Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un professeur de cancérologie dénonce l'euthanasie, cette "bonne mort" qui anesthésie les consciences

    IMPRIMER

    Le Professeur Gilles Freyer, professeur de cancérologie au CHU de Lyon a publié cette "tribune" (le 17 février) sur le site de Libé (liberation.fr) :

    Euthanasie, la «bonne mort» qui anesthésie les consciences

    En se prononçant sur la «sédation terminale», pratique relevant des soins palliatifs et non de l’euthanasie médicalement assistée - la mort provoquée de manière immédiate et intentionnelle -, le conseil de l’ordre des médecins n’a guère contribué à la clarification du débat. Pour une large majorité de nos compatriotes, la légalisation de l’euthanasie en finira avec le «mal-mourir», imputable à des décennies d’archaïsme, de conservatisme idéologique et religieux ; dans le sillage de certaines démocraties européennes - Pays-Bas, Belgique -, notre pays entrerait ainsi dans l’ère du progrès civilisateur : l’ère du «mourir dans la dignité».

    Mourir dans la dignité. Comment réfléchir au-delà de cet encombrant poncif ? La dignité serait donc, de façon inacceptable et surtout irrémédiable, altérée par la souffrance physique et psychique, la dégradation du corps, la perte de l’autonomie. Pourtant, chaque jour, le dévouement des équipes formées aux soins palliatifs, l’héroïsme et la solidarité des proches font reculer la souffrance. Dans la mort même, avec ou sans espoir d’éternité, tous retrouvent avec les mourants la dignité de leur condition commune. Il n’est pas sûr que, par l’euthanasie, l’effacement brutal de la mort, devenue obscène pour nos contemporains, préserve cette sérénité si chèrement conquise sur l’injustice. Qui enfin osera parler de la dignité des soignants «convoqués» par la loi, souvent en marge d’une société hédoniste qui les voudrait instruments de son très matérialiste désir d’immortalité ? Pour autant, lutter contre la souffrance nécessite l’emploi de médicaments sédatifs accusés d’êtres des substituts euthanasiques, ce qui est faux. Une sédation bien conduite peut avoir certains effets positifs, notamment sur le plan respiratoire. L’emploi de doses excessives, en revanche, précipitera une issue fatale : seule l’incompétence tue. Il faut vingt ans pour former un bon spécialiste de soins palliatifs. Il ne faut que cinq minutes à n’importe qui pour pratiquer une euthanasie.

    Lire la suite sur le site de Libération

     

  • Le Coran et la Bible (en videos)

    IMPRIMER

    Le Coran et la Bible (via france-catholique.fr (Père Thierry)

     

    1/7 : qu’est ce que le Coran ?

     

    Lire la suite

  • Wavreumont, 13-15 mars : retraite pour personnes malentendantes

    IMPRIMER

    Sans titre.png

     

    celinemmd@gmail.com

    080 28 03 71 - 0496 67 53 39 (sms)

  • De nouveaux épisodes de violence contre des églises chrétiennes en Inde

    IMPRIMER

    INDE - Nouveaux épisodes de violence contre des églises chrétiennes

    New Delhi (Agence Fides) – De nouveaux épisodes de violence ont été enregistrés en Inde contre des structures et des communautés chrétiennes. Un cas de vandalisme à l’encontre d’une église a été signalé à Goa, dans l’ouest de l’Inde. Des hommes non identifiés ont frappé et endommagé une statue de Notre-Dame de Lourdes se trouvant dans une Paroisse d’un village. Les fidèles sont préoccupés par la profanation du lieu.

    Dans un autre Etat indien, le Kerala, au sud de l’Inde, un cimetière chrétien du district de Pathanamthitta a été vandalisé, des tombes et des stèles ayant été détruites deux jours de suite. Le mur du cimetière a lui aussi été sali par des graffitis.
    A Mangalore, dans l’Etat du Karnataka, dans le centre du pays, une salle de prière catholique sise à la périphérie de la ville a fait l’objet d’un lancé de cailloux qui a provoqué des bris de vitres. Selon les chrétiens du cru, « certains éléments anti-sociaux cherchent actuellement à créer un climat d’insécurité et de panique au sein de la société ».

    Un forum d’ONG chrétiennes rappelle que « les attaques et les fréquents actes de vandalisme contre des objectifs chrétiens dans différentes parties du pays préoccupent. Les autorités civiles ont le devoir d’arrêter les violents, de garantir la paix et l’harmonie dans la société, de protéger l’Etat de droit et la liberté religieuse ». (PA) (Agence Fides 27/02/2015)

  • Syrie : Angoisse pour le sort des otages chrétiens entre les mains des djihadistes

    IMPRIMER

    ASIE/SYRIE - Angoisse pour le sort des otages chrétiens entre les mains des djihadistes

    Hassakè (Agence Fides) – Le nombre des chrétiens assyriens et chaldéens des villages sis sur la rivière Khabur pris en otage et déportés par les djihadistes dans leurs places fortes a dépassé les 300. « Si les premières informations faisaient état de 90 otages – indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Jacques Behnan Hindo, Archevêque syro-catholique d’Hassaké-Nisibi – maintenant, nous sommes en mesure de dire qu’ils sont environ 350 entre les mains des djihadistes. Seules les vérifications et le recueil d’informations dans les lieux de rassemblement des évacués permettent, avec le temps, d’établir la liste des otages et de disposer d’un cadre plus clair de la situation, toujours sujet à de nouveaux ajustements ».

    Selon ce qu’indique le site Internet kurde ARA News de Samir Taji, membre du Front al-Nusra (groupe djihadiste syrien lié à al-Qaeda NDR), les miliciens du prétendu « Etat islamique » auraient tout d’abord retenu les prisonniers assyriens – y compris les femmes et les enfants – dans un centre de détention des environs du mont Abdulaziz, pour les disperser ensuite dans des zones et des centres placés sous leur contrôle, y compris Raqqa. Parmi les prisonniers, se trouveraient également 40 miliciens kurdes et des miliciens assyriens appartenant à la brigade d’autoprotection Sutoro.

    Lire la suite

  • Un film consacré au Professeur Jérôme Lejeune

    IMPRIMER

    De Liberté Politique

    Aloest Productions annonce la sortie d'un film de François Lespès consacré au découvreur de la trisomie 21, "Jérôme Lejeune, aux plus petits d'entre les miens", Voici le premier teaser du film, qui sera bientôt diffusé par KTO. Le documentaire, disponible en avril prochain, est en prévente sur Aloest-Boutique.

     
    Détails :
    Documentaire de 68 minutes réalisé par François Lespés.
    Production : Aloest Productions
    Langues : version française, version anglaise
    Documentaire de 68 minutes réalisé par François Lespés.
    Production : Aloest Productions
    Langues : version française, version anglaise
    Sortie DVD le 30 avril 2015 / En prévente dès maintenant 

    Synopsis :

    Médecin, chercheur en génétique, Jérôme Lejeune acquiert une renommée internationale grâce à sa découverte de la Trisomie 21, avec l’équipe du professeur Turpin, en 1958.

    Avec cette découverte, il veut changer profondément le regard posé sur les enfants trisomiques, qui affluent par centaines à sa consultation, et n’a qu’une obsession : pouvoir un jour trouver des traitements.

     

    En 1969, l’ascension fulgurante de ce jeune scientifique va pourtant être stoppée en plein vol.

    Alors qu’il reçoit à San Francisco le Prix William Allen, la plus haute distinction en génétique, il prononce un discours défendant la dignité humaine des embryons, provoquant un véritable séisme dans la sphère scientifique. Depuis quelque temps, il a pris en effet conscience que sa découverte, en ouvrant la porte à l’avortement des embryons souffrant d’anomalies génétiques, allait être utilisée contre ses convictions.


    Qui était Jérôme Lejeune ? Un géant de la Science ou un idéologue religieux ? Comment est-il passé aux yeux du monde, de l’un à l’autre ? Aujourd’hui, où en est la recherche sur la Trisomie 21 dans laquelle il avait mis tant d’espoir ?


    20 ans après sa mort, le réalisateur François Lespés s’interroge sur ce personnage au destin inattendu, cette personnalité complexe qui heurte encore aujourd'hui. De Paris à Indianapolis, des amis aux confrères, des soutiens aux détracteurs, Jérôme Lejeune aux plus petits d’entre les miensmène l'enquête sur l'homme de science et de convictions.
  • BXL, 17 mars, rencontre littéraire avec Frank Andriat

    IMPRIMER

    Sans titre.png

     Eveil des Jeunes à la Culture ASBL

    vous invite à

    une rencontre littéraire avec Frank ANDRIAT

    le mardi 17 mars 2015 à 20H00

    à Bruxelles, dans les locaux de Caritas International

    rue de la Charité, 43 – 1210 Bruxelles (métro Arts-Loi)

    CVT_Je-tenverrai-des-fleurs-de-Damas_8434.jpegFrank Andriat est professeur de français en secondaire dans un athénée réputé de Bruxelles, où la mixité sociale est bien présente. Dans l'une de ses classes où les élèves sont âgés d'une quinzaine d'années, deux garçons sont partis du jour au lendemain en Syrie sans prévenir personne. Le chaos a envahi toutes les classes, les professeurs ont dû se transformer en psychologues, les examens ont été annulés. Chaque élève avait sa petite enquête à faire parmi les proches pour tenter de connaître quelle avait été la filière... L’auteur nous parlera en particulier de son livre « Je t’enverrai des fleurs de Damas » qui aborde la question brûlante d’actualité de deux de ses élèves bruxellois partis combattre en Syrie. Cette présentation sera suivie d’une séance de dédicace et de la vente des différents ouvrages du romancier. La soirée se clôturera par un échange autour d’un verre et d’une collation au bar.

    Prix des entrées :

    • en prévente par virement : 6 €/adultes et 5 €/– 18ans
    • le jour même : 8 €/adultes et 6 €/ –18ans
    • Clôture des préventes le jeudi 12 mars 2015.

    Inscriptions souhaitées, le nombre de places étant limité : par mail ecasbl@icloud.com ou par téléphone 0478/98.78.07

    Virement sur le compte bancaire Eveil à la Culture-asbl BE04 6116 9118 9031 avec en communication : Andriat + nom de famille + nombre de places 

    Eveil à la Culture ASBL Eveil à la Culture ASBL Chaussée de Louvain, 20 1320 Hamme-Mille 0478/98.78.07 – ecasbl@icloud.com

  • Le pape François : entre François d'Assise et Ignace de Loyola

    IMPRIMER

    De Gérard Leclerc, sur le site de France catholique (18 février) :

    Le Pape entre François et Ignace

     

    Il ne fait aucun doute que l’avènement du pape François a produit un véritable bouleversement dans l’Église catholique, qui est d’abord d’ordre spirituel et dont on attend les effets institutionnels. Spirituellement, le Pape a encore précisé sa pensée dans l’homélie qu’il a prononcée, dimanche, à Saint-Pierre, devant le collège cardinalice renouvelé : « Ceci est la route de l’Église  : non seulement accueillir et intégrer, avec un courage évangélique, ceux qui frappent à notre porte, mais sortir, aller chercher, sans préjugés et sans peur, ceux qui sont loin en leur manifestant gratuitement ce que nous avons reçu gratuitement. » Ce radicalisme, une fois de plus exprimé, est sans commune mesure avec l’écho publicitaire qui lui est souvent donné. Ce n’est pas parce qu’est récusé le rigorisme formel des docteurs de la Loi que le relativisme est promu en règle de vie. Il ne s’agit nullement de s’aligner sur les mœurs du temps, mais de tendre la main pour secourir ceux qui vivent loin des préceptes de la vie chrétienne. Laisser penser que ce pape est prêt à abandonner l’enseignement de ses prédécesseurs et plus largement celui de la Tradition de l’Église, c’est se tromper et tromper son monde.

    Mais il est vrai aussi que la démarche proposée ne conduit pas à la facilité. On s’en rend compte notamment à propos de la famille et des discussions autour des deux synodes qui lui sont consacrés. Le dernier numéro de la revue de théologie internationale Communio consacré à ce sujet, contient de précieuses mises au point. Ainsi que l’écrit le père Jean-Robert Armogathe, « la sécularisation généralisée ne doit pas conduire l’Église à des procédures d’exclusion, pour rester entre “purs” : la tentation du catharisme n’est jamais très éloignée. Elle ne doit pas pour autant dévaluer son héritage doctrinal, ni évacuer l’enseignement des Écritures et de la Tradition. La ligne de crête est étroite : entre laxisme et rigorisme, le pied des marcheurs a souvent trébuché ».

    Dans un autre ordre, institutionnel celui-là, on retrouve d’autres exigences paradoxales. On s’en aperçoit avec la réforme de la Curie, qui demandera encore de longues années, avant d’aboutir à une forme constitutionnelle achevée. Il n’était plus possible d’en rester à la situation délétère à laquelle avait été confronté Benoît XVI, au point de lui faire abandonner sa charge. Mais les solutions à trouver sont problématiques. Il ne suffit pas de mettre en avant quelques mots prestigieux (subsidiarité, décentralisation, collégialité) pour définir les coordonnées d’un nécessaire équilibre entre le Siège romain et les Églises particulières. C’est d’abord à ces dernières de démontrer en acte leur créativité apostolique. Et il ne faut pas s’y méprendre, il n’y a pas que la Curie romaine à souffrir des maux que François a dénoncés. De façon générale, il convient de faire entrer en cohérence l’institutionnel et le charismatique, ainsi que le disciple du Poverello et du fondateur de la Compagnie de Jésus est conduit à l’envisager.

  • Le sort des chrétiens d'Orient et l'indifférence monstrueuse de l'Occident

    IMPRIMER

    Lu sur Atlantico.fr :

    Des centaines de chrétiens enlevés par l’Etat islamique : les ressorts d’une curieuse indifférence

    Face au silence médiatique et politique, Jean d'Ormesson a pris la parole pour avertir des atrocités commises par l'Etat islamique contre les populations chrétiennes. Pourtant rien n'y fait, c'est comme crier dans le désert.

    Atlantico : 222 chrétiens ont été enlevés le lundi 23 Février au nord-est de la Syrie. Quelques jours plus tôt, 21 coptes ont été égorgé en Libye. Face à cette attitude "génocidaire" selon les mots de Jean d’Ormesson, l’une des rares personnalités à s’être exprimée à ce sujet , c’est le silence qui prévaut. Pourquoi, alors que le sort des Yézidis émeut tant, n’en va-t-il pas de même pour les chrétiens ? 

    Sébastien de Courtois : Le sort des chrétiens d’Irak et de Syrie est lié intrinsèquement avec celui des autres minorités non musulmanes, dont les Yézidis.

    Il n’y a pas à hésiter ni à faire la différence entre elles. Leurs destins sont liés et elles se battent ensemble. Si la démocratie et la liberté ont un avenir dans cette partie du monde, c’est grâce aux combats qui se jouent actuellement dans l’Est de la Syrie. La résistance des Kurdes et de leurs alliés chrétiens est héroïque face aux forces de l’obscurantisme.

    Nous sommes confrontés à un fond d’ignorance qui est le résultat de décennies de déni, en France, tant par rapport à l’Orient, « compliqué » soit disant, que par rapport à l’histoire des religions dont nous nous méfions, et surtout vis-à-vis du christianisme, religion dont nous avons honte parce qu’elle fut la nôtre. La vérité est que la pensée contemporaine ne comprend plus ce vieux fond christiano-mésopotamien qui a été pourtant la matrice de nos propres cultures, au même titre que l’héritage grec ou romain. Rien ne sert de clamer le besoin de vivre ensemble sans chercher avant tout les endroits où les chrétiens, les juifs et les musulmans ont pu et peuvent cohabiter en paix ? Eh bien intéressez-vous aux grandes villes d’Orient et regardez ce qui a existé ! Ne cherchons pas des solutions miracles à coups d’idéologies. J’ai peur que le laïcisme actuel en soit une : sois laïc et tais-toi. Non, il y a d’autres voies, plus souples, où chaque croyance doit trouver sa place dans notre société.

    Lire la suite

  • La famille en débat à l’Université de Liège (ULg). Une initiative de l'union des étudiants catholiques liégeois à soutenir.

    IMPRIMER

    Invitation 

    (s'inscrire le 1er mars au plus tard)

    34641307.jpg

    Copie de ulg_28janv.jpg

    La famille, nature et culture : l’équivoque freudo-marxiste

    Lunch débat à l’Université de Liège, le mercredi 4 mars 2015 à 18h00  

    Famille, solution ou problème ? Après le succès de la rencontre organisée le 28 janvier dernier avec Mgr André-Joseph Léonard, l’Union des étudiants catholiques de Liège et le Groupe Ethique sociale accueillent à l’Ulg, le mercredi 4 mars 2015 à 18h, Paolo Sorbi, professeur à l’Università Europea de Rome. Réponse, cette fois, d’un sociologue catholique italien qui avait adhéré à l’idéologie marxiste dans les années ’60  et redécouvrit les valeurs sociales chrétiennes et de la famille naturelle, à la lumière de ses affinités intellectuelles avec le magistère de Benoît XVI. Une initiative à soutenir concrètement: inscriptions à la conférence débat ouvertes jusqu'au 1er mars.

    PROGRAMME 

    « La famille, nature et culture : l’équivoque freudo-marxiste », 

    Sorbi.jpg

    par le sociologue Paolo Sorbi

    professeur ordinaire à l’Università Europea de Rome

               
    Apéritif à 18h00
    Exposé suivi du lunch-débat de 18h15 à 20h30 

    La rencontre se tient à la salle des professeurs dans le bâtiment du Rectorat (photo) de l’Université de Liège, place du XX août, 7, 1er étage (accès par la grande entrée : parcours fléché). 

    Participation aux frais : 10 € (à régler sur place); 2 € pour les étudiants 

    Inscription nécessaire au plus tard le 1er mars 2015:

    soit par téléphone : 04 344 10 89 (de l’étranger +32.4.344.10.89)
    soit par email : info@ethiquesociale.org
    soit via le site internet : http://www.ethiquesociale.org/conference/la-famille-nature-et-culture-lequivoque-freudo-marxiste/

     JPSC