Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Homélie pour le jour de Noël

IMPRIMER

Du Père Simon Noël osb, moine à Chevetogne :

Noël 2017 homélie 

C'est Noël ! Partout dans le monde chrétien, des crèches de Bethléem s'offrent à notre regard et à notre contemplation. Qu'elles soient napolitaines, provençales ou d'autres pays encore, la même scène ravissante est devant nous : l'Enfant Jésus dans la mangeoire, Marie et Joseph en adoration, l'âne et le bœuf, les bergers avec leurs agneaux, les mages avec leurs présents, et dans le ciel le chœur des anges qui chantent la Gloire de Dieu et la paix sur la terre. Un Dieu éternel s'est fait petit enfant parmi nous.

Dans un sermon sur la crèche, saint Bernard a eu cette exclamation : Qui ne sait qu'un enfant pardonne facilement. Noël c'est bien cela d'abord : Dieu offre son pardon à l'homme dans le sourire d'un enfant. Dieu pardonne facilement, comme seul un enfant sait le faire. Et comme le pape François aime le dire, quand Dieu pardonne, il oublie vraiment. C'est là du reste le motif le plus profond du secret rigoureux de la confession, auquel le prêtre est tenu. Comment un prêtre pourrait-il se souvenir de choses que Dieu lui-même a oubliées ? A nous d'accepter avec la même simplicité enfantine ce pardon divin et goûter ainsi la paix de ce jour, et la réconciliation définitive entre Dieu et l'humanité.

Face à un enfant, nous n'avons aucune peur, nous sommes charmés par sa petitesse et sa grâce, nous sommes tout à fait à l'aise. Le Seigneur s'est fait l'un de nous, il a caché entièrement sa gloire divine, pour que nous n'ayons plus cette peur qui fut celle d'Adam dans le jardin après la faute, quand il se cacha, parce qu'il avait peur et avait honte. Le Seigneur veut que nous ayons désormais avec lui une relation de familiarité, d'intimité et de confiance. Il a simplement soif d'être aimé, et c'est tout de suite, tels que nous sommes, que nous devons commencer à l'aimer, sans attendre d'être parfaits pour cela.

Le verbe s'est fait chair et il a demeuré parmi nous. Et il demeure encore avec nous dans le mystère de l'eucharistie. Ce n'est pas sans raison que toutes les fêtes chrétiennes, et parmi elles celle d'aujourd'hui, se célèbrent principalement par l'eucharistie, ce sacrement qui contient tous les mystères du Christ. Si le Seigneur par amour pour nous s'est fait homme, s'est fait tout proche de nous, Emmanuel, Dieu avec nous, il est aussi celui qui a dit le Jeudi-Saint : J'ai désiré d'un immense désir manger cette pâque avec vous. Dans l'apocalypse il dit ceci : Voici que je me tiens à la porte et que je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et m'ouvre la porte, j'entrerai chez lui et je souperai avec lui et lui avec moi. Si nous savions comme Jésus a faim de nous, comme il brûle du désir de venir dans notre cœur, comme il est impatient de descendre en nous, supprimant, entre nous et lui, toute distance, en descendant au fond de notre âme ! C'est le même amour qui a poussé le Seigneur à se faire homme et à instituer l'eucharistie, sacrement par excellence de son amour. Il y a la crèche de Bethléem. Il y a aussi la crèche de notre cœur. En célébrant l'eucharistie, nous fêtons Noël, non plus seulement d'une manière extérieure, mais d'une manière tout intérieure. Celui qui est né à Bethléem il y a 2 000 ans, naît aujourd'hui dans notre cœur.

Il veut naître en nous, se reposer en nous, s'établir en nous et demeurer avec nous. Certes nous n'en sommes pas dignes, qu'il vienne sous notre toit, notre âme est souvent aussi sale qu'une étable à bestiaux, mais en venant en nous, il en fait un paradis de délices, car il y fait briller sa lumière, sa pureté infinie et il opère en nous une œuvre de sanctification et de divinisation. Chaque fois que le Verbe de Dieu naît ainsi dans notre âme, les anges chantent pour nous aussi : Aujourd'hui un Sauveur vous est né. Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu'il aime.

Alors en cette sainte eucharistie, c'est maintenant que Noël se produit. Ce n'est pas seulement un souvenir du passé, c'est un mystère que nous vivons maintenant, qui doit transformer notre existence et nous faire chanter sans cesse les merveilles de Dieu.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel