Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bénédiction Urbi et même Orbi de François: un autre style

    IMPRIMER


    Messe de Pâques et bénédiction urbi et orbi du... par euronews-fr

  • L'amour a vaincu, la miséricorde a vaincu !

    IMPRIMER

    LA MISERICORDE DE DIEU PEUT AUSSI FAIRE FLEURIR LA TERRE LA PLUS ARIDE

    Cité du Vatican, 31 mars 2013 (VIS). Aujourd'hui, jour de Pâques, le Pape François s’est adressé, depuis la loggia centrale de la basilique St.Pierre, aux fidèles réunis sur la Place et à tous ceux qui suivaient l’évènement par la radio, la télévision ou d’autres moyens de communication, et a prononcé son message :

    "Chers frères et sœurs de Rome et du monde entier, bonne fête de Pâques! Bonne fête de Pâques! C’est une grande joie pour moi de pouvoir vous faire cette annonce: le Christ est ressuscité! Je voudrais qu’elle arrive dans chaque maison, dans chaque famille, spécialement là où il y a plus de souffrance, dans les hôpitaux, dans les prisons… Surtout je voudrais qu’elle atteigne tous les cœurs, parce que c’est là que Dieu veut semer cette Bonne Nouvelle: Jésus est ressuscité, c‘est l’espérance pour toi, tu n’es plus sous la domination du péché, du mal! L’amour a vaincu, la miséricorde a vaincu! La miséricorde l’emporte toujours!

    Lire la suite

  • Pâques 2013

    IMPRIMER

    3091_7502261583-copie-1.jpgA la Messe de la Vigile pascale 2013 :Dom Jean Pateau, Abbé de Notre-Dame de Fontgombault se place sous le signe de l’encyclique « Spe Salvi » : "La foi n'est pas seulement une tension personnelle vers les biens qui doivent venir, mais qui sont encore absents; elle nous donne quelque chose.

    Elle nous donne déjà maintenant quelque chose de la réalité attendue, et la réalité présente constitue pour nous une « preuve » des biens que nous ne voyons pas encore.

    Elle attire l'avenir dans le présent, au point que le premier n'est plus le pur « pas-encore ». Le fait que cet avenir existe change le présent; le présent est touché par la réalité future, et ainsi les biens à venir se déversent sur les biens présents et les biens présents sur les biens à venir. "  (Benoît XVI  SPE SALVI )

     

      Chers Frères et Sœurs, mes très chers Fils,

    La lumière a jailli au milieu des ténèbres, le Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité. Cette annonce que les femmes ont portée aux apôtres est au fondement de notre foi : « Si le Christ n’est pas ressuscité, dit saint Paul, vaine est notre foi. » (1 Co 15, 17)

    Un jour, cette vérité qui dépasse les limites de notre esprit laissé à ses propres forces, pour lequel un homme mort ne peut pas ressusciter, a touché notre cœur. Par la force d’en haut nous avons fait confiance à Dieu qui se révèle, et ainsi nous avons connu des vérités sur Dieu qu’il n’est pas donné à l’homme de connaître naturellement.

    La foi se trouve donc au centre d’un combat qui se livre en nous. D’un côté, il y a le mode naturel de connaissance de l’être humain, qui part du sensible, de ce que nous voyons, de ce que nous touchons, de ce que nous sentons, de ce que nous entendons, de ce que nous goûtons. Dieu, lui, a le “défaut” de n’être pas sensible. La foi se heurte ainsi au naturalisme, doctrine qui affirme que la nature n’a pas d’autre cause qu’elle-même et que rien n’existe en dehors d’elle. Si nous ne soutenons pas cet enseignement, une forme diminuée du naturalisme, le naturalisme pratique, n’a-t-il pas sa place dans notre cœur ?  

    Nous croyons en Dieu, mais au fond nous vivons comme si Dieu n’existait pas.

    Lire la suite

  • Le pape : nous avons peur des surprises de Dieu...

    IMPRIMER

    Homélie du pape lors de la Vigile pascale (Saint-Pierre 30/3/2013)

    Chers frères et sœurs,
    Dans l’évangile de cette nuit lumineuse de la Vigile pascale, nous rencontrons en premier les femmes qui se rendent au tombeau de Jésus avec les aromates pour oindre son corps (cf. Lc 24,1-3). Elles viennent pour accomplir un geste de compassion, d’affection, d’amour, un geste traditionnel envers une personne chère défunte, comme nous le faisons nous aussi. Elles avaient suivi Jésus, l’avaient écouté, s’étaient senties comprises dans leur dignité et l’avaient accompagné jusqu’à la fin, sur le Calvaire, et au moment de la déposition de la croix. Nous pouvons imaginer leurs sentiments tandis qu’elles vont au tombeau : une certaine tristesse, le chagrin parce que Jésus les avait quittées, il était mort, son histoire était terminée. Maintenant on revenait à la vie d’avant. Cependant dans les femmes persistait l’amour, et c’est l’amour envers Jésus qui les avait poussées à se rendre au tombeau. 

    Mais à ce point il se passe quelque chose de totalement inattendu, de nouveau, qui bouleverse leur cœur et leurs programmes et bouleversera leur vie : elles voient la pierre enlevée du tombeau, elles s’approchent, et ne trouvent pas le corps du Seigneur. C’est un fait qui les laisse hésitantes, perplexes, pleines de questions : « Que s’est-il passé ? », « Quel sens tout cela a-t-il ? » (cf. Lc 24,4). Cela ne nous arrive-t-il pas peut-être aussi à nous quand quelque chose de vraiment nouveau arrive dans la succession quotidienne des faits ? Nous nous arrêtons, nous ne comprenons pas, nous ne savons pas comment l’affronter. La nouveauté souvent nous fait peur, aussi la nouveauté que Dieu nous apporte, la nouveauté que Dieu nous demande. Nous sommes comme les Apôtres de l’Évangile : nous préférons souvent garder nos sécurités, nous arrêter sur une tombe, à la pensée pour un défunt, qui à la fin vit seulement dans le souvenir de l’histoire comme les grand personnages du passé. Nous avons peur des surprises de Dieu ; nous avons peur des surprises de Dieu ! Il nous surprend toujours !

    Lire la suite

  • Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?

    IMPRIMER

    tombea10.jpgHomélie pour la fête de Pâques (homelies.fr - archive 2010)

    Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, se rendent au sépulcre pour embaumer le Corps de leur Maître. Une surprise de taille les attend : la dépouille mortelle du Seigneur a disparu du tombeau, dont la pierre est roulée sur le côté ! Leur désarroi est total. Brusquement, alors que tout est encore ténèbres autour d’elles et dans leur cœur, deux messagers divins au vêtement éblouissant se présentent à elles, chargés d’orienter leur recherche : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? » S’Il est vivant, alors il est clair qu’« Il n’est pas ici » : les vivants n’habitent pas les tombeaux. Mais comment peut-Il être vivant, Lui dont la dépouille mortelle a bel et bien été déposée dans ce sépulcre ? La réponse résonne comme un coup de trompette : « "Il est ressuscité" comme Il l’avait annoncé ; ne vous avait-Il pas par trois fois prévenu : "Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’Il soit crucifié et que, le troisième jour, Il ressuscite" ? »

    Aujourd’hui encore, c’est la Parole de Jésus qui doit orienter notre quête ; c’est elle qui nous fait pressentir que l’absence apparente du Seigneur, annonce un autre mode de présence, qu’il s’agit de discerner à la lumière de la foi.

    Mission accomplie, les anges disparaissent. Mues par une folle espérance, « Marie Madeleine, Jeanne et Marie mère de Jacques ainsi que les autres femmes qui les accompagnaient » courent partager leur expérience bouleversante, dont à vrai dire, elles ne mesurent pas encore la portée. Mais les Apôtres ne prêtent guère crédit à leurs propos qui leur semblent délirant, et qu’ils mettent sur le compte de la difficulté de ces femmes à faire le deuil de leur espérance. Pierre cependant est bouleversé par leur récit ; il veut en avoir le cœur net et court au tombeau, où il ne découvre que le linceul. Le corps a donc effectivement disparu. Bouleversé, Pierre ne rejoint pas ses compagnons, mais « retourne chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé ». Il n’a pas encore la foi, mais lui aussi se met en chemin : il rentre à l’intérieur de lui-même pour faire à son tour l’exercice d’anamnèse que les Anges ont demandé aux femmes. Il se prépare ainsi à la rencontre avec le Ressuscité (Lc 24, 34), qui sera le fondement de la foi de l’Eglise.

    Tel fut le chemin des femmes, des apôtres, et de toutes les générations de croyants tout au long de l’histoire ; tel est aussi le chemin que nous avons pris en cette nuit sainte. C’est parce que nous avons longuement écouté la Parole des prophètes qui nous annonçaient la venue du Messie, que nous avons pu reconnaître la présence du Ressuscité au creux de son apparente absence.

    Oui le Christ est ressuscité : Il est vivant ici maintenant, au milieu de nous. Puisse-t-Il nous renouveler dans notre foi, notre espérance et notre charité, afin de pouvoir discerner les signes de sa présence dans notre vie quotidienne. Nous pourrons alors être témoin par toute notre vie de la Bonne Nouvelle : Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité, alléluia !

    Père Joseph-Marie

  • Christos anesti !

    IMPRIMER

    Orthodox Music, Divna Ljubojevic - ♫ Hristos Anesti ♫

  • Il a surgi de la mort ! Alleluia !

    IMPRIMER

    Lire la suite

  • USA : quand la Cour Suprême débat du mariage gay

    IMPRIMER
    Friday-Fax-Header-French.jpg
    Mariage gay : Invocation de droits étrangers devant la Cour Suprême
    WASHINGTON DC, 29 mars (C-FAM) L’audience publique s’est déroulée cette semaine devant la Cour Suprême des Etats-Unis dans une affaire concernant le mariage homosexuel. Quelques douzaines de tierces interventions très intéressantes ont été déposées par les partisans comme par les adversaires sur la question.

     

    Les américains débattent souvent de la question de la prise en compte par leur Cour Suprême du droit étranger ou des jugements des institutions judiciaires étrangères dans des affaires internes. Ces dernières années, la Cour Suprême a cité des jugements étrangers à plusieurs reprises, en particulier dans le jugement Lawrence v. Texas, qui constitutionalisait la sodomie par les homosexuels. Ce fut aussi le cas du jugement Roper v. Simmons, qui jugeait anticonstitutionnelle la peine de mort pour les mineurs.

    Les juges conservateurs, Antonin Scalia et Clarence Thomas, ont exprimé par le passé leur désaccord avec cette pratique, et les nouveaux juges John Roberts et Samuel Alito ont déclaré au Sénat américain qu’ils s’y s’opposeraient.

    Lire la suite

  • Malte, une île où l'on torture

    IMPRIMER
    Friday-Fax-Header-French.jpgLa protection de la vie-à-naître à Malte qualifiée de “torture”
    NEW YORK, 29 mars (C-FAM) La petite île de Malte est la dernière cible des experts Européens, qui l’accusent de violation des droits de l’homme devant l’institution onusienne de Genève. Son crime impardonnable : protéger la vie de l’enfant in utero.

     

    La Commission internationale des juristes (ICJ), une organisation de défense des droits humains peuplée d’avocats, vient de soumettre un rapport au Conseil des droits de l’homme où elle accuse Malte de mettre inutilement la vie des femmes en danger par sa législation protégeant la vie humaine. Leur base légale est très contestable.

    Le rapport se penche principalement sur les problèmes d’immigration qui touchent l’île à cause de sa proximité avec de nombreux ports d’Afrique. Mais la ICJ en profite pour attaquer Malte pour son refus de reconnaître l’avortement « pour des raisons de santé », ce qu’elle qualifie de violation du droit à la santé, et de forme de torture.

    Lire la suite

  • La parole par laquelle Dieu a répondu au mal du monde

    IMPRIMER

    Du pape, à la fin du chemin de croix au Colisée :

    "Chers frères et sœurs, je vous remercie d’avoir participé nombreux à ce moment d’intense prière. Et je remercie aussi tous ceux qui se sont unis à nous par les moyens de communication, spécialement les personnes malades et les personnes âgées. Je ne veux pas ajouter beaucoup de paroles. En cette nuit une seule parole doit demeurer, c’est la Croix elle-même. La Croix de Jésus est la Parole par laquelle Dieu a répondu au mal du monde. Parfois il nous semble que Dieu ne répond pas au mal, qu’il demeure silencieux. En réalité Dieu a parlé, a répondu, et sa réponse est la Croix du Christ: une Parole qui est amour, miséricorde, pardon. Elle est aussi jugement: Dieu nous juge en nous aimant. Rappelons nous cela: Dieu nous juge en nous aimant. Si j’accueille son amour je suis sauvé, si je le refuse je suis condamné, non par lui, mais par moi-même, parce que Dieu ne condamne pas, lui aime et sauve seulement. Chers frères et sœurs, la parole de la Croix est aussi la réponse des chrétiens au mal qui continue à agir en nous et autour de nous. Les chrétiens doivent répondre au mal par le bien, en prenant sur eux la croix, comme Jésus. Ce soir nous avons entendu le témoignage de nos frères du Liban: ce sont eux qui ont composé ces belles méditations et prières. Nous les remercions de tout cœur pour ce service et surtout pour le témoignage qu’ils nous donnent. Nous l’avons vu quand le Pape Benoît est allé au Liban: nous avons vu la beauté et la force de la communion des chrétiens de cette Terre et de l’amitié de tant de nos frères musulmans et de beaucoup d’autres. Ce fut un signe pour le Moyen Orie nt et pour le monde entier: un signe d’espérance. Alors continuons ce chemin de croix dans la vie de tous les jours! Marchons ensemble sur le chemin de la Croix, marchons en portant dans le cœur cette parole d’amour et de pardon. Marchons en attendant la Résurrection de Jésus qui nous aime tant. Il est tout amour!"

  • Vendredi-Saint : chemin de croix public dans les rues de Liège

    IMPRIMER

    Ce vendredi 29 mars 2013, seconde édition du chemin de croix public commémorant la Passion du Christ dans les rues de Liège (de l’église Saint-Pholien en Outremeuse à la Cathédrale Saint-Paul). Moins de monde sans doute que l’an dernier. Les chiffres estimés varient entre 800 (selon l’évêché) et 1.000 (selon la RTBF!) fidèles. Cette moindre affluence s’explique aisément par la température hivernale et il faut saluer le courage des participants (les lumignons distribués à la foule étaient les bienvenus dans les mains frigorifiées) à cette marche d’une heure trente conduite, au son des tambours et des crécelles, par un clergé (en aubes et étoles rouges) auquel s’était joint l’évêque (sans habit liturgique). Comme l’an dernier, beaucoup de gentillesse et de bavardages, ponctués par la récitation du Pater et de l’Ave Maria aux quatre « stations » prévues: autour du Perron liégeois, devant le Palais des Princes-Evêques, face à l’Opéra et autour de la Vierge de Delcour (images à l’appui, un petit dépliant invitait chacun à  méditer les autres en silence). Et tous furent heureux, la nuit tombée, de s’engouffrer dans la cathédrale pour l’office des présanctifiés, que présida Mgr Jousten. Mentionnons spécialement la piété de l’assistance à l’office et la qualité des chants, sobres et appropriés (chant grégorien, psalmodies à deux voix, motets du répertoire classique a voce sola) du chœur de Saint-Paul.

  • Interview pascale de Mgr Léonard, primat de Belgique

    IMPRIMER

    C’est dans  « La Libre » : un entretien avec Bruno d’Otreppe. Un peu de tout. Nous y apprenons notamment que l’archevêque s’impliquera à l’avenir (comme il le fit en 2011)  dans la  marche pour la vie organisée chaque année à Bruxelles (aucun membre de l’épiscopat belge ne s’y est montré le 24 mars) parce que, appuie-t-il, c’est « une très très bonne initiative » : elle «fait partie de la vocation des chrétiens ( et pas seulement des chrétiens) de souligner que même si une loi existe en matière de légalisation de l'avortement, cela reste un mauvais choix ».  À cet égard aussi, le primat de Belgique tient  à saluer la capacité de notre grand pays voisin, la France, « à se mobiliser non pas pour demander une augmentation de salaire ou pour s'opposer à une loi qui les prive directement, mais de se réunir positivement pour soutenir la famille et la vérité du mariage entre un homme et une femme » et il conclut : « je salue le courage et la persévérance de ces personnes qui continuent à exercer leur pouvoir de citoyen. ».

     Est-ce à ce genre de mobilisation qu’appelle le nouveau pape pour réévangéliser le monde ? L’archevêque nuance sa réponse : « Quand l'Église raisonne et parle sur ces questions-là, elle le fait toujours en terme de droit naturel, en termes philosophiques, et non pas d'abord pour soutenir des choix exclusivement chrétiens. Cela dit, la nouvelle évangélisation est très importante ».

    N’y a-t-il donc rien qui vaille dans la société contemporaine, que le pape Bergoglio a déjà qualifiée de « société de caprices d’adolescents » ? Pour tempérer ce regard sévère, Mgr Léonard cite la sécurité sociale où il voit « une très belle incarnation de la doctrine sociale de l'Église »  et il commente : « cela me parait un acquis très très beau pour nos pays d'Europe occidentale. Et quand on voit comment ce combat est difficile pour Barack Obama qui, aux États-Unis, essaye d'obtenir quelque chose de comparable, on se dit qu'il faut veiller à préserver cet acquis ». Peut-être, mais ce satisfecit accordé à une sécurité sociale qui, entre autres, n’hésite pas, en Europe ou aux Etats-Unis (sous le gouvernement de M. Obama), à transgresser la morale naturelle et à violer la liberté des consciences mérite tout de même, à notre sens, quelques bémols…

    Le nouveau pape désire une Eglise pauvre pour les pauvres. Qu’en pense l’archevêque ?  « (…) je pense que l'Église est très proche des réalités de son époque. Évidemment, nous ne faisons pas de la publicité pour que l'on parle de nous. Nous agissons discrètement. Le but est d'être proche des pauvres, pas de travailler à notre image. Jésus lui-même a dit "que votre main gauche ignore ce que donne votre main droite".

    Et qu’attendre finalement du pape récemment élu ? » Monseigneur  « constate que son arrivée provoque beaucoup d'allégresse et de joie. On sent qu'il y a quelque chose qui se passe. Les gens ont été fort touchés par la manière simple, humble, courageuse dont Benoit XVI a pris sa décision de se retirer. Aujourd'hui, ils apprécient la simplicité et la spontanéité toute particulière de François.  Maintenant, on a eu surtout affaire jusqu'ici à des gestes qui ont eu une portée symbolique. On attend de voir comment notre nouveau pape s'y prendra pour gérer la curie romaine, qui il va nommer,... On analysera la politique qu'il mettra en œuvre, les orientations qu'il prendra sur le plan doctrinal, ce qu'il mettra en évidence. C'est trop tôt pour faire des supputations… L' archevêque nous prévient : « Je ne suis pas de ceux qui pensent que la curie est parsemée de rivalités, cela me parait être du roman. Mais il doit y avoir une meilleure coordination entre les dicastères de la curie (NdlR: les ministères de l'Église). François doit veiller à cela pour qu'il y ait une action plus unifiée, une meilleure collaboration. Mais c'est au pape de voir. Il percevra mieux que nous quels seront les besoins ».

     Lire tout l’article ici :Monseigneur Léonard: Avec François, "on sent qu'il y a quelque chose qui se passe"