Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Créés pour se donner : le sens chrétien du mariage

IMPRIMER

I-Grande-9035-crees-pour-se-donner.net.jpgD'Emmanuel Cabello sur didoc.be :

Créés pour se donner. Le sens chrétien du mariage

L’année 2018 marque le cinquantième anniversaire de la publication de l’encyclique Humanae Vitae. Le pape François nous invite à « redécouvrir le message » de ce document (La Joie de l’Amour, nn. 82 et 222). C’est à cette « redécouverte » que s’attache l’abbé Stéphane Seminckx dans un petit livre qui vient de sortir aux éditions Téqui (ainsi qu’en traduction, en Espagne et aux Pays-Bas) : Créés pour se donner. Le sens chrétien du mariage.

On se rappellera que l’encyclique de Paul VI, publiée en 1968, fut l’objet d’âpres polémiques. Elle traitait de la morale conjugale, en particulier de la question de la contraception. Certains diront : pourquoi revenir sur un thème si controversé ? Est-ce que tout n’a pas été dit ? Par ailleurs, ce document n’est-il pas dépassé ?

Pour Stéphane Seminckx, l’enjeu d’Humanae Vitae reste vital, pour une raison toute simple : nous sommes tous attirés par l’idéal d’un grand amour, profond et durable. Nous voulons tous vivre « la joie de l’amour », évoquée par le pape François. Est-ce possible dans un monde où le mariage traverse une crise sérieuse ? Est-il réaliste de connaître et de vivre l’amour vrai à notre époque, tel que le Christ nous l’a révélé et que l’Eglise nous l’enseigne ?

Beaucoup d’eau a passé sous les ponts depuis la publication de l’encyclique de Paul VI : la « libération sexuelle » semble avoir produit des fruits parfois amers, la contraception hormonale se révèle chaque fois plus nocive pour la santé et se heurte à une résistance croissante de la part des femmes, une certaine écologie de la sexualité voit le jour, l’infléchissement des courbes démographiques, en Occident, devient alarmant.

Par ailleurs, ces cinquante dernières années, on a assisté à un renouveau de la réflexion théologique. L’enseignement de Jean-Paul II a surpris l’Eglise et le monde, notamment sa « théologie du corps », expliquée au fil de 129 catéchèses du mercredi. Benoît XVI nous a livré une profonde analyse de l’amour humain dans Deus caritas est (Dieu est Amour) et le pape François nous a offert une splendide méditation sur l’amour conjugal avec Amoris Laetitia (La Joie de l’Amour), publiée à la suite du synode sur la famille. En même temps, la philosophie et la théologie morales, sous l’impulsion du concile Vatican II, ont approfondi la manière de comprendre et de présenter l’agir humain. On a commencé à évoquer Humanae Vitae comme un document prophétique.

A partir de ces développements récents, en s’appuyant sur sa formation médicale et théologique, sur les nombreuses conférences qu’il a données sur le sujet ainsi que son expérience pastorale, l’abbé Stéphane Seminckx relit Humanae Vitae avec la sérénité que donne le recul du temps.

L’ouvrage part d’une réflexion approfondie sur la notion d’amour, en suivant essentiellement la première partie de l’encyclique Deus Caritas est et l’analyse de l’amour de Karol Wojtyla dans Amour et responsabilité. Partant de l’amour d’attrait, en passant par l’amour d’amitié, cette réflexion aboutit à l’amour conjugal, présenté comme amour de donation totale.

Dans un second chapitre, cette même structure de l’amour est revisitée, mais dans l’autre sens. A partir d’une réflexion sur l’unité de la personne, incluant la dimension sexuelle, l’auteur explique le lien entre donation et possession de soi, qui suppose une « intégration » des différentes dimensions de l’amour. Cette intégration s’appelle chasteté. Elle est liberté, souveraineté, maîtrise des diverses dimensions de soi en faveur du don de soi.

Ensuite, l’ouvrage rappelle quelques données fondamentales et classiques sur le mariage naturel et sacramentel, ainsi que sur le célibat.

Arrivé à ce point du développement, le lecteur peut aborder la question de la signification de l’acte conjugal. Pour être authentiquement conjugal, cet acte est invité à respecter ses propres dimensions unitive et procréative, comme dit Humanae Vitae, ce qui implique de respecter les caractéristiques du don de la personne, acte pleinement humain, désintéressé, libre et responsable.

Le cinquième chapitre répond à toute une série de questions et d’objections classiques soulevées par l’encyclique. Il tente d’y apporter une réponse claire et accessible à tous, en phase avec la mentalité contemporaine.

Enfin, le sixième et dernier chapitre répond au souci d’Humanae Vitae de remettre la doctrine de la paternité responsable dans la perspective d’une « vision intégrale de l’homme et de sa vocation ». Il se propose de replacer la morale conjugale dans le cadre de la vocation chrétienne, à travers une méditation sur notre condition d’enfant de Dieu.

Dans ce livre, Stéphane Seminckx nous prend pour ainsi dire à contre-pied : loin d’adopter une attitude défensive ou de nous présenter un idéal désincarné, une morale livresque, il décrit au contraire un projet réaliste, ancré dans la foi à l’amour que Dieu nous donne. Porté par une vision précise de la nature humaine et une profonde réflexion théologique, il offre une vision moderne et optimiste de l’amour humain, du mariage et de la procréation. L’auteur est convaincu qu’à toutes les époques Dieu veut révéler au monde l’immensité de son amour à travers la famille.

Le public visé par ce livre est celui de toute personne qui se prépare au mariage ou y est engagée. Il intéressera les couples catholiques qui veulent approfondir le sens de leur vocation conjugale, mais aussi toute personne qui s’interroge sur l’amour humain. Les prêtres et les séminaristes, ainsi que les professeurs de religion, pourront tirer parti de cet ouvrage pour leur travail pastoral et leur enseignement.

Emmanuel Cabello est prêtre, Docteur en Sciences de l’Education et en Théologie. Références : Stéphane Seminckx, Créés pour se donner. Le sens chrétien du mariage, Téqui, Paris 2018. Le livre peut être commandé ici.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel