Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La mort de Philippe Maystadt

IMPRIMER

La « Libre » de vendredi dernier publiait, en guise d’hommage, le texte d’une interview que cet humaniste  issu du monde politique « chrétien » lui avait accordée en juin dernier.  Cet entretien, sur lequel plane l’approche d’une mort annoncée, se termine par une conclusion sans espérance que le journal qualifie de « calme et sereine » : « Qu’y a-t-il après la mort ? » demande le journaliste à son interlocuteur. Réponse de l’athée qui croit au non-sens ultime de la réalité : « Rien. Et c’est cela qui me rend serein . Je n’ai pas peur de ce qui peut advenir après. Cela me rassure : ‘Tu es poussière et tu retourneras en poussière’. Entre les deux, j’ai eu la chance d’avoir une vie bien remplie, de connaître des moments exceptionnels, de découvrir la beauté du monde et, je l’espère d’avoir été un peu utile » et le mot de la fin : « Quelle trace laisserez-vous » ? Réponse : « cela ne me préoccupe pas ». Un tel propos peut laisser songeur mais ne doit pas nous étonner. Chacun apprivoise la mort comme il peut et la raison n’a, de toute façon, pas grand’chose à faire dans l'ultime face à face avec l’inéluctable. Philippe Maystadt est mort jeudi dernier. Il avait 69 ans. Sur son mini-site, le chanoine Eric de Beukelaer écrit au sujet du défunt :

« Une fois encore, me frappe ce que je nomme l’Esprit et que d’autres appellent par divers noms. Cela faisait deux jours que Philippe Maystadt me trottait dans la tête et que je le confiais davantage dans ma prière. Ce matin encore, avant de quitter pour une journée de réunions et rencontres, je me suis dit: « Ce soir, je lui envoie un email pour prendre de ses nouvelles ». Et puis, voilà que la radio qui parle dans ma voiture, m’apprend son décès. Un peu comme si une petite Voix m’avait préparé à ce départ.

Nous n’étions pas intimes, mais cela fait quelques années que j’ai appris à le connaître par la fondation « Ceci n’est pas une crise »  dont il était un des membres fondateurs et qu’il présida un temps: une fondation luttant contre le populisme identitaire, qu’il accompagnait de la sagesse de son jugement. D’autres que moi évoqueront avec plus d’à-propos  son calme et sa ferme douceur pour faire avancer une société démocratique, multiculturelle et européenne. Ce fut, en effet, un authentique humaniste et un excellent analyste économique.

J’avais été touché par le fait qu’il cita dans sa dernière interview à La Libre« l’Urgence humaniste », petit livre que j’ai co-écrit pour la fondation avec mon ami Baudouin Decharneux. Je le cite à la fin de cette interview: 

Quel est le sens de la vie ? J’ai longtemps refoulé cette question. Mais à un moment donné, on n’y échappe pas. Dans ses méditations, Descartes dit qu’il a vécu très longtemps en tenant pour vrai ce qui se confond avec son éducation. Mais, dit-il, arrive un moment où l’on remet en question ce qui paraissait une évidence. Cela m’est arrivé. J’ai été confronté à la question de l’acte de foi. Quand la question du sens surgit, ce n’est pas la raison qui donne la réponse. Les progrès de la science ont permis de répondre à certaines questions. Mais la science ne permet pas de dire si Dieu existe ou non.

Votre réponse ? Dans leur beau livre « L’urgence humaniste », Eric de Beukelaer et Baudouin Decharneux distinguent trois attitudes fondamentales. Le croyant croit à un sens ultime de la réalité. L’athée croit au non-sens ultime de la réalité. L’agnostique suspend son acte de foi. Je suis devenu agnostique. Ce qui ne veut pas dire que je ne crois en rien.

Donc vous croyez en… En un certain nombre de valeurs morales inspirées de la tradition chrétienne et des Lumières. Je reconnais l’immense apport de la religion chrétienne et le rôle pacificateur qu’elle peut jouer aujourd’hui. Je suis fasciné par une personnalité comme le pape François. Mais je ne peux plus dire qu’il y a un Etre suprême, fondateur. Cela dit, entre ces trois attitudes fondamentales, croyant, athée, agnostique, la ligne de démarcation n’est pas étanche. Il y a plus d’un athée qui est en quête de sens. Il y a plus d’un croyant qui doute quand il voit le non-sens de certaines souffrances. Et l’agnostique peut avoir des actes de foi partiels. Finalement, je crois que chacun fait comme il peut. Chacun cherche son cap, essaie d’ajuster ses voiles.

Depuis quelques mois, la maladie l’empêchait de venir aux réunions de la fondation. Sur conseil de Jean-Pascal Labille, je lui rendai donc visite ce 30 août dernier, à son domicile dans la banlieue de Nivelles. Trois heures durant, nous avons eu un échange riche sur divers sujets. Seulement vers la fin, la religion fut abordée et il m’expliqua que la foi de son enfance s’était graduellement « évaporée » en lui. Cependant, il ne se fermait à rien et rendait grâce pour une vie aussi riche en expériences. Mes derniers mots furent pour lui partager ma conviction que si Dieu ne se rend pas évident, c’est pour laisser l’homme libre. Que l’athée et l’agnostique font donc aussi, quelque part, partie de Sa Providence. Il ne m’a pas répondu et j’ai pris congé.

Depuis, nous avons échangé quelques mails. A l’occasion du décès de, Philippe de Woot, qui faisait partie comme lui de la quatrième classe de l’Académie royale et puis surtout, suite au décès inattendu de la fille de Jean-Pascal Labille.  Avec sa générosité habituelle, il m’écrivit alors: « J’ai beaucoup pensé à Jean-Pascal ces derniers jours. C’est, je crois, la souffrance la plus terrible : la perte d’un enfant. On préfèrerait mourir soi-même. J’espère que Jean-Pascal trouvera le courage nécessaire pour surmonter cette épreuve. ». Dans son dernier mail, datant de début novembre, il m’annonçait la visite de ce dernier: « un geste que j’apprécie particulièrement », ponctua-t-il avec cette sobre élégance morale qui le caractérisait tant.

A Dieu donc, Philippe. A ton épouse et à tes enfants, dont tu me parlais avec fierté, je présente ma sympathie et mes condoléances. Tu disais ne pas t’attendre à une vie après la mort. Qui sait? Peut-être que l’expert en prévisions économiques aura eu, cette fois au moins, … une divine surprise. A Dieu donc – et merci. »

Ref. In memoriam Philippe Maystadt

JPSC

Commentaires

  • Bel et merveilleux hommage, Eric de Beukelaer.

    J'ai eu le bonheur d'"avoir pu oeuvrer, surtout dans les années 1980 : Détaché de l'enseignement pour faire partie de son Cabinet Ministériels, au sein de la "Démocratie Chrétienne, du MOC;

    Pour lui, nous étions des "collaborateurs" : toujours des encouragements, des mercis, des mots sympathiques ...

    Un politicien et un humaniste comme on aimerait en trouver davantage actuellement.

    Il restera toujours présent pour ma famille.

    Nous sommes toujours en contact avec un de ses filles.

    Adieu ou A Dieu : je respecte son choix ...

  • Sans faire partie de son cercle d'amis, loin de là, j'ai eu l'occasion, d'entendre monsieur Maystadt en conférences et de le lire. J'avoue avoir toujours été impressionné par sa grande capacité d'analyse couplée à une recherche de sens évidente. Cela manque tellement dans le monde politique actuel, surtout peuplé de technocrates éblouis par la magie des chiffres. Pourtant, je ne puis non plus m'extasier devant cet humaniste athée lorsqu'il dit: "Je crois en un certain nombre de valeurs morales inspirées de la tradition chrétienne et des Lumières. Je reconnais l’immense apport de la religion chrétienne et le rôle pacificateur qu’elle peut jouer aujourd’hui. Je suis fasciné par une personnalité comme le pape François. Mais je ne peux plus dire qu’il y a un Etre suprême, fondateur".
    J'ignore tout de l'itinéraire personnel qui a conduit monsieur Maystadt à une telle conviction, et je la respecte. Mais, s'il vous plaît, n'en faisons pas un "saint" païen... Confesser sa foi en des valeurs chrétiennes et en un rôle civilisateur du christianisme, c'est souvent la meilleure façon d'éviter le Seul que nous ayons à confesser en vérité. Et personnellement, je ne peux que regretter qu'un tel homme n'ait pu le faire avant sa mort. Puisse-t-il le faire avec allégresse maintenant qu'il est devant le Visage de Lumière!

  • Je ne sais pratiquement rien de Philippe Maystadt . Simplement ceci : Dans une interview très très ancienne ,il se souvenait du choc qu' adolecent il avait eu en voyant dans quelles conditions un condisciple "pauvre " ( je ne trouve pas de mot qui convienne mieux, aujourd'hui encore ) pauvre donc, devait faire ses devoirs. C' était à Charleroi.
    Et il parait qu ' après la mort un " presque rien" , un " je)ne-sais-quoi , " un regard de pitié pour un chien " ( Frossard ) suffira.
    C'est bientôt Noël :
    " L 'espérance est une petite fille de rien du tout qui est venue au monde le jour de Noël " ( Peguy) .
    Bel Avent à tous ....

  • Je ne comprends pas le titre . Philippe Maystadt dit de lui même qu'il est agnostique et tout le reste de l' article du Père de Beukelaer et de l' interview vont dans le même sens .
    Philippe Maystadt ne pouvant plus se défendre lui même j' aimerais bien , non pas qu'on publie ce commentaire mais qu'on change EXPLICITEMENT le titre . Merci.

  • Oui, Thérèse, il n'était pas athée, vraiment pas.
    Il n'a jamais prétendu n'être plus chrétien.

    Sa foi, il la vivait au service de ses frères et soeurs humains. Et pour moi, c'était l'essentiel.
    Je n'ai pas à me demander pourquoi il disait qu'après la mort, c'est fini ! Il est parti avec ce secret.
    Je respecte ce qu'il a exprimé.
    Il n'a pas été amené à convaincre les autres à ce sujet.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel