Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La popularité du pape François en recul chez les catholiques

IMPRIMER

De Jean-Marie Guénois sur le site du Figaro.fr :

La popularité du pape François faiblit chez les catholiques

Cinq ans après son élection, 78 % des Français ont une bonne opinion du Saint-Père, contre 87 % en 2015.

SONDAGE - Cinq ans après son élection, 78 % des Français ont une bonne opinion du Saint-Père, contre 87 % en 2015. Une baisse plus notable encore chez les pratiquants, où une chute de 12 points est relevée selon notre sondage BVA.

Même si sa popularité est très élevée, avec 78 % de bonnes opinions - très au-dessus de tous les leaders politiques - le pape François connaît une érosion significative d'image depuis son élection en 2015, avec neuf points en moins dans l'opinion des Français. Et, surtout, 12 points perdus chez les catholiques pratiquants réguliers, et même 17 points chez les sympathisants du parti politique Les Républicains. Ce désenchantement, quoique très relatif, est le principal enseignement du sondage BVA-Le Figaro, lancé à l'occasion du cinquième anniversaire, ce mardi, de l'élection du pape François.

Une tendance qui n'est pas seulement française. Un sondage américain, publié le 6 mars 2018 à Washington par le Pew Research Center, confirme la même déception chez les catholiques d'outre-Atlantique: 24 % des catholiques pratiquants (contre seulement 15 % en 2015) le trouvent «trop naïf» quand 34 % le jugent «trop libéral», contre 19 % il y a cinq ans.

«Dans certains milieux, on comprend mal l'ouverture pastorale aux situations d'homosexualité ou au remariage»

Philippe Portier, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Philippe Portier, directeur d'études à l'École pratique des hautes études et titulaire de la chaire «Histoire et sociologie des laïcités» - l'une des principales références sociologiques du fait religieux en France (1) - explique: «La baisse est significative dans des catégories très intégrées au catholicisme et ordinairement les plus légitimistes (pratiquants réguliers, ruraux, les catégories supérieures, les plus âgés, Les Républicains). Tout en étant encore très favorables au Pape argentin, ces catégories témoignent là d'une certaine inquiétude, que révèlent aussi les enquêtes par entretiens».

Ce sociologue met en évidence deux motifs d'interrogation: «le discours du Pape semble en opposition avec la compréhension souvent traditionnelle de la morale familiale. Dans ces milieux, on comprend mal l'ouverture pastorale aux situations d'homosexualité ou au remariage». Philippe Portier relève un second lieu de questionnement: «On trouve dans ces catégories une vision volontiers identitaire de la nation, que le discours papal sur les migrants, et souvent sur les musulmans, vient troubler». Il pense aussi que «la dénonciation du libéralisme économique par le pape François peut susciter la critique dans toute une fraction du catholicisme français, qui n'a jamais accepté totalement la doctrine sociale de l'Église.»

» LIRE AUSSI - Le pape François est-il de gauche?

Erwan Lestrohan, de l'institut BVA qui a piloté ce sondage, analyse pour sa part que «ce qui surprend, c'est que cette baisse affecte les populations les plus marquées par le catholicisme. On peut donc formuler l'hypothèse que le discours du Pape sur les migrants et sur l'homosexualité a joué. Mais l'importance de cette érosion a aussi du sens: avec 12 points de baisse chez les pratiquants, elle n'est pas due au hasard. Elle est significative parce qu'elle touche précisément des catégories de gens qui sont des “experts”, et donc des connaisseurs du pape François et de l'Église catholique. Le Pape est clivant dans son camp.»

Une amélioration de l'image de l'Église

Autre enseignement de ce sondage, 31 % des Français estiment que le Pape a fait évoluer, «en bien», l'image de l'Église catholique dans la société française. Pour Erwan Lestrohan ce «regain de bienveillance ne va pas jusqu'au ré-enchantement», mais mérite l'attention «sans marquer pour autant un basculement». Car «dans ce domaine des convictions, politiques ou religieuses, les avis personnels sont très ancrés, très structurés, profondément cristallisés. Il faudrait un événement d'importance pour constater une évolution forte de ces convictions».

Philippe Portier estime quant à lui que «le Pape a réconcilié une partie de la société, souvent éloignée du christianisme, avec l'Église, sans doute en raison de son ouverture à ce qu'il appelle les “situations complexes” au plan moral. Et en raison de ses déclarations contre la pédophilie, où il apparaît en phase avec les attentes de la société actuelle. Sans oublier l'option écologique et son encouragement pour l'apostolat social en faveur du peuple des pauvres.»

Mais, conclut-il, «pour le moment, son action n'a pas inversé la tendance au déclin des indicateurs d'implantation du catholicisme français: vocations, pratiques, militances, croyances». De fait, tandis que 130 jeunes en moyenne entraient au séminaire en France chaque année, pendant les 8 ans du pontificat de Benoît XVI, ils sont à peine 100 par an en moyenne, depuis cinq ans, à choisir cette voie. Une tendance qui, aujourd'hui, s'annonce encore à la baisse.

(1) Religion et Politique. L'enjeu mondial, aux Presses de Sciences Po, 2017

Ref. La popularité du pape François faiblit chez les catholiques

Commentaires

  • Les sondages, c'est l'arme de propagande la plus dangereuse.

    Comme disait Coluche : « Les sondages, c'est pour que les gens sachent ce qu'ils pensent. » Ou plus précisément, pour que les gens pensent ce que leur disent les sondages.

    Benjamin Disraéli : « Il y a trois sortes de mensonges : le mensonge ordinaire, le parjure et les statistiques. »

    Les sondages statistiques sont les plus vicieux. Car la majorité des gens ne comprennent pas l’ambiguïté des questions posées et la subtilité de l’interprétation des réponses. Mais ils croient que c'est une vérité scientifique, indiscutable.

  • Quel intérêt je me demande de diffuser des statistiques de popularité d'un successeur de Saint Pierre ! Ce n'est pas une star ni un ministre ou le Président français, nous sommes dans l'Eglise du Christ ! L'Eglise ne fonctionne pas comme le monde !

    Vous auriez sondé les "fans" de Jésus il y a 2000 ans avant et pendant sa passion vous auriez eu les mêmes résultats. Finalement cela confirme que le Pape François est un fidèle disciple de son Divin Maître. Après les Hosannas viendront les "à mort ! crucifiez-le !"

    Prions plutôt pour notre Saint Père.

  • @Phil
    C'est exact.

    Il y a 2000 ans, notons que si Judas fut soumis à une corruption, et Ponce Pilate à un chantage, le peuple juif lui fut excité contre Jésus et pour Barabbas, par une propagande efficace (*).

    Ce sont là trois armes que les anticléricaux utilisent encore aujourd'hui contre l'Église. Et l'arme de la propagande médiatique n'est pas la moins redoutable.

    (*) Douglas Reed : « ...l’arme la plus forte est ce pouvoir du contrôle de l’information diffusée ; mettre l’accent sur ce que veut une faction et en exclure tout ce que la faction n’aime pas, et ainsi être capable de donner à toute personne choisie une "bonne" ou une "mauvaise" presse. C’est en fait le contrôle de "la foule". En langage d’aujourd’hui, c’est "la technique de propagande et l’approche des masses", mais c’est un art ancien, qui fut décrit, lors d’une occasion célèbre, par St Matthieu et St Marc : "Les principaux sacrificateurs et les anciens persuadèrent [les] foules... Les principaux sacrificateurs excitèrent le peuple…" »

  • Le plus intéressant dans ce sondage est que, même avec le temps qui passe, la figure marquante parmi les papes de l’après-concile (tiens, pourquoi a-t-on oublié Paul VI ?) reste Jean-Paul II : aujourd’hui encore deux fois plus populaire que le pape actuel, malgré la complaisance des médias. Je m’en réjouis pour l’Eglise qui a besoin de références doctrinales et morales solides alliées à la figure du père qu’il a incarnée pour nous pendant plus d’un quart de siècle.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel