Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le cardinal Wim Eijk appelle le pape à clarifier les doutes semés par Amoris laetitia

IMPRIMER

Lu sur le blog « Salon beige »

« De Jeanne Smits sur RITV :

"Dans un entretien avec le quotidien néerlandais Trouw, l’archevêque d’Utrecht, le cardinal Wim Eijk vient d’appeler le pape François à apporter de la « clarté » face aux « doutes » semés par l’exhortation post-synodale Amoris laetitia à propos de l’accès à la communion pour les divorcés « remariés ». S’il s’efforce d’affirmer, dans cet entretien paru vendredi dernier, que le pape n’a « jamais, nulle part » déclaré que ces couples pouvaient recevoir le sacrement de pénitence et de l’Eucharistie, il emploie tout de même des mots qui ont été ceux de nombreux évêques, universitaires et théologiens, mais aussi ceux des quatre cardinaux des « Dubia » demandant au pape François de faire la lumière sur cette question, sans jamais recevoir de réponse.

Le cardinal Wim Eijk, connu pour ses positions fidèles à la tradition de l’Eglise en matière de morale familiale et conjugale, avait déclaré à l’issue des deux synodes sur la famille que l’Eglise catholique ne saurait modifier son enseignement traditionnel sur le refus de la communion aux couples divorcés « remariés », assurant alors que le pape ne changerait pas la doctrine à cet égard.

« A la suite des deux synodes sur la famille un document a été écrit par le pape, Amoris laetitia. De ce fait des doutes ont été semés. Les divorcés “remariés” peuvent-ils désormais communier ou non ? Ce que l’on voit, un peu, c’est que telle conférence épiscopale gère l’affaire d’une façon, tandis que tel autre la gère d’une manière exactement inverse. Mais bon, ce qui est vrai à l’endroit A ne peut subitement être faux à l’endroit B. A un moment donné on serait content de voir que la clarté soit faite. » 

[...] Interrogé sur la question de savoir ce qu’il attend du pape François, le cardinal a répondu : « Je dirais : éclairez-nous. A propos de ce point précis. Otez ce doute-là. Sous forme d’un document, par exemple. » [...]"

Ref. Le cardinal Wim Eijk appelle le pape à clarifier les doutes semés par Amoris laetitia

Il se fait, malheureusement pour le Cardinal-Archevêque des Pays-Bas, que, dans l'esprit du pape, l’affaire est désormais close, comme l’explique clairement l’Agence Kathnet :

« Le Vatican a publié dans les “Acta Apostolicae Sedis” (AAS), l’organe officiel du Saint Siège, le document explicatif qui avait été adressé aux évêques de la région pastorale de Buenos Aires suite à l’exhortation post synodale “Amoris Laetitia”, ainsi qu’une lettre du pape François, dans laquelle il donne son approbation au dit document.

La parution dans les AAS de cette lettre privée du pape aux évêques de la région pastorale de Buenos Aires élève cet écrit au rang de “Lettre Apostolique”.

Elle contient en outre une contribution du cardinal Pietro Parolin dans laquelle celui-ci précise que la parution des deux documents a été faite sur la demande expresse du pape François qui désire que, aussi bien le document explicatif aux évêques de Buenos Aires que sa propre lettre soient désormais considérés comme des éléments de son “magistère authentique”.

Le document explicatif à l’adresse des évêques de Buenos Aires, datant de septembre 2016, prévoit au n°6, d’autoriser, au cas par cas, que des personnes “divorcées et remariées civilement” puissent recevoir la communion eucharistique, même si celles-ci ne se déclarent pas prêtes à vivre dans l’abstinence. La réception de la communion pourrait être le résultat d’un processus de discernement accompagné de façon personnelle et pastorale par un prêtre. A l’issue d’un tel processus, il n’y aurait pas obligatoirement une admission aux sacrements : les personnes pourraient aussi librement choisir une autre façon de participer à la vie de l’Eglise.

Dans sa lettre aux évêques, le pape a expressément approuvé la valeur de ce processus. Le document explicatif se veut exhaustif en ce qui concerne le huitième chapitre d’ “Amoris Laetitia”. Le pape l’affirme sans ambiguïté : ‘Il n’y a pas d’autre interprétation’. »

Ce point final péremptoire n’empêche évidemment pas de rappeler ici quels sont les divers degrés d’engagement de l’enseignement suprême du pape seul ou du pape et des évêques unis à lui et, spécialement, de préciser que le magistère le plus élevé peut se placer à deux degrés d’autorité :

1°/ Celui des doctrines irréformables du pape seul ou bien du collège des évêques (Lumen gentium n. 25 § 2 et 3). Ce magistère infaillible, auquel il faut « adhérer dans l’obéissance de la foi », peut lui-même être proposé sous deux formes :

  1. a) les jugements solennels du pape seul ou du pape et des évêques réunis en concile ;
  2. b) le magistère ordinaire et universel (Dz 3011).

2°/ Et, d’autre part, celui des enseignements du pape ou du collège des évêques avec le pape, sans intention de les proposer de manière définitive, auxquels est dû « un assentiment religieux de la volonté et de l’esprit » (Lumen gentium n. 25 § 1). On parle généralement de « magistère authentique », bien que le vocabulaire ne soit pas absolument fixé.

C’est  à ce second degré d’autorité du magistère qu’il faut situer celle des deux documents que le pape vient de faire publier au « Moniteur » du Saint-Siège : le même que celui de l’exhortation post-synodale « amoris laetitia » : leur enseignement ne peut plus être remis en cause « nisi gravibus causis » (à moins de graves raisons). Cette clausule signifie, a contrario, qu’il peut l’être dans cette occurrence.

JPSC

Commentaires

  • Si le Père François agit avec une telle autorité avec des articles concernant le sacrement de mariage, de l' Eucharistie, de la Pénitence pour les inscrire dans des lettres synodales pour être considérées près coup comme magistérielles, sans s'en référer au Pape Benoit XVI, (autorité suprême qui demandait seulement de l'aide pour raisons de santé ) alors il y a un sacré problème de la compréhension de sa mission de second Père de l'Eglise.
    Ce n'est plus tenable.
    Que va-t-on encore effacer, trafiquer, avec la ruse que l'on lui connaît maintenant ? - pour ensuite procéder à une consolidation indélébile pour les générations futures ?
    Notre Eglise est moquée ... ridiculisée ... c'est du n'importe quoi !
    Il nous apprend qu'il faut ruser pour obtenir une cause et satisfaire ses amis. Ce n'est pas un exemple pour la jeunesse qui cherche à vivre en cohérence avec les valeurs et l'enseignement de nos Pères.
    Que l'Esprit-Saint nous éclaire et conduise son Eglise ... pour les siècles à venir ! Nous avons très peur ...

  • Il faut juste rester calme, dénoncer toutes les petites filouteries qui se trame, pour ne pas en être complice et prier. Le Seigneur lui même guide son Église. Les petites ruses des hommes n'y ferons rien. Cela peut prendre du temps et peut être nous même ne verrons pas le retour à la normalité de notre vivant, mais la normalité reviendra. Jésus l'a promis : "les forces du mal ne prévaudront jamais sur son Église". Sur ce point, on peut lui faire confiance. En plus sa parole est vérité. Et la vérité fini toujours par triompher. Restons dans l'Espérance et dans la prière. Complétons nos souffrances à celles du Christ sur la croix !!! restons confiant !!!

  • ... oui, restons confiants. Mais quand même. Quand je vois que l'encyclique "Laudato Si" a écrite suite à la visite de Nicolas Hulot, le Ministre français de l'écologie, François apparaît comme "influençable".
    Avions-nous besoin de recevoir des leçons ? Nous qui croyons au Dieu Créateur et respections la nature depuis des centaines d'années. Nos Monastères en disent long sur la théorie du respect de l'environnement. Nos écoles où nos grands-mères et mères recevaient des cours d'éducation ménagère, d'économie domestique.
    Nicolas Hulot possède 9 véhicules, dit-on dont 6 voitures et son patrimoine s'élève à 7 millions d'euros.
    Fallait-il vraiment un encyclique pour nous faire la leçon ?
    La Pape a-t-il réussit à convertir les périphéries avec cela ? Espérons ...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel