Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coexister : une charge haineuse contre la religion catholique

IMPRIMER

De Bruno de Seguins Pazzis sur le Salon Beige :

Coexister : derrière les apparences d’une comédie, une charge haineuse contre la religion catholique

C

Synopsis

Nicolas Lejeune est un producteur de musique de variété dont la carrière et la vie de famille battent de l'aile : il est en panne de talents à produire et sa femme le rejette en raison de ses infidélités. Sophie Demanche, qui dirige le groupe dont fait partie son petit label, lui lance comme défi de remplir le music-hall parisien l'Olympia avec un nouveau projet dans un délai maximum de six mois. Au pied du mur, Nicolas et son assistance Sabrina vont monter un groupe de musique composé d'un curé, le père Benoit, d'un rabbin, Samuel, et d'un imam, Moncef, pour chanter la diversité et le « vivre-ensemble ». Le recrutement n’est pas facile et les membres du groupe vont rencontrer quelques difficultés pour s'accorder. Avec : Fabrice Éboué (Nicolas Lejeune), Ramzy Bédia (Moncef, l'imam), Guillaume de Tonquédec (Benoit, le curé), Jonathan Cohen (Samuel, le rabbin), Amelle Chahbi (Alexia), Audrey Lamy (Sabrina), Mathilde Seigner (Sophie Demanche), Grégoire Foessel (un technicien du cinéma), Mylene Bude (une groupie), Michel Drucker (lui-même), Jean-Pascal Zadi (Pink Kalash). Scénario : Fabrice Éboué. Directeur de la photographie : Philippe Guilbert. Musique : Guillaume Roussel.

 

Plus que christianophobe, anti-catholique

Qui d’autre pouvait produire ce tas d’immondices si ce n’est EuropaCorp, la maison de production de Luc Besson, le sinistre producteur et réalisateur d’un Jeanne d’Arc (1999) blasphématoire. Dans un jeu de mot stupide, le Chicago Sun-Times qui n’apprécie pas le film écrit « Coexister est un film qui n’existe pas ». Cette affirmation est malheureusement fausse. Coexister existe bel et bien et pas pour le bien du spectateur mais pour son mal. Car sous le prétexte de décrire les tensions religieuses, très accessoirement le petit monde de la musique de variétés et de prêcher quelque chose qui voudrait ressembler à de l’œcuménisme et qui s’apparente plus à du syncrétisme, le tout sur un mode humoristique, Coexister est en réalité une charge épouvantable contre la religion catholique au travers de sa personnification la plus sacrée, le prêtre. En apparence, les trois communautés religieuses qui font l’affiche, les religions catholiques et juive et la « religion » musulmane, en prennent chacune pour leur grade. Mais ce n’est qu’en apparence. Cela est annoncé dès l’affiche du film sur laquelle le prêtre est bien celui qui est à la pointe du triangle…Et cela se vérifie tristement au fur et à mesure de l’avancement du récit qui commence dans l'humour facile, les blagues téléphonées, mais le tout déjà bien vulgaire et grossier, pour culminer dans un final qui traine dans la boue (hé !) le prêtre qui a défroqué pour se marier avec une nymphomane dont, selon ses propres mots qui confinent au blasphème, il est tombé amoureux « plus que de Jésus » ! Entre temps, si le rabbin est quelque peu « charrié », il n’est pas trainé dans la boue (hé !) car il n’a pas abandonné son « sacerdoce » et se révèle seulement un peu dérangé du fait d’un caractère trop dépressif. Si l’imam, dont il faut se demander s'il est faux pour les seuls besoins scénaristiques ou plus gravement par peur de représailles violentes, d’une fatwa peut-être, ou pire encore, par sympathie pour l’Islam, il peut bien faire « tout ça qu’il veut », boire de l’alcool jusqu’à plus soif, « bouffer » du cochon à s’en péter la sous-ventrières et « couchonailler » avec toutes les filles qui lui tombent sous la main, il fait rien de mal et il n’y a donc aucune raison de le trainer dans la boue (hé !).

Derrière les apparences d’une comédie, une charge haineuse contre la religion catholique

Par contre le prêtre catholique… Si vous voulez voir un prêtre en soutane faire le guignol sur une scène, courrez voir Coexister ! Si vous voulez voir ce curé en soutane le visage coincé entre deux paires de fesses dans une boite louche, courrez voir Coexister ! Si vous voulez voir ce curé « soumis » à la tentation, y « entrer » et y succomber lamentablement, défroquer et être heureux d’avoir défroqué, courrez-voir Coexister ! « La comédie la plus drôle de l’année » selon Caroline Vié du journal 20 minutes. Mais après, lorsque vos églises seront transformées en mosquées, vos femmes obligées de porter le voile et que le choix qui vous restera sera l’apostasie ou le martyre, ne venez pas vous plaindre, ne venez pas pleurnicher. Mais posez-vous la question Mais qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? (film de Philippe de Chauveron en 2014). Ce sera certes un peu tard, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire.

On juge l’arbre à ses fruits…

« Alors que je recherchais une idée pour mon nouveau projet, je suis tombé par hasard sur YouTube sur un clip des Prêtres Chanteurs qui avait cartonné à l'époque : il s'agissait de trois prêtres qui, en reprenant des classiques de la chanson française, avaient vendu plus d'un million d'albums et connu une tournée triomphale. Ce qui m'avait frappé, c'est que l'un de ces trois prêtres, qui était juste séminariste, avait renoncé à sa vie d'homme d'Eglise à l'issue de la tournée. Je me suis demandé ce qui avait pu se produire en lui au cours de cette tournée pour qu'il réalise qu'il n'y avait pas que Jésus dans la vie ! Je suis donc parti de ce principe, et puis j'ai décidé d'élargir le film aux autres religions » (Allociné. Secret de tournage). C’est ainsi que Fabrice Eboué explique comment lui est venu l’idée de son film. Ceci prouve si cela devait être démontré, d’une part que les prêtres et d’une manière générale tous les religieux, ne sont pas faits pour se produire en spectacle (souvenons-nous de la fin si triste et lamentable de Sœur Sourire), d’autre part que ce Coexister n’est rien moins que le fruit vénéneux du groupe musical « Les Prêtres », enfin qu’on juge l’arbre à ses fruits.

Commentaires

  • Une conclusion sur le groupe "les prêtres" qui est complètement excessive et injustifiée. On ne compte plus les films blasphématoires qui ont tiré leur inspiration de faits admirables, de passages de l'évangile ou de vies de Saints qu'ils se sont appliqués à pervertir, et cela ne remet en cause en rien leur justesse. De plus, la description qu'en fait le réalisateur n'est pas correcte : Joseph Dinh Nguyen était déjà "en discernement" et avait déjà quitté le séminaire avant de participer au groupe.

  • Conclusion bizarre . Pourquoi des religieux ne pourraient - ils pas chanter sur scène avec de beaux textes ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel