Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bénir les unions homosexuelles ?

IMPRIMER

Du site "Présence - Information religieuse" (Canada) :

Église catholique d'Allemagne

Un évêque allemand propose d'envisager la bénédiction d'unions homosexuelles

Agence Catholic News Service

Le vice-président de la conférence des évêques allemands a demandé que le clergé catholique réfléchisse à la possibilité de bénir les unions homosexuelles.

«Je m'intéresse aux questions fondamentales sur la façon dont nous traitons les uns avec les autres, bien que le mariage pour tous diffère clairement du concept de mariage de l'Église, c'est maintenant une réalité politique», a déclaré Mgr Franz-Josef Bode d'Osnabruck.

«Nous devons nous demander comment nous rencontrons ceux qui forment de telles relations et qui sont aussi impliqués dans l'Église, comment nous les accompagnons pastoralement et liturgiquement.»

Cet automne, les premiers mariages gais ont eu lieu en Allemagne. Le 30 juin, le parlement avait approuvé le mariage homosexuel.

«Les relations entre personnes de même sexe sont généralement classées comme un péché grave dans l'Église, mais nous devons réfléchir à la façon dont nous pouvons nous différencier», a déclaré Mgr Bode dans un entretien accordé le 10 janvier au quotidien Neue Osnabrucker Zeitung.

«Ne devrions-nous pas être plus justes, étant donné qu'il y a beaucoup de choses positives, bonnes et justes, ne devrions-nous pas, par exemple, considérer une bénédiction – quelque chose à ne pas confondre avec une cérémonie de mariage?»

Il a dit que l'église devrait discuter plus en détail des unions homosexuelles et reconnaître «le silence et le tabou» qui perdure sur cette question.

Les canons 1055-1057 du Code de droit canonique de l'église définissent le mariage comme une union indissoluble entre un homme et une femme.

Le vote de juin pour permettre le mariage homosexuel a été condamné par les dirigeants de l'Église allemande, dont Mgr Heiner Koch de Berlin, président de la Commission du mariage et de la famille, qui a déclaré que la cohabitation homosexuelle pouvait être «valorisée par d'autres arrangements institutionnels».

Cependant, le vote a été approuvé par l'Église protestante du pays. Certains groupes catholiques laïcs, y compris l'organisation We Are Church, ont demandé que les couples homosexuels reçoivent des bénédictions de l'Église.

En mai 2015, l'Église allemande a modifié ses règles d’embauche pour permettre aux non-professionnels de conserver leur emploi après leur divorce et leur remariage sans nullité ou s'ils forment un couple avec une personne du même sexe.

Dans son interview, Mgr Bode a également dit qu'il pensait qu'il faudrait faire un plus grand usage des «coordonnateurs pastoraux» laïcs pour compenser la pénurie de prêtres ordonnés.

Il a ajouté que les femmes devraient assumer des «rôles de leadership dans les Églises», et a appelé à une commission du Vatican envisageant actuellement des femmes diacres pour étendre son travail.

«Cette commission explore beaucoup la tradition, mais je pense que nous ne devrions pas commencer par-là», a déclaré le vice-président de la conférence épiscopale.

«Nous devons faire face au fait que les femmes font beaucoup de travail responsable dans l'Église aujourd'hui. Je voudrais voir une conversation entre les experts et les évêques compétents – et autant de contacts que possible avec le groupe traitant de ces questions à Rome. Cette question devra ultimement être décidée par un concile ou un synode.»

Vingt-six pays ont légalisé le mariage homosexuel dans le monde jusqu’ici.

Commentaires

  • Je souhaiterais aussi que l'on puisse "bénir" les unions homosexuelles ... SI c'est une demande des personnes ... De quel droit seraient-ils rejetés par l'Eglise ?

    D'autant plus que je connais personnellement des personnes liés par les liens de l'homosexualité et qui oeuvrent pour aider leurs prochains et parfois même au sein de "mouvements sociaux de l'Eglise"

    Sortons de nos clichés ...

  • "la capacité du couple humain à procréer est le chemin par lequel passe l’histoire du salut" (Amoris Laetitia).
    Tout est dit ici,

  • P. Jacob, n'y aurait-il pas de salut pour les couples homosexuels ?

  • Levons les ambiguïtés complaisantes. Objectivement, l’homosexualité n’est pas un bien. Elle n’a pas à être bénie par l’Eglise. En revanche, les personnes homosexuelles sont aussi des enfants de Dieu : comme chacun d’entre nous, elles ont besoin du regard aimant de Dieu et de l’Eglise qui, dans le meilleur du comportement de ses fidèles et de ses ministres, n’est autre que « Jésus-Christ répandu et communiqué » (Bossuet).

  • Je comprends aussi votre argumentation.

    MAIS quand je lis : " Objectivement, l’homosexualité n’est pas un bien ", là je réagis !
    Si ce n'est pas un bien c'est donc un mal ?

    On ne choisit pas d'être homosexuel !
    Je connais un collègue enseignant " homosexuel " qui est devenu prêtre, alors qu'il avait une cinquantaine d'années.. PERSONNE ne le jugeait ...
    Il a reçu le sacrement de l'Ordre. Il est décédé prématurément.
    Il fut un bon enseignant, un bon prêtre ...
    Il accompagnait les groupes "' homosexuels" qui le souhaitaient. Il "bénissait" leur union.
    Une bénédiction n'est pas un sacrement ....

    "On bénit bien les chevaux, les chiens, les médailles saintes ... " disait-il avec raison.

  • A Jacques Delen,
    Dans l'exemple que vous exposez, d'un homosexuel qui a été ordonné, sa situation ne diffère guère d'un prêtre "ordinaire" puisque tous les deux sont soumis à la continence, seule la nature de la tentation à surmonter les distingue.
    Vous dites que personne ne le jugeait. Mais nous ne le jugeons pas non plus, Nous considérons simplement que la tendance homosexuelle est une difficulté de plus à gérer lorsqu'on se veut catholique.
    Concernant la bénédiction, un prêtre peut évidemment bénir un homosexuel comme il peut le faire pour chacun de nous. Par contre, bénir ensemble deux homosexuels qui cohabitent ou s’apprêtent à le faire n'est, jusqu'à présent, pas permis par l'Eglise à cause de l’ambiguïté qui en résulterait, certains pouvant croire qu'ils sont unis sacramentellement et que l'Eglise reconnait maintenant de telles unions.
    J'attire votre attention sur le danger qu'il y a à vouloir en permanence, sous couvert d'une charité et d'un amour tous azimuts, modifier la discipline multiséculaire de l'Eglise. En toute logique, certains seraient fondés à conclure que puisque l'Eglise dit aujourd'hui le contraire de ce qu'elle affirmait solennellement hier, il n'y a plus de raison de croire ce qu'elle raconte aujourd'hui puisque cela pourra très bien changer demain.
    Pour les homosexuels, comme pour les autres catholiques qui se sont écartés de la voie tracée par l'Eglise, la solution ne réside pas dans les revendications, les récriminations, les révoltes, mais dans l'humble reconnaissance de leur faiblesse humaine, leur regret sincère de n'avoir pu dominer leur nature et de s'en remettre à la miséricorde de Dieu.

  • ... plus que jamais, maintenant et dans le futur, il nous faudra distinguer les actes "bons" et les actes "mauvais".
    Avec le progrès des sciences et l'arrivée de l'intelligence artificielle, il faudra nous accrocher à une conscience "droite" parce qu'il y aura de plus en plus d'actes incontrôlables pouvant être mauvais pour l'humain, pouvant même nier tout ce que le Seigneur a prévu pour son environnement, sa santé, son bonheur de maîtriser ses actes pour éduquer, former, susciter la promotion, l'épanouissement des dons des jeunes que nous auront fait naître dans un monde ou cohabitent déjà l'intelligence artificielle sans conscience et l'intelligence humaine avec conscience.
    L'Eglise a toujours été une mère éducatrice, enseignante, soignante, visionnaire ... donc, elle se prépare à affronter les nouveaux défis de demain : le transhumanisme qui va accompagner l'homme, répondre à ses questions, l'aider, mais ... sans conscience quant au bien et au mal.
    Alors quoi ? Préparons-nous - formons nos consciences humaines plus solidement encore que par le passé, sinon, nous irons dans le mur, parce que non préparés ...

  • Pour former sa conscience, le catholique -et plus généralement les hommes de bonne volonté - disposent du Magistère vivant. Le moyen simple et d'accès facile est le Catéchisme de l'Eglise catholique qui recommande cette formation de la conscience (CEC, n°1776 à 1794 . Pourquoi ne pas s'y référer dans un débat comme celui suscité par les déclarations aberrantes de cet évêque allemand?
    Concernant l'homosexualité, le CEC (n° 2357) précise : "S'appuyant sur la Sainte Ecriture, la Tradition a toujours déclaré que les actes d'homosexualité sont intrinsèquement désordonnés (cfr. Déclaration "Persona humana", n°8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l'acte sexuel au don de la vie.Ils ne procèdent pas d'une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d'approbation en aucun cas."
    Et donc certainement pas d'aucune forme de bénédiction de l'Eglise. CQFD.

  • "MAIS quand je lis : " Objectivement, l’homosexualité n’est pas un bien ", là je réagis !
    Si ce n'est pas un bien c'est donc un mal ?"
    Oui l'homosexualité est un mal, parce que sur ce point, le sexe est détourné de sa fonction originelle qui est la procréation. Cette situation peut être naturel, c'est vrai, mais elle doit être classée au registre des accidents de la nature. La fonction de l’œil c'est de voir. Doit - on proclamer "bien" le fait qu'un enfant naisse aveugle ? ne va-t-on pas tout faire pour remédier si possible à cette situation pourtant naturelle ? On peut transposer cette logique à tous les niveaux y compris sur l'attirance vers le même sexe. Je ne vois pas un seul parent qui sauterais de joie pour avoir un enfant qui vient au monde muet, sourd, édenté, unijambiste etc... Maintenant, que nous proposent les textes sacrés à ce propos ? Que les relations homosexuelles sont une abomination pour ceux qui les pratique. Ni plus, ni moins!!!

  • Je me souviens avoir lu ce texte magnifique il y a quelques années dans le site benoit et moi à propos d'une réflexion à ce sujet du Cardinal Biffi, repris en 2014 pour la défense de madame Christine Boutin alors attaquée en justice pour avoir qualifié l'homosexualité d'abomination. Je vous convie d'y jeter un œil !!! http://benoit-et-moi.fr/2014-I/actualites/le-cardinal-biffi-au-secours-de-christine-boutin.html

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel