Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L’Antéchrist selon Mgr Fulton Sheen

    IMPRIMER

    Lu sur le site web de « Pro Liturgia » :image001.jpg

    Mgr Fulton Sheen fut l’un des grands prédicateurs du 20e siècle. Au cours d’une émission radiophonique du 26 janvier 1947, il avait expliqué les 12 moyens employés par l’Antéchrist - une figure du Nouveau Testament - pour éloigner le plus possible de gens de Dieu. 
    L’Antéchrist, avait expliqué Mgr Sheen, n’attaquera pas directement le christianisme. C’est de façon très sournoise et sans éveiller le soupçon qu’il agira. Voyons comment il s’y prendra : 

    1) Il se présentera comme un grand philanthrope mettant essentiellement l’accent sur la paix dans le monde mais parlant rarement - ou uniquement de façon floue - du Dieu de Jésus-Christ. 
    2) Il écrira des articles livrant une nouvelle idée de Dieu : un Dieu dont l’image sera en harmonie avec le mode de vie des gens.
    3) Il se montrera ouvert à toutes les religions non-chrétiennes.
    4) Il abordera la question du péché qu’il réduira uniquement à des comportements qui ne sont ni généreux, ni tolérants, ni libéraux, y compris dans les domaines de la morale.
    5) Il montrera que la tolérance qui conduit à ne plus faire de différence claire entre le bien et le mal est la plus grande des vertus chrétiennes. 
    6) Il ne condamnera pas les expériences sexuelles, quelles que soient leurs formes. 
    8) Il utilisera habilement le vocabulaire religieux pour détruire la religion.
    9) Il présentera toujours le Christ comme étant la plus grande figure de tous les temps.
    10) Il dira que sa mission est de libérer les gens de cet esclavage que constituent le pharisaïsme et l’étroitesse d’esprit.
    11) Au milieu d’un amour apparent pour les hommes et d’un discours magnifique sur la création, il gardera au fond de lui le secret de la religion à laquelle il faut aboutir : celle d’une fraternité humaine sans la paternité de Dieu.
    12) Il construira une contre-Eglise imitant l’Eglise véritable. Extérieurement, cette nouvelle Eglise de l’Antéchrist sera semblable en beaucoup de points à l’Eglise du Christ, à une différence près : l’homme moderne en quête de Dieu qui la fréquentera n’y trouvera que sa propre solitude de sorte qu’il y mourra de faim, la communauté qu’il y trouvera étant incapable de répondre à ses besoins spirituels.

    Ref. Jeudi, 18 octobre 2018.

    L’antéchrist est cette forme d’Esprit, issue de l’Esprit du mal appelé aussi Légion par l’Ecriture elle-même: à l’aube du troisième millénaire, elle singe plus que jamais, pour mieux l’anéantir, l’esprit du Christ dans ce monde dont l’évangile  affirme que la figure présente passera au jour du jugement par le Fils de l'Homme. Mais à son retour, celui-ci trouvera-t-il encore la foi sur cette terre?  La question est posée par le Christ lui-même. La réponse est entre les mains de notre propre liberté.

    JPSC

  • Il est plus difficile d’être évêque ou prêtre en Europe qu’au Vietnam !

    IMPRIMER

    Du site "Eglises d'Asie" (Missions Etrangères de Paris) :

    Mgr Dao : « Il est plus difficile d’être évêque en Europe qu’au Vietnam ! »

    19/10/2018

    Mgr Duc Dao est le cinquième évêque de Xuan Loc. Jusqu’en mai 2016, il était évêque auxiliaire et recteur du grand séminaire, qui compte aujourd’hui plus de 450 séminaristes. Il est également recteur du nouvel Institut catholique du Vietnam. Le diocèse de Xuan Loc, érigé le 14 octobre 1965 à partir de l’archidiocèse de Saïgon, est massivement catholique avec plus d’1,1 million de fidèles, soit environ un tiers de sa population. Constitué en partie d’un afflux massif de catholiques venus du Nord après 1954, il compte 250 paroisses, administrées par 500 prêtres. Le diocèse est également animé par 447 religieux et 1810 religieuses. Rencontre.

    Mgr Joseph Dinh Duc DAO, évêque de Xuan Loc, est le 2 mars 1945 dans le diocèse très catholique de Bui Chu, au Nord-Vietnam, il a suivi en 1954 l’exode qui conduisit sa famille vers le Sud. À 19 ans, il est entré au grand séminaire Saint-Joseph de Saigon. L’année suivante, il fut envoyé à Rome, à l’Institut de la propagation de la foi. C’est là qu’il sera ordonné prêtre, à 26 ans, le 27 mars 1971. Il obtint un doctorat en théologie morale à l’université rédemptoriste Alfonsianum et un doctorat en missiologie à l’Université grégorienne. À Rome, il a dirigé le Centre international d’animation missionnaire. Il a été enfin, pendant dix ans, le directeur du bureau de coordination de la pastorale des Vietnamiens à l’étranger. En 2009, il est retourné dans le diocèse de Xuân Lôc où il a été nommé recteur du grand séminaire. Quatre ans plus tard, en février 2013, il était nommé évêque auxiliaire du diocèse.

    Au sein de votre évêché, votre séminaire est matériellement imposant…

    Mgr Duc Dao : En effet. Notre séminaire est celui qui compte le plus grand nombre de séminaristes au Vietnam. Nous avons 454 séminaristes venus de onze diocèses, dont la moitié de Xuan Loc. Pour l’ensemble du pays, nous avons environ 2000 séminaristes pour huit grands séminaires. Notre diocèse a été fondé en 1965, à partir de l’archidiocèse de Saigon. Pour environ 3,5 millions d’habitants, nous comptons plus d’un million de catholique, soit un tiers de la population. Pour mémoire, nous sommes plus nombreux qu’à Saigon, qui compte environ 700 000 catholiques. Notre diocèse a reçu de nombreuses migrations de catholiques. D’abord en 1954 depuis le Nord, puis en 1972 depuis le Centre, et enfin après 1975 depuis tout le pays, en raison de la fertilité de notre territoire. En fait, ce sont les catholiques locaux qui se sont intégrés aux migrants. Nous avons construit une tradition religieuse commune. Moi-même, je suis originaire du Nord…

    Comment se manifeste aujourd’hui cette différence entre le nord et le sud du Vietnam ?

    On constate que les gens du Nord et du Centre sont plus « combatifs » que les gens du Sud. Car nous avons dû lutter pour conserver notre vie, nos identités. Aussi bien dans la vie quotidienne que dans la vie de l’Église, les gens du Sud ont longtemps vécu plus librement. Nos vocations, ici, viennent souvent des familles du Nord.

