Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Démographies comparées de l'Allemagne et de la Turquie

IMPRIMER

Démographie : la population de la Turquie rejoint celle de l'Allemagne (source)

La Turquie compte désormais 82,8 millions d’habitants selon les dernières statistiques collectées par l’agence de presse gouvernementale Anadolu. Entre le début de l’année 2017 et le début de l’année 2018, la population nationale a donc augmenté de trois millions de personnes. Un chiffre qui illustre l’accélération de la croissance démographique du pays alors que la population avait progressé de 1 073 818 au cours de 2016.

Cette nouvelle dynamique vient mettre un frein, au moins temporaire, au vieillissement de la population observé par les démographes au cours du temps. En effet, d’après les projections de l’Institut statistiques de Turquie réalisées en 2013, l’âge médian devrait passer de 34 ans en 2023 à près de 43 ans en 2050. Malgré tout, la Turquie reste, selon les chiffres de 2016, le pays qui compte la plus importante jeune population en comparaison aux États membres de l’Union européenne.


Pour ce qui est de l’Allemagne, sa population à la fin de 2016 (les chiffres de 2017 ne sont pas encore disponibles contrairement à l’Allemagne) atteignait 82,8 millions d’habitants, soit 600 000 personnes de plus qu’un an plus tôt. Grâce à cette poussée, le précédent record de population, qui datait de 2002 et se situait à 82,5 millions d’habitants, a été dépassé. Ces chiffres doivent cependant être pris avec beaucoup de réserves, prévient Destatis, en raison d’un changement méthodique. On se souvient que le recensement de 2011 avait révélé une population inférieure de 2 millions à l’estimation annuelle alors publiée par Destatis qui s’appuie sur les chiffres des enregistrements municipaux parfois peu fiables.

La raison de cette croissance démographique allemande demeure le solde migratoire hautement positif, estimé pour 2016 à plus de 750 000 personnes. En 2015, ce solde migratoire se situait à 1,1 million de personnes. Le détail de ce chiffre n’est pas encore connu, mais il supposerait des entrées de personnes en Allemagne à un niveau proche de 1,5 million de personnes l’an dernier, car environ 400 000 Allemands auraient quitté l’Allemagne la même année. En 2015, il y avait eu outre-Rhin 188 000 décès de plus que de naissance en Allemagne, on devrait donc se situer un peu en deçà de ce chiffre en raison d’une stagnation des décès et d’une légère remontée des naissances. 

À l’instar de 2015, les populations réfugiées du moyen et Proche-Orient devraient représenter une grande partie de ces entrées sur le territoire allemand, mais il convient de ne pas oublier que plusieurs pays d’Europe méridionale et centrale (Pologne, Espagne, Grèce, Portugal) continuent de connaître des soldes migratoires négatifs vis-à-vis de l’Allemagne. En 2014, avant l’arrivée des réfugiés, l’Allemagne avait ainsi déjà connu une forte croissance de son solde migratoire de 550 000 personnes en termes nets.

La croissance démographique turque s’explique principalement par une augmentation du taux de natalité qui s’accompagne d’une réduction du taux de mortalité en Turquie. Ce phénomène correspond à la politique de natalité menée par les autorités politiques depuis quelques années. La Turquie à la population très homogène (contrairement à l’Allemagne de plus en plus diverse et vieillissante) devrait donc bientôt dépasser celle de l’Allemagne, si ce n’est déjà fait.

Évolution comparée de l’espérance de vie à la naissance (1960-2015) en Allemagne et en Turquie

La Turquie devrait aussi connaître une des plus fortes croissances économiques au monde en 2017 : 11 % de plus que 2016. Cette croissance suit une légère contraction de 0,8 % en 2016 à la suite du coup d’État avorté.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel