Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Monseigneur Barbarin: l'itinéraire hors norme d'un évêque pas comme les autres

IMPRIMER

De Jean-Marie Guénois, sur le site du Figaro :

Philippe Barbarin: l'itinéraire hors norme d'un évêque pas comme les autres

Philippe Barbarin: l'itinéraire hors norme d'un évêque pas comme les autres

Archevêque de Lyon depuis 2002, cardinal depuis 2003, primat des Gaules, Mgr Philippe Barbarin est considéré comme le plus haut dignitaire de l'Église de France.

Le prélat qui s'est présenté ce lundi devant le Pape pour lui remettre sa démissionest un cardinal original au vu de ses frères du même rang, beaucoup plus conformistes. Évêque inclassable de 68 ans, il venait au conclave à vélo et continue de courir ses 5 kilomètres par jour. Il ferait presque jeune homme dans le corps cardinalice, où l'heure de la retraite sonne à 80 ans. Dans l'hypothèse où le Pape accepterait un jour sa démission, où pourrait-il le nommer?

«Il est capable de tout», témoigne, à propos de Philippe Barbarin, un prélat qui le connaît bien. On retrouve ici cette apparente désinvolture qui lui aura coûté cher dans la gestion de Bernard Preynat. Cette impression qu'il donne de ne pas accorder d'importance aux choses du monde. Un côté très détaché mais tranchant toutefois, car le primat des Gaules est également un homme d'action qui aime déblayer le terrain si nécessaire.«Être capable de tout» voudrait aussi dire - et même en ayant été archevêque de Lyon - repartir à zéro, notamment comme fantassin de la mission d'annonce de l'Évangile, le seul sujet de sa vie. Jeune prêtre déjà bien lancé, il avait étonné en filant à Madagascar comme missionnaire pendant quatre ans.

On enferme aussi volontiers cet évêque français dans une image de conservateur étroit et rigide parce qu'il avait osé défiler contre le mariage pour tous. Ils étaient effectivement moins d'une dizaine - sur une centaine - à avoir eu le courage de descendre dans la rue. Ce serait mal connaître la liberté du personnage.

C'est un catholique classique, disciple du grand jésuite Henri de Lubac et du théologien Hans Urs von Balthasar, qui est attaché mordicus au concile Vatican II et à une Église proche, miséricordieuse et ouverte à tous. Impossible donc de l'enfermer dans une case de «tradi». Ce prêtre de Jésus-Christ, souvent en sandalettes, tient de Jean-Paul II, qui le promut cardinal, et de François, dont il est proche et ami. Ceux qui voudraient le catégoriser à droite devraient regarder son dialogue constant dans la région lyonnaise avec les autorités musulmanes et juives.

Ce grand amateur de Tintin n'est donc pas le monstre protecteur de prêtres pédophiles que l'on veut dépeindre. Il a stoppé avec efficacité tous les prêtres suspects sous ses mandats même s'il a eu le tort, dans l'affaire Preynat, de se fier au jugement de ses prédécesseurs et de ne pas écouter - quand il aurait fallu, pour réaliser la gravité de la situation - ses victimes qui frappaient à sa porte.

C'est le côté insaisissable de ce prélat hors norme, qui n'entend pas toujours ce qu'on lui dit. Le 7 mars, le juge lui a d'ailleurs reproché son «inertie». La complexité d'une intelligence brillante cohabite chez lui avec le cœur simple d'un homme qui a donné sa vie à Dieu. Et qui vit dans une sorte d'abandon total, préparant rarement ce qu'il a à dire. Tant en homélie, où il prêche d'inspiration tel un protestant évangélique, Bible à la main. Qu'en conférence de presse, où il formule de remarquables raccourcis comme des reparties catastrophiques: Ainsi le «Dieu merci, les faits sont prescrits», à propos des victimes, qu'il lâcha, à Lourdes, devant micros et caméras.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel