Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Scandales sexuels : les réponses du cardinal O'Malley sont-elles à la hauteur de la catastrophe ?

    IMPRIMER

    On trouvera ci-dessous (publié sur Vatican News) ce que le cardinal O'Malley propose pour répondre au scandale provoqué par l'affaire McCarrick (l'arbre qui ne doit pas cacher la forêt). Il semble malheureusement que ces déclarations visant à rassurer les fidèles ne soient pas à la hauteur de la situation catastrophique dans laquelle l'Eglise est aujourd'hui plongée par des scandales sexuels qui ne se résument pas à quelques affaires de pédophilie. Et c'est le cas dans de très nombreux pays parmi lesquels le Chili, le Honduras, les Etats-Unis occupent aujourd'hui le devant de la scène. L'Eglise a besoin d'un vaste tsunami pour la conformer en profondeur à sa véritable vocation mais qui en sera l'artisan ? 

    Abus sexuels: le cardinal O’Malley demande «plus que des excuses» aux évêques impliqués

    Il faut une «politique solide et complète» pour répondre aux accusations d'abus sexuels portées contre un évêque, a estimé le cardinal Sean O'Malley, archevêque de Boston (Etats-Unis), dans une note adressée à son diocèse et parue le 24 juillet.

    Dans sa note, le cardinal O’Malley fait, entre autres, référence à l’affaire McCarrick. Le cardinal Theodore McCarrick, archevêque émérite de Washington, a été suspendu de tout ministère public par le Pape François, le 20 juin dernier. Il est accusé d’abus sexuels sur mineurs et de comportement sexuel inapproprié avec des adultes dans les années 1970, lorsqu'il exerçait dans le diocèse de New-York. 

    Des abus qui traumatisent les catholiques

    «Ces actions présumées, si elles sont commises par une personne, sont moralement inacceptables et incompatibles avec le rôle du prêtre, de l’évêque ou du cardinal», énonce clairement le cardinal O’Malley, qui est aussi président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs (CPPM) depuis 2014.

    Elles «ont traumatisé beaucoup de catholiques et au-delà», insiste le cardinal O’Malley, ajoutant que «pareilles nouvelles créaient des doutes dans l’esprit de nombre de personnes»vis-à-vis des membres du clergé.

    «Il faut plus que des excuses» 

    Au-delà du cas du cardinal McCarrick, ce genre de situation nécessite «plus que d’excuses», défend le cardinal-archevêque de Boston. En effet, «lorsque des accusations sont portées contre un évêque ou un cardinal, l’on constate encore beaucoup de lacunes dans les politiques de l’Église pour gérer ces comportements et abus sexuels», déplore-t-il, soulignant tout de même que l'Église américaine avait adopté une politique de «tolérance zéro» en ce qui concerne l'abus sexuel des mineurs par les prêtres. 

    Transparence et cohérence

    Néanmoins, «des procédures plus claires pour les affaires impliquant des évêques» sont requises, plaide le cardinal américain, appelant ainsi de ses vœux des «protocoles transparents et cohérents» pour garantir justice aux victimes, et surtout, «répondre à l'indignation légitime des fidèles». Ne pas le faire, prévient-il, «menacerait l’autorité morale déjà affaiblie de l’Eglise»,et pourrait détruire la confiance nécessaire aux ministères des prêtres et des évêques.

    Les victimes, elles, doivent être «félicitées» et traitées avec respect pour avoir mis en lumière leur expérience tragique, stipule enfin le cardinal américain, rappelant que ces accusations étaient naturellement «source de déception et de colère».

    Trois impératifs pour l'Église

    Par conséquent, le cardinal identifie trois impératifs. Tout d'abord, il réaffirme qu'une «évaluation juste et rapide des accusations» est nécessaire, couplée à «une évaluation de l'adéquation de nos normes, de nos politiques dans l'Eglise, et ce, à tous les niveaux, spécialement dans le cas d’évêques». Troisièmement, il est nécessaire de «communiquer plus clairement aux fidèles catholiques et à toutes les victimes» la procédure à suivre pour porter plainte contre les évêques ou les cardinaux.

    Dans ce genre de moments, «il n’y a pas de plus grand impératif pour l'Église que de se sentir responsable pour affronter ces problèmes», affirme enfin le cardinal O’Malley, promettant de mettre le sujet sur la table lors de ses futurs échanges avec le Saint-Siège.

    Faisant allusion au cardinal McCarrick, le cardinal irlandais Kevin Farrell, préfet du dicastère pour les Laïcs, la famille et la vie s’est dit, lui, «choqué» des «accusations d’abus et d’harcèlements sexuels portées contre l'archevêque émérite de Washington McCarrick»,  a rapporté le National Catholic Reporter le 24 juillet 2018.

  • Humanae Vitae ? Venez à l'abbaye de Kergonan les 4 et 5 août, avec le Cardinal Sarah !

    IMPRIMER

    JPSC

  • Crise très grave dans les séminaires du Honduras

    IMPRIMER

    Très grave crise dans les séminaires du Honduras par Jean Kinzler sur le Forum Catholique

    TEGUCIGALPA, Honduras, 26 juillet 2018 ( LifeSiteNews ) - L'un des cardinaux les plus influents du Vatican, déjà soupçonné de détourner le regard alors que les relations homosexuelles étaient menées dans sa résidence personnelle, a réprimandé cinquante séminaristes pour avoir dénoncé les problèmes de leur séminaire sous influencee homosexuelle. 

    "Au lieu de féliciter les séminaristes", a tweeté Ed Pentin (NCR), qui a révélé l'histoire, le cardinal Óscar Rodríguez Maradiaga "les a accusés de propager des" commérages "qui veulent présenter leurs camarades sous un mauvais jour".

    Les séminaristes concernés ont déclaré dans leur lettre commune qu'ils ne pouvaient plus "cacher l'ampleur de ce problème au séminaire", selon la NCR , qui a obtenu une copie de la lettre. 

    "Nous vivons et vivons une période de tension dans notre maison à cause de situations gravement immorales, surtout d'une homosexualité active au sein du séminaire qui a été un tabou pendant tout une époque", dit la lettre des jeunes hommes, "et en couvrant cette situation, le problème a pris de l'ampleur, devenant, comme l'a dit un prêtre il n'y a pas si longtemps, une «épidémie au séminaire».

    Après avoir lu le contenu de la lettre, le cardinal Maradiaga et le président de la conférence des évêques honduriens, Mgr Angel Garachana Pérez, ont fustigé les auteurs de la lettre. 

    LSN et ncr

  • Quand Jésus multiplie les pains (17e dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Multiplication-des-pains.jpgLe dimanche 29 juillet 2012, avant l'Angelus, Benoît XVI a commenté l'évangile de ce 17e dimanche du temps ordinaire :

    Chers frères et sœurs,

    Ce dimanche, nous avons commencé la lecture du chapitre 6 de l’évangile de Jean. Le chapitre s’ouvre avec la scène de la multiplication des pains, que Jésus commente ensuite dans la synagogue de Capharnaüm, se désignant lui-même comme le «pain» qui donne la vie. Les actions accomplies par Jésus sont parallèles à celles de la dernière Cène: « Il prit les pains, et, après avoir rendu grâce, les leur distribua» - écrit l’Evangile (Jn 6,11). L’insistance sur le thème du «pain», qui est partagé, et sur l’action de grâce (v.11, en grec eucharistesas), rappellent l’Eucharistie, le Sacrifice du Christ pour le salut du monde.

    L’évangéliste observe que la Pâque, la fête, était proche (cf. v. 4). Le regard s’oriente vers la Croix, le don d’amour, et vers l’Eucharistie, la perpétuation de ce don : le Christ se fait pain de vie pour les hommes. Saint Augustin commente ainsi : « Qui, sinon le Christ, est le pain du Ciel ? Mais pour que l’homme puisse manger le pain des anges, le Seigneur des anges s’est fait homme. S’il ne s’était pas fait tel, nous n’aurions pas son corps; en n’ayant pas son propre corps, nous ne mangerions pas le pain de l’autel» (Sermon 130,2). L’Eucharistie est la grande rencontre permanente de l’homme avec Dieu, dans laquelle le Seigneur se fait notre nourriture, se donne Lui-même pour nous transformer en Lui-même.

    Dans la scène de la multiplication, la présence d’un jeune garçon est rapportée, qui, face à la difficulté de rassasier tous ces gens, met en commun le peu qu’il a: cinq pains et deux poissons (cf. Jn 6,8). Le miracle ne se produit pas à partir de rien, mais à partir d’un premier partage modeste de ce qu’un simple jeune garçon avait avec lui. Jésus ne nous demande pas ce que nous n’avons pas, mais il nous fait voir que si chacun offre le peu qu’il a, le miracle peut toujours s’accomplir de nouveau : Dieu est capable de multiplier notre petit geste d’amour et de nous rendre participants de son don. La foule est touchée du prodige: elle voit en Jésus le nouveau Moïse, digne du pouvoir, et dans la nouvelle manne, l’avenir assuré, mais elle s’arrête à l’élément matériel, qu’elle a mangé, et le Seigneur, « sachant qu'ils étaient sur le point de venir le prendre de force et faire de lui leur roi, se retira, tout seul, dans la montagne » (Jn 6,15). Jésus n’est pas un roi terrestre qui exerce la domination, mais un roi qui sert, qui se penche sur l’homme pour satisfaire non seulement la faim matérielle, mais surtout la faim plus profonde, la faim d’orientation, de sens, de vérité, la faim de Dieu.

    Chers frères et sœurs, demandons au Seigneur de nous faire redécouvrir l’importance de se nourrir non seulement de pain, mais de vérité, d’amour, du Christ, du corps du Christ, en participant fidèlement et avec grande conscience à l’Eucharistie, pour être toujours plus intimement unis à Lui. En effet «ce n'est pas l'aliment eucharistique qui se transforme en nous, mais c'est nous qui sommes mystérieusement changés par lui. Le Christ nous nourrit en nous unissant à lui; il nous attire en lui » (exhortation apostolique Sacramentum caritatis, 70). Dans le même temps, nous souhaitons prier pour que ne manque à personne le pain nécessaire pour une vie digne, et pour que soient abattues les inégalités, non pas au moyen de la violence, mais par le partage et l’amour.

    Confions-nous à la Vierge Marie, alors que nous invoquons sur nous et sur ceux qui nous sont chers son intercession maternelle.

  • Pékin : un raid contre des églises provoque la colère des fidèles

    IMPRIMER

    Du site "Eglises d'Asie" (Agence d'Information des Missions Etrangères de Paris) :

    Un raid contre des églises provoque la colère des chrétiens à Pékin

    Suite à un raid de police contre des temples protestants et une église catholique à Pékin, un groupe de congrégations protestantes a décidé d’écrire aux autorités municipales de la capitale chinoise : « Vous nous considérez comme une menace, une erreur à corriger. Mais c’est faux, nous voulons contribuer au bien-être de la nation comme tout le monde. » Les autorités avaient ordonné de dresser une liste des lieux de culte afin de fermer les églises non enregistrées.

    Les chrétiens chinois « ne sont pas une force d’opposition, une erreur à gérer ou rectifier, des cibles visées de façon délibérée ou dissimulée. C’est injuste de penser de cette façon, c’est une grossière erreur. Les églises chrétiennes, même les églises domestiques, sont animées par le désir du dialogue afin de permettre les meilleures relations possible avec le gouvernement », écrivent-ils. C’est l’appel courageux qui a été lancé par des dizaines de temples protestants, frappés par une nouvelle vague de restrictions contre la liberté religieuse. Le texte, qui a été signé par 34 lieux de culte non officiels, souligne combien les nouvelles règles sur les Affaires religieuses adoptées par le gouvernement ont sapé les droits des fidèles : « La vie habituelle des croyants a été violée et entravée, et cela a causé d’énormes dégâts émotionnels. Le sentiment patriotique qui anime les chrétiens a également été affecté, ouvrant la voie à de possibles conflits sociaux. La situation semble empirer de jour en jour. »

    Afin de dépasser cette impasse, ajoutent-ils, « Les autorités doivent respecter la liberté religieuse protégée par la Constitution chinoise. Le texte contient beaucoup de droits qui, en réalité, ne sont pas respectés par l’État à parti unique. Les Églises ont un vrai désir de dialogue ». Le Conseil d’État chinois a approuvé, en 2016, une nouvelle série de règles sur les activités religieuses considérées comme « draconiennes ». L’objectif délibéré étant d’éliminer les cultes chrétiens non enregistrés, tels que les « églises domestiques ». Les nouvelles règles, appliquées le 7 février 2016, ont interdit les prédications religieuses ou les évènements chrétiens en ligne ou dans les écoles. Les fidèles ne peuvent pas organiser de cours de catéchismes, de conférences ou autres activités similaires à l’étranger. Sur le papier, ces règles sont destinées à prévenir « le séparatisme, le terrorisme et l’infiltration de forces étrangères dans le pays ».

    Dans ce climat de tensions, ces derniers jours, le gouvernement municipal de Pékin a ordonné aux divers Départements impliqués de « prendre contact » avec les églises de la région et de rendre compte « avant le 19 juillet ». Afin « de mieux comprendre la situation », les autorités locales ont également prévu l’intervention de la police. Il s’agissait en fait d’une liste d’églises chrétiennes non enregistrées, qui ont dû remplir des formulaires remplis d’informations sensibles sur les pasteurs ou sur les fidèles. Des dizaines d’églises domestiques ont été fermées. Une source chrétienne anonyme a confié que parmi les lieux de culte visés se trouvait également une église catholique située près de Shunyi : « Nous savons simplement que la police a rendu visite à plusieurs lieux de culte et a ordonné leur fermeture ». Ni Yulan, membre de la fraternité chrétienne « Brotherhood of sacred love », confie que « le contrôle du gouvernement est de plus en plus rigoureux. Ils se préparent à frapper, c’est pourquoi ils rassemblent des informations. Ce n’est que le début ».

  • Humanae vitae : Paul VI avait raison

    IMPRIMER

    De Sandro Magister en traduction sur le site diakonos.be :

    Paul VI avait raison avec « Humanae vitae ». « L’Osservatore Romano » donne la ligne à suivre

    Le 25 juillet, « Humanae vitae », l’encyclique controversée promulguée par Paul VI en 1968 sur la régulation de la fertilité, fête ses cinquante ans tout juste. Et ce même jour, « L’Osservatore Romano » – la quotidien officiel du Saint-Siège, dirigé depuis 2007 par Giovanni Maria Vian – l’a rappelé d’une manière très engagée.  Avec un éditorial signé à la une en première page, juste sous le titre, c’est-à-dire à l’endroit où un journal publie non seulement l’opinion d’un de ses chroniqueurs mais où il dicte sa ligne autorisée :

    > L’enciclica « Humanae vitae » cinquant’anni dopo

    Cet article est signé par Lucetta Scaraffia, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Rome « La Sapienza » et depuis de nombreuses années consultante éditoriale de « L’Osservatore Romano » ainsi que directrice de son supplément mensuel « Donne Chiesa Mondo ».

    C’est ce même éditorial qui ouvre également les éditions hebdomadaires en d’autres langues.

    Mais outre la signature, c’est le contenu de l’article qui est remarquable. Avec des arguments qu’on a pas l’habitude de voir dans le langage ecclésiastique, il met en lumière la « lucidité prophétique » de Paul VI quand il a publié cette encyclique ainsi que le courage extraordinaire dont il a fait preuve en contestant les utopies sexualistes et économistes dominantes de son époque qui se sont révélées vouées à l’échec.

    Aujourd’hui que « Humanae vitae » est à nouveau « mis en pièce » au sein de l’Église – comme le fait remarquer à juste titre Lucetta Scaraffia – il faut lire la publication de cet éditorial dans « L’Osservatore Romano » comme une prise de position faisant autorité pour en défendre le sens authentique à l’encontre de la vague révisionniste qui prétend en renverser l’enseignement, juste au moment où le grand pape qui l’a publiée est sur le point d’être canonisé.

    L’encyclique « Humanae vitae » cinquante ans après

    par Lucetta Scaraffia dans « L’Osservatore Romano » du 25 juillet 2018

    Cinquante ans après sa publication, l’encyclique « Humanae vitae » de Paul vi se présente aux yeux des hommes d’aujourd’hui de manière complètement différente: en 1968, c’était un document courageux — et donc controversé — qui allait contre l’air du temps, celui de la révolution sexuelle, pour l’accomplissement de laquelle étaient fondamentaux un contraceptif sûr et également la possibilité d’avorter. C’était aussi le temps où les économistes parlaient de «bombe démographique», c’est-à-dire du danger de surpopulation qui menaçait les pays riches et qui pouvait réduire leur prospérité.

    Deux forces puissantes, donc, qui se rangeaient contre l’encyclique: l’utopie du bonheur, que la révolution sexuelle promettait à chaque être humain, et la richesse, qui aurait été la conséquence logique d’une diminution de la population à vaste échelle.

    Aujourd’hui, cinquante ans après, nous voyons les choses d’une toute autre manière. Ces deux visions utopiques se sont réalisées, mais elles n’ont pas apporté les résultats espérés: ni le bonheur, ni la richesse, mais plutôt de nouveaux problèmes dramatiques.

    Si l’effondrement de la population dans les pays développés se confronte avec difficulté à l’arrivée de masses d’immigrés nécessaires, mais dans le même temps inacceptables pour beaucoup, à partir du contrôle médical des naissances a commencé l’invasion de la procréation de la part de la science, avec des résultats ambigus, souvent préoccupants et dangereux.

    Aujourd’hui, alors que nous payons toutes les conséquences d’une brusque et forte dénatalité et que beaucoup de femmes, après des années d’anticonceptionnels chimiques, ne réussissent pas à concevoir un enfant, nous nous rendons compte que l’Eglise avait raison, que Paul VI avait été prophétique en proposant une régulation naturelle des naissances qui aurait sauvé la santé des femmes, la relation de couple et le caractère naturel de la procréation.

    Aujourd’hui, où les jeunes femmes passionnées d’écologie se tournent vers des méthodes naturelles de régulation de la fertilité, sans même connaître l’existence d’ »Humanae vitae », aujourd’hui, où les gouvernements cherchent à réaliser des politiques qui favorisent la natalité, nous devons relire l’encyclique avec d’autres yeux. Et au lieu de la voir comme la grande défaite de l’Eglise face à la modernité diffuse, nous pouvons en revendiquer la lucidité prophétique quand elle a saisi les dangers contenues dans ces changements et nous féliciter, nous catholiques, qu’une fois encore l’Eglise n’est pas tombée dans le piège alléchant des utopies du XXe siècle, mais qu’elle a su en saisir immédiatement les limites et les dangers.

    Mais peu de personnes y réussissent: pour beaucoup, il est encore difficile de se détacher de la vieille opposition entre progressistes et conservateurs, au sein de laquelle l’encyclique a été mise en pièces, sans en saisir l’esprit critique et la force innovatrice. Encore maintenant, personne ne semble se rappeler que, pour la première fois, un Pape a accepté la régulation des naissances et a invité les médecins à rechercher des méthodes naturelles et efficaces.

    Il est donc très important de réussir à regarder « Humanae vitae » avec des yeux nouveaux, des yeux d’êtres humains qui vivent au XXIe siècle, désormais conscients de l’échec de tant d’utopies et de tant de théories économiques qui avaient été proposées comme infaillibles.

    Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons affronter les problèmes actuels de la famille, le nouveau rôle des femmes et les rapports difficiles entre éthique et science, dont les racines se trouvent — même si par certains aspects de manière inconsciente — dans ce texte du lointain 1968.

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

  • Theodore McCarrick n’est plus cardinal

    IMPRIMER

    Lu sur le site « Riposte Catholique » :

    Le pape a accepté aujourd’hui, samedi 28 juillet, la renonciation à la dignité cardinalice que l’ancien – on n’ose écrire “émérite” – archevêque de Washington D.C. lui avait fait parvenir hier. Face aux inconduites sexuelles du personnage, dénoncées par ses victimes et connues depuis de longues années de hauts prélats, à Rome comme aux États-Unis, et qui les ont tues, devenues publiques voici peu, une telle issue était inévitable. La dernière mesure de cette nature fut prise en mars 2015 envers le cardinal britannique Keith O’Brien, pour le même type d’inconduite, décédé en mars dernier. McCarrick qui fut un prélat de premier plan aux États-Unis et qui, trop âgé pour participer au dernier conclave, eut toutefois une grande influence auprès de ses pairs pour promouvoir l’élection du pape François, a, de plus, été frappé par ce dernier d’une peine de suspens a divinis et invité à observer une vie de prière et de pénitence dans une maison qui lui sera ultérieurement désignée, en attendant le verdict du procès canonique qui est ouvert contre lui.

    Ref. Théodore McCarrick n’est plus cardinal

    JPSC

    https://fr.zenit.org/articles/etats-unis-mgr-theodore-mccarrick-nest-plus-cardinal/

  • Le pape n'a pas d'autre choix que de faire le ménage

    IMPRIMER

    De Robert Royal sur le site "The Catholic Thing" (notre traduction) :

    Des futilités alors que l'Amérique - et Rome - sont en feu

    Le célèbre philosophe politique Leo Strauss aurait dit que les théoriciens politiques modernes sont pires que l'ancien empereur romain Néron. Parce que contrairement au vieil adage, ils ne savent ni qu'ils jouent de la harpe ni que Rome brûle.

    Les évêques américains ont tenu leur réunion annuelle de juin à Fort Lauderdale il y a quelques semaines et, à sur la foi des rapports, ils ont passé leur temps ensemble à discuter des politiques actuelles et des changements à apporter à la ligne électorale pour les élections de mi-mandat.

    À Rome, la semaine dernière, le p. Antonio Spadaro SJ, rédacteur en chef de la publication semi-officielle du Vatican, La Civiltà Cattolica, avec Marcelo Figueroa, un presbytérien choisi par le pape François comme rédacteur en chef de l'édition argentine de L'Osservatore Romano, ont publié un autre long article sur un phénomène religieux américain : "L'évangile de la prospérité: dangereux et différent."

    Contrairement à leurs efforts antérieurs, qui soutenaient que la collaboration entre les conservateurs évangéliques et les catholiques était un «œcuménisme de la haine», cet article attira peu l'attention. Ce qui n'est pas une surprise.

    Bien que les colporteurs de l'évangile de la prospérité aient des liens avec le président Trump - qui semble être la véritable cible de l'essai - peu de gens connaissant la religion aux États-Unis considéreraient cette fraction de groupes confessionnels comme particulièrement importante. En fait, parmi la plupart des personnes religieuses, à la fois de gauche et de droite, elle est considérée comme une sorte de secte chrétienne excentrique.

    Pendant ce temps, une menace internationale pour l'Église apparaît, simultanément dans plusieurs pays : une crise de confiance dans la direction catholique et dans l'Église elle-même qui pourrait rendre futiles ces autres préoccupations, qui sont plutôt périphériques pour la vie et la mission de l'Église.

    En Amérique, de nombreuses personnes ont été choquées par les révélations selon lesquelles le Cardinal Theodore McCarrick, l'un des plus importants prélats catholiques américains au cours des deux dernières décennies et figure emblématique de l'Église après la crise des abus sacerdotaux en 2002, était lui-même un abuseur.

    Au début, des rumeurs ont émergé au sujet de ses relations avec des hommes adultes, dont deux ont reçu des dédommagements financiers des diocèses de Metuchen et de Newark, où McCarrick avait servi en tant qu'évêque et archevêque. Ces histoires ont confirmé ce qui avait été largement répandu depuis de nombreuses années, à savoir que «l'oncle Ted» avait pris l'habitude de faire pression sur les séminaristes et sur d'autres dans des circonstances sexuelles.

    Mais à présent, un homme s'est présenté rapportant des histoires d'abus par McCarrick qui ont commencé quand il avait onze ans. Et sans doute il y a beaucoup d'autres faits explosifs à venir, à en juger par ce que nous savons déjà.

    Cela a conduit à d'autres révélations par d'autres qui ont été abusés par des prêtres et des évêques, certains de manière choquante, et le fait écœurant est que pratiquement personne en position d'autorité n'a pris des mesures, en particulier lorsque des évêques étaient impliqués. Si l'on peut digérer les détails, qui sont parfois carrément blasphématoires et littéralement diaboliques, on peut avoir une idée de la nature du problème ici, ici, ici et particulièrement ici.
    *
    Il n'est pas surprenant qu'une vague d'indignation se développe en Amérique à l'heure actuelle, même parmi les fidèles catholiques. A en juger selon beaucoup de personnes avec qui je suis en contact de façon régulière et qui connaissent très bien ces choses, nous pourrions bien être juste au début d'une autre vague d'introspection dans l'Église, cette fois-ci pas tellement au sujet des plaintes au sujet des prêtres, mais au sujet des évêques qui auraient dû faire quelque chose au sujet d'autres évêques et de personnes en position d'autorité.

    Nous avons vu comment une mauvaise gestion de charges similaires par le passé au Chili a entaché le voyage du pape dans ce pays plus récemment cette année. Deux cardinaux chiliens, dont l'un fait partie du C9 du pape, triés sur le volet, sont impliqués dans les dissimulations et peut-être dans la désinformation dont François a fait l'objet. Pas plus tard qu'hier, les autorités chiliennes ont annoncé qu'elles enquêtaient sur 158 membres de l'Église soupçonnés d'être des agresseurs ou d'avoir dissimulé des abus.

    Un autre conseiller supérieur du pape, le cardinal Oscar Rodriquez Maradiaga du Honduras, a été accusé de corruption financière. Mais ce qui est peut-être encore plus grave, c'est que son subalterne, Mgr Juan José Pineda Fasquelle, qui dirige l'archidiocèse pendant les longues absences de Maradiaga, a dû démissionner après des révélations de multiples cas d'abus sexuels de séminaristes, similaires à ceux de McCarrick.

    Mais l'affaire McCarrick est inhabituelle dans la mesure où nous avons un cardinal en exercice qui est maintenant jugé par les autorités compétentes pour avoir commis des infractions pendant de nombreuses années et qui reste cardinal. Le pape François doit faire quelque chose à ce sujet - et à propos de ceux qui ont couvert McCarrick.

    Parce que malgré les dénégations, de nombreux évêques américains ont reçu des plaintes à propos de McCarrick et n'ont rien fait à leur sujet. Rome elle-même avait dû être informée des versements pour des abus antérieurs (nous savons qu'une délégation laïque s'est rendue à Rome pour essayer d'arrêter la nomination de McCarrick à Washington précisément à cause de ses penchants sexuels connus).

    Même le Washington Post, auparavant indifférent aux rumeurs sur McCarrick, a observé: «Beaucoup d'observateurs de l'Eglise pensent que c'est un moment de rupture pour François en raison de la stature de McCarrick et du fait que les crises d'abus sexuels cléricales catholiques explosent au Chili et au Honduras. "

    Notre ami Phil Lawler a écrit un essai essentiel, qui a paru hier sur le site Internet First Things. Selon lui, il est important de savoir comment McCarrick a pu abuser des enfants et des adultes pendant longtemps, mais c'est une question importante pour protéger les futures victimes, mais:

    "C'est moins critique que la question de savoir comment son ascension dans les rangs ecclésiastiques s'est poursuivie, même si des rumeurs sur ses activités homosexuelles ont circulé autour de lui. Pourquoi McCarrick a-t-il été nommé archevêque de Washington et a reçu un chapeau rouge de cardinal? Pourquoi a-t-il été autorisé à promouvoir ses protégés, à remplir des missions diplomatiques spéciales pour le Vatican, à influencer la sélection des évêques et même d'un pontife romain, après que ses ébats de plage soient devenus une affaire de notoriété publique?"

    Découvrir comment cela a été possible va nécessiter un douloureux auto-examen, ici et à Rome même. Mais l'alternative est de continuer les affaires comme d'habitude. Et cette entreprise est maintenant en danger de faillite.

    A lire également : Un cardinal chilien accusé d'avoir dissimulé un scandale de pédophilie

  • En la fête des saints Anne et Joachim, prier pour les grands-parents

    IMPRIMER

    « Prière pour les grands-parents » de Benoît XVI

    Voici une Prière pour les grands-parents « Seigneur Jésus, aide les familles et la société à apprécier la présence et le rôle des grands-parents » du Pape Benoît XVI en 2006.

    La Prière de Benoît XVI « Seigneur Jésus, aide les familles et la société à apprécier la présence et le rôle des grands-parents » : 

    « Seigneur Jésus, Tu es né de la Vierge Marie, fille des Saints Joachim et Anne. Regarde les grands-parents du monde entier. Protège-les !

    Ils sont une source d'enrichissement pour les familles, pour l’Eglise et pour toute la société. Soutiens-les !

    Tandis qu’ils vieillissent, puissent-ils continuer à être pour leurs familles de solides piliers de la Foi évangélique, des gardiens des nobles idéaux familiaux, des trésors vivants de profondes traditions religieuses.

    Fais d'eux des maîtres de sagesse et de courage, afin qu’ils puissent transmettre aux générations futures les fruits de leur mûre expérience humaine et spirituelle.

    Seigneur Jésus, aide les familles et la société à apprécier la présence et le rôle des grands-parents. Qu’ils ne soient jamais ignorés ou exclus mais rencontrent toujours respect et amour.

    Aide-les à vivre sereinement et à se sentir accueillis durant toutes les années de vie que Tu leur accordes.

    Marie, Mère de tous les vivants, garde les grands-parents constamment sous Ta garde, accompagne-les dans leur pèlerinage terrestre, et par Ta prière, accorde à toutes les familles d’être un jour réunies dans la Demeure du Ciel, où Tu attends toute l’humanité pour la grande étreinte de la Vie sans fin.

    Amen. » 

    Benoît XVI

  • Anne et Joachim (26 juillet)

    IMPRIMER

    Life of Joachim & Anne Giotto.jpg

    Vie de Anne et Joachim par Giotto

    "Puisque la Vierge Mère de Dieu devait naître de sainte Anne, la nature n'a pas osé anticiper sur la grâce : la nature demeura stérile jusqu'à ce que la grâce eût porté son fruit. Il fallait qu'elle naisse la première, celle qui devait enfanter le premier-né antérieur à toute créature, en qui tout subsiste.

    Joachim et Anne, heureux votre couple ! Toute la création est votre débitrice. C'est par vous, en effet, qu'elle a offert au Créateur le don supérieur à tous les dons, une mère toute sainte, seule digne de celui qui l'a créée. ~

    Réjouis-toi, Anne, la stérile, toi qui n'enfantais pas ; éclate en cris de joie, toi qui n'as pas connu les douleurs. Réjouis-toi, Joachim: par ta fille un enfant nous est né, un fils nous a été donné. On proclame son nom : Messager du grand dessein de Dieu, qui est le salut de tout l'univers, Dieu fort. ~ Oui, cet enfant est Dieu. ~

    Joachim et Anne, heureux votre couple, et parfaitement pur ! On vous a reconnus grâce à votre fruit, selon cette parole du Seigneur : Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Vous avez eu une conduite agréable à Dieu et digne de elle que vous avez engendrée. À cause de votre vie chaste et sainte, vous avez produit le joyau de la virginité, celle qui devait être vierge avant l'enfantement, vierge en mettant au monde, vierge après la naissance ; la seule toujours Vierge d'esprit, d'âme et de corps. ~

    Joachim et Anne, couple très chaste ! ~ En observant la chasteté, cette loi de la nature, vous avez mérité ce qui dépasse la nature : vous avez engendré pour le monde celle qui sera, sans connaître d'époux, la Mère de Dieu. En menant une vie pieuse et sainte dans la nature humaine, vous avez engendré une fille supérieure aux anges, qui est maintenant la Souveraine des anges. Enfant très gracieuse et très douce ! ~ Fille d'Adam et Mère de Dieu ! Heureux ton père et ta mère ! Heureux les bras qui t'ont portée ! Heureuses les lèvres qui, seules, ont reçu tes chastes baisers pour que tu demeures toujours parfaitement vierge. ~ Acclamez Dieu, terre entière, sonnez, dansez, jouez. Élevez la voix, élevez-la, ne craignez pas."

    HOMÉLIE DE S. JEAN DE DAMAS POUR LA NATIVITÉ DE LA VIERGE MARIE (AELF)

  • « Dans Humanae vitae, Paul VI a dit la vérité sur l’amour et la contraception »

    IMPRIMER

    De Samuel Pruvot dans l’hebdomadaire « Famille chrétienne » :

    Humanae vitae 1230167386.jpg« Le 25 juillet 1968, Paul VI publiait l’encyclique Humanae Vitae quitte à essuyer l’incompréhension. Un texte qui se révèle plus que jamais prophétique aujourd’hui. Le frère Francesco revient sur la session consacrée par l’abbaye de Kergonan les 4 et 5 août prochains (voir le lien en rouge ci-dessous)

    L'abbaye de Kergonan organise une session à l'occasion des 50 ans de Humanae vitae. Pourquoi cette encyclique a-t-elle été aussi mal comprise par les catholiques à l'époque ?

    Certains, il s’agit de le rappeler, ont reçu cette encyclique avec gratitude et l’ont transmise à leurs enfants comme un trésor. Beaucoup en effet, laïcs ou clercs, ont été désarçonnés. Dans les difficultés inhérentes à la vie de famille et propre à la modernité, ils ont pensé trouver dans les moyens de contraception une solution confortable, pour une aspiration au plaisir. Depuis le péché originel, on court après une harmonie perdue. Le rappel de la vérité interne de l’acte conjugal et de son lien avec la transmission de la vie a semblé rude. Paul VI exprimait par la non-dissociation entre union et procréation, la sollicitude de l’Église pour ses enfants. Il a prédit des désordres qu’aujourd’hui nous voyons. Avec 50 ans de recul, on peut dire que la contraception, généralisée, ne rend pas les couples plus solides, les familles plus soudées, l’accueil de l’enfant plus généreux et plus aimant, le rapport à la Création plus respectueux... au contraire ! On confond désir et amour, on attrape à la place de recevoir, on perd le sens de la féminité comme de la masculinité.

    50 ans après sa publication, la présence du cardinal Sarah à Kergonan est-elle le signe que les nouvelles générations sont plus réceptives à cette sainteté qui passe notamment par la chasteté ?

    Les jeunes générations savent que la contraception ne résout pas les problèmes relationnels. Le perfectionnisme parental face à l’enfant, qui doit être parfait et doit tout avoir, finit par être un poids pour les jeunes parents. On semble leur dire : « Vous avez voulu un enfant, vous vous débrouillez ». Les hommes politiques ne leur disent plus merci de la part de la société, les clercs oublient quelquefois de le dire de la part de l’Église. Les jeunes aspirent pourtant toujours à la vérité et à l’harmonie, ils peuvent se rendre compte qu’on a menti à leurs parents. Paul VI non. Paul VI, et ses successeurs leur ont dit la vérité.

     Dans votre programme vous faites largement appel aux témoignages des couples. En quoi est-ce si important ?

    Parce que cette vérité contenue dans Humanae vitae se reçoit d’abord par l’exemple. Cela aussi Paul VI l’a dit de façon prophétique et providentielle . C’est aux foyers qui ont reçu, qui ont découvert ce message d’amour qu’il revient d’être « guides et apôtres » d’autres foyers. Ils doivent trouver dans le cœur et les paroles du prêtre l’écho de la voix du Rédempteur, la compréhension de leur ministère d’époux. Le prêtre, le moine aussi ont besoin de ces témoignages de couples. Comme les couples ont besoin du pape, du préfet de la congrégation pour le culte divin, des évêques et des prêtres pour avoir ensuite la force de rendre visibles à tous les hommes la douceur d’Humanae vitae. »

    Ref. « Dans Humanae vitae, Paul VI a dit la vérité sur l’amour et la contraception »

    Toutes les infos sur cet événement sur le site https://kergonanhumanaevitae.fr/

    JPSC

     

  • Italie : l'obole du citoyen à l'Eglise a connu des hauts et des bas avec les trois derniers papes

    IMPRIMER

    De Sandro Magister, vaticaniste à l'Espresso, en traduction sur diakonos.be :

    L’obole du citoyen à l’Église. Des hauts et des bas avec les trois derniers papes

    Chaque année, l’État italien consacre 8 pour mille de son propre revenu fiscal aux confessions religieuses qui ont établi une convention pour pouvoir en bénéficier.

    Parmi celles-ci, l’Église catholique se taille la part du lion. L’État italien lui consacre environ un milliard d’euros par an.  C’est beaucoup mais il faut garder à l’esprit qu’en Allemagne, l’Église catholique, qui est moitié plus petite que l’Église italienne, reçoit de l’État chaque année cinq fois plus, grâce au « Kirchensteuer », la taxe sur les affiliations religieuses en vigueur dans ce pays.

    En Italie en revanche, la répartition du montant du 8 pour mille entre les différentes dénominations religieuses est décidé chaque année par les contribuables qui sont libres d’indiquer ou pas, par une signature, à qui ils souhaitent que leur contribution soit versée. Et, depuis 1985, date à laquelle ce mécanisme a été introduit, jusqu’à aujourd’hui, les signatures en faveur de l’Église catholique constituent une écrasante majorité qui en 2005, année record, ont presque atteint les 90% des signataires, 89,82% pour être exact.

    Or 2005, c’était la dernière année du Pape Jean-Paul II. Et plusieurs commentateurs avaient alors associé le pic atteint par le 8 pour mille à sa popularité.

    Tout comme en 2013, la dernière année de Benoît XVI, il fut facile d’attribuer à l’impopularité de cet autre pape la chute à 80,91% des signatures en faveur de l’Église catholique.

    Mais aujourd’hui, après cinq année de pontificat du Jorge Mario Bergoglio, à nouveau très populaire, où les choses en sont-elles ?

    Après une timide remontée à 81,23% des signatures en 2014, la suite n’a été qu’une longue descente :

    • 81,09% en 2015 ;
    • 79,94% en 2016 ;
    • 79,36% en 2017, dernières données disponibles et record négatif historique du 8 pour mille.

    Mais attention. Si au lieu des pourcentages on analyse les chiffres absolus, c’est-à-dire le nombre de signatures en faveur de l’Église catholique, c’est une toute autre histoire.

    On découvre, par exemple, que le record absolu du nombre de signature a été atteint non pas pendant le pontificat de Jean-Paul II mais pendant celui de Benoît XVI, c’était en 2011, avec 15.604.034 signatures.

    Et cela ne s’arrête pas là. En tout, pendant les six dernières années du pontificat de Benoît XVI, les signatures en faveur de l’Église catholique ont dépassé les 15 millions, ce qui n’était jamais arrivé au cours du pontificat de Jean-Paul II.

    Pareil au cours des deux premières années de François. Ensuite, on a par contre assisté à une chute nette et continue 

    • 14.437.694 en 2015 ;
    • 13.944.967 en 2016 ;
    • 13.762.498 en 2017.

    Il serait hasardeux de déduire de ces chiffres le succès ou non d’un pontificat. Il n’est pas davantage évident de lier ces données à la progression générale de la sécularisation dans un pays étiqueté « catholique » comme l’Italie.

    Par contre, les faveurs recueillies par les Églises méthodistes et vaudoises, qui occupent la seconde place parmi les différentes dénominations religieuses dans la répartition du 8 pour mille, sont singulières avec un nombre de signatures douze fois supérieur à leur présence réelle dans le pays :

    • 469.071 en 2015 ;
    • 523.504 en 2016 ;
    • 515.829 en 2017.

    Les signatures en faveur de l’Union bouddhiste italienne sont également en croissance continue ces dernières années :

    • 125.786 en 2015 ;
    • 173.023 en 2016 ;
    • 164.934 en 2017, auxquelles il faut ajouter les 52.777 signatures pour les bouddhistes Soka Gakkai, qui ont eux aussi fait leur entrée dans la répartition.

    Les contributeurs peuvent également signer pour qu’une partie du 8 pour mille revienne à l’État italien. Et ces signatures sont depuis quelques années elles aussi en légère augmentation :

    • 2.493.431 en 2015, soit 15,03% des signatures ;
    • 2.535.404 en 2016, soit 14,54% ;
    • 2.576.882 en 2017, soit 14,86%.

    On retrouvera les données détaillées du mécanisme du 8 pour mille en Italie sur cette page web du Département des Finances du Ministère de l’économie :

    > Analisi statistiche 8 per mille, serie storiche

    Quant à la provenance du 8 pour mille pour l’Église catholique et à sa destination, il y a le site « ad hoc » de la Conférence épiscopale italienne, riche de détails et des comptes rendus constamment mis à jour :

    > 8 per mille. Chiesa cattolica

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.