Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Toujours infaillible, le pape ?

IMPRIMER

De Valentin Fontan-Moret sur le site aleteia.org :

Le Pape est-il toujours infaillible ?

Dans une lettre sans précédent rendue publique mi-avril, le pape François a demandé pardon aux évêques chiliens pour avoir commis de « graves erreurs » d’appréciation dans la gestion de l’affaire concernant les cas d’abus sexuels au sein du clergé chilien. Si depuis l’ensemble des évêques du pays ont remis leur démission au Saint-Père, Aleteia a choisi de s’intéresser au dogme d’infaillibilité pontificale. Décryptage.

Comment comprendre le dogme de l’infaillibilité pontificale quand le pape François écrit aux évêques du Chili pour leur faire part de sa « douleur » et de sa « honte » pour les abus sexuels commis par des membres du clergé du Chili et qu’il reconnait avoir lui-même commis « de graves erreurs dans l’évaluation et la perception de la situation » ? C’est en 1870, lors du premier concile œcuménique, que l’Église catholique a reconnu ce dogme. Cette apparition tardive ne doit cependant pas laisser croire que c’est une idée si récente : si l’Église ne l’a pendant longtemps pas défini solennellement comme un dogme officiel, la prééminence du pontife romain et la validité absolue de ses paroles et décisions sur certains sujets et sous certaines conditions sont des conceptions anciennes basées sur l’interprétation des Évangiles. On la devine par exemple dans la rédaction de la bulle Unigenitus de 1713, condamnant l’hérésie janséniste. C’est notamment parce que la monarchie de droit divin française entendait maintenir son indépendance par rapport à Rome que l’Église a longtemps renoncé à faire de l’infaillibilité pontificale un dogme.

Que dit le catéchisme ?

L’infaillibilité se définit simplement : l’enseignement du Pape et de l’Église ne peut pas être erroné lorsqu’il proclame « par un acte définitif, un point de doctrine concernant la foi et les mœurs ». Autrement dit, un enseignement doctrinal du Pape s’exprimant ex cathedra (littéralement « en chaire », ce qui renvoie à sa qualité de pasteur et docteur suprême de l’Église), définissant clairement une doctrine en matière de foi ou de mœurs, ne peut être qu’une révélation de la vérité. Le catéchisme reconnaît également l’infaillibilité des décisions prises dans les mêmes conditions par le corps des évêques « quand il exerce son Magistère suprême en union avec le successeur de Pierre, surtout dans un Concile œcuménique. »

Des décisions rares

Cette définition peut sembler large et couvrir de très nombreuses situations ! Ce n’est cependant pas le cas. Des propos comme ceux tenus par le pape François sur les affaires d’abus sexuels visant l’Église chilienne n’entrent pas dans ce cadre, c’est donc naturellement qu’il a pu reconnaître de « graves erreurs dans l’évaluation et la perception de la situation ». L’infaillibilité est réduite à de rares décisions particulières, et il ne s’agit en aucun cas d’affirmer que le Pape n’est pas un homme susceptible de pécher ou de se tromper hors de ce champ très restrictif. Ainsi, la décision du Pape concernant le sort des évêques chiliens qui, soumettant collectivement leur démission, s’en remettent au jugement du souverain pontife concernant leurs cas individuels, ne sera pas non plus considérée comme infaillible.

Lire aussi : Chili : le traitement de choc du pape François

Plus encore, dans la pratique, l’Église se montre prudente et prend soin de préciser sans ambiguïté la valeur infaillible d’une doctrine énoncée, ce qui limite encore davantage les décisions réputées infaillible. Ce fut le cas dans la constitution apostolique promulguée par par Pie XII en 1950 définissant le dogme de l’Assomption de la Vierge Marie. Le Code de droit canonique prévoit d’ailleurs qu’une doctrine n’est considérée comme infailliblement définie que si cela est « manifestement établi ». Car l’infaillibilité est un principe fort découlant de la fonction de garant de l’unité de l’Église qui revient au Pape, elle appelle donc la plus grande clarté pour éclairer les fidèles.

D’où vient alors cette infaillibilité ?

Une explication réside dans ce que le Christ, fondant son Église sur Pierre, premier évêque de Rome, a voulu guider son peuple dans la continuité de la Vérité qu’il était Lui-même venu proclamer. Car à quoi servirait l’Église si elle avait été instituée par le Christ sans l’assurance de conduire, avec le secours de l’Esprit saint, les fidèles vers Dieu ? C’est la raison d’être de ce que le catéchisme nomme le « charisme d’infaillibilité » qui donne une validité incontestable à certains enseignements essentiels dans les domaines éminents de la foi et des mœurs.

Lire aussi : L’infaillibilité du Pape : faut-il y croire encore ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel