Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'homélie du pape lors de la messe de clôture des JMJ à Cracovie

    IMPRIMER

    « Les JMJ commencent aujourd’hui et continuent demain, à la maison » (source)

    Homélie du pape François pour la messe de clôture des JMJ de Cracovie (texte intégral)

    Messe de clôture des JMJ de Cracovie, Pologne

    Messe De Clôture Des JMJ De Cracovie, Pologne

    Les JMJ « commencent aujourd’hui et continuent demain, à la maison, parce que c’est là que Jésus veut te rencontrer à partir de maintenant », a assuré le pape François lors de la messe de clôture des Journées mondiales de la jeunesse de Cracovie, le 31 juillet 2016. Devant 2 millions de jeunes – d’après les médias polonais – le pape a mis en garde contre la tristesse et l’anesthésie de l’âme, exhortant  « au vrai courage : être plus forts que le mal en aimant chacun, même les ennemis ».

    « Dieu nous aime ainsi comme nous sommes, et aucun péché, défaut ou erreur ne le fera changer d’idée », a déclaré le pape durant son homélie au Campus misericordiae, au dernier jour de son voyage apostolique en Pologne. « Chers jeunes, a-t-il invité, n’ayez pas honte de tout lui porter, spécialement vos faiblesses, vos peines et vos péchés dans la confession : Lui saura vous surprendre avec son pardon et sa paix. N’ayez pas peur de lui dire “oui” avec tout l’élan de votre cœur, de lui répondre généreusement, de le suivre ! »

    Homélie du pape François

    Chers jeunes, vous êtes venus à Cracovie pour rencontrer Jésus. Et l’Évangile aujourd’hui nous parle justement de la rencontre entre Jésus et un homme, Zachée, à Jéricho (cf. Lc 19, 1-10). Là, Jésus ne se limite pas à prêcher, ou à saluer chacun, mais il veut – dit l’Évangéliste – traverser la ville (cf. v. 1). Jésus désire, en d’autres termes, s’approcher de la vie de chacun, parcourir notre chemin jusqu’au bout, afin que sa vie et notre vie se rencontrent vraiment.

    Arrive ainsi la rencontre la plus surprenante, celle avec Zachée, le chef des “publicains”, c’est-à-dire des collecteurs d’impôts. Zachée était donc un riche collaborateur des occupants romains détestés ; c’était un exploiteur du peuple, quelqu’un qui, à cause de sa mauvaise réputation, ne pouvait même pas s’approcher du Maître. Mais la rencontre avec Jésus change sa vie, comme cela a été et peut être chaque jour pour chacun de nous. Zachée, cependant, a dû affronter certains obstacles pour rencontrer Jésus : au moins trois, qui peuvent nous dire quelque chose à nous aussi.

    Lire la suite

  • S'attacher aux biens qui ne passent pas; homélie pour le 18e dimanche du temps ordinaire

    IMPRIMER

    Homélie du Père Joseph-Marie Verlinde pour le 18e dimanche du temps ordinaire (archive du 4 août 2013) (homelies.fr)

    « Vanité des vanités, tout est vanité » : cette sentence désabusée du roi Qohélet est devenue proverbiale. Pour se convaincre de sa sagesse, il suffit de porter un regard lucide sur les événements de ce monde : que d’injustices ! Que d’énergies englouties dans des projets éphémères ; que d’espoirs de prospérité légitimes détruits scandaleusement !

    L’épisode présenté dans l’Évangile est une application directe de ce qui choque notre sage : « Un homme s'est donné de la peine ; et voilà qu'il doit laisser son bien à quelqu'un qui ne s'est donné aucune peine ». Ce dernier – le bénéficiaire du travail d’un autre - trouve même le moyen de se disputer avec son frère, en refusant de partager avec lui le don gratuit qui leur est fait à tous deux. Non seulement celui qui a amassé l’héritage ne jouit pas du fruit de son travail, mais en raison de leur « âpreté au gain », ses héritiers n’en profitent pas davantage : ils s’entredéchirent plutôt !

    Celui qui se sent lésé élève la voix : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage ». La démarche peut nous surprendre, mais il était normal dans le monde juif de l’époque, de consulter un « rabbi » pour résoudre ce genre de litige. Pourtant Jésus le repousse vivement : « Homme - le terme est omis dans la traduction liturgique, mais il signifie qu’au-delà de cette rencontre particulière, c’est à tout homme que Jésus s’adresse - qui m'a établi pour faire vos partages ? » - sous entendu « les partages de vos biens terrestres ». Rompant avec la tradition rabbinique, Jésus refuse d’entrer dans la résolution du différent, argumentant que « la vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses », car la jouissance de la vie véritable ne saurait découler de la possession de biens éphémères. Le seul problème de succession qui compte porte sur notre véritable héritage, auquel nous avons accès en devenant par la foi, cohéritier avec Jésus de la vie éternelle (cf. Rm 8, 17).

    Nous nous acheminons ainsi vers l’interrogation que nous pose la liturgie de ce jour : à quoi notre cœur s’attache-t-il ? Vers quoi tendons-nous ? Quel sens donnons-nous à notre vie à travers nos choix quotidiens ?

    Le problème de l’homme riche que Jésus met en scène n’est pas d’avoir amassé des richesses, mais de s’être coupé du réel. Il s’est en effet construit un monde imaginaire où il se trouve seul avec lui-même, dans un illusoire dialogue sans interlocuteur, puisque c’est à son « âme » qu’il s’adresse. Or que nous le voulions ou non, nous nous inscrivons dans une réalité organique qui englobe toute l’humanité, appelée à devenir le Corps du Christ, la Famille de Dieu. Cet homme désire « se reposer », sans autre souci que de « jouir de l’existence » dans une vie centrée sur le « boire » et le « manger », c'est-à-dire la satisfaction égoïste de ses besoins. Hélas, le réveil de ce songe sera douloureux : « cette nuit même on te redemande ta vie ! » Au lieu de « s’enrichir aux yeux de Dieu » en partageant ici-bas ses biens avec ceux qui en ont besoin, il va se trouver pauvre et nu dans l’au-delà, tandis que d’autres jouiront de ce qu’il aura amassé dans ses greniers.

    En ne vivant que pour lui-même, sans souci ni de Dieu ni des autres, ce pauvre homme est devenu « fou », c'est-à-dire insensé, n’ayant pas su interpréter le sens des richesses que Dieu lui confiait.
    Cet insensé, c’est nous, chaque fois que, perdant de vue notre destinée de gloire, nous vivons ici-bas en n’ayant d’autre horizon que la satisfaction de nos désirs et de nos envies. Dans la seconde lecture, Saint Paul nous aide vigoureusement à vérifier où nous en sommes de la gestion de notre vie : si nous nous adonnons « à la débauche ou à l’impureté », si nous cédons « aux passions, aux désirs mauvais, et à l’appétit de jouissance », il est clair que nous n’avons pas encore réalisé la « vanité » des plaisirs de ce monde. Aussi longtemps que nous demeurons prisonniers de nos fantasmes, nous « ne recevrons pas en héritage le Royaume de Dieu », auquel nous ne pouvons accéder qu’en adoptant le comportement de l’homme nouveau, celui que le Père « refait toujours neuf à l’image de son Fils pour nous conduire à la vraie connaissance » de son dessein (cf. 2nd lect.).

    Ceci ne signifie pas pour autant que ce monde constituerait un piège satanique : entre l’idolâtrie et la diabolisation des biens éphémères, Saint Paul nous enseigne une voie médiane, qui consiste à rechercher « les réalités d’en haut », tout en poursuivant notre pèlerinage ici-bas. La conclusion de la deuxième lecture est éloquente à cet égard : pour ceux qui orientent leur vie vers le Royaume qui vient, « iI n'y a plus de Grec et de Juif, plus d'esclave, d'homme libre, il n'y a que le Christ : en tous, il est tout ». L’unité finale de l’humanité est anticipée par le disciple, et détermine dès à présent son comportement, en particulier le souci de ses frères. Par contre celui qui s’attache à des futilités, dresse autour de lui les barrières de l’avarice et de l’envie, qui conduisent aux divisions et à la violence. C’est bien ce que confirme l’épisode de ces deux frères, qui au lieu de s’accorder en bonne intelligence par respect pour la mémoire de leur père et dans l’intérêt de leurs familles, viennent demander à Jésus de consacrer leur division.

    L’Eglise nous invite à mettre à profit ce temps estival pour vérifier notre degré de liberté face aux sollicitations de ce monde. Parvenons-nous à conduire nos activités dans l’Esprit de l’Évangile, ou sommes-nous aliénés par les pseudo-besoins créés par une économie de marché qui envahit tous les domaines de notre vie quotidienne ?

    La prière du psaume de ce jour peut nous aider dans ce travail de conversion : « Apprends-nous la vraie mesure de nos jours : que nos cœurs pénètrent la sagesse ». Le souvenir de l’échéance inévitable qui nous attend au terme de cette courte vie, est sans aucun doute un moyen efficace pour « nous débarrasser des agissements de l’homme ancien » (2nd lect.).

    « Oui Seigneur : "apprends-nous la vraie mesure de nos jours", afin que faisant un bon usage des biens qui passent, nous puissions dès à présent et pour toujours, nous attacher aux biens qui ne passeront pas. »

    Père Joseph-Marie
  • Aux JMJ de Cracovie le pape appelle les « jeunes-divans » à la fraternité multiculturelle

    IMPRIMER

    Le pape François a lancé un appel provoquant, samedi soir, à Cracovie, lors de la soirée finale des JMJ, exhortant les jeunes à ne pas vivre comme des «abrutis» mais à quitter «le divan» et chausser des «crampons» pour «changer le monde» car «notre réponse à la guerre» est «la fraternité».  De Jean-Marie Guénois sur le site du « Figaro » :

     «Jésus est le Seigneur du risque!» François, samedi soir, devant des centaines de milliers de jeunes réunis dans la banlieue de Cracovie, en Pologne, pour la veillée point d'orgue de ces 31e JMJ a, une nouvelle fois, rivalisé d'inventivité verbale pour convaincre les jeunes catholiques venus de 187 pays de s'engager avec le Christ pour «changer le monde». Ils les a surtout provoqué en dénonçant une «dangereuse paralysie lorsqu'on confond le bonheur avec un divan!».

    En effet, «le temps qu'aujourd'hui nous vivons n'a pas besoin de jeunes-divan, mais de jeunes avec des chaussures, mieux encore, chaussant des crampons. Il n'accepte que des joueurs titulaires sur le terrain, il n'y a pas de place pour des réservistes.» Pour François, l'enjeu est de taille: «Si tu n'y mets pas le meilleur de toi-même, le monde ne sera pas différent». Et «l'histoire aujourd'hui nous demande de défendre notre dignité et de ne pas permettre que ce soient d'autres qui décident notre avenir.»

    Il explique: tandis que les jeunes «perdent leur liberté» en passant «des heures de tranquillité pour se transférer dans le monde des jeux vidéo ou devant l'ordinateur» sans réaliser qu'ils sont «endormis étourdis et abrutis» - et sans oublier «d'autres drogues socialement acceptées» qui nous rend plus esclaves - ce sont «d'autres, peut-être plus éveillés, mais pas les meilleurs qui décident de l'avenir pour nous».

    Or a-t-il martelé «la vérité est autre» car «nous ne sommes pas venus au monde pour ‘végéter', pour vivre dans la facilité, pour faire de la vie un divan qui nous endorme ; au contraire, nous sommes venus pour autre chose, pour laisser une empreinte, une empreinte qui marque l'histoire».

    Le pape a donc invité les jeunes à suivre «Jésus et le Seigneur du risque, du toujours ‘‘au-delà'» qui «n'est pas le Seigneur du confort, de la sécurité et de la commodité» mais qui aide à comprendre que «rien n'est plus précieux que la personne que nous avons à côté».

    D'où cet appel dans un monde ravagé, pour partie par la guerre - un témoignage poignant d'une jeune syrienne avait introduit la soirée - ou par l'angoisse: «Nous ne voulons pas détruire (…) Nous, nous ne voulons pas vaincre la haine par davantage de haine, vaincre la violence par davantage de violence, vaincre la terreur par davantage de terreur. Et notre réponse à ce monde en guerre a un nom: elle s'appelle fraternité, elle s'appelle lien fraternel, elle s'appelle communion, elle s'appelle famille.»

    Les chrétiens doivent donc sortir et ne pas rester «enfermés» en se sentant «menacés par un entourage» qui les «persécuterait», les «obligeant à demeurer figés et paralysés». «On voudrait nous faire croire que nous enfermer est la meilleure manière de nous protéger de ce qui fait mal», or, «la peur mène à un seul endroit: à la fermeture. Et lorsque la peur se terre dans la fermeture, elle est toujours accompagnée de sa ‘soeur jumelle', la paralysie» qui est «l'un des pires maux».

    D'où cet envoi: «Aller par les routes en suivant la “folie” de notre Dieu qui nous enseigne à le rencontrer en celui qui a faim, en celui qui a soif, en celui qui est nu, dans le malade, dans l'ami qui a mal tourné, dans le détenu, dans le réfugié et dans le migrant, dans le voisin qui est seul. Aller par les routes de notre Dieu qui nous invite à être des acteurs politiques, des personnes qui pensent, des animateurs sociaux. Il nous incite à penser à une économie plus solidaire.»

    Car «aujourd'hui, nous les adultes, nous avons besoin de vous, pour nous enseigner à cohabiter dans la diversité, dans le dialogue, en partageant la multiculturalité non pas comme une menace mais comme une opportunité: ayez le courage de nous enseigner qu'il est plus facile construire des ponts que d'élever des murs! Et tous ensemble, demandons que vous exigiez de nous de parcourir les routes de la fraternité. Construire des ponts.»

    Le pape a terminé sa longue intervention en livrant un «secret»: «Voilà le secret, chers amis. Dieu attend quelque chose de toi, Dieu veut quelque chose de toi, Dieu t'attend. Dieu vient rompre nos fermetures, il vient ouvrir les portes de nos vies, de nos visions, de nos regards. Dieu vient ouvrir tout ce qui t'enferme. Il t'invite à rêver, il veut te faire voir qu'avec toi le monde peut être différent.»

    Et François d'assurer: «Le Seigneur, comme à la Pentecôte, veut réaliser l'un des plus grands miracles dont nous puissions faire l'expérience: faire en sorte que tes mains, mes mains, nos mains se transforment en signes de réconciliation, de communion, de création. Il veut tes mains pour continuer à construire le monde d'aujourd'hui. Il veut construire avec toi.»

    Le pape a conclu en répondant à cette objection: «Tu me diras: Père, mais moi, j'ai bien des limites, je suis pécheur, que puis-je faire? Quand le Seigneur nous appelle, il ne pense pas à ce que nous sommes, à ce que nous étions, à ce que nous avons fait ou cessé de faire. Au contraire, au moment où il nous appelle, il regarde tout ce que nous pourrions faire, tout l'amour que nous sommes capables de propager. Lui parie toujours sur l'avenir, sur demain. Jésus te projette à l'horizon.»

    Ref. Aux JMJ, le pape François récuse les «jeunes-divans»

    JPSC

  • Catéchèse de Mgr Laurent Monsengwo, cardinal-archevêque de Kinshasa aux JMJ de Cracovie : Justice et Miséricorde

    IMPRIMER

    JPSC

  • Mgr David Macaire, archevêque de Fort-de-France (Martinique ) : un shampoing catho-décapant aux JMJ de Cracovie

    IMPRIMER

    JPSC

  • Correctif : Mgr De Kesel dissout la Fraternité des Saints Apôtres – décret du 15 juillet 2016 – ajout d’un paragraphe manquant

    IMPRIMER

    Correction : Mgr De Kesel dissout la Fraternité des Saints Apôtres – décret du 15 juillet 2016 – ajout d’un paragraphe manquant (source)

    Le post du 21 juillet dernier paru sur belgicatho n’incluait pas le dernier paragraphe du décret qui ne nous avait pas été communiqué dans son intégralité. 
    Il concerne les séminaristes de la Fraternité des Saints Apotres qui ne sont plus considérés comme séminaristes du diocèse !

    A ce jour, il n’y toujours pas de  communiqué à ce sujet sur Cathobel.

    L’archevêque est en déplacement pour tout l’été…

    Voici donc le décret dans son entièreté. 
    Veuillez excuser cette omission dans notre premier billet.  

    ________________________________

    Aux membres de la Fraternité des Saints Apôtres

    Malines, le 18 juillet 2016

    Cher Frère,

    Le 15 juin dernier, je t’ai fait savoir que j’avais décidé de ne plus accueillir la Fraternité des Saints Apôtres dans l’archidiocèse de Malines-Bruxelles.

    Jusqu’à maintenant, cette décision n’était pas formalisée par un acte juridique. Le droit canon m’y oblige par la signature d’un décret. Il me demande en même temps de le faire savoir. Tu trouveras ci-joint copie de ce décret. Je t’en souhaite bonne réception.

    Avec mes salutations fraternelles,

    Jozef De Kesel

    Archevêque de Malines-Bruxelles

    _______________________________

    Décret concernant la Fraternité des Saints Apôtres

    Attendu que :

    * La Fraternité des Saints Apôtres a été érigée le 7 avril 2013 en « association publique de fidèles cléricale » de droit diocésain. Elle relève de la responsabilité de l’archevêque de Malines-Bruxelles.

    * La Fraternité compte jusqu’à présent 27 membres, dont 6 prêtres et 21 séminaristes dont un diacre. De ces 27 membres, 21 résident en Belgique et 6 en France, plus précisément dans le diocèse de Bayonne. La majorité des membres est actuellement originaire de France.

    Considérant que :

    * Répondre à la vocation de prêtre diocésain ne signifie pas nécessairement de se retrouver seul : le prêtre peut compter sur le soutien et la solidarité de frères.

    * L’initiative pose cependant problème lorsque l’on constate que la plupart des séminaristes de la Fraternité des Saints Apôtres viennent de France où de nombreuses régions connaissent un manque cruel de prêtres. Il se pourrait que le nombre de séminaristes belges, tant néerlandophones que francophones, augmente au fil du temps. Mais, dans ce cas de figure, ils pourraient provenir également d’autres diocèses belges alors qu’ils relèveraient tous de l’Archidiocèse.

    * Cette perspective n’est dès lors pas à promouvoir dans les circonstances actuelles car elle manifeste un grave manquement à la solidarité entre évêques, tant avec ceux de notre pays qu’avec nos voisins français.

    * Une commission spéciale a rencontré depuis le début de l’année 2016 tous les membres de la Fraternité résidant en Belgique. Les évêques de Belgique et les instances responsables du Saint-Siège ont été consultés par l’archevêque sur la question.

    Par le présent décret, j’estime devant Dieu et en conscience devoir prendre les décisions suivantes :

    * L’association publique « Fraternité des Saints Apôtres » est dissoute à la date du 15 juillet 2016.

    * Les prêtres et le diacre incardinés pour servir dans l’archidiocèse de Malines-Bruxelles le resteront conformément aux dispositions du droit de l’Eglise. Lorsque l’archevêque les nommera à différentes fonctions, il s’efforcera de respecter ce qui leur était cher lorsqu’ils ont adhéré à la Fraternité.

    * Les séminaristes de la Fraternité des Saints Apotres ne sont plus considérés comme séminaristes de l’Archidiocèse, à dater de la dissolution de l’Association. Ils pourront si ils le souhaitent et si ils répondent aux conditions fixées pour la formation des prêtres de l’Archidiocèse, être réadmis comme séminaristes de l’Archidiocèse de Malines-Bruxelles. 

    Signé le 15 juillet 2016

    +Jozef De Kesel Archévêque de Malines Bruxelles

    Par ordonnance, Mgr Kockerols, évêque auxiliaire de Malines Bruxelles

  • A Auschwitz, le pape François met en pratique la parole de Benoît XVI

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Guénois sur le site du « Figaro »

     « Contrairement à Jean-Paul II qui visita le camp d'extermination le 7 juin 1979 - c'était une première - et Benoît XVI, le 28 mai 2006, le pape François, qui est en Pologne pour les Journées Mondiales de la Jeunesse, a choisi de se taire lors de son passage dans les camps d'Auschwitz et de Birkenau dans la matinée du vendredi 29 juillet 2016.

    Comme ses prédécesseurs, il a franchi à pieds le tristement célèbre portail, «arbeit macht frei», puis a longuement prié en silence dans «la cour de l'appel» non loin du «mur de la mort», un lieu d'exécution par balles.

    Il s'est ensuite recueilli, sans mot dire, dans la cellule de saint Maximilien Kolbe, située dans le bloc 11 du bâtiment 18. Ce prêtre polonais, intellectuel et grand spirituel, donna sa vie à la place et pour sauver un autre détenu, père de famille. Mais il mourut de faim, il y a 75 ans, dans des conditions atroces en assistant jusqu'au bout ses autres compagnons condamnés à la même peine.

    Pendant la Seconde guerre mondiale, plus d'un million de personnes ont été liquidées dans ces deux camps, dont plus de 900.000 juifs.

    Dans le livre d'or, François a écrit cette phrase de sa main dans sa langue natale et signée de lui: «Seigneur, aie pitié de ton peuple, Seigneur, pardon pour tant de cruauté».

    François a aussi embrassé dix survivants dont plusieurs sont désormais centenaires. Empruntant une voiture électrique, il a ensuite lentement longé la sinistre ligne de chemin de fer qui conduisait aux fours crématoires et chambres à gaz du camp voisin, celui de Birkenau.

    Là, après s'être longuement recueilli dans le silence, il salué 25 justes parmi les nations, ces personnes qui ont pris le risque de mourir pour sauver des juifs. Un rabbin a alors chanté le psaume 130 en hébreu. La traduction a été lue par un prêtre polonais.

    Dans l'avion qui le ramenait d'Albanie, le 26 juin 2016, François avait annoncé son intention de visiter dans le silence ces lieux de mémoire: «Je voudrais aller dans ce lieu d'horreur sans discours, avait-il observé, sans personne, seulement avec le strict nécessaire (…) seulement entrer et prier. Et que le Seigneur me donne la grâce de pleurer.»

    Benoît XVI, lui, s'était excusé de prendre la parole: «Il est quasiment impossible de prendre la parole en ce lieu d'horreur, d'accumulation de crimes contre Dieu et contre l'homme qui n'ont pas de comparaisons dans l'histoire, et c'est particulièrement difficile et opprimant pour un chrétien et pour un pape qui vient d'Allemagne. Dans ce lieu les paroles ont du mal à venir. Au fond seul peut rester un silence éberlué. Un silence qui est un cri intérieur vers Dieu: Pourquoi Seigneur es-tu resté silencieux? Comment as-tu pu tolérer tout cela?»

    Jean-Paul II, qui avait célébré une messe en mémoire du Père Kolbe - en bordure mais à l'extérieur du camp - était venu très souvent dans ce lieu avant de devenir pape. «Je ne pouvais donc pas ne pas venir comme pape, avait-il souligné pour expliquer cette première. Et avait complété: «Je viens (…) pour la cause de l'homme (…) parce qu'il n'est pas licite à quiconque de passer ici avec indifférence. (…) Auschwitz a un tel passif avec la conscience de l'humanité…»

    Le pape François, premier pape latino-américain, n'a pas aucun passif européen personnel à régler sur ce sujet si sensible et délicat. Il entretient, de plus et depuis longtemps, d'excellentes relations personnelles avec la communauté juive. C'est donc en ami qu'il s'est présenté, plus qu'en Pape, ce qui lui a donné toute liberté. Quant à la question que posa Benoit XVI sur le silence de Dieu vis-à-vis de la Shoah, reprise en fait à l'interrogation lancinante lancée par monde juif après la guerre, le pape François pourrait y apporter un élément de réponse, à sa manière, vendredi soir lors du chemin de croix à Cracovie avec les jeunes.

    Ref. Pourquoi le pape François a gardé le silence à Auschwitz

    Adde  Pape François: «La cruauté n'a pas pris fin à Auschwitz ou à Birkenau»

    Selon Jean-Marie Guénois, dans le « Figaro » (extrait) :

    Vendredi soir, le Pape est revenu, sous la forme d'une libre improvisation, sur sa visite à Auschwitz qu'il avait tenu à accomplir le matin en silence.

    « Je dois dire la vérité: la cruauté n'a pas pris fin à Auschwitz ou à Birkenau. Aujourd'hui on torture les gens! De nombreux prisonniers sont torturés, immédiatement, afin de les faire parler. C'est terrible. Aujourd'hui, il y a des hommes et des femmes dans des prisons surpeuplées. Ils vivent, pardonnez l'expression, comme des animaux. Aujourd'hui il y a cette cruauté. Nous disons: en visitant le camp nous avons vu la cruauté d'il y a 70 ans. Comment ils étaient fusillés, pendus, ou par le gaz… Mais, aujourd'hui, en de nombreux lieux à travers le monde où la guerre se déroule, on voit la même chose.»

    Le pape a ensuite demandé «de prier pour cette réalité» car «Jésus est venu la porter sur ces épaules et il nous demande de prier». Il a alors lancé: « Prions donc pour tous les ‘Jésus' dans le monde... »

    JPSC 

  • Abbé Guillaume de Tanoüarn : la charia et la laïcité sont des lois périmées

    IMPRIMER

    Lu sur Breizh-info.com

    Tanouarn.png« 29/07/2016 – 07H45 Bretagne (Breizh-info.com) – L’égorgement, mardi 26 juillet, du père Hamel, par deux islamistes à Saint-Etienne-du-Rouvray, a secoué profondément les catholiques de France. Les autorités de l’Église peinent, pour le moment, à trouver les bons mots afin de mobiliser leurs fidèles. Nous avons interrogé l’abbé Guillaume de Tanouarn, catholique breton de 53 ans, fondateur de l’Institut du Bon Pasteur, mais également rédacteur pour Nouvelles de France ou encore Monde et Vie. Pour recueillir ses impressions après ce nouvel attentat, mais également pour parler du catholicisme, aujourd’hui en France.

    Breizh-info.com : Quelle a été votre réaction à l’annonce de l’égorgement du Père Hamel par deux islamistes ?

    Guillaume de Tanouarn : J’ai pensé que ce terrorisme de proximité était une sorte de crime rituel. Il ne s’agissait pas comme le 14 juillet dernier de tuer beaucoup et indistinctement, mais de tuer un prêtre au moment où, presque seul, il célébrait sa messe. C’est ce symbole qui fait l’importance de ce crime. 

    Breizh-info.com : Hubert Coudurier, du Télégramme, estimait mercredi que parler de « communauté catholique » en France était maladroit, et que cette dernière n’était pas menacée dans son existence. Partagez-vous ces propos ? 

    Guillaume de Tanouarn :  Je ne connais pas Hubert Coudurier, mais il a raison de considérer comme maladroit le fait de parler de « communauté catholique ».

    Il y a bien plus de catholiques en France que de gens se reconnaissant dans ce que l’on pourrait appeler la communauté catholique. La France est une terre catholique et un Français, quel qu’il soit a un rapport particulier avec le catholicisme dans la mesure où il est effectivement français. 

    Par ailleurs, ce n’est pas le terrorisme qui menace la communauté catholique dans son existence : le martyre on en a l’habitude. Ce qui menace la communauté catholique, c’est l’abandon de la foi et la lâcheté des catholiques.

    Breizh-info.com :  Une partie des catholiques (parmi les responsables notamment) appellent à « plus d’amour » et presque « à tendre la joue gauche » face aux islamistes. Est-ce votre point de vue également ?

    Guillaume de Tanouarn : C’est le Christ dans l’Évangile qui nous appelle à tendre la joue gauche si l’on nous frappe sur la joue droite. Mais l’Évangile (contrairement au Coran) n’est pas un recueil de droit. Autre chose est la conduite spirituelle de l’existence personnelle et autre chose le droit qui régente une société. Le Christ n’a jamais mis en cause le droit humain. Et ses apôtres, saint Pierre et saint Paul vont répétant : « Soyez soumis à toute autorité ». Mais il indique une voie plus haute, « la voie étroite », qui représente pour celui qui la choisit une voie de réalisation spirituelle jusque dans l’éternité. Autre est la loi du temps, autre celle de l’éternité… Mais l’homme a besoin des deux. 

    Breizh-info.com :  Comment expliquez-vous le grand écart qui peut exister entre le Pape Urbain II, qui appelait à la croisade pour protéger les catholiques et la Foi, et le Pape actuel, qui appelle presque ouvertement à l’ouverture de l’Europe à « l’autre » et au dialogue entre les religions ?

    Guillaume de Tanouarn : Je ne pense pas que le pape François soit très différent du pape Urbain II dans sa manière d’envisager son ministère. La Croisade représente, en plein Moyen âge, une extraordinaire ouverture à l’autre un souci de l’univers et de l’universel que rétrospectivement on continue à trouver admirable et qui va bouleverser l’histoire.

    A l’époque le seul moyen était les armes. Aujourd’hui nous avons toutes sortes de moyens et toutes sortes d’armes et le pape François, élu dans la tourmente, après la renonciation de son prédécesseur, n’a pas la tâche facile. Mais il a raison de prêcher l’accueil des personnes migrantes par des personnes bien installées dans la vie. Cela ne l’a pas empêché de parler des migrations comme de véritables « invasions arabes » à la grande surprise des observateurs.

    Ce n’est pas de sa part une contradiction puisque la loi du temporel, je viens de le dire, n’est pas la loi du spirituel.

    Breizh-info.com :  Va-t-on vers un choc des religions ? Le catholicisme en France a-t-il encore un avenir, un pouvoir, une influence ? La France est-elle encore digne d’être « la fille ainée de l’Eglise » ?

    Guillaume de Tanouarn : Le choc des religions, c’est l’islamisme en guerre contre toutes les autres religions. Quant à l’influence du catholicisme, il suffit d’observer le scandale produit par l’égorgement de ce vieux prêtre de 86 ans pour se dire que la place du catholicisme est toujours bien marquée dans l’univers culturel athée auquel on a affaire de plus en plus en Occident. Il ne tient qu’aux catholiques de se faire respecter dans la société telle qu’elle est.

    Breizh-info.com : Quel message souhaiteriez-vous faire passer à vos fidèles, notamment chez ceux qu’on appelle « traditionnalistes » ? Et aux musulmans de France ?

    Guillaume de Tanouarn : Aux musulmans je dirai : découvrez la révolution paulinienne, on ne va pas à Dieu par la loi. La charia est périmée. Il n’y a pas d’autre manière d’accomplir le précepte que l’amour. Cela a été (en gros) le message du Président égyptien Al Sissi à Noël il y a deux ans à l’université Al Azhar.

    Aux chrétiens, je dis : n’ayez pas peur d’agir avec foi. C’est la foi qui remportera la victoire, c’est la foi qui portera la civilisation, c’est la foi qui donnera à l’Occident la force de se ressaisir en acceptant d’être lui-même. La laïcité, la loi laïque est, elle aussi périmée, parce que trop abstraite. Elle a démontré et démontre à chaque attentat qu’elle n’est pas capable de produire le vivre ensemble et qu’au contraire, ses négations, son abstraction engendrent la haine entre les gens de foi et de convictions différentes.

    Propos recueillis par Yann Vallerie »

    Ref. Abbé Guillaume de Tanouarn : « Il ne tient qu’aux catholiques de se faire respecter dans la société telle qu’elle est.» [interview]

    JPSC

  • Terrorisme islamiste : le point de vue de François-Xavier Bellamy

    IMPRIMER

    bellam-light.jpgEntretien avec le philosophe Françoix-Xavier Bellamy,  paru dans Le Point du 28 juillet 2016. Propos recueillis par Saïd Mahrane.

    Pour les terroristes de l’Etat islamique, tout est permis – jusqu’à égorger un prêtre – précisément parce que Dieu existe. Que peut-on opposer, en dehors des minutes de silence et des appels à l’union nationale, à ce nihilisme d’un nouveau genre ?

    Peut-être cette réponse vous surprendra-t-elle : ces hommes ne croient pas en Dieu. S’ils croyaient à la vérité de leur religion, ils tenteraient de nous en convaincre, et cela passe par le dialogue, par la raison ; s’ils avaient vraiment la foi, ils nous donneraient leurs raisons. Vous ne pouvez convertir personne par la violence. La violence a beaucoup de pouvoir, c’est vrai : avec une arme, on peut obtenir beaucoup de celui que l’on tient sous la menace. On peut exiger de lui qu’il donne ce qu’il possède, qu’il agisse de telle ou telle façon, ou qu’il répète ce que l’on voudra… Mais on ne peut l’obliger à croire en quelque chose. Pour une raison d’ailleurs assez simple : personne ne peut s’obliger lui-même à croire en quelque chose sans raison valable. Le philosophe Epictète s’étonnait déjà de cette indéfectible résistance de la pensée… Le terroriste peut donc braquer ses armes sur un homme, ou sur tout un peuple, en lui ordonnant de croire à l’Islam : sa défaite est assurée d’avance. Même devant la terreur, notre conscience d’hommes fait nos esprits libres, définitivement libres. La seule manière de conduire une personne à adhérer pleinement à un discours, ce n’est pas de vaincre, c’est de convaincre. Quand on est certain d’avoir une vérité à partager avec les autres, c’est à la parole qu’on recourt, et non à la violence… En fait, les djihadistes trahissent leur faiblesse quand ils recourent à la violence. Ils montrent qu’ils n’ont pas une seule raison de croire en leur Dieu ; car s’ils en avaient ne serait-ce qu’une seule, ils tenteraient de nous l’expliquer pour nous permettre de les rejoindre. Comme ils n’en ont pas, ils se contentent médiocrement de réduire le reste du monde au silence. C’est en ce sens qu’on peut décrire le djihadisme comme un nihilisme : celui qui croit veut partager sa foi aux autres ; à celui seul qui ne croit en rien, l’altérité est insupportable, parce qu’elle ne peut être dépassée.

    Voilà le défi silencieux que nous lançons au cœur même de cette épreuve : si vraiment votre Dieu est grand, montrez-le ; et si le christianisme est faux, prouvez-le ! Si quelqu’un ne pense pas comme vous, êtes-vous si certains de ne pouvoir le convaincre dans la discussion qu’il vous faut mettre tout votre orgueil à devenir des assassins pour le faire taire ?  En vous faisant gloire d’avoir assassiné un vieux prêtre sans armes, vous montrez en réalité l’étendue de votre impuissance… Lui croyait tellement à la vérité d’une parole qu’il avait consacré sa vie à la partager. Aujourd’hui, vous démontrez malgré vous la différence entre la force de sa fidélité discrète et féconde, et l’ineptie de votre violence bruyante, qui ne saura jamais que détruire.

    Peut-on aborder la question du djihadisme sous un angle civilisationnel et religieux quand dans notre pays vivent environ cinq millions de musulmans, qui partagent pour l’essentiel les valeurs dites « occidentales »?

    La question nous est renvoyée à tous : que sont les « valeurs occidentales » ? Et sommes-nous si sûrs de les partager vraiment ? Souvenons-nous que la France a été en première ligne pour refuser que l’Europe reconnaisse ses racines chrétiennes… Les valeurs que nous reprochons aux terroristes d’attaquer, n’avons-nous pas été les premiers à les vider de leur substance, même en sauvant les apparences ? Aujourd’hui, le dénominateur commun du monde occidental semble bien souvent se réduire à une forme d’individualisme consumériste, et son seul horizon se mesure en points de croissance et en indice du moral des ménages… Si le djihadisme est un nihilisme, il n’est pas étonnant qu’il prospère singulièrement dans le vide d’idéal qui traverse notre société. L’auteur de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray avait tenté de partir en Syrie ; la France est le pays européen qui a, hélas, fourni le plus grand nombre de ces candidats au djihad. Le problème n’est peut-être pas directement religieux ; bien sûr, l’Islam a une grande responsabilité dans ce qui advient en ce moment : comme l’écrivait Abdennour Bidar, le monde musulman doit « reconnaître que les racines du mal qui lui vole aujourd’hui son visage sont en lui-même. » Mais de toute évidence, ce mal s’alimente aussi dans notre pays de la pauvreté intellectuelle et spirituelle à laquelle nous nous sommes habitués, et il nous renvoie donc en même temps à notre responsabilité collective.

    Le politique peut-il encore quelque chose ?

    Peut-être manque-t-il d’un diagnostic qui touche l’essentiel… Avons-nous vraiment travaillé sur le cœur du problème, sur ce qui motive cette folie criminelle ? Dans l’histoire, le terrorisme a pu passer par l’engagement politique, ou intellectuel. Ce n’est pas le cas aujourd’hui : c’est par la petite délinquance, par des itinéraires médiocres, sur fond d’effondrement de la rationalité, que des jeunes, perdus dans une société française sans repères et sans aspirations, finissent par devenir des assassins. Chez eux, la rencontre avec un Islam caricatural a servi de catalyseur pour transformer le vide passif qui marque notre collectivité, en une sorte de vide actif, individualisé. Du néant devenu puissance d’anéantissement : voilà ce qui définit le terrorisme contemporain. Avons-nous assez essayé de comprendre cela, de l’anticiper ? Tant que nous n’aurons pas compris l’ampleur du problème, aucune mesure sécuritaire ne nous garantira contre cette folie destructrice. Et les politiques sembleront de plus en plus impuissants, enfermés dans des polémiques stériles sur des circonstances de court terme… Bien sûr il faut tout faire pour éviter autant que possible de futurs attentats, et de futures victimes. Mais sur le fond, la seule urgence est maintenant le long terme. Et puisque ceux qui nous frappent, pour beaucoup d’entre eux, ont grandi en France, cette urgence est assez simple : il faut reconstruire l’école, non pas tant pour combattre le discours islamiste que pour empêcher qu’il trouve encore dans les esprits un tel vide à habiter.

    L’un des buts avoués de l’EI est la dislocation de notre société, l’instauration un climat de guerre civile entraînant une division entre un « eux » et un « nous » intérieurs… Comment conjurer cette menace ?

    Il n’y a qu’une seule façon de la conjurer, c’est de gagner cette guerre, ou à tout le moins d’expliquer aux Français comment nous pourrons la gagner. La politique est l’art d’ouvrir des perspectives ; quand elle ne propose plus de choix, quand elle ne présente plus de solutions crédibles – fussent-elles exigeantes, alors les individus reviennent inéluctablement à l’instinct primaire qui leur commande de se protéger eux-mêmes, et c’est alors, comme l’écrivait Hobbes, « la guerre de tous contre tous » qui resurgit…

    Ne doit-on pas reconnaître notre impuissance devant un ennemi qui, lui, ne craint pas la mort ?

    C’est une vraie mutation en effet : pour le terroriste d’aujourd’hui, la mort n’est plus un outil de négociation, ni le moyen d’obtenir une victoire ; la mort, c’est toute la victoire. Je me souviens du mot glaçant de Merah, qui venait de tuer sept innocents, au négociateur du RAID, qui tentait de le raisonner avant de lancer l’assaut contre lui : « Moi la mort, je l’aime comme vous vous aimez la vie. » Voilà la clé du terrorisme contemporain : la destruction est son but, revendiquée au nom d’une vengeance très approximative, et le suicide son mode d’action. C’est ce qui le rend singulièrement angoissant : même quand ils retiennent des otages, les djihadistes ne veulent rien obtenir, sinon le spectacle toujours nouveau de la violence. Du coup, quand cela s’arrêtera-t-il ? Ce n’est pas le signe de leur force, car en fait ils ne peuvent pas gagner ; mais nous, nous pouvons beaucoup perdre. »

    Ref. l’urgence du long terme

    François-Xavier Bellamy est un homme politique et professeur agrégé de philosophie français né le 11 octobre 1985 à Paris. Aîné d’une fratrie de quatre enfants,  Il passe sa jeunesse à Versailles et y fait ses études. Il entre ensuite en classe préparatoire au lycée Henri-IV à Paris puis intègre l’École normale supérieure en 2005 dans le but de devenir professeur de philosophie. Il passe aussi par le scoutisme à l’Association des guides et scouts d’Europe en étant commissaire pour les scouts marins et chef de la passerelle. Adjoint au maire de Versailles, Il s'est aussi impliqué dans La Manif pour tous, aux Veilleurs, donne fréquemment des conférences et est l'auteur de nombreuses tribunes.

    JPSC
     

  • JMJ à Cracovie : rencontre cordiale entre le pape et les évêques polonais

    IMPRIMER

    C’est par une longue rencontre avec les évêques polonais qu’a commencé le voyage du pape, mercredi 27 juillet, en Pologne. Selon  J.-M. Dumont dans « Famille chrétienne », la rumeur d'un « sermon » du pape aux évêques polonais, présentés par certains médias comme trop conservateurs et « insuffisamment en phase » avec les positions de François, s'est révélée fausse. 

    « Bienvenue à Cracovie ! », « nous nous réjouissons de ta présence et nous te remercions ! » : c’est par ces mots chaleureux que le cardinal Stanisław Dziwisz, ancien secrétaire particulier de Jean-Paul II et actuel archevêque de Cracovie, a accueilli hier soir le pape François dans « sa » cathédrale. Un discours prononcé au nom des quelque 130 évêques polonais réunis autour de lui dans le célèbre édifice du Wavel, pour l’une des toutes premières étapes de ce voyage du pape en Pologne : une rencontre à huis clos avec les chefs de l’Église catholique polonaise.

    Cette rencontre s’est déroulée dans « un climat très chaleureux », selon Stanisław Gądecki, archevêque de Poznan et président de la conférence épiscopale polonaise. Ces derniers jours, des rumeurs avaient circulé, laissant entendre que le pape allait « sermonner » les évêques polonais, présentés par certains médias comme trop conservateurs et « insuffisamment en phase » avec les positions du pape François. Apparemment, ces catégorisations médiatiques se sont une nouvelle fois avérées fausses. 

    « Les Polonais aiment le pape, quel qu’il soit » 

    « Les médias progressistes aiment faire croire qu’il y a un fossé entre les évêques polonais et le pape François, estime un bon connaisseur de l’Église polonaise. C’est exactement comme à l’époque communiste : le pape Jean XXIII était présenté comme très bon et les évêques polonais comme pas assez ouverts. Or les Polonais aiment le pape, quel qu’il soit, sont profondément attachés à lui ».

    Si l’on connaît certains thèmes qui ont été évoqués lors de cette rencontre (la sécularisation en Europe, les œuvres de miséricorde, l’intégration des mouvements dans la vie paroissiale, l’accueil des réfugiés), ce n’est que plus tard qu’on saura avec davantage de précision la teneur précise de ce long échange entre le pape et les évêques polonais. Pour l’heure, c’est avant tout la chaleur et l’enthousiasme qui apparaissent à chaque pas de ces premières heures du voyage du pape en Pologne.

    Le discours d’accueil de l’archevêque de Cracovie 

    pape-francois-jmj-2016-eveques-polonais_article.jpg« Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » Par ces paroles de l’Évangile, je te souhaite la bienvenue à Cracovie, à la cathédrale du Wavel. Dans les murs de ce temple, depuis un millier d’années, est gardée vive la mémoire de la nation polonaise, la mémoire des grands événements de notre histoire, de nos victoires et défaites, de nos souffrances et de nos espérances. Ici bat le cœur de la Pologne ! Ici repose l’évêque de Cracovie et martyr, saint Stanislas, intrépide défenseur des droits de l’homme, qui au XIe siècle a donné sa vie pour défendre le peuple et qui est devenu le patron de l’ordre moral de notre Patrie. Dans cette cathédrale a souvent célébré l’eucharistie l’évêque métropolite de Cracovie, le cardinal Karol Wojtyła. C’est d’ici qu’en octobre 1978 il est parti pour Rome, pour devenir l’évêque de la Ville éternelle. Il est retourné ici plusieurs fois en tant que Jean-Paul II. Aujourd’hui, l’évêque de Rome est venu à nous, pour vivre ces journées, avec les jeunes du monde entier, la fête de la foi, pour nous confirmer tous dans la foi, pour montrer au monde le visage jeune et miséricordieux de l’Église. Comment ne pas remercier le Tout-Puissant pour tout ce que nous sommes en train de vivre, à l’occasion du 1050e anniversaire du baptême de la Pologne et de l’Année sainte de la Miséricorde ? Saint Père, nous te souhaitons la bienvenue avec une grande joie ! Ta présence parmi nous rend plus profonde notre conscience d’appartenir à l’Église universelle, qui dépasse les limites des nations, des cultures et des langues. Nous prêterons une oreille attentive à tes paroles. Nous tiendrons les yeux fixés sur ton amical visage. Saint Père, bienvenue ! Nous nous réjouissons et nous te remercions ! » 

    J.-M. Dumont

    Ref. Les évêques polonais accueillent chaleureusement le pape François

     JPSC

     Les JMJ à Cracovie

  • Homélie du pape François à Czestochowa lors de la messe célébrée ce 28 juillet à l'occasion du 1050e anniversaire du baptême de la Pologne

    IMPRIMER

    Des lectures de cette Liturgie émerge un fil divin, qui passe par l’histoire humaine et tisse l’histoire du salut.

    L’apôtre Paul nous parle du grand dessein de Dieu : « Lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme » (Ga 4, 4). Toutefois, l’histoire nous dit que lorsqu’est venue cette ‘‘plénitude des temps’’, c’est-à-dire lorsque Dieu s’est fait homme, l’humanité n’était pas particulièrement bien disposée et il n’y avait même pas une période de stabilité et de paix : il n’y avait pas un ‘‘âge d’or’’. La scène de ce monde ne méritait donc pas la venue de Dieu, tout au contraire, « les siens ne l’ont pas reçu » (Jn 1, 11). La plénitude des temps a été alors un don de grâce : Dieu a rempli notre temps de l’abondance de sa miséricorde ; par pur amour,– par pur amour ! – il a inauguré la plénitude des temps.

    Surtout, la manière dont se réalise la venue de Dieu dans l’histoire est frappante : ‘‘né d’une femme’’. Aucune entrée triomphale, aucune manifestation imposante du Tout-Puissant : il ne se montre pas comme un soleil éblouissant, mais il entre dans le monde de la manière la plus simple, comme un enfant de sa mère, de cette manière dont nous parle l’Écriture : comme pluie sur la terre (cf. Is 55, 10), comme la plus petite des semences qui germe et grandit (cf. Mc 4, 31-32). Ainsi, contrairement à ce à quoi nous nous attendrions et que peut-être nous voudrions, le Royaume de Dieu, maintenant comme autrefois, « n’est pas observable » (Lc17, 20), mais vient dans la petitesse, dans l’humilité.

    L’Évangile d’aujourd’hui reprend ce fil divin qui traverse délicatement l’histoire : de la plénitude des temps, nous passons au ‘‘troisième jour’’ du ministère de Jésus (cf. Jn 2, 1) et à l’annonce du ‘‘maintenant’’ du salut (cf. v. 4). Le temps se resserre, et la manifestation de Dieu s’accomplit toujours dans la petitesse. Tel fut ‘‘le commencement des signes que Jésus accomplit’’ (v. 11) à Cana de Galilée. Il n’y a pas un geste éclatant accompli devant la foule, et même pas une intervention qui résout une question politique brûlante, comme la soumission du peuple à la domination romaine. Plutôt, dans un petit village, un miracle simple est accompli, qui réjouit le mariage d’une jeune famille, tout à fait anonyme. Pourtant, l’eau changée en vin à la fête de noces est un grand signe, parce qu’elle nous révèle le visage nuptial de Dieu, d’un Dieu qui se met à table avec nous, qui rêve et qui réalise la communion avec nous. Elle dit que le Seigneur ne maintient pas la distance, mais qu’il est proche et concret, qu’il est au milieu de nous et prend soin de nous, sans décider à notre place et sans s’occuper de questions de pouvoir. Il aime à se faire contenir dans ce qui est petit, contrairement à l’homme, qui tend à vouloir posséder quelque chose de toujours plus grand. Être attiré par la puissance, par la grandeur et par la visibilité est tragiquement humain, et constitue une grande tentation qui cherche à s’introduire partout ; se donner aux autres, supprimer les distances, en demeurant dans la petitesse et en habitant concrètement le quotidien, est typiquement divin.

    Lire la suite

  • Dans dix ou quinze ans, y aura-t-il encore des chrétiens au Moyen-Orient ?

    IMPRIMER

    Lu sur le site de 20minutes.fr :

    «Certains prédisent que dans dix ou quinze ans, il n’y aura plus de chrétiens au Moyen-Orient»

    INTERVIEW Le directeur de l’ONG Portes ouvertes, Michel Varton, pointe l'extrémisme islamique comme première cause des persécutions de chrétiens dans le monde...

    Dans votre rapport annuel, vous indiquez que la première source de persécutions de chrétiens dans le monde en 2015 est l’extrémisme islamique. Est-ce toujours le cas actuellement ?

    Nous ferons le bilan à la fin de l’année, mais cela devrait toujours rester d’actualité. Depuis sept semaines par exemple, nous avons noté douze agressions d’extrémistes islamiques contre des coptes en Egypte. Mais la violence islamique a deux faces. L’une est visible, ce sont les meurtres notamment, les agressions, nous l’appelons le marteau. L’autre est invisible, c’est l’étau, c’est-à-dire une pression quotidienne, très présente, qui pèse sur la population. Les chrétiens sont victimes de nombreuses discriminations. Un travail peut leur être refusé du fait qu’ils ne sont pas musulmans, comme en Egypte. Il leur est plus difficile de trouver un appartement, d’obtenir une promotion, les prix sont plus chers pour eux… Et les musulmans qui souhaitent se convertir sont vus comme des traîtres et risquent la mort.

    L’Afrique est le continent où vous avez recensé le plus de meurtres de chrétiens en 2015. Comment évolue la situation, plus particulièrement au Nigeria (4028 personnes assassinées sur un total de 7100 dans le monde) ?

    Il y a une forme de persécution qui régresse un petit peu, celle de Boko Haram. Le gouvernement réagit plus efficacement, le groupe est repoussé vers le nord. Mais le plus grand problème actuellement ce sont les nomades musulmans de l’ethnie peule, qui visent spécifiquement les chrétiens pour leur voler leurs terres et leur bétail. Ce groupe est encore plus radical et dangereux pour les chrétiens que Boko Haram. Au printemps, je suis allé à Yola, dans l’est du pays. J’ai rencontré des réfugiés chrétiens qui ont tout perdu. Ils ont vu leur village brûlé. Il y a eu des morts. Ils ont fait appel aux autorités locales, qui n’ont rien fait. Les chrétiens deviennent des réfugiés dans leur propre pays.

    En Syrie, les forces gouvernementales reprennent du terrain à Daesh. Qu’en est-il des chrétiens là-bas ?

    Je suis également allé au printemps à Damas et à Maaloula, un village qui a été attaqué par Daesh. Dans les régions libérées, le danger est repoussé. Des chrétiens sont revenus, mais beaucoup d’autres non. De nombreuses maisons sont détruites. Les réfugiés n’osent généralement pas encore rentrer car la situation n’est pas stabilisée.

    Et en Irak ?

    Très peu sont rentrés. Il faudrait attendre que Mossoul soit repris par l’armée pour avoir une certaine sécurité. Ils ont peur que les islamistes reviennent. Des maisons ont aussi été piégées avec des bombes.

    Meurtres, violences, églises ciblées (2406 en 2015 dans le monde)… Comment se manifestent les autres persécutions de Daesh au quotidien ?

    Dans les régions dominées par Daesh, les chrétiens étaient soit chassés de chez eux, soit devaient payer une taxe pour pouvoir rester. Les églises étaient fermées, il n’y avait plus de messes, ils étaient obligés de se cacher. La plupart sont partis quand ils ont pu. En Irak, on compte environ 250.000 chrétiens contre 1,2 million au début des années 1990. Cette persécution n’a pas commencé avec Daesh par ailleurs. Elle date de la deuxième guerre du Golfe.

    Vous parlez d’une « forme de nettoyage ethnique » dans le rapport. Ce sont des mots très forts.

    Les chrétiens sont visés car ils sont chrétiens, donc mécréants pour Daesh. Avant tous ces groupes extrémistes, les chrétiens étaient tolérés, ils avaient le droit de cohabiter, même s’ils étaient des citoyens de seconde zone. Depuis quelques années, en Afrique et au Moyen-Orient, l’objectif est de les chasser de leurs terres, de les expulser, pour instaurer un califat 100 % musulman.

    Vous indiquez également qu’il n’y a jamais eu une telle migration de chrétiens. Cette communauté est-elle vouée à disparaître des parties du globe où elle est persécutée ?

    J’espère que non. Mais depuis des décennies, le Moyen-Orient se vide de sa population chrétienne. Certains prédisent que dans dix ou quinze ans, il n’y aura plus de chrétiens dans cette région. Enormément de réfugiés se trouvent au Kurdistan, au Liban, en Jordanie, en Turquie… Combien vont retourner chez eux ? Notre but à Portes ouvertes est de les aider dans leur pays. Il faut leur donner un avenir, un espoir. Pour qu’ils restent, ils ont besoin d’une maison, d’un travail, d’une école… S’ils partent, ils risquent de ne pas revenir.