Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un curieux prédicateur pour la retraite de carême du pape et de la curie

IMPRIMER

De Matthew Cullinan Hoffman sur lifesitenews.com :

Pour guider la retraite de Carême, le Pape François choisit un prêtre pro-LGBT qui soutient que Jésus "n'a pas établi de règles"

ROME, le 5 février 2018 (LifeSiteNews.com) - Le pape François a choisi un "prêtre-poète" portugais pour prêcher lors de sa retraite du Carême 2018, un promoteur ouvert de la "théologie critique" d'une religieuse espagnole qui défend la légalisation de l'avortement et la reconnaissance par le gouvernement du «mariage» homosexuel et des adoptions par des couples de même sexe.

Le père José Tolentino Calaça de Mendonça, vice-recteur de l'Université catholique de Lisbonne, a écrit l'introduction à la traduction portugaise de «théologie féministe dans l'histoire» par Teresa Forcades, que la BBC désigne comme «la religieuse la plus radicale d'Europe».

Dans l'introduction au travail de Forcades, Tolentino de Mendonça annonce au lecteur que Jésus n'a laissé aucune règle ou loi à l'humanité, une idée qu'il applique avec approbation à la «théologie critique» de Forcades.

"Teresa Forcades i Vila rappelle ce qui est essentiel: que Jésus de Nazareth n'a pas codifié, ni établi de règles", écrit Tolentino de Mendonça. "Jésus a vécu. C'est-à-dire qu'il a construit un éthos de relation, a somatisé la poésie de son message dans la visibilité de sa chair, a exprimé son propre corps comme prémisse. "

Lorsque la traduction portugaise du livre a été publiée en 2013 avec l'introduction de Tolentino de Mendonça, Forcades s'était bien positionnée comme défenseur de l'avortement légalisé et de la création du «mariage» homosexuel. La même année, elle publiait un hommage vidéo au dictateur vénézuélien Hugo Chavez, qui était alors en train de mourir d'un cancer.

Tolentino de Mendonça compare Forcades à Hildegarde de Bingen, et affirme que sa théologie s'exprime «sous une forme symbolique, ouverte et sensible à l'égard du réel» par opposition à la façon traditionnelle de parler de l'Église en termes clairs et non métaphoriques, qu'il appelle "les grammaires triomphales univoques que nous connaissons".

"Il faut que le récit doctrinal se conçoive comme une lecture plutôt qu'une écriture, plus comme un voyage que comme un lieu, car la mémoire qui transporte n'est pas réductible à un code légal, à une vision, à quelque chose d'automatique", écrit ce prêtre.

Tolentino de Mendonça écrit : " C'est précisément ici que l'œuvre provocatrice de Teresa Forcades i Vila, "La théologie féministe dans l'histoire", que le lecteur a entre les mains, vient à notre aide. "

Dans une interview à la radio Renascença de Lisbonne en 2016, Tolentino de Mendonça a fustigé des catholiques et en particulier des cardinaux qui ont critiqué le pape François, rejetant leur vision du «traditionalisme», qu'il opposait à une authentique «tradition».

"Aujourd'hui, nous voyons le pape François contredit par une aile plus conservatrice de l'Eglise et par certains noms importants, même cardinaux, qui d'une certaine manière sont disposés à placer le traditionalisme au-dessus de la tradition", a-t-il dit.

En ce qui concerne l'attitude "accueillante" du pape François envers ceux qui vivent obstinément dans des situations gravement pécheresses d'homosexualité et d'adultère, Tolentino de Mendonça a déclaré à l'interviewer: "Personne ne peut être exclu de l'amour et de la miséricorde du Christ. Et cette expérience de miséricorde doit être offerte à tous, qu'il s'agisse de chrétiens remariés, blessés par des expériences matrimoniales désastreuses, que ce soit la réalité de nouvelles familles, que ce soit des homosexuels, qui doivent dans l'Église trouver un espace pour être entendus, un lieu d'accueil et de miséricorde. "

Tolentino de Mendonca prêchera et prodiguera des conseils spirituels au Pape François et aux hauts responsables de la Curie pendant leur retraite du 18 février au 23 février de cette année.

Commentaires

  • Vers un catholicisme ou tout sera permis, puisque "Dieu est miséricorde"? Cela engendra un nouveau schisme, d'innombrables injustices justifiées et la persecution de tout ceux qui ne suivent pas l'idéologie "correcte" de l'établishment religieux et politique qui dominera le monde. Prions que cela n'est qu'un cauchemar.

  • Je veux remercier de pape François d'ouvrir une toute petite fenêtre, à la suite de saint Jean XXIII, pour que le salut du Ressuscité atteigne le coeur de tous ceux qui créent la Tradition, et non pas qui s'y soumettent comme à un sabbat à ne pas violer... Je suis emballé par cette audace évangélique de notre papa catholique François. Dans le Corps mystique, aucune cellule n'est rejeté, aucun membre n'est inutile, chaque pécheur y a sa place... Alléluia !!!

  • Qu'un prêtre pro-LGBT qui dit que Jésus n'a pas établi de règles (donc en rupture avec l'enseignement de l'Eglise) soit choisi par un pape pour lui prêcher le carême dépasse l'entendement. Pitoyable exemple! Lamentable décision qui alimente encore plus le doute et la perplexité quant à ce pontificat! Une telle ouverture à l'hérésie apparaît comme un coup de poignard donné à ceux qui, fidèles à Jean-Paul II et à Benoît XVI, ne veulent pas abandonner la foi et la morale reprises dans le catéchisme de l'Eglise catholique. Affligeant!

  • Cher Mr. J.M.L. Bergeron, Une tradition est une continuité évolutive. Ce que vous proposez n'est pas tradition, mais le contarire: innovation en contradiction formelle avec la tradition catholique despuis la création de l'Eglise par Jesus lui-même. Il nous enseignait: "Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux". (Mat. 5. 19-20). Jesus n'a jamais changé l'enseignement de Moïse, mais au contraire il l'a fortifié, pardonant aux pecheurs seulement après qu'ils s'étaient repentis, et non avant.

  • Ah bon, Jésus n'a pas établi de règles? Bien plus que cela, Il est venu les accomplir!
    Et Dieu qui dit en Gen 2 . 24 que "l'HOMME quittera son père et sa mère et s'attachera à sa FEMME pour ne faire qu'une seule chair", c'est une règle? non, c'est bien, bien plus que cela, ce n'est pas même seulement un commandement, c'est un ACTE CREATEUR!

    Vouloir réécrire la Genèse à sa guise est non seulement sacrilège, mais c'est faire son propre malheur car c'est une immense impasse!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel