IMPRIMER

    L'un des mérites de la célébration de la messe avant la réforme consistait à nous remettre chaque jour en présence du mystère de l'Incarnation par la lecture du prologue de l'Evangile de Jean. Le comput des années tourne; nous voilà bientôt en 2012 mais, comme le rappelle la devise des chartreux, la Croix se dresse tandis que le monde tourne. Le mystère de l'Incarnation est l'axe définitif de ce monde changeant dont les variations ne devraient pas nous ébranler.

    Cet évangile est précisément l'évangile de ce 31 décembre :

    Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,1-18.

    Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
    Il était au commencement auprès de Dieu.
    Par lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans lui.
    En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;
    la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée.
    Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean.
    Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
    Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.
    Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.
    Il était dans le monde, lui par qui le monde s'était fait, mais le monde ne l'a pas reconnu.
    Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu.
    Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu.
    Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu.
    Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.
    Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « Voici celui dont j'ai dit : Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi, car avant moi il était. »
    Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce :
    après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
    Dieu, personne ne l'a jamais vu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c'est lui qui a conduit à le connaître.

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

  • Grande-Bretagne : le recours à la F.I.V. stimule la pratique de l'avortement

    IMPRIMER

    C'est ce que souligne Jeanne Smits sur son blog : L'avortement sélectif à la hausse au Royaume-Uni :

    "On connaissait la tendance, la voici confirmée par des chiffres officiels : en Grande-Bretagne, le nombre de femmes ayant choisi d'avorter un ou plusieurs de leurs enfants à naître lors d'une grossesse multiple, pour donner naissance à un ou plusieurs survivants, est en forte hausse. Elles étaient 59 en 2006, 85 en 2010 – année au cours de laquelle 101 enfants à naître ont été avortés de cette manière puisque certaines femmes ont fait supprimer deux ou plusieurs fœtus..."

    Lire la suite ici : leblogdejeannesmits

  • 1er janvier : "Journée mondiale de la paix", le message du pape

    IMPRIMER

    Message de Benoît XVI pour la Journée mondiale de la Paix 2012

    « Eduquer les jeunes à la justice et à la paix » c’est le thème de ce Message de Benoît XVI pour la Journée mondiale de la Paix, le 1er janvier 2012, qui a été publié par le Vatican. (Source : www.zenit.org)

    ÉDUQUER LES JEUNES À LA JUSTICE ET À LA PAIX

    1. Le début d’une nouvelle année, don de Dieu à l’humanité, m’incite à adresser à tous, avec grande confiance et affection, un message spécial de vœux pour ce temps qui est devant nous, afin qu’il soit marqué concrètement par la justice et par la paix.
    Avec quelle attitude allons-nous envisager la nouvelle année? Dans le Psaume 130, nous trouvons une très belle image. Le psalmiste dit que l’homme de foi attend le Seigneur « plus que les veilleurs l’aurore » (v. 6), il l’attend avec une ferme espérance, parce qu’il sait qu’elle apportera lumière, miséricorde, salut. Cette attente naît de l’expérience du peuple élu, qui reconnaît que Dieu l’éduque à regarder le monde tel qu’il est en vérité et à ne pas se laisser abattre par les tribulations. Je vous invite à considérer l’année 2012 avec cette attitude confiante. Il est vrai qu’au cours de l’année qui s’achève, le sentiment de frustration suscité par la crise qui frappe la société, le monde du travail et l’économie a augmenté; une crise dont les racines sont avant tout culturelles et anthropologiques. Il semble presque qu’une chape d’obscurité soit venue recouvrir notre temps et ne permette pas de voir avec clarté la lumière du jour. Dans cette obscurité, le cœur de l’homme ne cesse toutefois d’attendre l’aurore dont parle le psalmiste. Cette attente est particulièrement vive et visible chez les jeunes, et c’est pourquoi ma pensée va vers eux en considérant la contribution qu’ils peuvent et doivent offrir à la société.

    Lire la suite

  • Saint Sylvestre, un pape du 4e siècle

    IMPRIMER

    34065a38.jpgSource : missel.free.fr

    Sylvestre, fils du prêtre Rufin, était un romain, mais ses origines sont obscurcies par toutes sortes de légendes. Sa mère, Justa, confia son éducation au prêtre Cyrinus. Il n’est pas douteux qu’il s’est bien conduit pendant la persécution de Dioclétien (284-305), ce qui lui a valu le titre de « très glorieux. » Il pratiqua l'hospitalité avec le plus grand courage en hébergeant un chrétien d’Antioche, Timothée, qui après avoir fait beaucoup de conversions fut décapité sur l'ordre du préfet de la ville, Tarquinius ; Sylvestre emporta le corps du martyre et, avec le pape Miltiade, il l'ensevelit près du tombeau de saint Paul, dans le jardin d'une pieuse dame, Théona. Tarquinius fit alors arrêter Sylvestre, le somma de livrer les biens de Timothée et d'apostasier. Sylvestre refusa et fut envoyé en prison d’où il fut libéré après que Tarquinius se fut étranglé avec une arête de poisson. Le pape Miltiade l'ordonna prêtre.

    Lire la suite

  • Le martryrologe de l'année 2011

    IMPRIMER
    La Croix relaie l'information diffusée par l'Agence Fides :
    "26 prêtres, religieux ou agents pastoraux laïcs ont été tués en 2011

    Comme chaque année à pareille époque, l’agence missionnaire Fides, basée au Vatican, dresse le triste bilan du nombre de prêtres, religieux et laïcs catholiques assassinés à travers le monde en 2011. Dans un rapport publié le 30 décembre, elle indique ainsi que 26 agents pastoraux – dont 15 en Amérique latine, en majorité des prêtres – ont connu une mort violente au cours de l’année écoulée.

    Selon ses informations, 18 prêtres, quatre religieuses et quatre volontaires laïcs ont «perdu la vie de façon violente» en 2011. La plupart avaient entre 30 et 50 ans. Certains, explique Fides, ont été «victimes de la violence qu’ils combattaient» , d’autres ont été tués «lors de tentatives de vol ou lors de prises d’otages qui se sont mal terminées» , d’autres encore ont été «éliminés parce qu’au nom de Dieu ils répondaient à la haine par l’amour, au désespoir par l’espérance, à l’opposition violente par le dialogue, à l’injustice par le droit».

    Dans son rapport, Fides relève que l’Amérique latine est encore une fois le continent où la majeure partie des religieux et laïcs ont été assassinés. Ainsi, 13 prêtres et deux laïcs y ont trouvé la mort : en premier lieu en Colombie, mais aussi au Mexique, au Brésil, au Paraguay ainsi qu’au Nicaragua.

    Vient ensuite l’Afrique où deux prêtres, trois religieuses et un laïc ont été assassinés au Burundi, en République démocratique du Congo, au Sud-Soudan, en Tunisie et au Kenya. En Asie, deux prêtres, une religieuse et un laïc ont été tués en Inde et aux Philippines. En Europe, enfin, un prêtre espagnol a été tué par des voleurs.

    On comptait 25 prêtres, religieux ou laïcs catholiques tués en 2010, 37 en 2009 et 20 en 2008."

    Il ne semble pas que les victimes des attentats de Noël au Nigeria soient prises en compte dans ce bilan. Le chiffre des morts et des blessés lors de ces attentats s'élève au delà de 200.

  • Des voeux "triple A"

    IMPRIMER

    Tels sont les voeux adressés par Pasquin sur le site de "L'Homme Nouveau" et que nous laissons à votre méditation :

    "Ça à l'air d'être un vrai sujet, ce « triple A » ; le truc à ne pas rater cette année ! C'est visiblement ce qu'il faut se souhaiter en ce début d'année : « Bonne année, bonne santé, et surtout le triple A ! ». « Ah ben c'est sûr, quand le triple A va, tout va ».

    Personne ne sait exactement ce qu'est cette note ni ce qu'elle veut dire ; ce qu'on constate simplement c'est que ceux qui nous en causent sont plutôt du genre « Accumuler, Amasser, Accaparer ». Et, plus ils en parlent, plus nous pensons notre budget familial en « Aménageant, Ajustant, Ajournant ». Nous démarrons l'année plutôt « Assommés, Appauvris, Assombris ». Certains même, qui n'ont pas la grâce de se ressourcer « Adorant, Agenouillés, Apaisés » risquent fort d'être « Affaiblis, Abattus, Annihilés », voire pour les plus fragiles, « Avinés, Avilis, Anéantis ». Les politiques « Asservis, Arrogants, Autocrates », non contents de favoriser des « Actionnaires Avides d'Avoirs » en recapitalisant les banques avec notre argent, financent et subventionnent, toujours avec notre argent, par provocation, « Aversion, Aveuglement, Acharnement » des pièces de théâtre et autres représentations « Anti-Christ, A-culturelles et Artificielles ». « Aliénés à l'Assouvissement Aurifère », les « Amers Agioteurs Amoncellent » et détruisent l'économie nationale et familiale, et moquent la religion !

    Pourtant nous allons passer une bonne année, car nous avons aussi nos « triples A ».

    Nous vivrons heureux, même avec un peu « d'Abnégation, d'Ascétisme, d'Abstinence ». Nous vous souhaitons « Amitié, Accomplissement, Allégresse ». Soyons les uns pour les autres « Aimants, Attentifs, Attentionnés » et pour les plus faibles « Accessibles, Accueillants, Attendris ».

    Bonne année « triple A » !"

  • Se consacrer à la Sainte Famille

    IMPRIMER

    sainte_famille.jpgOn fête aujourd'hui la Sainte Famille, l'occasion rêvée de se consacrer à elle.

    Consécration à la Sainte Famille

    Auteur : Frère Marc (Fraternité de Tibériade)
    Sainte Famille de Nazareth,
    je me consacre à toi
    pour que tu me conduises à la Sainte Trinité.
    En elle, je renouvelle mon alliance d'amour
    et reçois le don de l'Esprit.

    Je me glisse dans votre très Sainte Famille
    pour aimer et enfanter l'Eglise.
    Avec vous, Joseph, Marie et Jésus,
    je désire cultiver la douceur, l'humilité,
    le pardon, la joie du service.
    Découvrir la force de la vie cachée
    et sa fécondité dans la patience du temps.

    Je me consacre à vous,
    pour être enfant de votre famille,
    recevoir Jésus comme frère,
    Toi Marie, comme maman,
    Et toi, Joseph, comme gardien.

    Votre proximité attire l'Esprit Saint.
    Je vous dépose ma famille
    pour qu'elle devienne un atelier de sainteté,
    une petite église domestique,
    un cénacle où le feu de l'Esprit nous embrase tous.

    Qu'une Pentecôte permanente éclaire notre maison
    et transfigure nos épreuves,
    qu'elle enflamme de douce charité notre quartier et notre paroisse.

    Marie, doux feu de charité,
    Joseph, gardien du foyer,
    Jésus, fleuve d'eau vive,
    je me donne à vous.

    Amen

  • Pédophilie : à quand la réponse appropriée ?

    IMPRIMER

    Une nouvelle affaire de pédophilie vient, une fois de plus, plomber le ciel de l’Eglise catholique de Belgique. Ces ecclésiastiques dévoyés qui ont abusé d’enfants innocents nous écœurent profondément. A chaque fois nous reviennent en mémoire les terribles paroles du Christ condamnant ceux qui scandalisent un seul de ces petits. Leurs crimes nous éclaboussent du fait que nous appartenons à la communauté catholique dont ils sont des représentants. Nous ne pouvons pas faire comme si cela ne nous touchait pas, nous ne pouvons pas nier ou minimiser ce scandale en recourant à des arguments qui en relativiseraient la gravité. Nous avons mal, à quoi bon le cacher, et cela nous donne envie de vomir ou de pleurer quand cela n’incite pas certains d’entre nous à quitter le bateau d’une Eglise à ce point compromise. Ces hommes d’Eglise ont commis le crime irréparable de violer l’innocence en même temps qu’ils offraient à nos adversaires les armes qui serviraient à nous déstabiliser et à nous discréditer. Suffit-il de proposer aux victimes des indemnités ? Nos évêques savent-ils à quel point nous sommes désemparés, exposés comme nous le sommes à la réprobation et à l’indignation générales ? Manquent-ils à ce point d’inspiration pour nous adresser un message à la hauteur de la situation et pour nous inviter à une mobilisation spirituelle qui réponde à l’ampleur de ce drame ? N'est-il pas temps de s’approprier le message adressé à l’Eglise d’Irlande par Benoît XVI :

    « Pour ma part, compte tenu de la gravité de ces fautes, et de la réponse souvent inadéquate qui leur a été réservée de la part des autorités ecclésiastiques dans votre pays, j'ai décidé d'écrire cette Lettre pastorale pour vous exprimer ma proximité et vous proposer un chemin de guérison, de renouveau et de réparation.

    En réalité, comme de nombreuses personnes dans votre pays l'ont observé, le problème de l'abus des mineurs n'est pas propre à l'Irlande, ni à l'Eglise. Toutefois, le devoir qui se présente désormais à vous est celui d'affronter le problème des abus qui ont lieu au sein de la communauté catholique irlandaise et de le faire avec courage et détermination. Personne ne peut imaginer que cette situation douloureuse sera résolue dans de brefs délais. Des progrès positifs ont été accomplis, mais il reste encore beaucoup à faire. La persévérance et la prière sont nécessaires, ainsi qu'une grande confiance dans la force de guérison de la grâce de Dieu.

    Dans le même temps, je dois également exprimer ma conviction que, pour se reprendre de cette blessure douloureuse, l'Eglise qui est en Irlande doit en premier lieu reconnaître devant le Seigneur et devant les autres, les graves péchés commis contre des enfants sans défense. Une telle reconnaissance, accompagnée par une douleur sincère pour les préjudices portés à ces victimes et à leurs familles, doit conduire à un effort concerté afin d'assurer la protection des enfants contre de tels crimes à l'avenir.

    Tandis que vous affrontez les défis de ce moment, je vous demande de vous rappeler du «rocher d'où l'on vous a taillés» (Is 51, 1). Réfléchissez aux contributions généreuses, souvent héroïques, offertes à l'Eglise et à l'humanité tout entière par les générations passées d'hommes et de femmes irlandais, et faites en sorte que cela constitue un élan pour un examen de conscience honnête et un programme de renouveau ecclésial et personnel convaincu. Je prie pour que, assistée par l'intercession de ses nombreux saints et purifiée par la pénitence, l'Eglise en Irlande surmonte la crise présente et redevienne un témoin convaincu de la vérité et de la bonté de Dieu tout-puissant, manifestées dans son Fils Jésus Christ. »

    (Lire ou relire l’entièreté de cette lettre ici : http://www.vatican.va/)

    On nous dit que nos évêques sont « groggy » à la suite de toutes ces révélations et que cela les rend muets. Nous sommes en attente de tout autre chose. Nous sommes en attente de messages forts et qu’un chemin de guérison, de renouveau et de réparation nous soit proposé. Dès que possible car il y a plus qu’une urgence.