    Quelles sont vos relations avec les autorités ?

    Durant la guerre, l’Église a cherché à servir les gens, en conservant un équilibre. Depuis 1975, elle a cherché à être acceptée, à entrer dans la société gouvernée par les Communistes. Aujourd’hui, du moins en apparence, nous sommes acceptés. Nous cherchons à vivre ensemble, à servir la société dans un esprit missionnaire. Aujourd’hui, les catholiques sont considérés comme un groupe parmi d’autres. Notre lien avec Rome n’est pas vécu comme une trahison, un danger politique. Nous vivons une évolution de plus en plus favorable à l’évangélisation. Mais nous devons toujours faire preuve de prudence dans l’action… Que le régime soit communiste ou capitaliste, nous sommes appelés à être des fidèles témoins de Jésus-Christ. La mentalité du combat n’est pas celle de l’Église. Nous devons simplement annoncer l’Evangile du Christ, source de joie et de réconciliation. Globalement, l’Église du Vietnam est perçue comme un facteur de réconciliation, notamment en raison de notre présence auprès des plus faibles.

    L’Église catholique ne souffre plus d’être assimilée à une puissance étrangère ?

    Une conception erronée, qui a longtemps identifié les catholiques avec les puissances occidentales occupantes, a rendu l’évangélisation difficile. Il est vrai que l’identité confucianiste du système impérial pouvait assimiler la conversion au christianisme à une traitrise. La France a utilisé cette identité, très étroite, en compliquant la situation, tout en prenant la défense des personnes persécutées. De plus, notre mentalité a tendance à considérer à égalité toutes les religions. Mais pour nous Jésus est un absolu : il nous faut le choisir.

    Comment envisagez-vous l’avenir de votre diocèse ?

    Notre diocèse s’urbanise de plus en plus. Mais la vitalité de la foi est toujours là. Chez vous, en Europe, la foi ce sont des idées. Ici, la foi c’est la vie. Certes le vent de la sécularisation, qui porte la séduction de la richesse, souffle dans le monde entier. Mais en Europe, la sécularisation porte en elle la lutte contre l’autorité de l’Église, ce qui n’est pas le cas ici. Chez nous, la sécularisation, si elle a pour objectif l’acquisition de richesses, n’est ni contre Dieu, ni contre l’Église. D’une certaine façon, l’Église est aussi persécutée en Europe comme au Vietnam. Il est plus difficile d’être évêque ou prêtre en Europe qu’au Vietnam ! Ici, si nous sommes attaqués, la communauté nous défend. L’Église est comme une famille de Dieu. Cette conception familiale conditionne ici les relations entre les personnes, tout au long de la vie.

    Comment voyez-vous l’avenir des vocations ?

    Nous avons encore beaucoup de vocations, mais nous constatons quelques signes de diminution, à cause de la vie matérielle plus facile, de la séduction des richesses disponibles. Mais ce sont toujours la paroisse et la famille qui soutiennent les vocations. Dans notre culture, la religion est un héritage de la personne, de la famille.

    Vous êtes recteur du tout nouvel Institut catholique du Vietnam. Qu’en attendez-vous ?

    L’Institut catholique est une réalité nouvelle, depuis seulement trois ans. Nous commençons avec une cinquantaine d’étudiants et aujourd’hui les étudiants sont un total de 120. C’est pour nous un véritable défi : il s’agit de trouver et former des professeurs, de monter une bibliothèque… C’est une véritable nécessité pour exprimer la maturité de l’Église. Certes, la dévotion est très forte dans notre Église, mais il nous faut aussi réfléchir sur cette vitalité de la foi, l’approfondir, pour exprimer aussi la foi comme idée… mais pas comme en Europe ! Après les guerres, le communisme, le temps est venu de développer ce que nous n’avons pas développé auparavant. Car tous les pays sont exposés à tous les courants d’idée : nous devons encourager nos prêtres, nos fidèles, à réfléchir plus. La tradition seule n’est pas suffisante. Nous devons entrer en dialogue avec les mouvements culturels, avec les institutions culturelles contemporaines, nous consacrer à la recherche. Les acteurs de la pastorale n’ont pas le temps pour cela. La vie a changé, notre « foi pastorale » doit également changer. Nous devons pouvoir nous interroger : pourquoi sommes-nous catholiques ?

    (EDA / Frédéric Mounier)

  • Les statistiques de l'Eglise catholique 2018 : rien de très réjouissant, particulièrement en Europe

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'agence Fides :

    VATICAN - Les statistiques de l’Eglise catholique 2018 

    Cité du Vatican (Agence Fides) – A l’occasion de la 92ème Journée missionnaire mondiale du Dimanche 21 octobre 2018, l’Agence Fides présente comme d’habitude un certain nombre de statistiques choisies de manière à offrir un panorama de l’Eglise dans le monde. Les tableaux sont extraits du dernier Annuaire statistique de l’Eglise (mis à jour au 31 décembre 2016) et concernent les membres de l’Eglise, ses structures pastorales, les activités dans le domaine sanitaire, de l’assistance et de l’éducation. Entre parenthèses est indiquée la variation – augmentation (+) ou diminution (-) – par rapport à l’année précédente, selon la comparaison effectuée par l’Agence Fides.

    Population mondiale

    Au 31 décembre 2016, la population mondiale s’élevait à 7.352.289.000 personnes, avec une augmentation de 103.348.000 par rapport à l’année précédente. L’augmentation totale concerne cette année encore tous les continents, y compris l’Europe, qui voit pour la seconde année consécutive sa population s’accroître à nouveau après la diminution des années précédentes. Les augmentations les plus consistantes concernent, une fois encore, l’Asie (+49.767.000) et l’Afrique (+ 42.898.000), suivies par l’Amérique (+ 8.519.000), l’Europe (+ 1.307.000) et l’Océanie (+ 857.000).

    Nombre de catholiques

    A la même date du 31 décembre 2016, le nombre des catholiques était de 1.299.059.000, avec une augmentation totale de 14.249.000. L’augmentation concerne tous les continents à l’exception, pour la troisième année consécutive, de l’Europe (- 240.000), et se trouve être plus importante, comme par le passé, en Afrique (+ 6.265.000) et en Amérique (+ 6.023.000), continents suivis par l’Asie (+ 1.956.000) et l’Océanie (+ 245.000). 

    Le pourcentage des catholiques au sein de la population mondiale a diminué de 0,05%, la même diminution que l’année précédente, arrivant à représenter 17,67%. S’agissant des continents, on enregistre des augmentations en Amérique (+ 0,06%), en Asie (+0,01%) et en Océanie (+ 0,02%) et des diminutions en Afrique (- 0,18%) et en Europe (- 0,11%).

    Habitants et catholiques par prêtre

    Le nombre d’habitants par prêtre a globalement augmenté cette année encore de 254 unités cette fois, atteignant le total de 14.336. La répartition par continent enregistre des augmentations en Afrique (+ 271), en Amérique (+ 108), en Europe (+ 66) et en Océanie (+ 181), la seule diminution concernant l’Asie (- 264).

    Le nombre des catholiques par prêtre a augmenté globalement de 39 unités, atteignant le chiffre de 3.130. Des augmentations sont enregistrées en Afrique (+ 7), en Amérique (+ 74), en Europe (+ 22) et en Océanie (+52) alors qu’une diminution se confirme, comme l’année passée, en Asie (- 13).

    Circonscriptions ecclésiastiques et stations missionnaires

    Le nombre des circonscriptions ecclésiastiques a augmenté de 10 par rapport à l’année précédente, arrivant à 3.016, avec de nouvelles circonscriptions créées en Afrique (+ 3), en Amérique (+ 3), en Asie (+ 3) et en Europe (+ 1). Aucune variation n’est enregistrée en Océanie, tout comme les années précédentes.

    Le nombre des stations missionnaires avec prêtre résident est au total de 2.140 (soit 581 en plus alors que l’année précédente, leur nombre avait diminué). Il a diminué seulement en Afrique (- 63) alors qu’il a augmenté en Amérique (+ 98), en Asie, (+ 151), en Europe (+ 364) et en Océanie (+ 31).

    Le nombre des stations missionnaires sans prêtre résident a diminué globalement de 513 unités, leur nombre s’établissant désormais à 142.487. Elles voient leur nombre augmenter en Afrique (+ 135), en Europe (+ 456) et en Océanie (+91) alors qu’elles diminuent en Amérique ( - 35) et en Asie (- 1.160).
    Evêques

    Le nombre total des Evêques dans le monde a augmenté de 49 unités atteignant un total de 5.353. Cette année le nombre d’Evêques diocésains augmente tout comme celui des Evêques religieux. Le nombre des Evêques diocésains est de 4.090 (27 de plus que l’année précédente) alors que les Evêques religieux sont au nombre de 1.263 (22 en plus).

    L’augmentation du nombre des Evêques diocésains concerne l’Amérique (+ 20), l’Asie (+ 9), l’Europe (+ 3) alors qu’il diminue en Afrique (- 2) et en Océanie (- 3). Les Evêques religieux voient leur nombre augmenter sur tous les continents à l’exception de l’Asie (- 7), l’Afrique en gagnant 5, l’Amérique 14, l’Europe 8 et l’Océanie 2.

    Prêtres

    Le nombre total des prêtres dans le monde a diminué cette année encore, atteignant le chiffre de 414.969 (- 687). Le continent où l’on constate encore une diminution consistante est une nouvelle fois l’Europe (- 2.583), auquel s’ajoute cette année l’Amérique (- 589). Les augmentations concernent l’Afrique (+ 1.181) et l’Asie (+ 1.304), l’Océanie demeurant stable.

    Le nombre des prêtres diocésains a augmenté globalement de 317, atteignant le chiffre de 281.831, avec une seule diminution, cette année encore : l’Europe (- 1.611), les augmentations concernant l’Afrique (+ 983), l’Amérique (+ 180), l’Asie (+ 744) et l’Océanie (+ 21).

    Le nombre des religieux prêtres a quant à lui diminué globalement de 1.004 unités, soit le triple de l’année précédente, pour s’établir à 133.138. Consolidant la tendance de ces dernières années, leur nombre augmente en Afrique (+ 198), en Asie (+ 560) mais diminue en Amérique (- 769), en Europe (- 972) et en Océanie (- 21).

    Diacres permanents

    Le nombre des diacres permanents dans le monde a, cette année également, augmenté de 1.057 et arrive au total de 46.312. L’augmentation la plus forte concerne encore une fois l’Amérique (+ 842), suivie par l’Europe (+ 145), l’Océanie (+ 45), l’Afrique (+ 22) et l’Asie (+ 3).

    Le nombre total des diacres permanents diocésains dans le monde est de 45.609, avec une augmentation global de 982 unités. Cette croissance concerne tous les continents à l’exception de l’Asie (- 38). Ainsi leur nombre augmente en Afrique (+ 36), en Amérique (+ 807), en Europe (+ 130) et en Océanie (+ 47).

    Le nombre total des diacres permanents religieux est de 703, avec une augmentation de 75 unités par rapport à l’année précédente, sachant que les augmentations concernent l’Asie (+ 41), l’Amérique (+ 35) et l’Europe (+ 15), alors que les diminutions ont lieu en Afrique (- 14) et en Océanie (- 2).

    Religieux et religieuses

    Le nombre des religieux non prêtres a diminué globalement pour la quatrième année consécutive, en contre tendance avec les années précédentes, de 1.604 unités et arrive à un total de 52.625. Les diminutions, beaucoup plus consistantes que l'année précédente, s'enregistrent partout dans le monde : en Afrique (- 50), en Amérique (- 503), en Asie (- 373), en Europe (- 614) et en Océanie (- 64). Se confirme également la tendance à la diminution globale du nombre des religieuses, de 10.855 unités cette année, inférieure à celle de l'année précédente. Les religieuses sont globalement au nombre de 659.445. Les augmentations concernent, une fois encore, l'Afrique (+ 943) et l'Asie (+ 533) alors que les diminutions sont relatives à l'Amérique (- 3.775), à l'Europe (- 8.370) et à l'Océanie (- 216).

    Membres des Instituts séculiers

    Le nombre des membres des Instituts séculiers masculins est globalement de 618, et diminue (- 79) après la hausse de l'année précédente. Au niveau continental, il connaît une augmentation en Afrique (+ 2) et en Asie (+ 4) alors qu'il diminue en Amérique (- 77) et en Europe (- 8), la situation, cette année encore, demeurant stable en Océanie.

    Le nombre des membres des Instituts séculiers féminins a diminué globalement de 459 unités, pour un total de 22.400 membres. Il augmente seulement en Afrique (+ 113), alors qu'il diminue en Amérique (- 33), en Asie (- 35), en Europe (- 502) et en Océanie (- 2).

    Missionnaires laïcs et catéchistes

    Le nombre des missionnaires laïcs de par le monde est de 354.743, soit une augmentation globale de 2.946, particulièrement sensible en Amérique (+ 4.728) et en Afrique (+ 759). Leur nombre diminue en revanche en Asie (- 1.565), en Europe (- 921) et en Océanie (-55).

    Le nombre des Catéchistes de par le monde a diminué globalement de 36.364 unités pour atteindre le chiffre de 3.086.289. La seule augmentation s’enregistre en Afrique (+ 10.669) alors qu’il diminue en Amérique (- 20.407) en Asie (- 12.896), en Europe (- 13.417) et en Océanie (- 313).

    Grands Séminaristes

    Le nombre des grands séminaristes, diocésains et religieux, a globalement diminué cette année encore, de 683 unités, pour un total de 116.160. Les augmentations les plus consistantes concernent l’Afrique (+ 1.455) et, de manière plus limitée, l’Asie (+ 9) alors que les diminutions touchent l’Amérique (- 1.123), l’Europe (- 964) et l’Océanie (- 60).

    Le nombre des grands séminaristes diocésains est de 71.117 (+ 999 par rapport à l’an dernier) et celui des séminaristes religieux est de 45.043 (- 1.682). Pour les séminaristes diocésains, l’augmentation de leur nombre intéresse l’Afrique (+ 1.059), l’Amérique (+ 16) et l’Asie (+ 310) alors que ce dernier diminue en Europe (- 381) et en Océanie (- 5). S’agissant des grands séminaristes religieux, leur nombre augmente seulement en Afrique (+ 396) alors qu’il diminue en Amérique (- 1.139), en Asie (- 301), en Europe (- 583) et en Océanie (- 55).

    Petits séminaristes

    Le nombre total des petits séminaristes, diocésains et religieux, a diminué cette année, en contre tendance par rapport à l’année précédente, de 2.735 unités, pour atteindre un total de 101.616. Ils ont vu leur nombre diminuer sur tous les continents : en Afrique de 69, en Amérique de 1.299, en Asie de 871, en Europe de 581 et en Océanie de 5 unités.

    Le nombre total des petits séminaristes diocésains est de 78.369 (- 1.729) et celui des religieux de 23.247 (- 1.006). S’agissant des petits séminaristes diocésains, l’augmentation s’enregistre cette année en Afrique (+ 236) et en Océanie (+ 7). Leur diminution concerne en revanche l’Amérique (- 684), l’Asie (- 988) et l’Europe (- 300).
    Le nombre des petits séminaristes religieux connaît en revanche une augmentation seulement en Asie (+ 207) alors qu’il diminue en Afrique (- 305), en Amérique (- 615), en Europe (- 281) et en Océanie (- 12).
    Instituts d’instruction et d’éducation

    Dans les domaines de l’instruction et de l’éducation, l’Eglise gère de par le monde 72.826 écoles maternelles pour un total de 7.313.370 élèves ; 96.573 écoles primaires pour 35.125.124 élèves et 47.862 établissements d’enseignement secondaire pour un total de 19.956.347 élèves. Elle suit en outre 2.509.457 jeunes d’écoles supérieures et 3.049.548 étudiants.

    Instituts sanitaires, de bienfaisance et d’assistance

    Les instituts de bienfaisance et d’assistance gérés par l’Eglise dans le monde comprennent : 5.287 hôpitaux avec une présence plus importante en Amérique (1.530) et en Afrique (1.321) ; 15.937 dispensaires pour la plus grande partie en Afrique (5.177), en Amérique (4.430) et en Asie (3.300) ; 610 léproseries principalement en Asie (352) et en Afrique (192) ; 15.722 maisons de retraite pour personnes âgées, malades chroniques et handicapés, pour la plus grande partie en Europe (8.127) et en Amérique (3.763) ; 9.552 orphelinats dont la majeure partie en Asie (3.660) ; 11.758 jardins d’enfants dont la majeure partie en Amérique (3.191) et en Asie (3.295) ; 13.897 dispensaires de consultations matrimoniales distribués en grande partie en Europe (5.664) et en Amérique (4.984) ; 3.506 centres d’éducation ou de rééducation sociale et 35.746 institutions d’un autre genre. 
    Circonscriptions ecclésiastiques dépendant de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples

    Les Circonscriptions ecclésiastiques dépendant de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples (CEP) sont globalement au nombre de 1.114, en octobre 2018 soit trois circonscriptions de plus que l’année précédente. La majeure partie d’entre elles se trouve en Afrique (511) et en Asie (482). Viennent ensuite l’Amérique (75) et l’Océanie (46).
    (S.L.- Agence Fides 21/10/2018)

  • Pennsylvanie : l'enquête fédérale sur les abus sexuels est lancée

    IMPRIMER

    Lu sur le site du journal Le Monde :

    Scandale de pédophilie en Pennsylvanie : enquête fédérale

    La justice fédérale américaine a pour la première fois lancé une enquête sur les abus sexuels commis par le clergé catholique pendant soixante-dix ans.

    Le département de la justice états-unien a ouvert une enquête sur les abus sexuels commis par des prêtres catholiques de l’Etat de Pennsylvanie sur un millier d’enfants sur une période de soixante-dix ans, des faits révélés en août par un rapport du ministère public, ont déclaré jeudi 18 octobre six diocèses.

    C’est la première fois qu’une enquête fédérale est ouverte aux Etats-Unis sur des accusations d’abus sexuels commis par des prêtes catholiques et leur dissimulation par les autorités épiscopales.

    Dans un rapport de 884 pages, concluant deux années d’enquête et instruit le 14 août, le procureur général de Pennsylvanie a décrit dans le détail les sévices commis par près de 300 hommes d’église sur une période de soixante-dix ans.

    Le dossier se fonde sur des archives conservées par les diocèses, des confessions manuscrites notamment, a expliqué le procureur général.

    Assignations à comparaître

    Josh Shapiro a par la suite déclaré que si les diocèses de Pennsylvanie avaient systématiquement nié les accusations d’abus sexuels, ils avaient secrètement documenté les cas d’abus et souvent envoyé les informations au Vatican.

    L’agence de presse Associated Press a été la première à révéler jeudi l’ouverture d’une enquête du département de la justice.

    Les diocèses de Pennsylvanie ont dit avoir reçu des assignations à comparaîtrede la part de l’administration fédérale pour des accusations d’abus sexuels commis sur des enfants par plus de 300 prêtres catholiques de l’Etat de Pennsylvanie. Ils ont précisé qu’ils coopéraient avec les autorités. Aucun commentaire n’a été fait par le département de la justice.

  • Quand Mgr Vigano réfute les accusations du cardinal Ouellet et confirme ses accusations

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits sur son blog :

    Troisième témoignage de Carlo Maria Viganò : une réponse aux accusations du cardinal Ouellet

    Ce vendredi 19 octobre, Mgr Carlo Maria Viganò a rendu public son troisième témoignage, qui prend la forme d'une réponse au cardinal Ouellet. Il maintient ses accusations relatives à l'affaire McCarrick et accuse clairement le « fléau » qui selon lui est à la racine des scandales qui secouent l'Eglise. Je vous en propose ici la traduction complète, par mes soins, d'après le texte anglais publié par LifeSiteNews. – J.S.

    Troisième témoignage de Carlo Maria Viganò : une réponse  aux accusations du cardinal Ouellet

    En la fête des martyrs nord-américains

    Le fait de porter témoignage de la corruption au sein de la hiérarchie de l'Eglise catholique a été pour moi une décision douloureuse, et elle le demeure. Mais je suis un homme âgé, un homme qui sait devoir bientôt rendre compte devant le Juge de ses actions et omissions, un homme qui craint Celui qui peut jeter corps et âme en enfer. Un juge qui, même dans son infinie miséricorde, accordera à chacun salut ou damnation selon ses mérites. Anticipant la question terrible de ce Juge – “Comment as-tu, toi qui avais connaissance de la vérité, pu garder le silence au milieu du mensonge et de la dépravation ?” – quelle réponse pouvais-je donner ?

    J'ai témoigné avec la pleine conscience de l’inquiétude et du désarroi que mon témoignage allait provoquer chez beaucoup de personnes éminentes : des hommes d’Eglise, des frères évêques, des collègues avec qui j'avais travaillé et prié. Je savais que beaucoup d'entre eux se sentiraient blessés et trahis. Je m'attendais à ce que certains m’assaillent à leur tour, moi et mes motivations. Plus douloureux que tout, je savais qu'un grand nombre de fidèles innocents seraient troublés et déconcertés par le spectacle d'un évêque accusant des collègues et des supérieurs de méfaits, de péchés sexuels et d’une grave négligence à l'égard de leur devoir. Mais je crois que la persistance de mon silence eût mis beaucoup d’âmes en péril, et damnerait certainement la mienne. Ayant rapporté à de nombreuses reprises à mes supérieurs et même au pape le comportement aberrant de Theodore McCarrick, j'aurais pu dénoncer publiquement plus tôt les vérités dont j'avais connaissance. Si j'ai quelque responsabilité par rapport à ce retard, je m'en repens. Ce retard a été dû à la gravité de la décision que j'allais prendre, et au long travail de ma conscience.

    On m’a accusé de susciter la confusion et la division au sein de l'Eglise par ce témoignage. A ceux qui pensent que cette confusion et cette division étaient insignifiantes avant août 2018, une telle assertion peut paraître plausible. Les observateurs plus impartiaux, en revanche, auront eu conscience qu’on a confusion et division à l’excès, et de longue date, comme il était inévitable dès lors que le successeur de Pierre néglige d'exercer sa mission principale, qui est d’affermir ses frères dans la foi et dans la saine doctrine morale. S'il exacerbe alors la crise par le biais de déclarations contradictoires ou déconcertantes à propos de ces doctrines, la confusion s'aggrave.

    C'est pourquoi j'ai parlé. Car c’est la conspiration du silence qui a causé et qui continue de causer de grands dommages au sein de l’Eglise – des dommages  frappant tant d'âmes innocentes, de vocations sacerdotales, et les fidèles en général. En ce qui concerne ma décision, que j'ai prise en conscience devant Dieu, j'accepte volontiers toute correction fraternelle, tout conseil, toute recommandation et invitation à progresser dans ma vie de foi et d'amour pour le Christ, l’Eglise et le pape.

    Laissez-moi redire les éléments-clefs de mon témoignage :

    Lire la suite

  • Moscou ou Constantinople ? Rome aurait fait son choix...

    IMPRIMER

    De Sandro Magister en traduction sur le site "Diakonos.be" :

    En Orient, c’est la rupture entre Cyrille et Bartholomée. Et le pape penche plutôt pour le premier

    Sur le terrain militaire, le conflit qui oppose la Russie et l’Ukraine se poursuit à bas bruit. Mais sur le terrain religieux, les combats viennent d’atteindre leur paroxysme.  Ce 15 octobre, le patriarcat de Moscou « et de toutes les Russies », avec à sa tête Cyrille, a rompu la communion eucharistique avec le patriarcat de Constantinople dirigé par Bartholomée.

    Cela signifie que les ministres sacrés de l’Église orthodoxe russe ne célébreront plus aucune liturgie commune avec les ministres du patriarcat de Constantinople – auquel Moscou refuse systématiquement le qualificatif d’ « œcuménique » – et que même les simples fidèles russes devront s’abstenir de participer aux sacrements administrés dans les églises du patriarcat byzantin.

    Le motif de la rupture, c’est cette décision de Bartholomée, annoncée le 11 octobre, de créer en Ukraine une Église orthodoxe « autocéphale », c’est-à-dire indépendante, qui ne dépendrait plus de la juridiction du patriarcat de Moscou.

    A vrai dire, il y a aujourd’hui trois Églises orthodoxes en Ukraine. La plus importante, celle dirigée par le métropolite Onuphre, relève précisément de la juridiction du patriarcat de Moscou.  La seconde a été créée en 1995 en tant que patriarcat indépendant par Philarète, un ex haut hiérarque de l’Église Russe, ce qui lui a valu d’être excommunié par Moscou.  Et la troisième, dirigée par le Métropolite Macaire, lui aussi excommunié, s’est auto-proclamée « autocéphale » en 1991 mais n’était jusqu’à présent reconnue par aucune autre Église orthodoxe.

    En fait, le plan de Bartholomée a consisté à unifier ces trois branches et à conférer l’autonomie à une Église orthodoxe ukrainienne reconstituée, dans l’orbite du patriarcat œcuménique de Constantinople. Il a pour cela a levé les excommunications de Philarète et de Macaire.  Il a envoyé en Ukraine, en tant qu’exarques propres – en les faisant venir respectivement des États-Unis et du Canada – les évêques Daniel et Hilarion, et leur a donné la mission de tisser les liens de l’unification.  Il a rétabli à Kiev la stavropégie de Constantinople, autrement dit une juridiction ecclésiale dépendant directement du patriarcat œcuménique.  Et il a déclaré périmé le « lien juridique de la lettre synodale de l’an 1686 », c’est-à-dire le document par lequel le patriarche œcuménique Dionysios IV avait accepté la subordination de la métropole de Kiev au patriarcat de Moscou.

    Constantinople et Moscou ont deux interprétations diamétralement opposées de ce document. Pour Constantinople, cette concession de droits n’était que provisoire et a cessé de produire ses effets depuis bien longtemps.  Pour Moscou, elle était et reste définitive.

    Lire la suite

  • La chasteté et le célibat ne conduisent pas à la délinquance sexuelle

    IMPRIMER

    De Catherine Mallaval sur le site de Libération :

    Roland Coutanceau : «La chasteté et le célibat ne conduisent pas à la délinquance sexuelle»

    Le psychiatre Roland Coutanceau rappelle que l’attirance pour les mineurs revêt des formes très variées et qu’il est possible, dans certains cas, d’éviter le passage à l’acte.

    Psychiatre expert en criminologie auprès des tribunaux, président de la Ligue française pour la santé mentale, Roland Coutanceau est à l’origine de la création, en région parisienne, d’un pôle de victimologie et de thérapie familiale qui fait référence. Auteur des Blessures de l’intimité (éd. Odile Jacob), il décortique le profil des pédophiles.

    L’Eglise est confrontée de par le monde à des scandales de pédophilie. Cela est-il surprenant ?

    En général, vous vous en doutez, les institutions qui ont affaire à ce genre de scandale sont surtout celles dans lesquelles des adultes sont directement en relation avec des enfants. L’éducation nationale, le milieu des associations qui gèrent l’après-scolaire… L’Eglise, c’est un peu différent. Il y a manifestement un certain nombre de personnes qui présentent un attrait pédophilique en son sein. Même si à ce jour aucune étude statistique de référence ne permet de quantifier le problème.

    Comment peut-on essayer d’expliquer la présence de ces pédophiles ?

    Un certain nombre d’êtres humains, à la fin de l’adolescence ou lorsqu’ils sont jeunes adultes, ne sont pas au clair avec leur sexualité, leur orientation, leurs fantasmes. On peut supposer que certains de ceux-là, outre la sincérité de leur foi, sont enclins à se réfugier dans un idéal, une forme de sublimation que sont le célibat et la chasteté. Pour être plus direct : mon hypothèse est qu’il y a parmi les prêtres des pédophiles qui se sont tournés vers l’Eglise pour de mauvaises raisons, sans qu’ils en soient forcément conscients. Le psychanalyste et prêtre catholique Marc Oraison, disparu en 1979, avait conseillé à ses pairs de créer une sorte de filtre lorsque des hommes s’engagent dans la voie du séminaire, permettant d’analyser précisément les motivations qui poussent vers la prêtrise. L’Eglise aurait pu le faire.

    L’absence de sexe, le vœu d’abstinence ne sont-ils pas des pousse-au-crime ?

    Non. C’est ce que beaucoup pensent intuitivement, mais la chasteté, le célibat ne conduisent pas à la délinquance sexuelle. Ce ne sont pas des facteurs aggravants ou facilitants. La pédophilie, cette sexualité maudite, ne naît pas de ça.

    De quoi alors ?

    D’abord, il faut savoir que la pédophilie est un monde. Varié. De la même façon qu’il y a des Don Juan, des inhibés, des hommes qui ne couchent qu’avec des prostituées… Concrètement, l’attrait pédophilique que certains ressentent est, à un niveau fantasmatique, une excitation sexuelle pour un corps prépubère, garçon ou fille. Cet attrait peut être exclusif (les sujets ne sont attirés que par des enfants) ou pas. Il peut aussi être ressenti par une personne qui a une orientation hétérosexuelle (et préférera les petites filles), homosexuelle (avec une attirance pour les petits garçons) ou bi. Des tas de gens, des médecins, des juges, des journalistes peuvent avoir ce fantasme qu’on ne choisit pas (de même que son orientation) sans pour autant passer à l’acte. Il n’y a pas de mécanicité.

    Mais des hommes franchissent le pas. Qu’ont-ils en commun ?

    On observe souvent une forme d’immaturité. Le pédophile peut avoir un QI brillant, mais se sentir comme un enfant au niveau affectif. Autre trait : un égocentrisme au carré, qui se traduit par une moindre capacité à réfléchir à ce qui se passe dans la tête des autres et un intérêt quasi exclusif pour leur propre sexualité et leurs fantasmes. Ces sujets présentent ce que nous, les psys, avons appelé «troubles de la personnalité». Ils ne sont pas en capacité de se demander quelle est la réalité sexuelle de l’autre. Et sont atteints d’une distorsion, une déformation cognitive qui les empêche de voir clairement ce qui est. Ainsi, ils vont mal interpréter le comportement d’un enfant. Qu’une petite fille sourie, et ils ont l’impression qu’elle leur fait du gringue. Ils mésinterprètent les discours et le comportement de l’enfant. Et projettent leur propre sexualité sur celle de l’enfant. En outre, ils érotisent tous les faits et gestes de ces enfants : un sourire donc, s’asseoir sur les genoux, prendre la main… Et interprètent une demande d’intérêt ou d’affection de l’enfant comme une demande sexuelle. C’est ce type de distorsion qui est le trait des délinquants sexuels. Mais je précise qu’en dépit de cette distorsion, ils connaissent l’interdit que représente la pédophilie. Ils en ont conscience. Et sont responsables de leurs actes.

    Parmi ceux qui passent à l’acte, y a-t-il des différences ?

    Il y a ceux qui culpabilisent, des fatalistes, des très égocentriques, uniquement centrés sur leur désir. Mais aussi des cyniques qui sont dans une mégalomanie de leur désir.

    Peut-on les repérer ?

    On ne peut pas scanner la vie fantasmatique des gens. Mais on peut avoir l’intuition des comportements qui dérapent. Des comportements de promiscuité. Ceux qui souvent s’isolent avec un enfant ou ont un chouchou… Il ne s’agit pas d’être parano, mais vigilant.

    Peut-on les soigner ?

    La sexualité humaine s’apprivoise quand on en parle à un autre être humain. Dans ma consultation, je reçois des sujets qui n’en sont qu’au stade du fantasme, d’autres qui sont passés à l’acte. La première chose à faire avec ces derniers est de clarifier la distorsion cognitive dont ils sont atteints. Dire : "Vous avez une attitude pédophile mais un enfant ne désire pas ça". Il s’agit de faire monter le niveau de lucidité. On peut leur apprendre une vie auto-érotique (masturbation), les aider à être plus structurés, plus au clair avec leur sexualité. Et à replacer leur attrait pédophile au niveau du fantasme. Nous pouvons aussi essayer de faire avancer l’âge de l’objet sexuel qu’ils désirent. La plupart d’entre nous, sans nous en rendre compte, à mesure que nous avançons en âge, désirons des partenaires plus âgés que lorsque nous avions 20 ans.

    Est-ce vraiment possible ?

    La sexualité est plus souple qu’on ne le croit. Il y a une certaine plasticité qui permet d’en faire passer certains qui n’étaient attirés que par des enfants à la peau soyeuse, sans poil, vers un désir pour de jeunes adultes. Cela ne marche pas toujours. Certains ne veulent pas changer. Et vous disent et redisent «les enfants ont une peau plus belle». C’est une idéalisation à laquelle ils tiennent, une forme de fétichisme.

    Comment l’Eglise peut-elle se dépêtrer de tout ça ?

    Comme toutes les institutions confrontées à ce genre d’affaires, elle a voulu laver son linge sale en famille. Mais, comme les autres, elle ne peut pas couvrir et doit répondre à la justice des hommes. Et se préoccuper de cette question. Ce que l’on pourrait conseiller à l’Eglise, c’est de parler vrai avec certains prêtres : beaucoup de gens parlent quand ils se sentent devinés. Quand on soupçonne quelqu’un de pédophilie, il faut donc lui en parler. Quitte à s’être trompé.

  • Eugénisme euthanasique des personnes atteintes de démence

    IMPRIMER

    Du Bulletin d'Information de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Eugénisme euthanasique des personnes atteintes de démence

    Dans une lettre ouverte du 6 octobre dernier, le Prof. et Président de la Commission fédérale d’évaluation et de contrôle de l’euthanasieWim Distelmans demande de modifier la loi pour permettre l’euthanasie des personnes démentes.

    Selon la loi en vigueur, les patients ne peuvent obtenir l’euthanasie que s’ils sont conscients et capable de discernement. La déclaration anticipée d’euthanasie, qui n’est exécutée qu’en cas de coma irréversible, est donc sans effet si le patient est atteint de démence.

    Le Prof. Distelmans décrit la situation à laquelle font face de nombreux patients déments, leurs proches aidants et leurs médecins : les aidants naturels sont souvent épuisés, les personnes atteintes de démence restent trop souvent seules chez elles, ne bénéficiant pas de soins résidentiels adaptés et particulièrement agréables. Il s’inquiète de ce qu’on prévoie d’ici 2035 une augmentation de la moitié du nombre de personnes démentes. Les personnes atteintes d’Alzheimer sont en effet de plus en plus nombreuses (Voir Bulletin de l’IEB), alors que « les budgets de recherche d’une thérapie efficace de la maladie d’Alzheimer et d’autres processus de démence ont récemment été considérablement réduits en raison de résultats trop coûteux et insuffisants ». La solution serait donc, selon lui, l’euthanasie pour les personnes démentes.

    Au Canada, selon une étude menée par l’Université de Sherbrooke, 91% des aidants proches seraient d’accord pour étendre l’euthanasie aux personnes inaptes en phase terminale (moyennant des signes de détresse et une directive anticipée), et 72% des aidants proches y seraient favorables même sans directive anticipée. Une autre étude, menée par l’Association des proches aidants de la Capitale-Nationale(Québec, octobre 2017) montre la détresse des proches aidants : 36% des proches aidants songent à abandonner en raison du poids de toutes leurs responsabilités, 57% disent ressentir « une forme de pression pour accélérer le départ de la personne aidée ». On saisit le poids et la fatigue des proches tentés de proposer et de suggérer l’euthanasie à leurs parents…

    Comment ne pas craindre des euthanasies non voulues par le patient, qui changerait d’avis entre le moment de sa déclaration et celui où l’on va exécuter cette demande ?

    Source : VRT  et les 2 études canadiennes

  • Le monde doit reconnaître le génocide des chrétiens

    IMPRIMER

    Le monde doit reconnaître le génocide des chrétiens

    1.834 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 10.000 signatures.

    By CitizenGO · 15/10/2018

    Le christianisme est la religion la plus persécutée dans le monde. Des chrétiens sont emprisonnés, torturés et même tués.

    Tout cela juste pour leur foi.

    Chaque mois, en moyenne, on dénombre 255 meurtres, 104 enlèvements, 180 femmes violées ou harcelées, 66 églises attaquées et 160 incarcérations sans procès, selon l’organisation Open Doors**.

    L’année dernière, 3 066 chrétiens ont été massacrés, 1 252 ont été kidnappés, 1 020 femmes ont été violées et 793 églises ont été attaquées. Une grande partie d’entre eux étaient des enfants et des jeunes, une cible privilégiée des islamistes pour effrayer la population ***. Les régions d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient sont celles où elles sont le plus punies.

    Que pouvons-nous faire pour eux ?

    Les institutions internationales ignorent la situation actuelle de centaines de millions de personnes menacées d’extermination en raison de leurs convictions religieuses. Il est essentiel de s’assurer que des organisations telles que l’ONU et l’Union européenne reconnaissent officiellement que des chrétiens sont systématiquement persécutés dans le monde depuis des années.

    C’est pourquoi nous demandons à Ahmed Shaheed, rapporteur spécial sur la liberté religieuse à l’ONU, et à Ján Figel, envoyé spécial pour la promotion de la liberté religieuse en dehors de l’Union européenne, de reconnaître officiellement comme génocide, la persécution religieuse perpétrée contre des chrétiens en raison de leur religion.

    Nous aurons l’occasion de rencontrer Ahmed Shaheed à Genève et Ján Figel à Bratislava : à ces deux occasions, nous leur montrerons les signatures recueillies lors de cette campagne et leur demanderons d’admettre l’existence d’un génocide contre les chrétiens.

    Signer la lettre suivante :

    Reconnaissons le génocide des chrétiens

    À l’attention de M. Ahmed Shaheed, rapporteur spécial sur la liberté religieuse à l’ONU et M. Ján Figel, envoyé spécial pour la promotion de la liberté religieuse en dehors de l’UE :

    Des milliers de personnes sont assassinées, torturées et violées chaque année dans le monde uniquement pour leur foi chrétienne. Ce sont en grande partie des enfants et des jeunes, cibles privilégiées de terroristes comme Daech pour effrayer la population.

    Au cours des deux dernières années, la plus grande persécution de tous les temps contre les chrétiens a été enregistrée et les droits de l’homme de millions de personnes sont violés à cause de leur religion.

    Je vous demande de considérer la reconnaissance du génocide chrétien afin que le monde ouvre les yeux sur ce fait, souvent réduit au silence.

    Vous pouvez demander aux Nations Unies et à l’Union européenne de disposer de mécanismes adéquats pour protéger les communautés chrétiennes persécutées dans le monde.

    Merci de votre aide.

    Bien cordialement,

    Salutations,

    [Votre Nom]

  • La vie humaine est précieuse, sacrée et inviolable...

    IMPRIMER

    De Vatican News (Cyprien Viet) :

    Audience générale: la vie humaine est précieuse, sacrée et inviolable

    Dans le cadre de l’audience générale de ce mercredi 17 octobre, tenue sur la Place Saint-Pierre, le Pape François a poursuivi sa série de catéchèses sur les Dix commandements, en revenant une nouvelle fois sur cette parole clé : «Tu ne tueras point».

    «Nous avons déjà souligné comment ce commandement révèle qu’aux yeux de Dieu la vie humaine est précieuse, sacrée et inviolable, a martelé le Pape François. Personne ne peut mépriser la vie des autres ni sa propre vie ; l’homme en effet, porte en lui-même l’image de Dieu et il est l’objet de son amour infini, quelle que soit la condition dans laquelle il a été appelé à l’existence», a précisé le Souverain pontife.

    François a expliqué qu’il existe des meurtres physiques mais aussi des meurtres symboliques, quand on insulte, diffame ou méprise l’autre. Dans l’Évangile,  Jésus invite à interrompre les offrandes au temple et à d’abord se réconcilier avec son frère. «Nous aussi, quand nous allons à la messe, nous devrions avoir cette attitude de réconciliation avec les personnes avec lesquelles nous avons eu des problèmes», a remarqué le Pape François.

    Une parole peut suffire à tuer

    Nos mots, nos paroles peuvent aussi blesser et tuer. «Pour offenser l’innocence d’un enfant, une phrase inopportune suffit. Pour blesser une femme, un geste de froideur peut suffire. Pour briser le cœur d’un jeune il suffit de lui refuser la confiance. Pour annihiler un homme, il suffit de l’ignorer. C’est comme dire à l’autre personne : “Tu es un mort pour moi”, parce que tu l’as tué dans ton cœur», a averti le Saint-Père.

    Comme Caïn dans la Bible, cruel et indifférent vis-à-vis de son frère, nous aussi nous nous détournons parfois de ceux dont nous devrions prendre soin. Mais «aucun de nous ne peut survivre sans miséricorde, nous avons tous besoin du pardon», a répété le Pape François. Il ne suffit donc pas de ne pas faire le mal, comme un minéral ou une plante, comme les pavés de la Place Saint-Pierre, qui sont là, à leur place, mais ne font rien. Il faut faire le bien, activement. «“Tu ne tueras point” est un appel à l’amour et à la miséricorde, un appel à vivre selon le Seigneur Jésus, qui a donné la vie pour nous, et qui est ressuscité pour nous», a précisé le Saint-Père.

  • Taïwan ou Pékin ? Le pape aurait fait son choix

    IMPRIMER

    De Dorian Malovic sur le site du journal La Croix :

    Entre Taïwan et la Chine, le pape François a fait son choix

    Les deux évêques chinois qui ont participé au Synode pour la première fois à Rome ont annoncé mardi 16 octobre avoir invité le pape François à un voyage historique en Chine, au lendemain d’une autre invitation adressée au pape par le vice-président taïwanais.

    L’agenda asiatique du pape François pourrait s’annoncer très chargé en 2019. Si le voyage au Japon est déjà inscrit officiellement dans le calendrier, les invitations au pape se multiplient ces derniers jours. La dernière en date vient des deux évêques chinois qui ont participé pour la première fois à un synode à Rome, Mgr Joseph Guo Jincai et Mgr John Baptist Yang Xiaotin.

    « Pendant notre séjour nous avons invité le pape François à venir en Chine » ont-ils annoncé dans une interview au quotidien de la conférence des évêques d’Italie L’Avvenire mardi 16 octobre. « Nous l’attendons. »

    La veille, le vice-président taïwanais Chen Chien-jen avait lui aussi adressé une invitation au pape François pour qu’il visite Taïwan, une initiative destinée à renforcer les relations avec le Vatican… qui pourrait déjà avoir fait son choix.

    À lire aussi : Le Vatican et la Chine signent un accord sur la nomination des évêques

    Le long rapprochement entre le Vatican et Pékin

    Face à ce « dilemme » diplomatique, c’est toute l’histoire des relations entre le Vatican et la Chine (avant et après 1949) qui remonte à la surface dans un contexte qui a évolué très vite ces derniers mois.

    Au lendemain de l’arrivée des communistes à Pékin en 1949 et de la terrible répression qui a touché les catholiques chinois et les missionnaires étrangers renvoyés chez eux, les relations entre le Chine et le Vatican ont été rompues en 1951, tandis que le Vatican établissait des relations avec la République de Chine à Taïwan. Depuis l’ouverture de la Chine à partir de 1978, les échanges et les liens informels entre Pékin et le Vatican ont connu des périodes fastes et d’autres troublées mais avec l’arrivée du pape François, jésuite, à Rome, et de Xi Jinping à Pékin, les démarches de rapprochement déjà lancées par ses prédécesseurs se sont accélérées.

    À lire aussi : L’accord Vatican-Chine, indispensable mais délicat

    Tout comme Jean-Paul II, le pape Benoît XVI avait rêvé de se rendre en voyage officiel en Chine pour marquer une réconciliation longtemps attendue. Le pape François, héritier d’une longue tradition jésuite présente en Chine depuis le XVIe siècle, n’a jamais caché son souhait de s’y rendre.

    De longues négociations menées ces dernières années entre Pékin et Rome ont enfin débouché le 22 septembre dernier à un accord historique sur la question de la nomination des évêques, pierre angulaire des désaccords avec… la reconnaissance par le Vatican de Taïwan. En réalité cela fait déjà plusieurs années que le Vatican avait fait un geste symbolique à l’égard de Pékin en réduisant sa présence diplomatique à Taïwan au niveau d’un « chargé d’affaires ».

    L’épiscopat taïwanais a déjà intégré, avec regret et tristesse, qu’une réconciliation entre Rome et Pékin se ferait en sacrifiant le lien diplomatique avec Taïpei.

    Une reprise des relations avec Pékin se fera en sacrifiant Taïwan

    Cela semble de plus en plus inéluctable aujourd’hui en dépit de l’invitation taïwanaise adressée au pape le 15 octobre à Rome. Les dirigeants politiques taïwanais se sont déclarés convaincus que la visite de leur vice-président Chen, fervent catholique, à Rome renforcerait les relations avec leur pays qui compte près de 300 000 catholiques et que le Saint-Siège n’abandonnerait pas Taïwan.

    L’annonce par les deux évêques chinois – dont l’un était encore excommunié avant le 22 septembre – qu’une invitation avait été délivrée au pape François n’aura pas manqué de faire trembler la chancellerie taïwanaise…

    Le pape François avait évoqué l’année dernière déjà son souhait de se rendre en Chine tout en précisant qu’il attendait de recevoir une invitation. C’est aujourd’hui chose faite.

    Pour Mgr Guo, « nous avons attendu si longtemps ce moment et désormais il est arrivé » en indiquant qu’avec son confrère ils avaient logé dans la même résidence que le pape et qu’ils lui parlaient « comme des fils à un père ».

    Pour lui, le voyage du pape argentin en Chine est « comme notre présence ici (au Synode). Un temps impossible, aujourd’hui devenu possible ».