Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le prochain pape pourra-t-il se démarquer de la ligne du pontificat actuel ?

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur son blog "Settimo Cielo" :

    Comment François prépare la place pour son successeur

    François n'a aucun désir de passer dans l'histoire comme un pape "de transition". Ce qu'il fait, il veut que cela dure après son départ. Et pour en être certain, il institutionnalise les choses qui lui sont les plus chères, il les rend stables, en faisant seul d'avance le tirage de tous les nombres. 

    La Journée Mondiale des Pauvres est une de ses créations, officiellement institutionnalisée il y a quelques semaines.

    L'idée de Jorge Mario Bergoglio selon laquelle l'Église est comme un «hôpital de campagne» se traduira chaque année dès maintenant, en novembre, par une célébration des œuvres de miséricorde pour les affamés, ceux qui sont nus, sans-abris, étrangers, ou en prison.

    Avec le pape, ce pape qui, à Rome, mangera avec des centaines de pauvres, il sera difficile pour un de ses successeurs de ne pas faire de même. Le pape François conduira la répétition générale à Bologne le 1er octobre prochain, où le programme de la visite prévoit déjà qu'à midi, le pape sera "à déjeuner avec les pauvres à la basilique de San Petronio".

    Ensuite, il y a les «Scholas Occurrentes», un réseau d'écoles qui, né à Buenos Aires lorsque Bergoglio était archevêque de cette ville, relie plus de 400 000 instituts dans le monde entier, peu importe qu'ils soient catholiques ou laïcs.

    Il n'y a rien de religieux dans les réunions de ces écoles; les mots et les concepts qui président sont le «dialogue», l'«écoute», la «rencontre», les «ponts», la «paix», l'«intégration». Et en parcourant même les nombreuses communications que François a adressées aux «Scholas», le silence sur le Dieu chrétien, sur Jésus et l'Evangile, est pratiquement sépulcral.

    Mais en dépit de cela, le pape a érigé les «Scholas Occurrentes» en tant que «pieuse fondation» de droit pontifical, accueille leurs conférences mondiales au Vatican et, il y a trois semaines, le 9 juin, a inauguré un bureau pour eux au sein du Palais pontifical, ce qui rendra la tâche plus compliquée pour les déloger dans le futur.

    Le tournant n'est pas de peu d'importance. Pendant des siècles, les écoles de la Société de Jésus ont été le phare de l'éducation catholique. Alors que ces «Scholas» si chères au pape jésuite innovent davantage par de fréquents matchs de football «pour la paix» qu'il parraine avec, à ses côtés, Maradona, Messi ou Ronaldinho, ainsi que par la rencontre bizarre qui s'est déroulée il y a un an sur le ring à Las Vegas - également convoquée par le pape sous la bannière du dialogue - entre un boxeur catholique et un boxeur musulman, et qui ont tous deux été reçus à Sainte Marthe après que le musulman, qui a perdu au classement au sixième round, a pu quitter l'hôpital .

    Dans le domaine politique, la même chose se passe. Il ne se passe pas un an sans que François ne convoque autour de lui une réunion mondiale de ce qu'il appelle les «mouvements populaires».

    Ce réseau de mouvements n'existait pas avant lui, loin de là. C'est une autre de ses inventions. Il en a confié la sélection à un ami syndicaliste argentin, Juan Grabois, qui va les pêcher chaque fois parmi les irréductibles lors de rassemblements historiques anticapitalistes et anti-mondialistes de Seattle et de Porto Alegre, avec l'accompagnement de groupes indigènistes et environnementalistes, avec des invités éminents comme le président bolivien Evo Morales, en qualité de cultivateur de coca, ou l'ancien président de l'Uruguay José "Pepe" Mujica, au passé de guérillero, qui s'est maintenant retiré pour mener une vie frugale dans une ferme.

    Lors de ces rassemblements, José Bergoglio prononce à chaque fois des discours ardents de trente pages et plus, qui constituent la quintessence de sa vision politique générale, qui prend appui sur le peuple vu comme une «catégorie mystique» appelée à racheter le monde.

    Il y a eu quatre convocations jusqu'à présent: la première à Rome en 2014, la seconde en Bolivie en 2015, la troisième à Rome en 2016, la quatrième - à l'échelle régionale - à Modesto aux États-Unis en février dernier, avec le pape les rejoignant cette fois par vidéoconférence. D'autres suivront.

    Mais ce n'est pas tout. A l'intention de son successeur, François a pris encore plus les devants. Ainsi a-t-il congédié tous les membres de l'Académie Pontificale pour la Vie et en a-t-il nommé de nouveaux. Avec la différence qu'auparavant ils étaient totalement unis contre l'avortement, la procréation artificielle et l'euthanasie, mais qu'aujourd'hui il n'en va plus de même, chaque membre de l'Académie pensant à sa manière. Tout cela parce que c'est le dialogue qui doit être placé en premier lieu.

    __________

    Ce commentaire a été publié dans "L'Espresso" no. 26 de 2017, sur les kiosques le 2 juillet, sur la page d'opinion intitulée "Settimo Cielo" confiée à Sandro Magister.

  • La légalisation de l'avortement, la matrice de toutes les audaces

    IMPRIMER

    Une tribune de Jean-Marie Le Méné dans « Valeurs Actuelles » (30 juin 2017) :

    « Si elle restera marquée par la figure de Simone Veil, la France ne saurait oublier qu’une partie du pays s’est opposée et s’oppose toujours à l’avortement légalisé, remboursé et banalisé. Le président de la fondation Lejeune, Jean-Marie Le Méné, revient sur la triple rupture philosophique, juridique et politique de cette réforme portée par la ministre de la justice de l’époque.

    Pour la première fois, en 1975, un acte condamnable depuis Hippocrate, 400 ans av. JC, a été dépénalisé. Cette révolution n’a été rendue possible que par les mécanismes de compensation inventés par la société. Car, à la différence d’autres transgressions moins radicales, l’avortement n’offre aucune contrepartie positive hormis la liberté absolutisée, symbole d’une idéologie de rupture avec l’ordre naturel. Les meilleures intentions ont été invoquées, il ne s’agissait que d’une dérogation au principe du respect de la vie, accordée en cas de détresse. L’enjeu était la santé des femmes menacée par l’avortement clandestin. Au fond, la loi Veil n’était qu’une loi de santé publique. Cette aimable vision a rassuré la droite qui a soutenu la ministre, plus par faiblesse que par malice, en s’avouant à la fois contre l’avortement mais pour la loi. Sauf que réduire le féminisme à un hygiénisme et assimiler un acte commis en blouse blanche à un acte médical en dit long sur la reddition de l’intelligence aux forces de l’illusion. L’acte est tellement contre nature qu’il n’est tolérable que dénaturé. Tout est déni dans l’avortement : l’innommable est acronymisé, l’indescriptible euphémisé, le réel virtualisé.

    “Certaines se tatouent les lettres « IVG » sur la peau, là où l’on dessinait jadis des « je t’aime »”

    L’infans conceptus n’est plus ni un être, ni un humain, ni un vivant, de sorte que son effacement n’est plus homicide mais cosmétique. Les protagonistes échangent leurs rôles : l’enfant devient l’agresseur et la mère la victime. L’acte héroïsé, débarrassé de l’alibi de la détresse et d’un humiliant délai de réflexion, poussé à la performance par une politique de quotas, n’entraîne plus aucun effet indésirable. Au contraire, certaines se tatouent les lettres « IVG » sur la peau, là où l’on dessinait jadis des « je t’aime ». On finit même par en rire : « 220 000 avortements par an en France. Si on arrêtait d'en faire un fromage ? » goguenardise le site My little IVG. La grossesse interrompue, dont l’Etat a imposé le remboursement à la collectivité, comme un soin parmi d’autres, est devenue l’étape initiatique de la vie des femmes. Mais, depuis plus de 40 ans, l’avortement ne tient que par le mensonge, seule ressource de son néant.

    Devenu indifférent au bien et au mal dont la frontière a été floutée, le droit s’est retiré peu à peu du service de la justice. Il ne consiste plus à rendre à chacun ce qui lui revient (en l’occurrence le respect de la vie à l’enfant conçu) mais à accompagner ce qui change dans la société. Est juste ce qui va dans le sens de la modernité, est injuste ce qui s’y oppose. De fait, la transgression princeps de l’avortement est devenue le portail d’accès vers tous les « progrès sociétaux ». L’avortement ne prétend pas détruire la société mais la reconstruire sur une autre base : l’humain est le résultat d’une construction, d’un choix, d’un désir. En cela, il est une pierre fondatrice du transhumanisme. Après avoir osé la mort de l’enfant avant sa naissance, tout devient possible, notamment la fabrication de l’enfant de son choix. Ce raisonnement a produit un effet cliquet (pas de retour en arrière), une surenchère maîtrisée (on reste toujours en deçà de la transgression-étalon) et une escalade d’« illégalités fécondes » qui ont modernisé la société. Ainsi, au nom de l’avortement, on a légalisé en quelques années tout une cohorte de pratiques avant-gardistes : l’eugénisme systématique des « anormaux », l’industrie procréatique et le diagnostic préimplantatoire, le tri des embryons humains, leur congélation, leur stockage, leur utilisation pour fabriquer des enfants « normaux » sinon versés à la recherche et voués à la destruction. L’engouement pour le clonage, comme l’exploitation de cellules souches embryonnaires, s’est réclamé de l’avortement.

    “La légalisation de l’avortement demeure la matrice de toutes les audaces”

    La GPA renvoie au concept de la grossesse choisie pour peu qu’on la débarrasse de son aspect lucratif déplaisant. La fabrication d’un embryon à trois parents est une expérimentation pleine de promesses en France en attendant l’ectogénèse. La légalisation de l’avortement demeure la matrice de toutes les audaces : il n’est pas jusqu’à l’interdiction de la burqa et l’autorisation du mariage gay qui n’invoquent le haut patronage de la légalisation de l’avortement. L’euthanasie n’échappe pas à la règle : donner la mort en fin de vie n’est pas moins compassionnel que la donner en début de vie. Manquait une clé de voute, un dispositif qui empêche quiconque de lever un coin du voile et de dénoncer « le mensonge qui tue » selon le mot de l’historien Pierre Chaunu. C’est le délit d’entrave, destiné à réprimer l’information dite dissuasive de l’avortement, mais ouvert à l’information incitative. Les grands procès de Moscou sont de retour. On arrêtera « les suspects habituels ». Tel est le triomphe du droit, mais la défaite de la justice.

    Politiquement, la loi Veil illustre un modèle mythique de violence politique digne d’un dialogue de Thucydide. Les réformes rêvées par la gauche, mais réalisées par la droite, ont précipité le politique sur un chemin de traverse. Si « la distinction spécifique du politique, c’est la discrimination de l’ami et de l’ennemi », alors le vote de l’IVG a brouillé les pistes. Tandis que la gauche et la droite ont affiché une convergence de façade autour de la loi de 1975, s’est construite une relation scabreuse où c’est la gauche qui monte la garde et la droite qui baisse la sienne. Avec le vote de la loi Veil, la droite a « gagné » une liberté sous protection de la gauche. La droite a fait allégeance sur le plan culturel à une gauche qui définit le périmètre d’évolution de la droite et la charge même de faire avancer certains de ses projets. Comme le poisson rouge dans son bocal, la droite est en liberté surveillée, associée à une soumission à la gauche quel que soit le parti au pouvoir.

    “La loi Veil aura sublimé le signe le plus sûr du déclin d’une civilisation”

    De ce fait, la gauche peut fort bien se dispenser d’être au pouvoir, en pratique elle y est toujours. La droite fait ce qu’elle veut pourvu que, sur les questions ontologiques, la gauche donne le cap. Ainsi s’expliquent les lois de bioéthique, toutes les trois votées sous la droite, tapis rouge déroulé au progrès technoscientifique, en l’absence de débat éthique. A l’évidence l’avortement, sanctuarisé dans le tabernacle de la République, ne peut pas faire l’objet de la moindre remise en cause. Au contraire, comme l’ont montré les débats récents dans tous les partis, seuls les candidats qui anticipent les reproches et s’affichent comme les plus transgressifs peuvent espérer un destin politique. Depuis 40 ans, sur des centaines de ministres, pas un seul n’a osé exprimer son opposition à la loi Veil qui, en cela, s’avère une victoire de son auteur éponyme. Il reste, qu’on le veuille ou non, qu’« un pays qui tue ses enfants tue son âme », comme le disait le Pr Lejeune. La loi Veil aura sublimé le signe le plus sûr du déclin d’une civilisation, le refus de ce « miracle qui sauve le monde » par lequel Hannah Arendt désignait la naissance.

    Ref. La légalisation de l'avortement, la matrice de toutes les audaces

    « Tout est déni dans l’avortement: l’innommable est acronymisé, l’indescriptible euphémisé, le réel virtualisé » mais le masque des mots cache à peine le visage hypocrite d’un monde souvent plus soucieux de lui-même que d’autrui. Au Panthéon de l’humanisme moderne, Dieu n’existe pas. Seuls les hommes sont des dieux. Et pourtant ces dieux sont mortels.

    JPSC

  • Rome : la "normalisation" suit son cours : le cardinal Muller évincé

    IMPRIMER

    Les positions du cardinal Müller étaient-elles trop proches de celles du pontife précédent ? Il avait en tout cas pris des risques, notamment en condamnant les interprétations "libérales" d'Amoris Laetitia que, de son côté, le pape François ne semble pas désavouer...

    Lu sur zenit.org (Anne Kurian) :

    Doctrine de la foi : le pape ne renouvelle pas le mandat du cardinal Müller

     
    Card. Müller - Zenit - HSM

    Card. Müller - Zenit - HSM

    Au terme de cinq années à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), le pape François a décidé de ne pas renouveler le mandat du cardinal allemand Gerhard Ludwig Müller, 69 ans, qui doit prendre fin le 2 juillet 2017. C’est ce qu’a indiqué le Saint-Siège le 1er juillet.

    « Le Saint-Père a remercié son Eminence le cardinal Gerhard Ludwig Müller à la conclusion de son mandat quinquennal de préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi et de président de la Commission pontificale “Ecclesia Dei”, de la Commission biblique et de la Commission théologique internationale », peut-on lire dans un communiqué publié par le Bureau de presse.

    Nommé préfet du dicastère par Benoît XVI le 2 juillet 2012, le théologien allemand avait été créé cardinal par le pape François lors du consistoire du 22 février 2014. Son départ avant l’âge de la retraite canonique fait couler beaucoup d’encre, alors que les anciens préfets étaient tous restés à ce poste au moins jusqu’à leurs 75 ans.

    Mons.-Ladaria-740x493-k3RD-U11003453314378UlC-1024x576@LaStampa.it.jpgLe pape a nommé pour lui succéder Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer, jésuite espagnol, qui était secrétaire de la congrégation romaine depuis 2008. Par cette décision, il favorise l’arrivée de nouvelles compétences pour compléter le personnel.

    L’initiative intervient aussi quelques mois après la démission de l’Irlandaise Marie Collins de la Commission pontificale pour la protection des mineurs (PCPM). Dans sa lettre de démission au pape, Marie Collins exprimait sa frustration face au manque de coopération de certains dicastères. Elle regrettait « des reculs constants » dus à la « résistance » de « certains membres de la Curie vaticane ». Certains y ont vu en filigrane une critique de la bureaucratie lourde de la CDF.

    Après son départ, le cardinal Müller devrait se retirer sans occuper d’autre charge au sein de la curie.

    Né à Mayence le 31 décembre 1947, ordonné prêtre pour le diocèse de Mayence en 1978, le cardinal Müller a été évêque de Ratisbonne de 2002 à 2012, et il avait accueilli Benoît XVI lors de son voyage dans sa patrie en septembre 2006.

    Sa thèse de théologie a porté, en 1977, sur le théologien protestant allemand anti-nazi Dietrich Bonhöffer. Il a enseigné la théologie dogmatique à l’université de Munich à partir de 1986. Il est l’auteur de quelque 400 écrits en théologie dogmatique, sur l’œcuménisme, la Révélation, l’herméneutique, le sacerdoce et le diaconat.

    Au sein de la Conférence épiscopale allemande, il a été responsable de la Commission œcuménique, vice-président de l’Association des Eglises chrétiennes et premier président de la Société pour la promotion des Eglises orientales de Ratisbonne.

    C’est un ami personnel de Benoît XVI : il a été choisi comme l’éditeur des Œuvres complètes – « Opera Omnia » – de Joseph Ratzinger-Benoît XVI. Il a aussi été étudiant – et ami – du p. Gustavo Gutierrez, le « père » de la théologie de la Libération, en Amérique latine.

  • La popularité du pape, un écran de fumée qui dissimulerait des réalités moins reluisantes ?

    IMPRIMER

    D'Olivier Bonnel sur le site de rfi.fr ("Les voix du monde") :

    L’inculpation du cardinal Pell, un mauvais coup pour le pape François

    L’inculpation du cardinal Pell, secrétaire à l’économie du Vatican dans des affaires d’abus sexuels en Australie est une véritable bombe pour le pape François. Le souverain pontife a accordé un congé au cardinal australien pour qu’il puisse se défendre devant la justice de son pays. Cet épisode inédit montre que le pape François entre dans une véritable zone de turbulences et joue une partie de la crédibilité de ses réformes au Vatican.

    Jamais un cardinal aussi haut placé n’avait directement été inculpé dans des affaires de crime sexuel. C’est un véritable coup dur pour le pape François qui avait mis toute sa confiance dans l’Australien, un homme réputé pour sa poigne et qu’il avait fait venir au Vatican en 2014. Pell est le véritable architecte des réformes économiques lancées par le pontife argentin. Il a accéléré notamment les efforts de transparence du IOR, la banque du Vatican, en assainissant les comptes. Le cardinal Pell est rappelons-le aussi un des membres du C9, ce conseil des cardinaux chargé d’aider le pape dans sa réforme de la Curie et qu’il consulte très régulièrement. Avec la mise en congé du cardinal Pell, c’est tout l’édifice de la réforme financière du Vatican qui tremble.

    L’archevêque de Bamako, Jean Zerbo, accusé de fraude fiscale

    La polémique qui concerne l’Eglise malienne avec à sa tête l’archevêque de Bamako, accusé de posséder des comptes en Suisse et d’y avoir déposé 12 millions d’euros, n’améliore pas la situation. Un temps annoncé absent à Rome, Mgr Zerbo a pourtant bien reçu la barrette cardinalice des mains du pape, mais on a senti le Vatican gêné : au dernier moment, Jean Zerbo, qui devait remercier le pape au nom des nouveaux cardinaux a été remplacé par son homologue de Barcelone, comme si on ne souhaitait pas trop le mettre en avant. Le pape a fermé les yeux malgré tout sur ces accusations, préférant honorer un homme reconnu pour son dialogue avec les autres religions.

    Un pape prisonnier de ses réformes

    Beaucoup commencent à se demander si le pape ne serait pas prisonnier de ses propres réformes. Comment ce pape argentin, élu pour réformer l’Eglise et la Curie met-il sa confiance dans des hommes dont la réputation est parfois sulfureuse ? Lui, le pape jésuite, censé savoir discerner, serait-il mal conseillé ? Le pape aurait pu laisser Georges Pell prendre sa retraite à 75 ans, l’an dernier, mais lui a toujours maintenu sa confiance, malgré les accusations déjà anciennes qui pesaient sur lui.

    Une chose étonne : François est populaire à l’extérieur et l’est de moins en moins à l’intérieur, derrière les hauts murs du Vatican. Il prône la tolérance zéro envers les comportements inadmissibles de certains ecclésiastiques et appelle sans cesse à l’exemplarité, mais peine à faire le ménage chez lui.

    Il y a quelques jours, la gendarmerie vaticane a arrêté un haut prélat lors d’une soirée gay où circulait de la drogue, soirée organisée dans un appartement du Vatican à un jet de pierre de la résidence du pape ! Le pape semble impuissant à endiguer ce qui a pourtant poussé son successeur à démissionner. On a parlé du cardinal Pell, on pourrait citer aussi le cardinal Muller, à la tête de la doctrine de la foi, accusé de ne pas coopérer avec la commission de protection des mineurs, ce qui a conduit à la démission de plusieurs de ses membres.

    Quant à Vini Ganimara, il n'hésite pas à évoquer "une stratégie du chaos sur fond de scandales"...

  • Pour le cardinal Turkson, il faut fermer le robinet de l'immigration

    IMPRIMER

    Lu sur le site de la Libre :

    Vatican: un cardinal souhaite que l'on "ferme le robinet" de l'immigration

    Le cardinal ghanéen Peter Turkson, qui préside un vaste ministère du Vatican, juge souhaitable de "fermer le robinet" de l'immigration en provenance d'Afrique et de se concentrer sur les pays d'origine des migrants, a-t-il expliqué vendredi à des journalistes. Interrogé sur la menace de l'Italie de bloquer l'entrée de ses ports aux bateaux transportant des migrants secourus en Méditerranée faute de solidarité européenne, il a estimé que "le reste de l'Europe ne joue pas son rôle".

    Mais selon le cardinal, "la décision des Italiens est interne à l'Europe" et "on ne peut pas s'occuper de ces questions seulement en Europe".

    "Le grand problème est de traiter cette question à la source par l'angle du développement, faire en sorte que les gens n'arrivent plus ainsi en Europe", souligne le cardinal ghanéen.

    "C'est comme un robinet avec l'eau qui s'écoule: il ne faut pas juste sécher, mais fermer le robinet", tranche-t-il, en jugeant que la grande majorité des pays africains ne sont pas des zones de guerre d'où les populations doivent absolument fuir. "A mon avis, on peut changer les choses, maintenir les jeunes sur place".

    Cette prise de position n'est pas contradictoire avec la notion chrétienne d'agir en "bon samaritain" avec les personnes en difficulté et en souffrance, nuance cependant le cardinal, très favorable à l'initiative de "couloirs humanitaires" pour accueillir des réfugiés, menée par l'organisation catholique Sant'Egidio.

    Le "dicastère" (ministère) du développement humain intégral, présidé par le cardinal Turkson, est né le 1er janvier. Fruit de la fusion de quatre anciens services, il est chargé notamment des questions de justice, de paix, d'environnement, de santé, d'aide humanitaire, mais aussi de migrations. Ce dernier dossier est toutefois sous l'autorité directe du pape François.

     
  • Allemagne, rien de vraiment étonnant : le mariage pour tous voté avec la complicité de députés "conservateurs"

    IMPRIMER

    La déglingue va bon train sur le vieux continent; l'Allemagne s'apprête à son tour à institutionnaliser le mariage entre personnes du même sexe avec, à la clef, le droit à l'adoption. Qui s'en étonnera vraiment ?

    Lu sur le site du Vif :

    L'Allemagne légalise le mariage pour tous contre l'avis de Merkel

    Le texte, qui établit désormais que "le mariage est conclu à vie par deux personnes de sexe différent ou de même sexe", a été approuvé par une majorité de 393 élus constituée des députés des trois partis de gauche représentés à la chambre basse du Parlement - les sociaux-démocrates, les écologistes et la gauche radicale - rejoints par une partie des députés de la famille conservatrice d'Angela Merkel.

    Parmi les conservateurs, 226 des 310 députés se sont prononcés contre. Angela Merkel a annoncé avoir voté personnellement contre la légalisation du mariage homosexuel. "Pour moi, le mariage est, au vu de notre Constitution, une union entre un homme et une femme, c'est la raison pour laquelle j'ai voté contre la proposition de loi", a indiqué la chancelière à la presse.

    L'Allemagne va ainsi rejoindre les vingt pays occidentaux, dont 13 en Europe, qui ont déjà légalisé le mariage pour tous. Berlin avait adopté en 2001 une union civile offrant des droits équivalents au mariage, sauf pour certains avantages fiscaux et en matière d'adoption.

    Le paradoxe Merkel

    La nouvelle loi, qui doit encore être validée par la chambre haute du Parlement pour entrer en vigueur, sans doute d'ici la fin de l'année, va concrètement octroyer aux couples homosexuels le droit d'adoption. Paradoxalement, c'est la chancelière qui avait ouvert la voie en début de semaine au mariage pour tous, en se disant pour la première fois prête à autoriser ses députés à voter librement sur ce sujet à l'avenir. Mais elle planifiait un vote seulement après les prochaines élections législatives de fin septembre, le temps de mener un débat au sein de son parti, divisé sur la question.

    Elle a été en fin de compte prise de vitesse par son partenaire minoritaire au sein de la coalition gouvernementale, le parti social-démocrate. Ce dernier a imposé un vote quelques jours plus tard en s'alliant avec les deux autres partis de gauche à la chambre des députés, membres eux de l'opposition.

    Cette décision du SPD, qui y a vu un moyen de se relancer dans la campagne électorale contre Angela Merkel alors qu'il est à la traîne dans les sondages, a provoqué une crise gouvernementale. L'opinion allemande est largement favorable au mariage gay (près de 75% des Allemands sont pour, et plus de 73% des électeurs de Mme Merkel, selon un sondage récent), mais la volte-face de la chancelière en début de semaine a des raisons surtout politiques.

    "Valeurs conservatrices"

    Ses partenaires de coalition potentiels après les législatives, à gauche comme à droite, ont fait de l'autorisation un préalable à toute alliance. Et pour la chancelière, même si elle s'y oppose personnellement, une adoption à trois mois des élections lui permet de couper l'herbe sous le pied de ses rivaux sociaux-démocrates en les privant dans la dernière ligne droite d'un argument de campagne.

    Il reste que le calendrier accéléré imposé par le SPD la place en position délicate vis-à-vis de l'aile la plus traditionaliste de sa famille politique, qui se sent brusquée. Une nette majorité de son camp a voté contre le mariage homosexuel. Pour le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, la CDU, la formation de Mme Merkel, "semble vouloir jeter par dessus bord toutes les valeurs conservatrices afin de coller à l'époque" et n'a plus rien d'un "parti conservateur".

    Quant à l'épiscopat allemand, il déplore que "le concept de mariage soit dissous et que la conception chrétienne du mariage s’éloigne encore un peu plus de celle de l’État..." (lire ICI)

  • Pour Simone Veil, il n'y avait aucun "droit à l'avortement"

    IMPRIMER

    Comme le rappelait Pascal Bories sur le Huffingtonpost.fr du 1er décembre 2014 :

    Pour Simone Veil, il n'y a "aucun droit à l'avortement" 

    Le 26 novembre (2014), l'Assemblée Nationale votait une "résolution réaffirmant le droit fondamental à l'interruption volontaire de grossesse en France et en Europe". Adopté à l'unanimité moins sept voix, ce texte symbolique prétendait célébrer solennellement les 40 ans de l'adoption de la loi Veil de 1974. Le Monde titrait "Le droit à l'avortement a 40 ans", Libération "La bataille de Simone Veil pour le droit à l'avortement" et Madame Figaro "Le droit à l'avortement menacé en Europe"...

    Problème: la malheureuse Simone Veil n'étant plus en âge de le faire, personne ou presque n'a fait remarquer qu'il s'agissait au contraire d'enterrer définitivement sa loi, et que tous ces titres relevaient d'un révisionnisme éhonté. A l'occasion de son propre discours devant l'Assemblée le 26 novembre 1974, celle qui était à l'époque ministre de la Santé avait exposé on ne peut plus clairement l'esprit de sa loi: "Si elle n'interdit plus, elle ne crée aucun droit à l'avortement."

    Le Monde, Libération ou Madame Figaro ont donc tout faux: Aucun droit à l'avortement n'a jamais été proclamé en France. Pas plus qu'en Europe, puisque la Commission de Strasbourg réaffirmait à l'inverse le 10 décembre dernier que l'IVG ne saurait être un "droit". En 1974 déjà, Simone Veil affirmait la nécessité de ne pas confondre l'avortement, "que la société tolère mais qu'elle ne saurait ni prendre en charge ni encourager", avec la contraception.

    Son discours était limpide: "L'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue." Et sa loi ne devait s'appliquer que pour une durée limitée à cinq ans, le temps de trouver de meilleures solutions. Concernant la génération politique de ses successeurs, la ministre de la Santé déclarait: "Sachons lui faire confiance pour conserver à la vie sa valeur suprême." Elle ne doutait pas qu'ils agiraient de façon responsable.

    En attendant, la loi Veil "interdit l'incitation à l'avortement par quelque moyen que ce soit car cette incitation reste inadmissible". Et ce, pour une raison évidente: "C'est toujours un drame et cela restera toujours un drame. C'est pourquoi, si le projet qui vous est présenté tient compte de la situation de fait existante, s'il admet la possibilité d'une interruption de grossesse, c'est pour la contrôler et, autant que possible, en dissuader la femme." Ainsi parlait madame Veil il y a 40 ans.

    "Qui est pour l'avortement? Personne. Il faudrait être fou pour être favorable à l'avortement", écrivait quant à lui Pier Paolo Pasolini dans ses Lettres luthériennes. "Eh bien moi, ajoutait-il, je me suis prononcé contre l'avortement et pour sa légalisation". Exactement comme Simone Veil, lorsqu'elle confiait: "Personne ne peut éprouver une satisfaction profonde à défendre un tel texte." Car enfin: "Personne n'a jamais contesté, et le ministre de la Santé moins que quiconque, que l'avortement soit un échec quand il n'est pas un drame."

    Alors qu'elle jugeait inconcevable d'en tirer une quelconque fierté, c'est lui faire la pire injure aujourd'hui que de falsifier ainsi le sens de la loi qui porte son nom, pour la travestir en un "droit fondamental" aberrant: celui de recourir encore et encore à ce qu'elle a toujours considéré comme une tragédie, et de prolonger indéfiniment ce qu'elle espérait n'être qu'une solution d'exception, faute de mieux. Non seulement madame Veil n'a pas mérité ça, mais elle aurait mérité qu'un peu plus de sept voix défendent son réel combat.

  • Les premiers martyrs de l'Eglise de Rome (30 juin)

    IMPRIMER

    LES MARTYRS DES JARDINS DE NÉRON A ROME VERS LE Ier AOUT DE L'AN 64

    (source : Dom H. Leclercq)

    Le 19 juillet 64, commença l'incendie de Rome, qui dura neuf jours. Quand il fut éteint, une immense population réduite au plus complet dénuement s'entassa aux enviions du Champ de Mars, où Néron fit dresser des baraques et distribuer du pain et des vivres. D'ordinaire, ces oisifs acclamaient l'empereur; maintenant qu'ils avaient faim, ils le haïrent. Des accusations persistantes poursuivaient le pitre impérial. On savait qu'il était venu d'Antium pour jouir de l'effroyable spectacle dont la sublime horreur le transportait; on racontait même, ou du moins on insinuait, que lui-même avait ordonné ce spectacle, tel qu'on n'en avait jamais vu de pareil. Les accusations se haussaient jusqu'à la menace. Néron, qui le sut, essaya de détourner les soupçons en jetant à la foule un nom et une proie. Il y en avait un tout trouvé. En brûlant Rome, Néron avait blessé au vif les préjugés tenaces d'un peuple conservateur au plus haut degré de ses monuments religieux. Toute la friperie liturgique du paganisme, trophées, ex-votos, dépouilles opimes, pénates, tout le matériel religieux du culte avait flambé. L'horreur avait sa source dans le sentiment très vif de la religion et de la patrie outragées. Or il y avait, à Rome même, un groupe de population que son irréductible protestation contre les dieux de l'empire signalait à tous, c'était la colonie juive ; une circonstance semblait accablante contre eux dans l'enquête sur la responsabilité des récents désastres. Le feu avait pris dans les échoppes du Grand-Cirque, occupées par des marchands orientaux, parmi lesquels étaient beaucoup de Juifs. Mais il avait épargné la région de la porte Capène et le Transtevère, dont les Juifs formaient presque exclusivement la population. Ils n'avaient donc souffert quelque dommage qu'au Champ de Mars. De là à inculper les Juifs il y avait peu à faire, cependant ils échappèrent ; c'est que Néron était entouré de Juifs : Tibère Alexandre et Poppée étaient au plus haut point de leur faveur ; dans un rang inférieur, des esclaves, des actrices, des mimes, tous juifs et fort choyés. Est-ce trop s'avancer, que d'attribuer à ce groupe l'odieux d'avoir fait tomber sur les chrétiens la vengeance menaçante? Il faut se rappeler l'atroce jalousie que les Juifs nourrissaient contre les chrétiens, et si on la rapproche « de ce fait incontestable que les Juifs, avant la destruction de Jérusalem, furent les vrais persécuteurs des chrétiens et ne négligèrent rien pour les faire disparaître », on y trouvera le commentaire authentique d'un mot de saint Clément Romain, qui, faisant allusion aux massacres de chrétiens ordonnés par Néron, les attribue « à la jalousie, dia Zelon ».

    Lire la suite

  • Les saints apôtres Pierre et Paul (29 juin)

    IMPRIMER

    El-Greco-St.-Paul-and-St.-Peter.JPGLe mercredi 29 juin 2005, Benoît XVI a consacré sa catéchèse aux apôtres Pierre et Paul :

    Chers frères et soeurs,

    La fête des saints Apôtres Pierre et Paul est à la fois une commémoration reconnaissante des grands témoins de Jésus Christ et une confession solennelle en faveur de l'Eglise une, sainte, catholique et apostolique. C'est tout d'abord une fête de la catholicité. Le signe de la Pentecôte - la nouvelle communauté qui parle dans toutes les langues et qui unit tous les peuples en un unique peuple, en une famille de Dieu - ce signe est devenu réalité. Notre assemblée liturgique, au sein de laquelle sont réunis des Evêques provenant de toutes les parties du monde, des personnes de multiples cultures et nations, est une image de la famille de l'Eglise présente sur toute la terre. Des étrangers sont devenus des amis; au-delà de toutes les frontières, nous nous reconnaissons comme des frères. Ainsi est menée à bien la mission de saint Paul, qui savait "être un officiant du Christ Jésus auprès des païens, ministre de l'Evangile de Dieu , afin que les païens deviennent une offrande agréable, sanctifiée dans l'Esprit Saint" (Rm 15, 16). Le but de la mission est une humanité devenue elle-même une glorification vivante de Dieu, le culte véritable que Dieu attend:  tel est le sens le plus profond de la catholicité - une catholicité qui nous a déjà été donnée et vers laquelle nous devons toutefois toujours nous acheminer. La Catholicité n'exprime pas qu'une dimension horizontale, le rassemblement de nombreuses personnes dans l'unité; elle exprime également une dimension verticale:  ce n'est qu'en tournant le regard vers Dieu, seulement en s'ouvrant à Lui que nous pouvons devenir vraiment une seule chose. Comme Paul, Pierre vint lui aussi à Rome, dans la ville qui était le lieu de convergence de tous les peuples et qui, précisément pour cette raison, pouvait devenir avant toute autre l'expression de l'universalité de l'Evangile. En entreprenant le voyage de Jérusalem à Rome, il savait assurément qu'il était guidé par les voix des prophètes, par la foi et par la prière d'Israël. En effet, la mission vers le monde entier fait également partie de l'annonce de l'Ancienne Alliance:  le peuple d'Israël était destiné à être une lumière pour les nations. Le grand Psaume de la Passion, le psaume 21, dont le premier verset est:  "Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné?". Jésus a prononcé ce psaume sur la croix, il se terminait par la vision suivante:  "Tous les lointains de la terre se souviendront et reviendront vers Yahvé; toutes les familles des nations se prosterneront devant lui" (Ps 21, 28). Quand Pierre et Paul vinrent à Rome le Seigneur, qui avait commencé ce psaume sur la croix, était ressuscité; cette victoire de Dieu devait à présent être annoncée à tous les peuples, accomplissant ainsi la promesse avec laquelle le Psaume se concluait.

    Lire la suite

  • Le ministre de l'Economie du Vatican inculpé en Australie pour pédophilie

    IMPRIMER

    Lu dans le « Figaro » :

    « Le cardinal George Pell, argentier du Vatican, fait l'objet d'une enquête de la police sur des accusations de pédophilie, qu'il dément catégoriquement. Âgé de 76 ans, il est le plus éminent ecclésiastique mis en cause dans une telle affaire. Il a été inculpé jeudi d'abus sexuels et est convoqué le 18 juillet devant un tribunal australien.

    Le cardinal australien George Pell a été inculpé jeudi en Australie pour de multiples sévices sexuels. Contrairement à ce que les premiers éléments communiqués ont laissé croire, cette inculpation ne concerne pas explicitement des sévices commis sur des enfants. Plus haut représentant de l'Église catholique en Australie, le prélat de 76 ans est aussi le numéro trois du Saint-Siège, dont il est le ministre de l'Économie depuis 2014. Il est visé depuis 2016 par une enquête liée à ces accusations, qu'il dément catégoriquement depuis. Il avait été interrogé à Rome par la police australienne en octobre.

    «La police de l'État de Victoria a inculpé George Pell pour des délits d'agressions sexuelles anciennes», a déclaré à la presse le commissaire adjoint de la police, ajoutant qu'«il y a de nombreux plaignants liés à ces accusations». L'officier n'a donné aucune précision sur les faits précis pour lesquels le cardinal est inculpé. Il n'a pas non plus répondu aux questions des journalistes, soulignant la nécessité de préserver l'intégrité de la procédure judiciaire.

    «J'ai hâte d'avoir enfin l'occasion d'aller devant un tribunal»

    George Pell est convoqué le 18 juillet devant le tribunal de première instance de Melbourne pour y être entendu. «Je suis innocent, ces accusations sont fausses», a par la suite déclaré George Pell devant la presse, avant d'annoncer son intention de rentrer dans son pays. «J'ai hâte d'avoir enfin l'occasion d'aller devant un tribunal», a-t-il affirmé. «L'idée même d'abus sexuel m'est odieuse», a-t-il déclaré, en dénonçant une entreprise «sans relâche de démolition» de son image durant l'enquête. «J'ai toujours été complétement cohérent et clair dans mon rejet total de ces allégations.» «La procédure de justice m'offre désormais l'occasion de blanchir mon nom et de revenir ici à Rome pour travailler», a-t-il conclu.

    Le cardinal George Pell lors de sa prise de parole devant la presse, jeudi à Rome.

    Le Vatican a indiqué avoir accepté «le congé» réclamé par le cardinal australien George Pell, sans exiger sa démission. Dans un communiqué soulignant «l'honnêteté» et «le dévouement énergique» du cardinal, le Vatican précise que le pape François a été informé de la demande exprimée par le cardinal australien et qu'en l'absence de ce dernier, le Secrétariat à l'Économie du Saint-Siège continuera à fonctionner normalement.

    Des faits qui remontent aux années 1970 et 1980

    Les accusations ont été révélées durant l'été 2016, après la diffusion partielle d'un rapport de police par ABC. «C'est une affaire sur laquelle nous avons enquêté et sur laquelle nous enquêtons toujours», avait alors confirmé le commissaire principal de la police de l'État de Victoria. La chaîne australienne indiquait avoir obtenu huit procès-verbaux d'auditions de plaignants, de témoins et de proches, relatifs aux allégations portées contre le cardinal. L'enquête policière portait, entre autres, sur des accusations émanant de deux hommes, aujourd'hui âgés d'une quarantaine d'années, qui affirment avoir été victimes d'attouchements de la part du cardinal à l'été 1978-79. Un autre témoignage évoquait une scène lors de laquelle George Pell se serait montré nu devant trois garçons de huit à 10 ans, dans un vestiaire d'un club de surf de Torquay, pendant l'été 1986-1987.

    Quelques mois avant ces révélations, George Pell avait longuement témoigné par visioconférence depuis Rome devant une commission d'enquête royale australienne. Celle-ci s'intéressait à la façon dont l'Église australienne avait réagi aux accusations de pédophilie visant des prêtres, datant pour la plupart des années 1970. Entendu trois fois dans ce cadre, le cardinal avait démenti en avoir eu connaissance tout en reconnaissant que l'Eglise catholique avait «failli» et avait connu une période «de crimes et de dissimulations».

    Deux des plaignants «ravis»

    Ordonné prêtre en 1966 à Rome, avant de revenir en Australie en 1971 où il avait gravi les échelons de la hiérarchie catholique, George Pell a été nommé archevêque de Melbourne en 1996, puis de Sydney en 2001. Il avait été accusé en 2002 d'abus sexuels pour des faits présumés très anciens mais avait été innocenté par la suite. Il avait été choisi en 2014 par le pape François pour mettre davantage de transparence dans les finances du Vatican.

    » Lire aussi - Le pape François crée un «ministère des Finances» au Vatican

    L'avocat de deux hommes qui ont porté plainte contre Mgr Pell a affirmé que ses deux clients, qui souhaitent conserver l'anonymat, étaient «ravis». «Cela a été très dur pour eux d'oser sortir du rang», a déclaré Ingrid Irwin au Melbourne Herald Sun. «Accuser quelqu'un qui, pour certains, n'est autre que l'adjoint de Dieu leur a créé beaucoup de problèmes.»

    L'annonce de cette inculpation coïncide avec la fin de la commission d'enquête devant laquelle le cardinal avait témoigné, qui avait commencé ses travaux en 2013. Les témoignages de milliers de victimes ont été recueillis dans ce cadre. L'avocate présidant ces travaux, Gail Furness, avait annoncé en février que 4444 faits de pédophilie avaient été signalés aux autorités de l'Église australienne et qu'entre 1950 et 2010, et que «7% des prêtres étaient des auteurs présumés» d'abus sexuels sur des enfants.

    Ref. Le ministre de l'Economie du Vatican inculpé en Australie pour pédophilie

    JPSC

  • Comment le pape François choisit-il ses cardinaux ?

    IMPRIMER

    Depuis le 28 juin 2017, après la création de 5 nouveaux cardinaux, le Collège cardinalice compte 225 cardinaux, dont 121 cardinaux électeurs et 104 cardinaux non électeurs. En quatre ans de règne, le pape actuel a déjà créé 61 cardinaux dont 49 électeurs en cas de conclave, soit presqu’autant que Benoît XVI (53 électeurs) pour toute la durée de son pontificat (2005-2013) : le rythme de ces nominations (quatre consistoires en quatre ans) et les désignations faites dénotent la volonté de François de renouveler le visage de l’Eglise en choisissant ses créatures aux périphéries des terres catholiques. Lu dans le « Figaro », sous la plume de Jean-Marie Guénois :  

    « Le pape François procède mercredi à la nomination de sa quatrième promotion de nouveaux cardinaux. Depuis le début de son pontificat, il aura déjà nommé 61 cardinaux.

    Qu’est-ce qu’un cardinal ?

    Un cardinal est nommé à vie. Sa seule «retraite» arrive à … 80 ans quand il perd le droit d'élire le pape, une responsabilité pour laquelle il a été précisément choisi. Mais une fonction qui peut aussi le conduire à être lui-même élu Pape, puisque les cardinaux élisent le Pape parmi eux!

    Le droit de l'Église prévoit le chiffre idéal de 120 cardinaux pour réunir un «conclave» chargé d'élire le Pape. Un «conclave», c'est la réunion des cardinaux de moins de 80 ans enfermés sous clés «cum clave» dans la chapelle Sixtine du Vatican jusqu'à ce qu'ils s'accordent - à une majorité des deux tiers - sur un seul nom. S'il accepte - car il peut refuser -, le cardinal élu par ses pairs devient alors Pape.

    Ces deux critères (120 cardinaux et la limite d'âge de 80 ans pour élire le Pape), cumulé à l'inévitable vieillissement des cardinaux, impose au Pape régnant, comme un réservoir de compétences qui se viderait, de veiller à nommer régulièrement des cardinaux pour que le quorum idéal de 120 du conclave soit respecté.

    D'où les «consistoires» comme celui du 28 juin 2017, une grande cérémonie à Rome où le Pape nomme ses nouveaux cardinaux. Dans le langage ecclésial, on dit que le Pape «crée» de nouveaux cardinaux. Il leur remet en particulier et symboliquement, «la barrette», un petit chapeau rouge et carré de cardinal. Cette couleur signifiant qu'ils sont prêts à mourir en martyr pour la foi catholique.

    Comment le pape choisit-il ses cardinaux ?

     Depuis qu'il a été élu, le 13 mars 2013, le pape François a ainsi organisé quatre consistoires. Donc un par an. Et à ce jour, il aura créé 61 cardinaux dont 49 électeurs, âgés de moins de 80 ans.

    Mais comment le pape choisit ces hommes en rouges? Avant François, le critère était simple: les cardinaux étaient sélectionnés parmi ceux qui occupaient les responsabilités les plus importantes dans l'Église catholique. Au Vatican tout d'abord, parmi «les chefs de dicastères» c'est-à-dire les ministres, une bonne vingtaine de postes. Ensuite, parmi les archevêques, c'est-à-dire les titulaires des diocèses les plus importants. En France: Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux. On parlait d'ailleurs de «sièges cardinalices». Et c'est le Pape qui nommait des évêques à ce poste.

    Depuis François, le critère de sélection a totalement changé, parce qu'il veut lutter contre la prédominance des Italiens et contre le carriérisme ecclésiastique. Il suffit de penser que les cardinaux italiens sont encore aujourd'hui 45, sur un total de 225 cardinaux. Et 24 cardinaux électeurs sur un total de 121 électeurs…

    Dans sa sélection de cardinaux, François lutte contre une autre distorsion également issue de l'histoire de l'Église: la prédominance européenne. Ainsi sur les actuels 121 cardinaux-électeurs, 53 viennent d'Europe (soit 44%), 17 d'Amérique latine (14%), 15 d'Afrique (12,5%), 15 d'Asie (12,5%), 17 d'Amérique du Nord y compris le Mexique (14%), et 4 d'Océanie (3%). En cas de conclave immédiat, la France, avec cinq cardinaux électeurs, serait par exemple le troisième pays le plus représenté, derrière l'Italie (24) et les États-Unis (10). C'est pourquoi le pape nomme des cardinaux plutôt non-européens ou qui pèsent peu sur la scène ecclésiale.

    Enfin, une fois passé le critère géographique, le critère décisif du pape François pour choisir ses hommes parmi les 2 500 évêques actifs, ce n'est pas la science théologique doctorale ou le rayonnement politique ou mondain de tel ou tel évêque, mais son expérience concrète des réalités de terrains, en particulier auprès des plus pauvres.

    Ce qui change radicalement la structure actuelle du sénat de l'Église car les cardinaux sont électeurs du Pape mais aussi ses conseillers privilégiés. Ce sénat de l'Église présente ainsi de moins en moins le visage de princes de l'Église et de plus en plus d'«d'humbles serviteurs», comme le veut le pape François. Un profil de pasteurs de terrain, proches des gens, pas sélectionnés sur le critère universitaire ou intellectuel qui, tôt ou tard, déterminera le style du successeur de François. Ce dernier vit sa quatre-vingtième année et sa cinquième année de pontificat. Il a déjà dit à plusieurs reprises qu'il suivrait l'exemple de la renonciation ouvert par Benoît XVI qui a quitté sa charge à 85 ans en février 2013.

    Ref. Comment le pape François choisit-il ses cardinaux ?

    JPSC

  • Après l’Académie pour la vie, l’Institut pour la famille change lui aussi de visage…

    IMPRIMER

    Lu sur « diakonos.be »:

    pagliafrancis.jpgTriés sur le volet les uns après les autres, les nouveaux membres de l’Académie pontificale pour la vie nommés le 13 juin par le pape François réservent chaque jour leur lot de surprise.

    Mais l’institut voisin Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille, lui aussi confié par le pape aux bons soins de Mgr Vincenzo Paglia, se prépare à suivre la même direction.

    *

    A l’Académie pontificale pour la vie, ce qui a fait grand bruit c’est surtout la nomination du théologien moraliste anglican Nigel Biggar, un défenseur de l’avortement « jusqu’à 18 semaines après la conception ».

    Interpellé par Vatican Insider, Mgr Paglia a tenté de justifier cette nomination en assurant que M. Biggar – à part les mots échangés en 2011 avec le philosophe et pro-avortement fervent Peter Singer – « n’a jamais rien écrit au sujet de l’avortement » tandis qu’en ce qui concerne la fin de vie « il a une position qui concorde en tous points avec celle de l’Eglise catholique ».

    Il n’a pas fallu longtemps pour découvrir que ces deux affirmations ne correspondaient pas à la vérité et que M. Bigar a exposé ses positions libérales en matière d’avortement dans un article de 2015 publié dans le « Journal of Medical Ethics » et au sujet de l’euthanasie dans son livre de 2004 « Aiming to kill. The ethics of suicide and euthanasia ».

    Certains nouveaux membres se sont également distingués par leurs positions très éloignées dans celle de l’Eglise :

    • La Suédoise Katarina Le Blanc, du Karolinska Institutet de Stockholm qui utilise des cellules souches extraites d’embryons humains fécondés in vitro ;
    • Le Japonais et prix Nobel Shinya Yamanaka qui, bien qu’il soit célèbre pour avoir produit artificiellement des cellules souches pluripotentes, n’exclut en rien de poursuivre les recherches sur l’utilisation des cellules embryonnaires humaines et explique pourquoi dans un article publié dans la revue scientifique « Cell & Stem Cell » ;
    • Le Juif Israélien Avraham Steinberg qui admet dans certains cas l’avortement et la destruction des embryons à usage scientifique ;
    • L’italien Maurizio Chiodi, théologien moraliste de premier plan qui, dans son livre « Etica della vita », admet la procréation artificielle pour autant qu’il y ait une « intention de génération ».

    *

    Entretemps, comme dans le cas de l’Académie, l’Institut pontifical Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille va lui aussi recevoir de nouveaux statuts qui entreront rapidement en vigueur grâce à un chirographe du pape François.

    L’institut changera de nom, il ne portera plus le nom du pape qui l’a fondé mais s’appellera désormais « Institut de sciences de la famille » ou quelque chose de similaire et sera intégré à l’Université pontificale du Latran sous l’autorité de son actuel recteur, Mgr Enrico dal Covolo.

    Les instigateurs de cette nouvelle ligne justifient cette perte d’autonomie de l’institut par la volonté de renforcer la valeur des titres de licence en théologie morale, de doctorat et de master qu’elle décerne et d’élargir son offre d’enseignement en l’intégrant avec celle de l’université ainsi que dans le but d’élargir sa dimension internationale.

    Mais mis à part le fait que l’Institut Jean-Paul II dispose déjà de nombreux sièges propres en Europe, en Asie, en Afrique, en Amérique et en Australie, la première conséquence pratique de ce changement sera que son corps enseignant pourra être remodelé à volonté, en y transférant de nouveaux professeurs et de nouveaux experts depuis l’Université du Latran et d’autres universités, pontificales ou non.

    Et ceci suffit à contourner la protection mise en place par les professeurs actuels, dans leur immense majorité résolus à poursuivre la ligne du fondateur de l’institut, le pape Karol Wojtyla, et de ses trois premiers présidents : Carlo Caffarra, Angelo Scola et Livio Melina. Ce dernier a été démis l’été dernier et remplacé par le théologien milanais Pierangelo Sequeri dans la foulée de la nomination de Mgr Paglia au titre de Grand Chancelier de l’institut.  De Mgr Scola, devenu cardinal et archevêque de Milan, nous savons qu’il fut le grand vaincu face à Jorge Mario Bergoglio lors du conclave de 2013.  Quant à Mgr Caffarra, lui aussi devenu cardinal et aujourd’hui archevêque émérite de Bologne, sa liberté de parole face au pape François est célèbre : il s’agit de l’un des quatre cardinaux qui lui ont demandé publiquement de faire la clarté sur les « dubia » suscités par son magistère personnel en matière de mariage et de famille et qui lui ont récemment écrit pour être reçus en audience.  Dans les deux cas sans que le pape ne daigne leur répondre.

    On trouve un exemple de la ligne « wojtylienne » à laquelle continuent à rester fidèles les professeurs issus de la gestion précédente de l’institut dans le « Vademecum » sur l’interprétation d’Amoris laetitia édité par les professeurs José Granados, Stephan Kampowski et Juan José Pérez-Soba, en pleine continuité avec le magistère précédent de l’Eglise.

    Les changements de camp sont cependant nombreux. Le plus marquant étant celui de Gilfredo Marengo, professeur d’anthropologie théologique dans l’institut depuis 2013.  C’était l’un des disciples préférés de Mgr Scola quand ce dernier était président et même par la suite, alors qu’aujourd’hui il se retrouve sur la rive opposée avec Mgr Paglia.  Ce n’est pas un hasard si c’est justement à ce Mgr Marengo qu’on a confié la charge de coordonner la commission – dont font partie l’actuel président de l’institut, Mgr Sequeri – qui devrait ouvrir la voie à une réinterprétation de l’encyclique Humanae vitae de Paul VI sur la contraception à la lumière d’Amoris laetitia.

    Il reste à voir ce qu’il adviendra des sièges périphériques de l’institut, eux aussi peu disposés à se soumettre à la nouvelle orientation. La plus puissante étant celle de Washington, avec un corps enseignant aguerri, bien campé sur la ligne « wojtylienne », bien financé par les Chevaliers de Colomb et dont le chef suprême, Carl Anderson, en est également professeur et vice-président.

    *

    Dans tous les cas, les élèves et les professeurs de l’Institut Jean-Paul II toujours en place continuent à aller de l’avant sans en démordre.

    Dans le prochain numéro de la revue de l’institut, « Anthropotes », paraîtra un article d’un doctorant de Milan, Alberto Frigerio, qui critique de fond en compte l’ouvrage « Amoris laetitia : une volte-face pour la théologie morale » rédigé par Stephan Goertz et Caroline Witting édité en Italie par San Paolo, un livre qui défend les positions les plus avancées de la théologie allemande.

    Et c’est justement avec le plus connu des théologiens moraux d’Allemagne, Eberhard Schockenhoff – auteur d’un récent essai sur « Stimmen der Zeit » qui a fait beaucoup de bruit – que Livio Melina, l’avant-dernier président de l’institut, a croisé le fer pendant un colloque à Nysa en Silésie rassemblant une centaine de théologien moralistes polonais en présence des deux évêques auxiliaires de Poznan et de Lublin.

    Schockenhoff fait autorité non seulement en Allemagne mais également à l’étranger. C’est justement lui que les conférences épiscopales du Danemark, de Finlande, d’Islande, de Norvège et de Suède ont souhaité entendre lors d’une journée d’étude consacrée Amoris laetitia qui s’est déroulée à Hambourg il y a deux mois.

    Mais Mgr Melina a contredit point par point les positions du théologien allemand, montrant l’absence de fondement du présumé « changement de paradigme » que beaucoup associent au magistère du pape François. Et les évêques de Pologne, dans leur lignes directrices pour l’application d’Amoris laetitia, sont complètement d’accord avec lui.

    La conférence de Mgr Melina, prononcée le 12 juin dernier, sera elle aussi publiée dans le prochain numéro d’« Anthropotes » sous le titre suivant : « Les défis d’Amoris laetitia pour un théologien moraliste ».

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

     

    Ref. Après l’Académie pour la vie, l’Institut pour la famille change lui aussi de visage

    JPSC