Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pour libérer l'Église du marais fétide dans lequel elle s'enfonce

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    « Pour libérer l'Église du marais fétide dans lequel elle s'enfonce »

    « Pour libérer l'Église du marais fétide dans lequel elle s'enfonce »

    Le cardinal nord-américain Theodore McCarrick, l'homme du scandale

    L'Homme Nouveau et InfoVaticana publient le témoignage, documenté et signé, de Mgr Carlo Maria Viganò, nonce apostolique et archevêque titulaire d'Ulpiana, sur les protections curiales dont a bénéficié le cardinal nord-américain Theodore McCarrick, prédateur (homo)sexuel ayant démissionné du collège cardinalice fin juin. Ces révélations éclairent d'une lumière crue la puissance du lobby homosexuel au sein de la Curie romaine. Elles posent également des questions douloureuses pour un catholique sur ce qui semble être un manque de réaction du Souverain Pontife en la matière alors que selon les propos de Mgr Viganò, nonce aux États-Unis de 2011 à 2016, celui-ci aurait informé le Pape dès le 23 juin 2013 des charges existant contre l'ancien archevêque de Newark et de Washington. Mgr Viganò révèle aussi que Benoît XVI avait déjà pris les sanctions qui s'imposaient contre le cardinal McCarrick avant que celui-ci ne se transforme, sous le pontificat du pape François, en faiseur d'archevêques et de cardinaux outre-Atlantique. Que se passe-t-il dans notre Eglise ? Pourquoi ce silence et ce scandale ? Notre coeur saigne, notre inquiétude est vive. Devant un tel scandale, il est impossible de rester dans le silence. Ce document terrible exige une réponse à la hauteur de l'enjeu. Mais, avec saint Ambroise, nous nous souvenons aussi que l'Eglise est “immaculata ex maculatis ", immaculée mais constituée d'hommes tachés par le péché. Comme le demande Mgr Viganò à la fin de son témoignage terrible, nous prions pour l'Eglise, le pape, les cardinaux et les évêques. Nous prions pour notre propre conversion. Coeur Sacré de Jésus, ayez pitié de nous !

    Lire ici l'article de Gabriel Ariza Rossi, directeur d'InfoVaticana (espagnol)

    Lire ici le texte original de la note de Mgr Viganò (italien) traduit en français ICI

    Lire l'adresse de l'ancien moine Richard Sipe au Pape Benoît XVI sur la crise des abus sexuels aux États-Unis et qui met directement en cause le cardinal McCarrick dès avril 2008 (anglais)

    Lire ici l’article de Marco Tosatti sur La Verità (italien)

    Lire ici l’article d’Edward Pentin sur le National Catholic Register (anglais) et en français sur belgicatho

    ***

    Morceaux choisis de la note de Mgr Viganò, datée du 22 août 2018, en la fête de la Bienheureuse Vierge Marie Reine

    Pour redonner la beauté de la sainteté au visage de l'Épouse du Christ, terriblement enlaidi par tant de crimes abominables, et si l'on veut vraiment libérer l'Église du marais fétide où elle s'enfonce, nous devons avoir le courage de briser la culture du secret et de confesser publiquement les vérités que nous avons tenues cachées. Il faut briser l'omerta par laquelle les évêques et les prêtres se sont protégés au détriment de leurs fidèles, une omerta susceptible de faire apparaître l'Église aux yeux du monde comme une secte, une omerta pas si différente de celle qui prévaut dans la mafia. « Tout ce que vous avez dit dans l'obscurité […] sera publié sur les toits. » (Lc 12, 3)

    Lire la suite

  • Scandales sexuels : le pape François doit-il démissionner ?

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register (traduction par nos soins à l'aide de http://translate.google.be) :

    L'ancien nonce a déclaré que le pape François était au courant des rapports concernant McCarrick à propos des abus et qu'il n'a pas agi

    L’ancien nonce apostolique a affirmé que le pape François était au courant des sanctions imposées à McCarrick par le pape Benoît XVI mais a choisi de les abroger.

    25 août 2018 Catholic News Agency

    Par Edward Pentin / National Catholic Register

    Dans un document de 11 pages, un ancien nonce apostolique aux États-Unis a accusé plusieurs prélats de complicité dans la dissimulation d'allégations concernant des abus sexuels du fait de l'archevêque Theodore McCarrick et a affirmé que le pape François était au courant des sanctions imposées au cardinal McCarrick par le pape Benoît XVI mais qu'il a choisi de les abroger.

    L'archevêque Carlo Maria Viganò, 77 ans, qui a été nonce apostolique à Washington DC de 2011 à 2016, a écrit qu'à la fin des années 2000, Benoît XV avait "imposé au cardinal McCarrick des sanctions similaires à celles que lui impose à présent le pape François" et qu'il s'était entretenu de ces sanctions avec le pape François en 2013.

    L'archevêque Viganò a déclaré dans sa déclaration écrite que le pape François "avait continué à couvrir" McCarrick et que, non seulement "il n'avait pas tenu compte des sanctions que le pape Benoît lui avait infligées", mais qu'il avait également fait de McCarrick "son conseiller". L'ancien archevêque de Washington a conseillé au pape de nommer plusieurs évêques aux États-Unis, dont les cardinaux Blase Cupich de Chicago et Joseph Tobin de Newark.

    L'archevêque Viganò, qui a déclaré que sa "conviction" est que "la corruption a atteint le sommet de la hiérarchie de l'Eglise", a conclu son témoignage en invitant le pape François et tous ceux impliqués dans la dissimulation des abus commis par l'archevêque McCarrick de démissionner.

    Le 20 juin, le secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, sur ordre du pape François, a interdit l’ancien cardinal McCarrick de tout ministère public après une enquête dans l’archidiocèse de New York. "Le même jour, le public a appris que l'archidiocèse de Newark et le diocèse de Metuchen, dans le New Jersey, avaient reçu trois accusations d'inconduite sexuelle impliquant des adultes contre McCarrick. Depuis lors, des rapports de presse sur des victimes de violences, des décennies durant, ont porté sur un adolescent, trois jeunes prêtres ou séminaristes et un homme d'une soixantaine d'années qui affirme que McCarrick l'a agressé dès l'âge de 11 ans. Le pape a ensuite accepté le retrait de McCarrick du Collège des cardinaux.

    Viganò écrit que Benoît XVI, beaucoup plus tôt, avait imposé des sanctions à McCarrick "similaires" à celles prononcées par le cardinal Parolin. "Le cardinal devait quitter le séminaire où il vivait", a-t-il déclaré, "il lui était également interdit de célébrer la messe en public, de participer à des réunions publiques, de faire des conférences, de voyager, et il lui était imposé de mener une vie de prière et de pénitence." Viganò ne mentionne pas la date exacte mais se souvient que la sanction avait été appliquée en 2009 ou 2010.

    Lire la suite

  • Voulez-vous partir, vous aussi ? (21e dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Vingt-et-unième dimanche du temps ordinaire

    Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6,60-69.
    Jésus avait dit dans la synagogue de Capharnaüm : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle. » Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, s'écrièrent : « Ce qu'il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l'écouter ! »
    Jésus connaissait par lui-même ces récriminations des disciples. Il leur dit : « Cela vous heurte ? 
    Et quand vous verrez le Fils de l'homme monter là où il était auparavant ?. . . 
    C'est l'esprit qui fait vivre, la chair n'est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. 
    Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas, et celui qui le livrerait. 
    Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. » 
    A partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s'en allèrent et cessèrent de marcher avec lui. 
    Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » 
    Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. 
    Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu. »

    Le texte de l’homélie qui suit trouve sa source ici : carmel.asso.fr

    Il fait référence à la première lecture, tirée du Livre de Josué, et à la deuxième (lettre de Saint Paul aux Ephésiens). Voir : levangileauquotidien

    Lire la suite

  • Rome ne compte pas publier un document sur les abus sexuels

    IMPRIMER

    De Nicolas Senèze sur le site du journal La Croix :

    Le Vatican dément la publication d’un document sur les abus sexuels

    Dans un long article inspiré par l’entourage du pape, le site Vatican Insider dément l’information de la publication prochaine d’un nouveau document normatif sur la question des abus sexuels, soulignant que, pour François, sa « Lettre au Peuple de Dieu » est « exhaustive ».

    Citant des « sources vaticanes autorisées », le site Internet Vatican Insider a démenti l’information d’Il Sismografo annonçant que le Saint-Siège préparait, après la « Lettre au peuple de Dieu » publiée lundi 20 août par le pape François, un nouveau document normatif sur la question des abus sexuels.

    « Le pape considère que sa lettre est exhaustive et rappelle que l’Église est déjà dotée des instruments normatifs et des règles nécessaires pour combattre ceux qui commettent les crimes d’abus sur mineurs ainsi que pour responsabiliser les supérieurs qui, par négligence ou autre motif, n’agissent pas de façon adéquate », souligne le vaticaniste Andrea Tornielli.

    Dans un long article exprimant clairement les vues de l’entourage du pape, le journaliste italien estime que la lettre publiée le 20 août par François « contient des indications précises et concrètes ».
    Il rappelle que François y affirme que, pour l’Église, les blessures des victimes « ne sont jamais prescrites » et qu’il demande qu’on affronte le problème « de manière globale et communautaire ».

    « François demande de mettre fin à la culture de l’omerta impliquant tout le Peuple de Dieu », ajoute-t-il, mettant ainsi en cause autant les réactions de défense de fidèles qui défendent les prêtres accusés que le cléricalisme.

    « Générer la dynamique nécessaire à une transformation saine et efficace »

    « Il y a des indications concrètes et il faudra voir comment les conférences épiscopales, dans les prochaines semaines, prendront au sérieux la lettre papale », écrit Andrea Tornielli.

    L’entourage du pape donne toutefois l’impression d’écarter ainsi les critiques des associations de victimes qui reprochent au pape de laisser trop de latitudes aux conférences épiscopales, dont elles pointent les manquements répétés sur la question, et demandent une recentralisation de la gestion des abus sexuels par le Vatican.

    Lire la suite

  • Un rapport délirant à l'animal

    IMPRIMER

    D'Alice Develey sur le site du Figaro :

    Martin Steffens: «On a un rapport délirant à l'animal»

    INTERVIEW - Notre rapport à l'animal a changé. Certains, nommés «antispécistes», considèrent qu'il est l'égal de l'homme. À l'occasion de la journée mondiale pour la fin du spécisme, le philosophe Martin Steffens analyse ce courant de pensée très militant.

    «Tous les animaux sont égaux.» C'est le commandement numéro 7 dans La Ferme des animaux de George Orwell. Poules, vaches, cochons, moutons ont le droit au même traitement. Ils ne sont plus différents. Ou presque... Certains ont des besoins particuliers. Alors, comme le lecteur s'y attend trop bien, l'égalité est piétinée aux profits de certains. Le règlement est ainsi modifié: «Tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que d'autres.»

    La citation romanesque éclaire aujourd'hui l'actualité. Certains considèrent l'homme au-dessus de l'animal quand d'autres l'estiment comme son égal. Cette opposition s'inscrit dans deux courants nommés «spécisme» et «antispécisme». À l'occasion de la journée mondiale pour la fin du spécisme, le philosophe Martin Steffens, auteur de Vivre ensemble la fin du monde, (Salvator) revient sur ces concepts qui posent la question de la place de l'animal dans la société.»

    LE FIGARO. - Qu'est-ce qu'une «espèce»?

    Martin STEFFENS. - Le mot «espèce» va de pair, en philosophie, avec le concept de «genre». Le genre désigne un ensemble de réalités qui ont, positivement, un point commun. Tandis que l'espèce désigne, à l'intérieur de ce genre, un sous-groupe qui se distingue des autres par des différences remarquables. Ainsi on parlera de «spécialité italienne» pour parler d'un plat qui se démarque des autres nourritures communément partagées. Ou bien l'on dira d'un original qu'il est un peu «spécial», voire «seul de son espèce».

    Lire la suite

  • Benoît XVI : une réponse chrétienne à la question homosexuelle

    IMPRIMER

    En écho à l’article  « Rencontre mondiale des familles à Dublin : un plaidoyer poignant en faveur des LGBT »publié par Belgicatho, on peut relire utilement cet extrait de « Lumière du monde », un livre d’entretiens de Benoît XVI avec le journaliste et écrivain Peter Seewald publié aux éditions Bayard en 2010 : c’est concis, équilibré et précis (pp. 198-201) :

    "Peter Seewald :

    L’homosexualité pratiquée passe aujourd’hui en Occident pour une forme de vie largement reconnue. Les modernes estiment même que son acceptation est un critère du degré de progrès d’une société. Dans le catéchisme de l’Eglise catholique, dont vous avez assumé la responsabilité en tant que préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, on peut lire : » Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présente des tendances homosexuelles foncières […]. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste. Ces personnes sont appelées à réaliser la volonté de Dieu dans leur vie […].

    Mais dans le même catéchisme, on peut lire aussi : « S’appuyant sur la Sainte Ecriture qui les présente comme des dépravations graves, la Tradition a toujours déclaré les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés ». N’y a-t-il  pas dans cette phrase une certaine contradiction avec le respect pour les homosexuels exprimé dans celle que j’ai d’abord citée ?

    Benoît XVI :  

    Non. Le premier point, c’est qu’il s’agit de personnes humaines avec leurs problèmes et leurs joies, qu’en tant qu’êtres humains ils méritent le respect, même s’ils portent cette tendance en eux, et qu’ils ne doivent pas être rejetés à cause de cela. Le respect de l’être humain est tout à fait fondamental et décisif.

    Mais, dans le même temps, la signification interne de la sexualité n’est pas la même. On pourrait dire, si l’on veut s’exprimer ainsi, que l’évolution a produit la sexualité pour permettre la reproduction de l’espèce. Cela vaut aussi du point de vue de la théologie. Le sens de la sexualité est de guider l’homme et la femme l’un vers l’autre et de donner ainsi à l’humanité une descendance, des enfants, un avenir. Toute autre représentation s’oppose au sens interne de la sexualité. C’est à cela que nous devons nous tenir, même si ça n’est pas dans l’air du temps.

    Il s’agit de la vérité intérieure de ce que signifie la sexualité dans la construction de l’être humain. Si quelqu’un a des tendances homosexuelles profondes –on ignore à ce jour si elles sont vraiment innées ou si elles apparaissent dans la petite enfance- , en tout cas, si ces tendances tiennent cette personne en leur pouvoir, c’est pour elle une grande épreuve, à l’instar des autres épreuves  auxquelles un être humain peut être confronté. Mais cela ne signifie pas que l’homosexualité soit juste pour autant. Elle reste quelque chose qui s’oppose à l’essence même de ce que Dieu a voulu à l’origine.

    Peter Seewald :

    Ce n’est pas un secret : il y a aussi des homosexuels parmi les prêtres et les moines. Tout récemment, à Rome, un scandale autour de passions homosexuelles entre des prêtres a provoqué un grand émoi.

    Benoît XVI :

    L’homosexualité n’est pas conciliable avec la vocation de prêtre. Car dans ce cas, le célibat, comme renoncement, n’a pas de sens non plus. On courrait un grand risque si le célibat devenait en quelque sorte un prétexte pour faire entrer dans la prêtrise des gens qui ne peuvent de toute façon  pas se marier, parce qu’au bout du compte leur situation à l’égard de l’homme et de la femme est d’une certaine manière transformée, perturbée,  et qu’en tout cas elle ne se situe pas dans ce courant de création dont nous avons parlé.

    Il y a quelques années, la Congrégation pour l’éducation catholique a publié un décret affirmant que les candidats homosexuels ne peuvent pas devenir prêtres parce que leur orientation sexuelle les éloigne du véritable rôle de père, du cœur même de la prêtrise. La sélection les candidats à la prêtrise doit donc être très attentive. Il faut y apporter la plus grande attention, pour éviter que s’instaure une confusion de ce type et qu’au bout du compte  le célibat  des prêtres soit pour ainsi dire assimilé à la tendance à l’homosexualité.

    Peter Seewald :

    Il ne fait pourtant aucun doute que dans les monastères, parmi les religieux, il existe une homosexualité qui n’est peut-être pas vécue et donc justement pas pratiquée.

    Benoît XVI :

    Cela aussi fait partie des difficultés de l’Eglise. Et les personnes concernées doivent au moins essayer de ne pas céder à cette tendance activement afin de rester fidèles à la mission inhérente à leur ministère". 

    … La plus grande difficulté étant que désormais tout le sens des mots relevant de la bioéthique - sexe, mariage, paternité, procréation, gestation ou autres- est perverti par une idéologie occidentale qui asservit la science elle-même à l’assouvissement de ses fantasmes déconnectés du réel.

    JPSC

  • Une vaste sapinière homophile dans l’Eglise ?

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso traduit par notre confrère du site diakonos.be :

    lobbygay-236x300.jpg« Homosexuels » et « évêques » : voilà les deux mots-clés du scandale qui secoue aujourd’hui l’Église. Mais malgré cela le Pape François n’a pas mentionné une seule fois un seul de ces deux mots dans sa « lettre au Peuple de Dieu » d’il y a quelques jours, à la veille de son voyage en Irlande pour la rencontre mondiale des familles.

    Jorge Mario Bergoglio a préférer s’en prendre au « cléricalisme ». C’est en effet l’une des causes qui ont contribué aux abus sexuels perpétrés par ceux qui se sentent investis d’un pouvoir supérieurs et qui s’en servent pour asservir la volonté de leur victimes, qu’il s’agisse d’enfants ou – bien plus souvent – de jeunes ou bien d’adolescents à peine majeurs.

    À la suite de scandales similaires, Benoît XVI était allé plus loin dans sa recherche des causes de cette maladie de l’Eglise dans sa lettre aux catholiques irlandais de 2010.

    Il avait identifié deux causes en particulier :

    – la « tendance déterminante, également de la part de prêtres et de religieux, à adopter des façons de penser et à considérer les réalités séculières sans référence suffisante à l’Evangile »

    – et la « tendance, dictée par de justes intentions, mais erronée, une tendance à éviter les approches pénales à l’égard de situations canoniques irrégulières ».

    L’une comme l’autre de ces tendances sont visiblement aujourd’hui encore à l’origine de cette nouvelle vague de scandales. Même si l’on continue à les classer – comme par inertie – sous l’étiquette d’abus sexuels sur mineurs alors qu’il est surtout question de la présence répandue dans le clergé et parmi les évêques d’homosexuels qui violent non seulement l’engagement public à la chasteté qu’ils ont pris à leur ordination mais qui, de plus, auto-justifient leurs actions et se soutiennent entre eux, s’entraidant et se promouvant les uns les autres.

    Le cas de l’ex-cardinal Theodore McCarrick est emblématique à ce point de vue.  La violence sur mineurs ne représente qu’une toute petite partie de son activité sexuelle débridée avec des jeunes du même sexe qui étaient le plus souvent des séminaristes de son diocèse.

    Et ce n’est pas tout. McCarrick était l’un des cardinaux américains les plus en vue à promouvoir la « charte de Dallas » de 2002, c’est-à-dire les lignes directrices rédigées après la première vague d’abus sexuels sur mineurs de la part de prêtres qui avaient comme épicentre l’archidiocèse de Boston.  Mais cela n’a en rien modifié son attitude personnelle envers des jeunes du  même sexe, qui étaient d’ailleurs largement connue et dont les autorités vaticanes avaient été informée, sans que sa carrière n’en souffre le moins du monde.

    Comme il avait l’oreille du Pape François, McCarrick a donc continué jusqu’au bout à exercer son influence sur les nominations de ses protégés qui occupent aujourd’hui des fonctions prestigieuses aux États-Unis et au Vatican : des cardinaux Blaise Cupich et Joseph Tobin, respectivement archevêques de Chicago et de Newark, en passant par le cardinal Kevin Farrell, Préfet du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie et aujourd’hui organisateur de la rencontre mondiale des familles à Dublin.

    Cupich, Tobin et Farrel constituent le fer de lance du renversement des positions que le Pape François a voulu imposer au sein de la hiérarchie des États-Unis. Et tous trois sont de fervents partisans du jésuite James Martin qui milite pour une révision de fond en comble de la doctrine de l’Église catholique sur l’homosexualité et qui a d’ailleurs été invité par Farrell pour prendre la parole à la rencontre de Dublin. (voir ICI)

    Lire la suite

  • Saint Louis, roi de France (25 août)

    IMPRIMER

    Le 25 avril 1214 : la naissance de saint Louis - BELGICATHO
     
    belgicatho.hautetfort.com/.../le-25-avril-1214-la-naissance-de-saint-louis....
     
    25 avr. 2014 - Le « siècle de Saint Louis » , c'était il y a 800 ans sur Herodote.net : ...

    Saint Louis IX, roi de France (25 août) - BELGICATHO 

    belgicatho.hautetfort.com/.../saint-louis-ix-roi-de-france-25-aout-5433643....
    25 août 2014 - Les enseignements de saint Louis (1214-1270) à son fils ( source ) Cher fils, je t'enseigne premièrement que tu aimes Dieu de tout ton...
     
    Saint Louis, roi de France - BELGICATHO
     
    belgicatho.hautetfort.com/archive/2011/.../saint-louis-roi-de-france.html
     
    25 août 2011 - Il y a une quinzaine d'années, Jacques Le Goff a publié une biographie magistrale de saint Louis qui a été saluée par les spécialistes comme ...

  • Pourquoi l’Espagne se déchire-t-elle autour de la dépouille de Franco ?

    IMPRIMER

    A Madrid, le gouvernement minoritaire de Pedro Sanchez a présenté vendredi un décret en vue de retirer les restes du général Franco du mausolée où il a été inhumé en 1975 aux côtés des corps de victimes des deux camps de la guerre civile espagnole : la paix des cimetières…

    La droite espagnole s'oppose à l'opération idéologique socialiste d’exhumation de la dépouille du Caudillo, en débat depuis de nombreuses années. Retour sur l'importance de cette initiative en six questions. De Blandin Le Cain dans le « Figaro »

    Franco XVM2298f1c4-a77a-11e8-8783-1d0c50667def-805x453.jpgLe gouvernement socialiste espagnol a approuvé vendredi 24 août un décret concernant son projet d'exhumer la dépouille de Francisco Franco du mausolée où elle se trouve. Ce texte initie de façon concrète le processus de transfert des restes du dictateur vers un autre lieu, soumis toutefois à un vote favorable des députés dans les semaines à venir. S'il est validé par les parlementaires, ce projet, annoncé par le premier ministre Pedro Sanchez dès son arrivée au pouvoir en juin dernier, viendrait clore des années de débat autour de cette sépulture et du lieu où elle se trouve, sur fond de tiraillements toujours vifs en Espagne entre partisans et opposants du franquisme. En six questions, nous revenons dans cet article sur l'importance de cette initiative.

    » LIRE AUSSI - Espagne: Pedro Sanchez veut retirer Franco de son mausolée

    • Que prévoit ce projet?

    Le chef du gouvernement entend faire retirer les restes de l'ancien dirigeant espagnol - de 1939 à sa mort en 1975 - du mausolée où il a été inhumé trois jours après son décès. Le lieu, connu sous le nom de Valle de Los Caidos («vallée de ceux qui sont tombés»), est situé à 50 kilomètres au nord de Madrid. Il s'agit d'un ensemble gigantesque commémorant la guerre civile survenue entre 1936 et 1939 entre républicains et les nationalistes menés par Franco, événement qui a permis son arrivée au pouvoir.

    L'ancien chef de l'État espagnol avait imaginé lui-même cet ensemble architectural surplombé d'une croix de 150 mètres de haut, 35 ans avant sa mort, en souvenir de sa victoire dans la guerre civile, rappelle El País . Lorsqu'il l'avait inauguré le 1er avril 1959, Franco l'avait présenté comme un lieu de «réconciliation» entre les deux camps opposés lors de la guerre civile.

    La dépouille de Franco pourrait être transférée dans le caveau familial du cimetière du Pardo, près de Madrid, précise l'AFP. La famille dispose de deux semaines pour indiquer le lieu qu'elle choisit. En l'absence de décision des proches, le choix reviendra au gouvernement. Le transfert avait initialement été annoncé pour juillet, avant d'être repoussé. Le gouvernement a opté pour un passage par décret, plus rapide, plutôt que par un texte de loi qui n'aurait pu être adopté avant un délai d'un an.

    Lire la suite

  • Le pape François réussira-t-il à redresser la barque de saint Pierre ce week-end en mer d’ Irlande ?

    IMPRIMER

    Face à une opinion catholique désorientée par les révélations sans fin de scandales sexuels dans le clergé (une première « lettre au peuple de Dieu » n’a pas calmé les esprits), on attend le pasteur suprême (et sa garde cardinalice rapprochée) sur deux points : la sortie, dès ce week-end, d’un document normatif et juridique (un de plus?) pour renforcer la lutte contre les prêtres « pédophiles » et leurs complices épiscopaux mais aussi un discours s’adressant aux autorités irlandaises après la libéralisation de l’avortement dans une atmosphère d’apostasie nationale, sans oublier un moment de populisme bergoglien au Croke Park Stadium de Dublin. Cela suffira-t-il ? De Jean-Marie Guénois dans le « Figaro » :

     « Le voyage du Pape en Irlande, samedi 25 et dimanche 26 août, sera-t-il dominé par le contexte de crise internationale liée aux prêtres pédophiles? La publication par François d'une grave «Lettre au peuple de Dieu» à ce sujet le 20 août, a survolté ce débat. Et la sortie, attendue dans la foulée de ce week-end irlandais, d'un document complémentaire du Vatican - normatif et juridique pour renforcer la lutte contre les prêtres pédophiles et contre certains évêques que le Pape accuse de «complicités» vis-à-vis de ces «atrocités» - renforcera cette thématique.

    D'autant que l'Irlande, 5 millions d'habitants et catholique à 76 %, a perdu la moitié de ses pratiquants en trente ans! À la suite, précisément, des affaires de prêtres pédophiles. Le scandale y a éclaté en même temps qu'aux États-Unis. Le Vatican a d'ailleurs confirmé que le Pape rencontrera des victimes de prêtres pédophiles lors de cette 24e visite hors d'Italie depuis son élection en 2013. Enfin, plusieurs archevêques américains de poids, Wuerl à Washington et O'Malley à Boston, ont décliné l'invitation irlandaise la semaine dernière, sur fond de crise pédophile rouverte aux États-Unis.

    L'objet de ce voyage, dont la décision, tardive, a été mûrement réfléchie par François n'est pourtant pas la pédophilie, mais la famille. La Rencontre mondiale des familles, neuvième édition du genre après son lancement par Jean-Paul II en 1994, en constitue le prétexte. Ce qui explique la brièveté de ce déplacement. Et le fait que François ne se rende pas en Irlande du Nord, sous contrôle britannique.

    Il vient donc essentiellement participer à ce congrès international - 103 pays représentés - qui a lieu tous les trois ans dans une grande ville du monde, la dernière édition s'étant déroulée à Philadelphie. Mais, là aussi, le contexte irlandais est très tendu pour ce pays catholique, s'il en est un en Europe, avec la Pologne et l'Italie. Après une longue résistance catholique, le mariage homosexuel et l'avortement y ont été finalement adoptés par référendum, respectivement en mai 2015 et mai 2018. L'Irlande a même été le premier pays du monde à adopter le mariage homosexuel également par référendum.

    Ouverture vers les divorcés remariés

    Pour les catholiques, observe, dans La Croix, l'archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin, il ne s'agit plus de «rêver du passé» ou à «l'âge d'or révolu d'un catholicisme dominant dans le pays». Il faut plutôt réinventer «la manière d'être chrétien dans un environnement plus hétérogène». Ce prélat, qui fut longtemps le collaborateur du cardinal Etchegaray à Rome, compte sur le charisme de François pour faire passer le message: «Il apparaît aux Irlandais comme un pape moderne, capable de toucher leurs cœurs. En présentant l'enseignement catholique d'une manière qui n'impose pas, mais qui invite, il porte le souci de former les consciences et non de les formater.» Ce qui pourrait, espère-t-il, «toucher tous ceux qui ont gardé l'image d'une Église irlandaise très moralisante par le passé…»

    De fait, le programme de cette rencontre internationale des familles - 45.000 personnes inscrites pour des célébrations religieuses, des conférences et des ateliers - est totalement orienté sur l'exhortation apostolique «Amoris Laetitia». Ce document, publié après les deux synodes sur la famille (2014, 2015) et leur ouverture à l'accueil plus large des divorcés remariés, n'a pas toujours été bien accueilli par une bonne partie des catholiques. Le pape François vient encore de le défendre jeudi dans la presse anglaise, en affirmant qu'«Amoris Laetitia» est dans «la continuité» de l'enseignement de l'Église. Ce que contestent certains théologiens et cardinaux. La présence et l'intervention à Dublin de plusieurs cardinaux, importants et proches de François, attestent donc de sa volonté de faire admettre ce texte et de créer une mentalité catholique, moins «moralisante» sur ces sujets.

    » LIRE AUSSI - Pédophilie: la lente prise de conscience de l'Église 

    Ainsi de Christoph Schönborn, archevêque de Vienne (Autriche), d'Oscar Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa au Honduras, et membre du C9, le groupe restreint qui conseille le Pape, de Blase Cupich, récemment créé cardinal et nommé à Chicago (États-Unis). Ils seront en Irlande, tout comme le jésuite américain James Martin, directeur de la revue America, qui intervient sur «l'accueil et le respect dans les paroisses des LGBT et leurs familles». Soit la mise en exergue de l'homosexualité dans l'Église, validée par Rome. Ce qui a déjà créé une polémique.

    Le Pape rencontrera les participants de ce congrès lors d'une veillée samedi soir au Croke Park Stadium de Dublin où chantera le ténor Andrea Bocelli, et le dimanche après-midi lors d'une immense messe en plein air. Mais il va aussi s'adresser aux autorités du pays lors d'un discours très attendu, peu après son arrivée, dans le contexte de l'adoption récente de l'avortement. Il y a aura aussi, dimanche matin, au sanctuaire de Knock, un échange, plus intime et désiré par François, avec le cœur catholique de ce pays. Ce lieu d'apparition marial au nord-ouest du pays est le «Lourdes» irlandais. »

    Ref. En Irlande, le pape François très attendu sur la question de la pédophilie

    Un regard silencieux vers Marie immaculée est sans doute ce dont, les uns et les autres, nous avons le plus besoin.

    JPSC

  • Rencontre mondiale des familles à Dublin : un plaidoyer poignant en faveur des LGBT

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Le plaidoyer du jésuite James Martin pour l'accueil des LGBT

    Présent à Dublin pour la 9ème rencontre mondiale des familles, le père jésuite américain James Martin a livré un discours poignant pour encourager l’Église à accueillir les personnes LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transsexuels). Synthèse.

    Rappel des fondamentaux de l’Évangile, rôle des paroisses auprès des personnes LGBT, attitude vis-à-vis des gens qui se sentent en marge… tels sont les points du discours du père jésuite américain James Martin lors de la 9ème rencontre mondiale des familles qui se tient jusqu’à dimanche dans la capitale irlandaise. Lors d’un discours fleuve, le jésuite de la communauté new-yorkaise a invité les paroisses à s'ouvrir aux personnes LGBT.

    Des personnes refoulées par les paroisses 

    Le père James Martin a d’abord énuméré de nombreuses situations dans lesquelles les LGBT s’étaient senties abandonnées, refoulées, rejetées par l’Église. Il parle notamment de cette mère qui se félicitait que son fils revienne sur les bancs de l’Église un dimanche de Pâques, «Mais après que le prêtre ait proclamé l'histoire de la résurrection du Christ, devinez sur quoi il a prêché? Les maux de l'homosexualité. Le fils s'est levé et est sorti de l'église. Et la mère s'est assise dans le banc et a pleuré.».

    Mais le bienveillant jésuite prend aussi soin de témoigner de scènes d’accueil et de grâce de la part des paroisses. Un étudiant lui aurait confié que la première personne à qui il a fait part de son homosexualité était un prêtre. La réaction de l’homme d’Église a été immédiate et salutaire, «Dieu t’aime, et l’Église t’accepte». Des paroles qui lui auraient sauvé la vie a déclaré le jeune homme.

    Une inégalité entre les territoires

    James Martin fustige l’inégalité géographique. Malheureusement, une grande partie de la vie spirituelle des LGBT catholiques et de leurs familles dépendent de l'endroit où ils vivent. Si une personne LGBT habite dans une grande ville avec des pasteurs à l’esprit ouvert, elle a alors de la chance. «Mais si vous vivez dans un lieu moins ouvert ou si votre pasteur est homophobe, que ce soit en silence ou ouvertement, vous n'avez pas de chance. Les catholiques, accueillis ou non accueillis dans leur paroisse, influencent fortement leur vision non seulement de l'Église, mais de leur foi et de Dieu.»

    «Les personnes LGBT et leurs familles sont des catholiques baptisés»

    C’est là le coeur de l’argumentation de James Martin. Les catholiques LGBT sont des catholiques comme les autres. Et comme chaque catholique, ils ont beaucoup à apporter aux paroisses. Parce qu’ils ont été tant marginalisés, beaucoup de personnes LGBT éprouvent une compassion naturelle pour ceux qui sont en marge, explique James Martin, «Leur compassion est un cadeau. Ils pardonnent souvent les pasteurs et les prêtres qui les ont traités comme de la terre. Leur pardon est un cadeau. Ils persévèrent en tant que catholiques face à des années de rejet. Leur persévérance est un cadeau.»

    Dieu aime les personnes LGBT et chacun devrait en faire autant poursuit James Martin, qui incite chacun à aimer les LGBT de la même manière que Jésus aimait les «personnes en marge: avec profusion». Et pour les aimer, il faut les écouter, eux et leur famille et apprendre à les connaître. Enfin, si le terme LGBT est évidemment redondant dans le discours du jésuite de New York, il rappelle qu’il ne faut pas définir les personnes par leur orientation sexuelle et qu’il faut voir au-delà. «Voyez-les dans leur intégralité. Et si vous parlez de chasteté avec les LGBT, faites en autant avec les hétéros».

  • Une église est détruite et c'est toute leur vie qui part en éboulis...

    IMPRIMER

    Reportage de France 3 sur la destruction de l'église d'Asnan dans la Nièvre (via le Salon Beige) :