Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le cardinal De Kesel a ordonné l’unique nouveau prêtre flamand pour l’année 2018

IMPRIMER

Lu sur l'édition de ce jour de La Libre Belgique, p. 2:

La personnalité : Elia William Cantaert 

Ce n’est pas un scoop : la crise des vocations bat toujours son plein au sein de l’Église catholique belge. Et cette dernière ordonne surtout, bon an, mal an, un nombre limité de nouveaux prêtres francophones. C’est qu’au nord du pays, l’institution subit encore la sécularisation. En Wallonie et à Bruxelles, l’Église l’affronte depuis quelques lustres. Mais cela n’empêche pas les ordonnés de faire montre d’un beau dynamisme en paroisse ou au sein des mouvements d’Église. Dans ce contexte morose, le cardinal De Kesel a ordonné dimanche après-midi à la cathédrale Saint-Rombaut à Malines, l’unique nouveau prêtre flamand pour l’année 2018. Âgé de 28 ans, Elia William Cantaert est le troisième d’une famille de neuf enfants. Après ses humanités il a obtenu un baccalauréat en pédagogie à l’Université de Gand. Sa foi a toujours été active, nourrie aussi par son engagement social. Pendant ses études, il a ainsi participé à plusieurs pèlerinages à Lourdes comme brancardier. C’est du reste dans la cité mariale pyrénéenne qu’Elie a découvert sa vocation sacerdotale. En 2011, Mgr André-Joseph Léonard l’avait envoyé au séminaire Notre-Dame de Namur pour y suivre la formation sacerdotale proposée par l’archidiocèse de Malines-Bruxelles. Et l’an dernier, Elia Cantaert rejoignit à l’initiative du cardinal De Kesel le séminaire Jean XXIII à Louvain pour y parfaire sa formation sacerdotale.

Commentaires

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel