Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

D'après le pape, la réforme liturgique du Concile Vatican II est irréversible

IMPRIMER

D'Anne Kurian sur zenit.org :

La réforme liturgique est « irréversible », affirme le pape François

Dans la liturgie, « Dieu nous aime comme nous sommes, ici et maintenant », a déclaré le pape François devant les quelque 800 participants à la 68e Semaine liturgique nationale italienne, qu’il a reçus au Vatican le 24 août 2017. La réforme liturgique du Concile Vatican II « est irréversible », a-t-il affirmé.

L’audience a eu lieu dans la salle Paul VI du Vatican, à l’occasion des 70 ans de fondation du Centre d’action liturgique italien. En matière de liturgie ces 70 dernières années, a estimé le pape, l’Eglise a vu des événements « substantiels et non pas superficiels ». Des événements comme le Concile Vatican II et la réforme liturgique, qui « n’ont pas éclos à l’improviste » mais ont été « longuement préparés », a-t-il assuré en soulignant que Pie X déjà en son temps avait institué une commission pour la réforme générale de la liturgie.

Vatican II et sa Constitution sur la sacrée liturgie Sacrosanctum Concilium (SC) ont répondu « à des besoins réels et à l’espérance concrète d’un renouveau », a poursuivi le pape François : « on désirait une liturgie vivante… il s’agissait d’exprimer de manière renouvelée la vitalité éternelle de l’Eglise en prière. »

« Après ce magistère, après ce long chemin, nous pouvons affirmer avec certitude et avec autorité magistérielle que la réforme liturgique est irréversible », a-t-il déclaré.

Pour le pape argentin, l’application pratique de la « direction » donnée par le Concile « est encore en acte, parce qu’il ne suffit pas de réformer les livres liturgiques pour renouveler la mentalité ». Le processus « demande du temps, une réception fidèle, une obéissance pratique, une mise en pratique célébrative sage, d’abord de la part des ministres ordonnés… mais aussi de tous ceux qui participent à la liturgie. En vérité, nous le savons, l’éducation liturgique… est un défi à affronter sans cesse ».

« Aujourd’hui, a-t-il assuré, il faut encore travailler dans cette direction, en particulier en redécouvrant les raisons des décisions réalisées avec la réforme liturgique, en dépassant les lectures sans fondement et superficielles, les réceptions partielles et les pratiques qui la défigurent ». Il ne s’agit pas tant, a précisé le pape, « de repenser la réforme en révisant les choix, que de connaître mieux les raisons qui les sous-tendent … d’en intérioriser les principes inspirateurs et d’observer la discipline qui la régule ».

Vie et non pas idée à comprendre

« La liturgie est vie et non pas une idée à comprendre », a encore souligné le pape : « Elle conduit en effet à vivre une expérience initiatique, c’est-à-dire transformatrice, de la façon de penser et de se comporter, et non pas à enrichir son bagage d’idées sur Dieu. »

Ainsi « il y a une belle différence entre dire que Dieu existe et sentir que Dieu nous aime, comme nous sommes, ici et maintenant. Dans la prière liturgique, nous faisons l’expérience de la communion signifiée non pas par une pensée abstraite mais par une action qui a pour agents Dieu et nous, le Christ et l’Eglise ».

Par sa nature, a expliqué par ailleurs le pape François, la liturgie est « populaire et non cléricale », elle est « une action pour le peuple, mais aussi du peuple », « l’action que Dieu accomplit en faveur de son peuple, mais aussi l’action du peuple qui écoute Dieu qui parle et réagit en le louant, en l’invoquant, en accueillant la source inépuisable de vie et de miséricorde qui coule à flot des signes saints ».

« L’Eglise en prière rassemble tous ceux qui ont le cœur à l’écoute de l’Evangile, sans écarter personne », elle convoque « petits et grands, riches et pauvres, enfants et anciens, en bonne santé et malades, justes et pécheurs… La liturgie est inclusive et non pas exclusive, porteuse de communion avec tous sans cependant homologuer ».

Commentaires

  • La réforme liturgique du Concile Vatican II répondrait, selon le pape François, « à des besoins réels et à l’espérance concrète d’un renouveau ». Soit, peut-être est-ce là, en effet, le motif du changement : un besoin de renouveau.
    Mais pourquoi dire qu'elle « est irréversible » ? Entend-on par là qu'un besoin de renouveau n'apparaîtra jamais plus dans le cœur des hommes qui vivent la liturgie (et en vivent) ? Ce serait absurde !
    Si c'est bien le désir de renouveau qui a amené la réforme liturgique, gageons que ce besoin se fera sentir à nouveau, un jour que nous ne pouvons déterminer (dans 200 ans ou peut-être beaucoup plus tôt). Suivant le même argumentaire que celui qui semble justifier dans l'esprit du pape la réforme de Vatican II, une nouvelle réforme sera alors mise en chantier. Tout simplement. Celle-ci n'est donc pas irréversible.

  • En somme, ce serait la réforme de la réforme, pour reprendre une expression du prédécesseur de François.

  • Le pape François Ier devrait méditer la parole du Christ qui dit que "le scribe devenu disciple du Royaume des cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor DU NEUF ET DE L'ANCIEN. " (Mt 13, 52).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel