Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'avortement est sorti du code pénal

IMPRIMER

LES DÉPUTÉS BELGES SORTENT L'AVORTEMENT DU CODE PÉNAL

 de genethique.org

En Belgique, après des mois de débat tant au Parlement que dans la société civile, la loi Lallemand-Michielsens de 1990 sur l’IVG a fait l’objet d’une révision qui a été adoptée hier à 84 voix pour, 39 contre et cinq abstentions.

Le texte sort l'IVG du Code pénal, mais maintient les sanctions pénales pour les femmes et les médecins si cette IVG est pratiquée hors des conditions prévues par la loi. Il conserve « le délai actuel de 12 semaines de grossesse au-delà duquel l'avortement est interdit » et « des aménagements sont prévus pour le délai de réflexion de 6 jours ».

La notion de détresse a été cependant abandonnée, le fait d'entraver l'accès à un établissement pratiquant l'IVG sera désormais, enfin, un médecin opposé à l'avortement sera obligé « de recommander à la femme qui souhaite avorter un confrère susceptible de satisfaire sa demande ».

Pour Sylvie Lausberg, la présidente du conseil des femmes, « ils ont fait pire que bien ».Elle considère qu’ « en conservant des sanctions pénales et le délai actuel, la majorité se contente de reproduire les conditions de la loi de 1990, près de trente ans après son adoption ».

En Belgique, 20 000 avortements sont pratiqués chaque année.

Sources: Afp (04/10/2018) - La Libre (04/10/2014) - RTL (05/10/2018)

Ainsi, au moment où, dans notre pays, on adopte des lois pour protéger les chiens et les chats, le petit d'homme à naître est de moins en moins protégé et son élimination ne relève même plus du code pénal. Plus que jamais s'accuse la ligne de partage entre ceux qui tiennent pour rien la vie éclose dans le sein maternel et ceux qui y voient la merveille de grand prix qu'il faut préserver. Il faut bien constater que dans les rangs de la classe politique, rares sont ceux qui se montrent encore soucieux du respect de la vie.

Commentaires

  • Un avortement, appelé IVG pour en neutraliser ce qui peut en rappeler le crime, reste et restera la suppression d'un homme en devenir. C'est aussi simple que cela. La réalité s'imposera, mais combien de petites victimes en attendant? Et combien de femmes victimes de l'avortement qu'elles ont choisi (pas toujours) de faire...

  • "Combien de petites victimes": ce sont les saints innocents contemporains, de notre post-moderne....

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel