Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le pape invité en Corée du Nord

IMPRIMER

De Dorian Malovic et Nicolas Senèze sur le site du journal La Croix :

Kim Jong-un invite le pape François en Corée du Nord

Le dirigeant nord-coréen a récemment confié au président sud-coréen Moon Jae-in, lui-même catholique, qu’il était prêt à recevoir « avec enthousiasme » le pape François à Pyongyang.

Cette invitation sera délivrée au pape le 18 octobre au Vatican par Moon Jae-in. Le Vatican « attend l’invitation ».

Cette surprenante invitation du leader nord-coréen Kim Jong-un au pape François relève d’une habile stratégie diplomatique visant à donner de lui une image « d’homme de paix » à la communauté internationale. Diabolisé depuis son entrée en fonction à Pyongyang, en décembre 2011, à travers ses essais nucléaires, Kim Jong-un a vu progressivement sa réputation de dictateur sanguinaire se métamorphoser en celle d’un dirigeant souriant, ouvert, prêt à dialoguer et à pacifier la péninsule coréenne toujours en guerre. Quoi de plus symbolique qu’une invitation au pape François qui incarne au niveau mondial la paix et le dialogue ?

Une invitation délivrée par le président sud-coréen

Une nouvelle fois c’est le président sud-coréen, Moon Jae-in, fervent catholique s’inspirant de la « diplomatie du dialogue » chère au pape François, qui est à l’origine de cette démarche. Durant le troisième sommet intercoréen à Pyongyang, en septembre, le président Moon avait fait venir avec lui Mgr Hyginus Kim Hee-joong, archevêque de Gwangju et président de la Conférence épiscopale coréenne. « Il a fait passer un message de sa part directement à Kim Jong-un durant la rencontre, témoigne à La Croix une personnalité catholique très proche du dossier, et Kim n’a pas eu de réaction négative, bien au contraire. »Selon le porte-parole de la présidence sud-coréenne, « Kim veut faire savoir au pape François son désir de paix ».

Cette invitation sera délivrée personnellement par le président Moon lors de sa visite au Vatican le 18 octobre. Interrogé, au cours de la conférence de presse présentant les travaux de la première semaine du Synode des jeunes, pour savoir si le pape allait considérer cette invitation, le directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, Greg Burke, a seulement répondu : « Attendons que l’invitation arrive. »

L’activité religieuse étroitement encadrée

Il n’existe aucune relation diplomatique entre le Vatican et la Corée du Nord, considérée comme un désert religieux. Le régime est athée et toute activité religieuse, officielle, est étroitement encadrée. On ne connaît pas les statistiques fortement sujettes à caution. « Plusieurs rencontres informelles et discrètes ont eu lieu à Rome entre des représentants nord-coréens et des diplomates du Vatican », explique une source bien informée au Vatican.

D’ailleurs, dans la sacristie de la seule église catholique de Pyongyang trône une photo du pape Jean-Paul II serrant la main à des Coréens en visite à Rome. Des prêtres et même des évêques sud-coréens se sont rendus dans cette église de Changchun, au cœur de Pyongyang. D’autres liens vigoureux mais très discrets existent également entre les catholiques sud-coréens et les Nord-Coréens à travers de nombreuses initiatives humanitaires sur le terrain. Au début du XXesiècle, Pyongyang était un centre religieux de première importance surnommée « La Jérusalem de l’Asie ».

En 2017, un diplomate nord-coréen exprimait clairement à l’envoyé spécial de La Croix en Corée du Nord, que « les organisations humanitaires catholiques faisaient du très bon travail en Corée du Nord, elles sont sérieuses, efficaces et nous leur faisons confiance car elles sont plus honnêtes et sincères que d’autres grandes organisations laïques qui nous envoient des espions ». Un prêtre étranger, qui s’est rendu plusieurs fois en mission au Nord, racontait également « qu’ils savent très bien que nous sommes des prêtres, nous parlons religion avec les médecins et ils veulent comprendre, mais bien sûr il est formellement interdit de se lancer dans un quelconque prosélytisme ».

Dorian Malovic et Nicolas Senèze à Rome

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel