Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Et Dieu, dans tout cela ?

    IMPRIMER

    De Céline Bouckaert dans le « Le Vif/L’Express »  de ce 30 avril :

    "Le repos dominical date du siècle passé" a déclaré le bourgmestre d’Anvers Bart De Wever à une centaine de manifestants venus exprimer leur mécontentement suite à la suppression du repos dominical :

    Bart De Wever © Belga

    La ville d’Anvers a reçu l’autorisation ministérielle de faire reconnaître le centre historique comme zone touristique. Grâce à cette reconnaissance, les commerces de cette zone pourront ouvrir leurs portes tous les jours de la semaine, y compris le dimanche. Selon les partisans de la mesure, les indépendants verront leurs bénéfices augmenter et les touristes auront l’occasion de faire du shopping le dimanche.

    Une grande partie du personnel des commerces anversois s’oppose à la suppression du repos dominical. Ils n’ont aucune envie de sacrifier un jour de week-end traditionnellement consacré à la famille et aux amis.

    Interrogé par le quotidien De Morgen, le sociologue Ignace Glorieux souligne également l’importance du repos dominical. "C’est une pause obligatoire dans la semaine. Les magasins sont fermés, la circulation diminue fortement et tout semble se ralentir. (…) Paradoxalement, les limitations imposées par le dimanche nous procurent davantage de liberté. Sans repos dominical, nous serions encore plus stressés". 

    Réf. Bart De Wever : "Le repos dominical date du siècle passé". Et l’historien Bart De Wever du précédent ? JPSC

  • Pas de délégation officielle belge à la canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II : la Belgique passe à côté de l’Histoire !

    IMPRIMER

    Lu ce commentaire sur « CathoVox » (Extrait) :

    « Aucune délégation officielle belge ne s’est rendue à la canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II alors que de nombreux états y étaient officiellement représentés, dont la France qui se proclame pourtant très laïque.
    Que le gouvernement belge ne souhaite pas prendre part à une célébration religieuse, n’est pas choquant, ce n’est pas son rôle. En effet, une canonisation est en premier chef un événement religieux. L’Eglise catholique reconnaît ainsi publiquement qu’un de ses fidèles a suivi le Christ avec amour et constance dans toutes les petites choses de sa vie. Qu’il a vécu de l’Amour de Dieu, qu’il a été témoin de l’Espérance du Christ mort et ressuscité pour sauver toute l’humanité. En proclamant officiellement « saint » un homme ou une femme, l’Eglise donne ainsi son témoignage en exemple à tout le peuple des fidèles. Cet exemple indique concrètement que vivre du message d’amour de Jésus est possible, en vaut la peine et rend heureux.

    En même temps, la canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II  est bien plus qu’un événement religieux, c’est un évènement historique et planétaire et à ce titre une représentation officielle se justifie tout à fait (…). »

    Voir ici : Pas de délégation officielle belge à la canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II : la Belgique passe à côté de l’Histoire !

    Je ne vois pas pourquoi l’Etat belge sortirait de son rôle en participant à un acte religieux considéré comme  tel. C’est d’ailleurs ce qu’il fait, en corps constitués, lors des  « Te Deum » d’action de grâce que la Nation adresse à Dieu chaque année.  Les religions sont, pour notre droit,  une dimension reconnue de la personne humaine, privée ou publique, individuelle ou collective, y compris celle de l’Etat.

    L’Etat belge n’est pas "laïc" en ce sens qu’il serait porteur de valeurs "publiques" transcendant les religions "privées", ni obligatoirement agnostique devant le phénomène religieux : la laïcité est assimilée, par la loi, aux cultes reconnus, en tant que philosophie du « libre examen ».  Parler de séparation de l’Eglise et de l’Etat serait aussi inapproprié, si l’on entend par là qu’ils n’ont rien à voir ensemble. 

    Les dispositions constitutionnelles et légales organisent plutôt une certaine indépendance dans le respect mutuel. Et même un peu plus : à ce titre, on peut citer, la rémunération par l’Etat des ministres des cultes reconnus et divers privilèges ou contraintes connexes, la répression pénale propre aux désordres et outrages touchant à l’exercice ou aux objets du culte, à la personne de ses ministres ou à leur habit officiel ; l’organisation de préséances protocolaires ou diplomatiques; les honneurs civils et militaires rendus lors de certaines cérémonies religieuses officielles, comme le « Te Deum », mais aussi les poursuites pénales spécifiques contre les ministres du culte qui attaqueraient « directement » un acte de l’autorité publique ou célébreraient le mariage religieux des époux avant leur mariage civil.

    On comprend ainsi pourquoi la neutralité des pouvoirs publics n’est pas mentionnée, comme telle, dans la constitution, même si certains la déduisent de l’interdiction des discriminations et du principe d’égalité qui y sont inscrits. Face à la pluralité des religions, cette neutralité est, pour le moins, toute relative puisque l’Etat (et à sa suite les autres pouvoirs publics) soutient le libre développement des activités religieuses et apporte son aide et sa protection aux sept cultes (laïcité comprise) qu’il reconnaît, parmi lesquels – primus inter pares – le catholicisme romain. Il faut donc, à tout le moins, parler d’une neutralité « positive ». JPSC

  • Pape François : la fiction plus forte que la réalité ?

    IMPRIMER

    D’Andrea Gagliarduccihttp://www.mondayvatican.com traduit sur le site Benoît et moi  (extraits) :

    media_xll_5683690.jpgDans sa dernière rencontre avec le clergé romain, Benoît XVI a parlé d'un « Concile Vatican II des médias et du véritable Concile Vatican II», se plaignant que les médias voulaient fixer l'agenda des pères conciliaires. Aujourd'hui quelque chose de semblable se produit encore, à l'égard de la papauté de François. On pourrait parler d'une papauté selon les médias et d'une papauté réelle. D'un côté, il y a le pape François (photo), qui poursuit la mission de l'Eglise, ayant même comme conseiller secret de confiance le pape émérite Benoît XVI. De l'autre côté, se tient le pontificat de François tel que les médias le dépeignent. Des médias qui exploitent chaque lacune d'information pour construire une image du pontificat qui va bien au-delà de tout ce que François a dit ou fait. L'agenda des médias pour l'Eglise est surtout axé sur deux thèmes: la question des divorcés remariés, et la réforme de la Curie (ndt: pour le moment, et en attendant plus!). 

    Divorcés remariés 

    (…) Il semble évident qu'il existe un programme pour changer la praxis de l'Eglise sur des questions comme celle de la communion pour les divorcés remariés. Les résultats des deux prochains synodes d'évêques (le synode extraordinaire de 2014 et le synode ordinaire de 2015) qui traiteront des questions de la famille sont attendus avec beaucoup d'anticipation. Le Pape François ne prendra pas position avant ces deux rencontres. Tout le monde est impatient de savoir ce qu'il décidera. 

    De nombreuses attentes ont été placées sur le pontificat de François. Le Pape François avait été décrit comme l'homme qui rompt avec le passé afin de mener l'Eglise dans la modernité. Il était (et est toujours) défini en opposition à Benoît XVI. Comme si l'Eglise avait commencé à changer sous le pontificat de François. En fait, l'Eglise n'a pas changé. Les vérités de la foi sont restées les mêmes. Peut-être que la seule chose qui a changé, c'est l'approche. Et c'est surtout une question de style. 

    Le Pape François exerce une papauté informelle. Les appels téléphoniques qu'il fait constamment, les interviewes non programmées qu'il continue à accorder (la plus récente avec un évêque qui est allé chez le pape pour une visite ad limina, et qui a ensuite diffusé le contenu de sa conversation sur une chaîne de télévision chilienne) doivent être considérés comme les visites pastorales d'un pape qui ne peut quitter le Vatican aussi souvent qu'il le souhaite. 

    Cependant, rendre public le contenu des appels téléphoniques et des rencontres, sans contrôle adéquat du message par avance, ou un "tuyau" des services de communication du Vatican, comporte des périls. 

    Le plus grand risque est que les paroles du Pape François soient manipulées. François aime à parler en termes généraux, en laissant les discussions ouvertes: cela fait partie de son style. On a dit que le cardinal Jorge Mario Bergoglio était fortement opposé à la loi sur le mariage gay en Argentine. Mais des sources d'Argentine maintiennent qu'il n'a vraiment pas pris de position ferme. Les membres de la Conférence des évêques d'Argentine ont dû le convaincre qu'en tant que président de la Conférence, il devait prendre une position ferme. Donc, il a signé une déclaration, mais il n'a jamais abordé la question dans sa prédication ou fait des remarques publiques. Sa position est avant tout celle d'un «fils de l'Église», comme il l'a dit à des journalistes lors de la conférence de presse dans l'avion en revenant des Journées mondiales de la Jeunesse à Rio de Janeiro. 

    Les paroles du Pape semblent indiquer qu'il ne changera pas la doctrine pour ce qui concerne les divorcés remariés. Plutôt, il veut signaler sa proximité à ceux, divorcés et remariés

    La réforme de la Curie 

    (…) Comme ce fut le cas avec la question des divorcés remariés, la discussion sur la réforme Curie risque également de suivre un agenda fixé par les médias (…). Tandis que le pape François persiste dans sa sollicitude pastorale, publique et en même temps indépendante, dehors, il y a tout un monde dont le but est de prescrire la façon de moderniser et de réformer l'Eglise. En fin de compte, le côté informel du pape François permet à beaucoup de se cacher derrière la «mens Papalis» (la volonté du pape) pour faire pression en vue de changements dans la doctrine de l'Eglise. 

    De ce point de vue, au sein de l'Église, la coordination de la communication fait défaut. Certes, l'informalité du pape rend difficile de suivre tout ce qu'il dit et fait. Cette difficulté est l'une des raisons pour lesquelles la communication du Vatican semble incapable de protéger l'agenda de l'Eglise des pressions sur elle. En fait, le pape lui-même ne semble pas disposé à endiguer ces pressions. Selon des sources, interrogé sur l'appel téléphonique qu'il aurait passé à la femme argentine, le pape aurait répondu qu'«il est inacceptable de discuter de ce que je dis au téléphone.» 

    Tandis que les médias poussent à la réforme, le pape François a montré qu'il n'est pas révolutionnaire : l'Institut pour les œuvres religieuses (la banque du Vatican) est toujours là, et presque tous les chefs de dicastères du Vatican ont été maintenus à leurs postes. Le Pape a simplement remanié la composition de quelques congrégations. On a beaucoup dit que le pape François allait réduire les distinctions honorifiques ecclésiastiques. Mais le pape François n'a pas suivi cette voie, et a même fait évêque Mgr Fabio Fabene - le nouveau numéro deux du secrétariat général du synode. Le nombre de ministères est en augmentation.... Lorsque Jean-Paul II partait vers les périphéries, il y avait des gens comme Joseph Ratzinger, Paul Poupard et Roger Etchegaray qui faisaient tourner la machine de la Curie et surveillaient que chaque mot prononcé par le Pape était correctement rapporté et sa signification bien comprise. Aujourd'hui, qui constitue l'arrière-garde du pape François? Et seront-ils en mesure de s'échapper de la papauté selon les médias, pour projeter la papauté réelle?

    Réf. Pape François: La papauté selon les médias éclipse-t-elle la papauté réelle? Alors,  "Much Ado About Nothing" ? Wait and see...

    JPSC

  • Catherine de Sienne, co-patronne de l'Europe (29/4)

    IMPRIMER

    CatherinedeSienne1.pngDe BENOÎT XVI, lors de l'audience générale du mercredi 24 novembre  2010 :  

    Chers frères et sœurs,

    Je voudrais aujourd’hui vous parler d’une femme qui a eu un rôle éminent dans l’histoire de l’Eglise. Il s’agit de sainte Catherine de Sienne. Le siècle auquel elle vécut — le XIVe — fut une époque tourmentée pour la vie de l’Eglise et de tout le tissu social en Italie et en Europe. Toutefois, même dans les moments de grandes difficultés, le Seigneur ne cesse de bénir son peuple, suscitant des saints et des saintes qui secouent les esprits et les cœurs provoquant la conversion et le renouveau. Catherine est l’une de celles-ci et, aujourd’hui encore, elle nous parle et nous incite à marcher avec courage vers la sainteté pour être toujours plus pleinement disciples du Seigneur.

    Née à Sienne, en 1347, au sein d’une famille très nombreuse, elle mourut dans sa ville natale en 1380. A l’âge de 16 ans, poussée par une vision de saint Dominique, elle entra dans le Tiers Ordre dominicain, dans la branche féminine dite des Mantellate. En demeurant dans sa famille, elle confirma le vœu de virginité qu’elle avait fait en privé alors qu’elle était encore adolescente, et se consacra à la prière, à la pénitence et aux œuvres de charité, surtout au bénéfice des malades.

    Lorsque la renommée de sa sainteté se diffusa, elle fut protagoniste d’une intense activité de conseil spirituel à l’égard de toutes les catégories de personnes: nobles et hommes politiques, artistes et personnes du peuple, personnes consacrées, ecclésiastiques, y compris le Pape Grégoire XI qui à cette époque, résidait à Avignon, et que Catherine exhorta de façon énergique et efficace à revenir à Rome. Elle voyagea beaucoup pour solliciter la réforme intérieure de l’Eglise et pour favoriser la paix entre les Etats: c’est pour cette raison également, que le vénérable Jean-Paul II voulut la déclarer co-patronne de l’Europe: pour que le Vieux continent n’oublie jamais les racines chrétiennes qui sont à la base de son chemin et continue de puiser à l’Evangile les valeurs fondamentales qui assurent la justice et la concorde.

    Lire la suite

  • Sur Gènéthique.org... (28 avril)

    IMPRIMER

    Euthanasie: des pharmaciens Néerlandais refusent de délivrer les médicaments

     
    Bien que l'euthanasie soit légale aux Pays-Bas, des pharmaciens Néerlandais refusent de délivrer les médicaments létaux permettant de la réaliser. Selon Altijd Wat Monitor, un programme de télévision qui a mené l'enquête, ce refus ne serait pas nécessairement motivé par des motifs religieux. Certains pharmaciens s'y refusent [...] Lire la suite sur genethique.org

    Mexico: 12 avortements pour 15 naissances

     
    En 2009, l’Institut national des statistiques et de géographie (INEGI) fait état de 153 237 naissances dans la ville de Mexico, tandis que le Collège de Mexico et l’Institut du Guttmacher font état de 122 455 avortements sur la même période. [...] Lire la suite sur genethique.org
     

    Suisse: La fécondation in vitro en léger recul

     
    Depuis 1978, plus de cinq millions d'enfants sont nés par fécondation in vitro (FIV). En Suisse, c'est plus de 1600 enfants chaque année, soit près de deux naissances sur cent; un chiffre qui est aujourd'hui en léger recul après des années de forte augmentation. [...] Lire la suite sur genethique.org
     

    Un député russe s'oppose à tout commerce relatif à la GPA

     
    Yelena Mizulina, à la tête du Comité pour la famille, les femmes et les enfants et député de la Duma (Parlement russe) souhaite que la pratique visant à rémunérer les mères porteuses soit interdite. Elle souligne que rémunérer des femmes pour porter les enfants d'autres personnes est une pratique [...] Lire la suite sur genethique.org

  • Un "festival Jean-Paul II" sur Liberté Politique

    IMPRIMER

    Messe de canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII

    Messe de canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII

     

    par Denis Lensel le 18 avril 2014 dans Vie de l'Église
    Saint Jean-Paul II, pape libérateur  

    Saint Jean-Paul II, pape libérateur

    Le bienheureux Jean Paul II a été canonisé le 27 avril, dimanche de la Divine Miséricorde. Qui était ce robuste cardinal polonais qui bouscula les canons de l’ostpolitik ? Retour sur l’action du saint dans une Europe orientale toujours en proie aux troubles…

      Suite
    Le pape qui disait « je »  

    Le pape qui disait « je »

    25 avril 2014

    Rédigé par Paul Airiau
    dans Eglise et spiritualité

      Suite

     

    Démocratie et totalitarisme selon Jean Paul II  

    Démocratie et totalitarisme selon Jean Paul II

    25 avril 2014

    Rédigé par Guillaume de Thieulloy
    dans Église

      Suite

     

    L’écologie humaine et le contresens écologiste  

    L’écologie humaine et le contresens écologiste

    25 avril 2014

    Rédigé par Laurent Larcher
    dans Église

      Suite

     

    Le pape de la « matière »  

    Le pape de la « matière »

    25 avril 2014

    Rédigé par Thibaud Collin
    dans Eglise et spiritualité

      Suite

     

    Saint Jean Paul II, prophète du mariage et de la sexualité  

    Saint Jean Paul II, prophète du mariage et de la sexualité

    23 avril 2014

    Rédigé par Alex et Maud Lauriot-Prévost
    dans Eglise et spiritualité

      Suite

     

     

    "Stanislas." Le dernier poème de Karol Wojtyla

    25 avril 2014

    Rédigé par Karol Wojtyla
    dans Eglise et spiritualité

      Suite
  • Jean-Paul II, les Lumières et la liberté de conscience

    IMPRIMER

    JPII-AMsj-2_large (1).jpgEn marge de la canonisation du pape Wojtyla, un article du Père André Manaranche sj publié par le site « Liberté Politique » :

    « LA DONNE d’abord entre la raison et la foi. La raison se définissait elle-même par son étroitesse (« dans les limites de la simple raison ») et rejetait tout ce qui ne pou­vait entrer dans ce corset logique. Mais en devenant une « philosophie séparée », elle s’enflait en même temps qu’elle se mutilait. Alors la foi a humilié la raison comme étant un rationalisme prétentieux. Puis elle a fustigé cette raison pour la timidité de son agnosticisme. Ce qu’a fait Vatican I.

    Le retour de la raison

    Restait à Jean Paul II de réquisitionner tout l’apport culturel des sagesses pour venir au secours d’une mentalité libérale qui avait perdu — et même rejeté — tout repère objectif pour ne plus se fier qu’au consensuel ou au procédural. Le navire suivait alors non plus l’étoile polaire mais son fa­nal avant. Le pape défunt aura ainsi retourné l’argumentation en exaltant ce “paganisme” (Platon, Aristote, les stoïciens...) que la pastorale, elle, prenait comme une stupidi­té. Ceci en philosophie et aussi en morale, si l’on en juge par Veritatis splendor.

    Nous n’avons pas fini de réaliser ce renversement, nous les chrétiens et encore plus certains athées résolus qui n’ont pas dépassé l’athéisme du charbonnier ou l’athéisme du café du commerce, nous provoquant à reprendre une vieille apologétique devenue risible. En se fermant à la foi, la raison perd son dynamisme et sa noblesse : elle sous-raisonne, elle dé-raisonne ou bien elle arraisonne tout avec morgue.

    Jean Paul II — comme Édith Stein — auront dû, pour rendre possible la recherche de la vérité, changer de voie d’accès. Partis de la phénoménologie (Husserl, Max Scheler), avec une incursion dans la mystique (Jean de la Croix, Thérèse d’Avila), ils retrouveront en finale saint Thomas d’Aquin, mais avec une ouverture que n’auront pas forcément nos thomistes occidentaux.

    En morale familiale, Jean Paul II reprendra d’une autre manière les thèses de Paul VI, et son langage ne soulèvera pas le même chahut parce qu’il aura intégré la valeur de la sexualité humaine, cette valeur qui fonde l’exigence au lieu de l’abolir.

    L’amitié politique

    Ceci concerne du même coup la vie politique, que les Grecs ne dissociaient pas d’a­vec la vertu. Le mot « éthique » n’est pas confessionnel : il se trouve chez Aristote (en­tre autres), et ce n’est pas une invention de curés rétrogrades. Le lien de la société, c’est l’amitié politique (philia politikè) et non pas le conflit, ni le profit, ni le simple contrat.

    Le monde actuel a beau se dire libéral en s’opposant aux idéologies brune ou rouge, il devient vite, en congédiant les valeurs, ce que Jean Paul II appelait un « tota­litarisme sournois » ou une « démocratie creuse », et sa prétendue tolérance est en fait une intolérance. Ce qui est dit neutre ou laïc, c’est l’amoralité et l’athéisme, alors que ces deux choses fonctionnent d’une manière inquisitoriale. Il n’y a pas que le nazisme et le marxisme à être totalitaires, donc homicides. La « culture de mort » opère les mêmes dégâts, même s’ils sont moins spectaculaires.

    L’homme, route de l’Église

    La tâche commune à tous, c’est la défense de l’homme. Et « l’homme est la route fondamentale de l’Église », d’une Église « experte en humanité ». La nouvelle évangélisation n’est pas seulement religieuse : elle se joue au niveau de l’humanisme.

    Alors Jean Paul II redéfinit l’Église dans son être et dans sa tâche. Église et État ne sont plus deux « sociétés parfaites » juxtaposées et indépendantes, comme sous Léon XIII : le Christ est le « Récapitulateur » dont parlait Pie XI au début de son pontificat, et de ce fait, même s’il y a une certaine autonomie du temporel (Gaudium et Spes 36), ce n’est pas là un cloisonnement étanche.

    D’abord la foi a le devoir et le droit de s’inculturer à la société, au lieu de demeurer cachée dans des clubs sans se concréti­ser en rien. Le Christ n’est pas un gourou débarquant à Roissy avec son visa et sommé de demeurer « politiquement correct » sous peine — non pas d’être crucifié — mais d’être reconduit à la frontière. C’est ce passé de culture chrétienne que refusent bien des politiques — et de tout bord — afin que ce passé indéniable ne soit pas mentionné : c’est une erreur à tuer par le silence.

    Le droit de la conscience

    L’Église garde aussi le droit, sans pour autant sortir de son rôle, d’émettre un jugement sur des lois et des pratiques qui lèsent la justice élémentaire et la dignité humaine, car l’homme est son affaire. Elle est allée, avec Jean Paul II, jusqu’à demander l’objection de conscience du personnel médical en ce qui concerne l’avortement et l’euthanasie, objection qui ne devrait pas être pé­nalisée.

    Délaissant l’ostpolitik du cardinal Casaroli qui, pour des raisons bassement « pas­torales », faisait à l’adversaire d’insupportables concessions pour avoir la paix ou bé­néficier encore de quelques avantages, Jean Paul II a choisi délibérément le franc-parler et la prise en compte de la morale : justice et liberté. Et son attitude énergique a été payante. De même qu’au nom de la réconciliation ou de l’œcuménisme, il n’a pas consen­ti à pénaliser la partie fidèle, celle qui était demeurée dans le giron de l’Église ou celle qui demandait d’y revenir. Il a été franc du collier.

    Et tout cela se tient rigoureusement. Merci, Jean Paul II. » 

    Réf.Le pape qui a changé la donne

    « Qui suis-je pour juger ? ».  Prise dans l'absolu, la petite phrase du pape François qui fait maintenant le tour de la planète, est évidemment fausse.

     Dans son testament spirituel « Mémoire et Identité » (Flammarion , 2005, p. 162) Jean-Paul II a écrit : « La loi établie par l’homme a des limites précises que l’on ne peut franchir. Ce sont les limites fixées par la loi naturelle, par laquelle c’est Dieu lui-même qui protège les biens fondamentaux de l’homme ».  

    Reste qu’elles le sont allègrement, au nom de la liberté de conscience : celle de nier tout fondement objectif au bien et au mal : une attitude qui, quoi qu’on dise de la miséricorde, est intenable. Aucune société, humaine et a fortiori divine ne peut se passer de jugement. JPSC

  • A Rome ce week-end, Kiev a cherché reconnaissance et soutien

    IMPRIMER

    Selon Sébastien Maillard dans « La Croix » (extraits):

    Kiev-a-cherche-a-Rome-reconnaissance-et-soutien_article_main.jpg« Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a tiré de son audience de samedi 26 avril avec le pape une forme de reconnaissance. Et de son entretien avec son homologue italien, l’espoir d’un meilleur appui.

    Tous les chemins mènent à Rome, même pour le premier ministre ukrainien. La très vive tension dans l’est de son pays l’a obligé à regagner Kiev plus tôt que prévu, mais Arseni Iatseniouk, à la tête du gouvernement ukrainien depuis février dernier, est reparti satisfait. Son audience, samedi matin, accordée par le pape ­François, est ressentie par le nouveau et fragile pouvoir à Kiev comme une belle marque de reconnaissance (…).

     « Cette rencontre avec le pape est très importante vis-à-vis des Russes, à qui cela ne doit pas du tout plaire ! », commentait-on samedi dans le proche entourage d’Arseni ­Iatseniouk. Même s’il ne doute pas de sa propre légitimité, le gouvernement ukrainien est avide de cette reconnaissance internationale, considérée comme un précieux rempart contre « les provocations russes », telles « les violations » de son espace aérien.

    « Cela était naturel pour le premier ministre de venir », observe-t-on dans la diplomatie vaticane, rappelant la confession gréco-catholique d’Arseni Iatseniouk. Rejoignant, après ses entretiens au Saint-Siège, des membres de la communauté ukrainienne de Rome dans leur église Sainte-Sophie, le jeune premier ministre a prié avec eux, accompagné de chants liturgiques.(…)

    Il s’était auparavant recueilli devant un mur, sur lequel sont affichés les portraits des récents morts du Maïdan, la place centrale de Kiev. L’Église grecque-catholique ukrainienne, à laquelle appartiennent 14 % des Ukrainiens, s’est montrée très active durant les événements qui ont conduit à la fuite du président Ianoukovitch en février.

    « J’ai demandé au pape de prier pour l’Ukraine et pour le peuple ukrainien », a assuré Arseni Iatseniouk. « Mon entretien avec lui a été à la fois très spirituel et réaliste », a-t-il résumé. « Les diplomates du Saint-Siège nous ont beaucoup écoutés », ajoute son entourage, inquiet et irrité des initiatives russes jugées belliqueuses (…).

    Le nouveau pouvoir ukrainien mise sur la jeunesse du nouveau président du Conseil italien : « Renzi est de la même génération que notre premier ministre, fait-on valoir. Il n’entretient pas la même relation avec Poutine que ses aînés. »

    Une allusion à Silvio Berlusconi, très proche de Vladimir Poutine. Le président du Conseil italien avait notamment soutenu Moscou durant la guerre de 2008 avec la Géorgie. »

    Réf. Kiev a cherché à Rome reconnaissance et soutien

     JPSC

     

  • Pas de « barnum » pour la canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II

    IMPRIMER

    De Bosco d’Otreppe sur le site de « La Vie ». Extraits :

    Part-DV-DV1711256-1-1-1.jpg« La foule sur la place Saint-Pierre a le talent du silence. Devant la basilique, mais aussi sur les nombreuses places de Rome où des centaines de milliers de pèlerins (800.000 selon le Vatican) se sont rassemblés, l'évangile résonne dans un recueillement consciencieux. L'évangile, mais aussi ces quelques mots, prononcés par le pape sous les applaudissements de la foule :“Nous déclarons et définissons saints les bienheureux Jean XXIII et Jean Paul II”.

    Voici trois jours que cette foule sillonne Rome, et voici maintenant de nombreuses heures qu'elle a conquis de ses sacs de couchage les frontières du Vatican pour être au plus proche de l'autel et narguer le ciel lourd, bas et menaçant qui règne sur la ville. Pourtant, pas d'ennui général, pas d'attente impatiente : ici les heures deviennent prière et rencontre. Le Vatican a beau être photogénique, il n'en est pas qu'une simple scène de spectacle.

    “Deux hommes courageux”

    “Ils ont été des prêtres, des évêques, des papes du XXe siècle. Ils en ont connu les tragédies, mais n’en ont pas été écrasés. En eux, Dieu était plus fort.” Consciencieux également derrière sa feuille, François non plus ne se donne pas en spectacle. Comme il aime les écrire lors des messes importantes, son homélie reste sobre, sans grande hagiographie et sans aucune improvisation ; elle laisse toute sa place aux sacrements, revient sans cesse à l'évangile, et trouve dans les personnalités de Jean Paul II et Jean XXIII le moyen de le rapporter à notre époque.

     Lire ici le texte complet de l'homélie

     “Jean XXIII et Jean Paul II ont eu le courage de regarder les plaies de Jésus, de toucher ses mains blessées et son côté transpercé. Ils n’ont pas eu honte de la chair du Christ, ils ne se sont pas scandalisés de lui, de sa croix ; ils n’ont pas eu honte de la chair du frère, parce qu’en toute personne souffrante ils voyaient Jésus. Ils ont été deux hommes courageux, remplis de la liberté et du courage du Saint-Esprit, et ils ont rendu témoignage à l’Église et au monde de la bonté de Dieu, de sa miséricorde.” (...).

    C'est dans les pas de ceux-ci que François propose alors de mettre son pontificat et le chemin synodal qui s'y dessine autour de la famille. “ (...) Jean Paul II a été le Pape de la famille. Lui-même a dit un jour qu’il aurait voulu qu’on se souvienne de lui comme du Pape de la famille. Cela me plaît de le souligner alors que nous vivons un chemin synodal sur la famille et avec les familles, un chemin que, du Ciel, certainement, il accompagne et soutient. Que ces deux nouveaux saints Pasteurs du Peuple de Dieu intercèdent pour l’Église, afin que, durant ces deux années de chemin synodal, elle soit docile au Saint-Esprit dans son service pastoral de la famille.”

    Non loin de François, mais néanmoins parmi les cardinaux, un autre pape prie et chante discrètement. La présence de Benoit XVI, chaleureusement applaudie, aura illustré d'un caractère inédit (c'est la première fois dans l'histoire de l'Église qu'une messe aura été célébrée en présence de deux papes, l'un émérite et l'autre en exercice), cette matinée historique que François voulait en communion avec l'ensemble des croyants de toutes générations et de toutes régions. » 

    Réf. Jean XXIII et Jean Paul II unis dans une même sainteté

    Ce matin, à la seconde messe dominicale au Saint-Sacrement à Liège, c’était un peu la même tonalité : beaucoup de monde (toutes proportions gardées) en communion avec les canonisations romaines en cours, un prêche sur les vrais mérites de la sainteté et la liturgie paisible, pieuse et solennelle à la fois, les chants grégoriens alternés en choeur avec l’assemblée, l’orgue, le violoncelle, les gestes lents, la communion à genoux, les encensements : un univers sacral sans ostentation, à mille lieues de l’enflure mondaine des  eucharisties «festives» où des animateurs excitent l’assemblée à se célébrer elle-même. JPSC 

  • La crainte du Seigneur est bonne pour le coeur (2e dimanche de Pâques)

    IMPRIMER

    Craindre Dieu, c’est bon pour le coeur

    homélie du deuxième dimanche de Pâques par l'abbé Christophe Cossement (source)

    C’est toujours utile d’aller voir comment vivaient les premières communautés chrétiennes. Elles ont une fraîcheur de foi qui peut nous inspirer, et elles vivaient dans un contexte minoritaire qui ressemble au nôtre. Qu’apprenons-nous aujourd’hui des dispositions intérieures de ces chrétiens ? Que « la crainte de Dieu était dans tous les cœurs » (Ac 2,43). Les disciples avaient donc la crainte de Dieu. Ils n’en avaient pas du tout peur, car ils l’aimaient et ils savaient que Dieu les aimait. Mais ils savaient aussi que c’est l’amour d’un Dieu  : par un accessoire parmi d’autres mais quelque chose qui change tout le regard que l’on peut avoir sur sa propre vie. Une vie aimée par Dieu, c’est une vie toute différente, dans la mesure où Dieu compte plus que tout le reste. C’est cela, la crainte de Dieu, cette disposition intérieure par laquelle Dieu compte et son amour change tout.

    Si Dieu est Dieu, alors il n’y a pas ceux qui aiment Dieu ou ne l’aiment pas comme il y a ceux qui aiment ou pas le vin rouge ou le football. C’est autrement important de se positionner par rapport à Dieu que par rapport à n’importe quelle bonne chose de la vie. La portée du mot « Dieu » rend urgent de se questionner sérieusement par rapport à ce qu’il représente. Ce n’est pas raisonnable de dire à son sujet  : je ne sais pas, on verra bien… comme si toute la face du monde ne devait pas être changée si Dieu aime les hommes ou n’existe pas.

    Il n’y a pas de vie chrétienne sans la crainte du Seigneur. Sans elle il n’y a pas de joie à être disciple du Christ. Et il n’y a pas de disciple du tout, car craindre le Seigneur c’est reconnaître que ce n’est pas à moi à lui faire des reproches, que c’est plutôt lui qui m’apprend les chemins de la vie, tandis que moi je me laisse instruire.

    Pourtant il y a un problème, de taille  : Dieu, on ne le voit pas ! Les apôtres ont déjà buté là-dessus. C’est pour cela qu’il faut un moyen d’investigation approprié. Il s’appelle la foi. Cette foi que l’on voit naître dans le cœur des apôtres malgré l’incroyable de la nouvelle de la résurrection. La foi n’est pas un pari douteux, mais le moyen de connaître des choses que l’on ne voit pas, comme on peut vivre d’amour si l’on croit à l’amour de l’aimé. Quand je suis tenté de mettre Dieu en balance, la foi va me permettre de comprendre ce que je peux recevoir de lui et surtout d’en vivre.

    La crainte de Dieu, reconnaître et accepter que Dieu compte, quelle Lumière pour la vie ! Elle permet de détecter la présence de Dieu et d’y être sensible. Celui qui ne craint pas Dieu, Dieu ne va pas débarquer dans sa vie, se mettre devant la télé et dire  : et maintenant, c’est quand que tu crois en moi ? Alors, Seigneur, remplis-nous de cette crainte de toi qui rapproche le ciel de la terre !

  • Le sondage du « Figaro »

    IMPRIMER

    Lu sur le site web du Figaro cette question à ses lecteurs:

     Trouvez-vous normal que Manuel Valls aille à la canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII ?

     Résultat ce samedi 26 avril au soir :

      41022 Votants
     

     57% Oui   43% Non

    Imaginerait-on la question suivante posée par la « Libre Belgique » à ses bobos de lecteurs (et même aux autres) : trouveriez-vous normal qu’Elio Di Rupo aille à la canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII ? Pas une seule réponse. La morne plaine d'outre-Quiévrain n'est pas la France.

    JPSC

  • La Belgique contrôle-t-elle vraiment l'euthanasie ?

    IMPRIMER

    Au travers d'une instruction qui vise son président, la commission de contrôle de l'euthanasie est au coeur de plusieurs polémiques. Un billet de Bosco d’Otreppe fait le point  sur le site web de « La Vie » :

    « En Belgique, la loi dépénalisant l'euthanasie a été votée en mai 2002. Si elle semble être entrée dans les moeurs au point que ce cadre législatif ait été élargi sans trop de remous aux mineurs en février dernier, le contrôle de l'application de cette loi reste controversé.

    Cette semaine encore, le docteur Wim Distelmans, considéré comme favorable à l'euthanasie et même « pionnier » en la matière, est au cœur de plusieurs polémiques. Ce mercredi, une jeune femme de 20 ans a affirmé avoir porté plainte contre ce dernier relate l'agence Belga

    « Dans une interview accordée au magazine Dag Allemaaal, la jeune femme se demande comment sa mère qui "n'a jamais reçu de traitement pour soigner sa dépression, a pu bénéficier d'une euthanasie". Elle ajoute que cette dernière n'aurait jamais fait part de son envie de mourir. »

    Le docteur Distelmans, tout en précisant que toutes les exigences légales ont été respectées, se refuse à tout commentaire. De même qu'il ne préfère pas revenir sur un autre dossier plus ou moins semblable qui le concernait, surgi le 9 avril dernier dans la presse du pays.

    Une surveillance laxiste ?

    La polémique est cependant plus complexe et plus globale qu'elle n'en a l'air, car Wim Distelmans n'est autre que le président de la commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique. Et c'est bien cette commission qui est au cœur de nombreuses critiques depuis maintenant plusieurs années.

    Lire la suite