Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La valorisation du patrimoine religieux à l'ordre du jour

IMPRIMER

D'Angélique Tasiaux sur le site officiel de l'Eglise en Belgique francophone :

Valorisation du patrimoine religieux

2018 a été décrétée Année européenne du patrimoine culturel. La COMECE, l’Eglise catholique dans l’Union européenne, a bien saisi les enjeux sous-jacents à cette nomination, favorable au .

Intitulée « Promouvoir l’héritage chrétien de l’Europe », la rencontre du 31 janvier entendait se pencher sur une initiative « qui pourrait représenter une belle opportunité pour l’Eglise de mettre en valeur son patrimoine et d’assurer une meilleure visibilité et une plus grande accessibilité du patrimoine religieux au public. Dans un contexte de division et de questionnement au sein de l’Union européenne, l’année du patrimoine culturel pourrait également renforcer le sentiment de communauté entre peuples et nations européennes. »

En décembre dernier, Tibor Navracsics, membre de la Commission chargé de l’éducation, de la culture, de la jeunesse et du sport, observait combien « Le patrimoine culturel est au coeur du mode de vie européen. Il définit qui nous sommes et crée un sentiment d’appartenance. Le patrimoine culturel n’est pas seulement fait de littérature, d’art et d’objets, on le trouve aussi dans les techniques qui nous sont transmises, dans les histoires que nous racontons, dans la nourriture que nous mangeons et dans les films que nous regardons. (…) Il nous permet de comprendre le passé et de construire notre avenir. » A l’annonce de la thématique sélectionnée, la Commission européenne se réjouissait déjà de la foison de coutumes et d’habitudes locales, y voyant des occasions d’échanges renforcés entre les communautés, un ferment de curiosité pour toutes les parties concernées. « La richesse de la diversité nationale, régionale et locale de l’Union européenne est de nature à favoriser les échanges entre personnes de tous âges, milieux sociaux et cultures. »

L’héritage chrétien au premier plan

Le concept d’une identité commune à travers des espaces différents n’est pas neuf pour les croyants. Comme le soulignait déjà en septembre 2017 Stefan Lunte dans la revue Europeinfos, « Il suffit de penser aux monastères bénédictins ou cisterciens, aux églises romanes, gothiques ou baroques, mais aussi aux routes de pèlerinages qui ont façonné la géographie humaine et culturelle de notre continent… » Le rayonnement des monastères a notamment assuré l’essor des connaissances avant même la création d’un espace européen transfrontalier. Il appartient aux catholiques d’être attentifs à ce vent contemporain favorable, en rendant leurs lieux de culte accessibles aux visiteurs en quête spirituelle. Au-delà des édifices-phares, il en est de plus humbles qui retiennent l’attention des passants. Accompagner dans leur intérêt patrimonial de jeunes visiteurs, moins enclins à suivre les offices ou carrément coupés de leurs racines, représente une formidable occasion de partager des connaissances mais aussi, et surtout, un témoignage de foi.

Angélique TASIAUX

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel