Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un miracle attribué à Jean-Paul Ier lui ouvre la voie de la béatification

IMPRIMER

De Kerknet.be :

Une reconnaissance rapide du miracle permettrait au Pape Jean Paul I, "le pape souriant" d'être béatifié cette année.

A peine quelques jours après l'annonce de la canonisation du Pape Paul VI, la Tribuna di Treviso annonce le miracle qui ouvrirait la voie à la béatification du pape Jean Paul Ier, ce sympathique pape italien, qui fut pape pendant 33 jours seulement.

Le miracle concerne un jeune qui a souffert de leucémie. Après des prières répétées du curé et d'un frère adressées au pape décédé, également sur sa tombe à Rome, le jeune homme de 15 ans a été guéri d'une manière médicalement inexplicable. Le pape François a reçu une lettre en octobre au sujet de l'affaire et il aurait dit qu'il s'engagerait personnellement à une béatification rapide de son prédécesseur.

Le pape a reconnu en novembre le statut officiel de vénérable de Jean-Paul Ier. Avec une reconnaissance rapide du miracle, il peut encore être béatifié cette année. A la fin de la semaine dernière, lors d'une rencontre avec les prêtres, le pape François a déjà annoncé qu'il canoniserait encore le pape Paul VI cette année, peut-être durant le synode épiscopal d'octobre.

http://tribunatreviso.gelocal.it/treviso/cronaca/2018/02/19/news/la-storia-a-conegliano-ragazzina-guarita-ho-pregato-luciani-1.16498162?

Commentaires

  • Tous les papes, à partir du concile Vatican II, seront-ils désormais élevés « à la gloire des autels » ?

    De toute façon, on peut raisonnablement penser que le nombre des saints, c’est-à-dire des « élus », est infiniment supérieur à ceux que l’Eglise propose (par la reconnaissance de miracles authentifiant la sainteté de leur vie) à la dévotion des fidèles. Mais ce culte d’hyperdulie des pontifes romains est un fait nouveau, apparemment systématique, sur lequel on peut s’interroger.

    Il ne faudrait tout de même pas confondre cette glorification avec l’ « apothéose » des empereurs défunts proclamée par le Sénat de la Rome antique pour les successeurs de Jules César (y compris Constantin et Constance II).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel