Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Dieu ou rien"; la conférence du Cardinal Sarah à Bruxelles le 7 février dans une église comble

IMPRIMER

C’était donc hier soir, en l’église paroissiale Notre-Dame de Stockel, dans l’agglomération bruxelloise. 

cardinal sarah RV15835_Articolo.jpgDevant un public nombreux et bien sage (peu de questions), au premier rang duquel on trouvait le Nonce apostolique, le Cardinal De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles et le Bourgmestre de Woluwé-Saint-Pierre, mais aussi l’abbé Philippe Mawet, responsable de la pastorale francophone de l’unité pastorale dont dépend la paroisse, le cardinal Sarah a tranquillement expliqué le sens et le contenu de son livre « Dieu ou rien » : une radicalité dont l’abbé Mawet, familier des médias, s’était offusqué quelques jours plus tôt dans la « Libre Belgique ». 

Mais il en fallait sûrement plus pour intimider le cardinal guinéen que persécutait le dictateur Sékou Touré, comme le montre ces extraits de son discours : 

Evoquant, entre autres, les idéologues et les groupes de pression qui, avec des moyens financiers et médiatiques surpuissants, s’attaquent aux fins naturelles du mariage et s'emploient à déstructurer la cellule familiale, il n’a pas craint d’ajouter que « de hauts prélats, issus surtout de nations opulentes, s’emploient à apporter des modifications à la morale chrétienne concernant le respect absolu de la vie dès sa conception jusqu’à sa mort naturelle, la question des divorcés remariés et d’autres situations familiales problématiques. Ces ‘gardiens de la foi’, ajoute-t-il sans les nommer, devraient cependant ne pas perdre de vue que le problème posé par l’éclatement des fins du mariage est un problème de morale naturelle ».

Et le cardinal poursuit: « les grandes dérives ont surgi lorsque certains prélats ou intellectuels catholiques ont commencé à dire ou écrire ‘feu vert pour l’avortement’, ‘feu vert pour l’euthanasie’. Or, à partir du moment où les catholiques abandonnent l’enseignement de Jésus et le Magistère de l’Eglise, ils contribuent à la destruction de l’institution naturelle du mariage comme de la famille et c’est toute la communauté humaine qui se trouve fissurée par cette nouvelle trahison des clercs ». 

Et voici sa conclusion : 

« Il faudrait que l’Eglise en revienne à l’encyclique ‘Humanae Vitae’ de Paul VI ainsi qu’aux enseignements de Jean-Paul II et Benoît XVI sur ces questions vitales pour l’humanité. Le pape François lui-même reste dans le sillage de ses prédécesseurs, quand il souligne la coïncidence entre l’évangile de l’amour et l’évangile de la paix. Il faut affirmer avec force et sans ambiguïté le poids magistériel de tout cet enseignement, mettre en relief sa cohérence et protéger ce trésor contre les prédateurs de ce monde sans Dieu »

Bref, Dieu ou rien.

JPSC

Commentaires

  • Bravo aux organisateurs de cette conférence qui portera du fruit! "Que pouvons-nous, jeunesse européenne...?" Réponse:" unissez-vous!"

  • Je me joins à lafforest pour remercier chacun (e) pour cette belle organisation et aussi à Belgicatho qui nous a transmis, déjà ce matin, cette intéressante conférence et l'entretien paternel et aimant qui a suivi...
    Merci beaucoup Mgr Sarah !

  • Pax et Bonum!
    Un petit retour sur cette soirée d'hier.

    Tout d'abord un grand merci aux organisateurs de cette soirée, pour la qualité des contenus et de la logistique. Accueil royal dans cette paroisse de choc pour l'évangélisation.

    Merci à Dieu de nous donner de si belles figures d'Eglise, telle que ce prélat.

    Je retiens de l'intervention du Cardinal:

    - "Dieu ou rien"

    - un constat implacable de la désagrégation de notre civilisation

    - l'Eglise comme seul rempart

    - "des églises que des chrétiens désertent car ils y sentent la putréfaction de Dieu"

    - La trahison de certains clercs par rapport à la doctrine de l'Eglise

    - le rappel des positions du magistère sur l'ensemble des faits sociétaux d'aujourd'hui.

    Le Cardinal a fort insisté sur son attachement à Benoît XVI, et aux papes précédents. Il a aussi affirmé que Pape François est "dans leur sillage".

    Un énoncé clair, limpide, indispensable. 

    Pour certains cet rappel de la Vérité suffira à affermir leurs convictions, et pour d'autres permettra d'ébranler les tiédeurs et toucher le fond des cœurs des indécis.

    Mais je reste sur ma faim quant aux moyens plus incisifs pour toucher les lointains. Le Cardinal en a énoncé quelques-uns: la doctrine, la dénonciation du chaos, la prière, et agir en unité. il aurait pu ajouter aussi: la liturgie, c'est sa spécialité, il la vit. 

    La question que je lui aurais posée: comment la théologie et l'action pastorale de Pape François est-elle un pont qui prolonge tout cela et permet de toucher les lointains? 

    A nous de répondre, puisque le Cardinal est reparti. 
    Un grand merci, encore, à vous tous de nous aider à réfléchir, en forte udp et amitié.

     


    Frère Daniel-Marie
    Couvent Saint Antoine

  • oui ... j'ai perçu aussi que le Cardinal était soucieux de la jeunesse (15 ans) qui s'active dans la pratique de l'écologie et vers des spiritualités diverses qui s'offrent à elle.

    Nous sommes pareil à Adam, le premier homme, misent à part les technologies, les médias, dit-il.
    Nos besoins sont les mêmes et comme lui, nous cherchons Dieu dans nos solitudes.
    Il leur conseille de ne pas rester seul, en ce moment de l'histoire des hommes, et surtout de ne pas aller en haute mer "tout seul" parce qu'il y a des requins qui tuent.
    En Afrique, on peut se faire tuer physiquement, el Europe, on peut se faire tuer moralement. Et pour lui, c'est pire ...
    Comment résister ?
    Par la prière, le renforcement de notre foi et par la fermeté de nos convictions affermies par la grâce et l'aide de Marie, notre Dame au cœur d'Or.
    - "Les musulmans que j'ai connus priaient avec conviction à heure "fixe" très tôt déjà : à 4h30."
    - " Pourquoi pas moi ? " dit-il.

    Voilà.
    On sait aussi que les musulmans prient toujours "tournés" physiquement vers la Mecque. C'est important pour eux on dirait.
    Nos églises étaient orientées vers le tombeau du Christ et toujours actuellement, je crois, C''est dans la symbolique et la justesse de notre foi. Oui.
    Comment expliquer à la jeunesse qui cherche le pourquoi, le comment quand ils viennent dans nos églises pour y chercher à lire les vérités révélées et qu'ils voient que sur le point de l'autel, on a changé l'orientation ... ?

  • Je n'ai, hélas, pas pu quitter mon petit village ardennais pour aller écouter le cardinal Sarah. Mais rien que le titre de sa conférence en dit long. "Dieu ou rien", autrement dit: "L'absurde ou le mystère". Car c'est bien de cela qu'il s'agit quand on va au fond des choses. Ou bien, comme l'écrit Bertrand Russel, "le monde est une machine sans âme qui suit une trajectoire aveugle dans l'infini de l'espace et du temps" (et dans ce cas-là, comment trouver un sens à ce qui existe?), ou bien ce qui a de l'être, de la conscience d'exister, de la vie et de la pensée, vient de quelqu'un qui est l'Etre, la Conscience d'exister, la Vie et la Pensée. Entre ces deux options, il y a un gouffre abyssal qui finalement divise les êtres humains en deux catégories: ceux qui croient au ciel et ceux qui n'y croient pas. De là découle tout le reste.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel