Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 2000 personnes ont marché pour la Vie ce dimanche 31 mars à Bruxelles

    IMPRIMER

    Communiqué de presse 

    Ce dimanche 31 mars 2019, La Marche pour la vie a rassemblé 2000 personnes dans les rues de Bruxelles, afin de promouvoir le respect de la vie humaine depuis la conception jusqu’à la mort naturelle.

    C’est la dixième année consécutive que La Marche pour la vie a lieu en Belgique. Son objectif est de défendre publiquement le droit à la vie de toutes les victimes d’avortements, de l’euthanasie, et de toutes les pratiques qui portent atteinte ou marchandent la vie humaine (gestation par autrui, destruction d’embryons humains, ...). La Marche pour la vie veut aussi soutenir les personnes et associations qui œuvrent pour la protection de la vie, qui proposent des alternatives à l’avortement, assistent les mères en détresse, et entourent les personnes en fin de vie. Elle souhaite enfin et surtout, proposer une société véritablement solidaire des personnes plus vulnérables.

    Le rassemblement a eu lieu à la Place Poelaert, aux pieds du Palais de Justice. La marche s’est déroulée en silence, en hommage aux victimes des atteintes à la vie humaine. A l’arrivée, les participants ont écouté les prises de parole d’invités de poids : Denise Mountenay, lobbyiste canadienne pour la protection de la vie aux Nations Unies et fondatrice de « Canada Silent No More », une association qui aide les femmes enceintes en difficulté. Florence, une jeune femme belge, a témoigné de son expérience avec sa petite sœur porteuse de trisomie 21. Un médecin belge a pris la parole pour inviter les soignants à répondre à leur véritable mission, qui ne peut être de provoquer la mort d’un être humain. La porte-parole de La Marche pour la vie, Constance du Bus, a ensuite invité les participants à voter « pour la vie », en prêtant attention aux programmes électoraux en matière de bioéthique. La présidente de La Marche pour la vieElisabeth Théry, a conclu l’évènement par ces mots : « Travaillons chacun où nous sommes, dans nos familles, à notre travail, auprès d’associations, avec nos amis, à faire triompher une véritable culture de Vie. »

    Une nouveauté de cette année était la grande collecte de vêtements et de matériel de grossesse et de petite enfance, afin que les participants puissent allier la marche à l’action solidaire. La Marche pour la vie s’occupera de déposer l’ensemble de cette collecte auprès de maisons maternelles, pour les soutenir dans l’accompagnement des femmes enceintes en difficulté et de leurs familles. Une tente d’exposition, intitulée « Montrer la vie », a mis à l’honneur des œuvres d’art réalisées par quatre jeunes artistes, représentant l’enfant dans le sein de sa mère, et le soutien aux personnes âgées.

    Sans titre.jpg

    https://www.facebook.com/enmarchepourlavie/videos/408701763010404/

  • La barque ne coulera pas : voici pourquoi

    IMPRIMER

    De l'abbé Amar sur Padreblog :

    POURQUOI LA BARQUE NE COULERA PAS !

    Padreblog ? « Une parole réactive de prêtres sur l’actualité » proclame notre ligne éditoriale. Jamais celle-ci n’a pourtant été si peu réactive. L’avalanche des récentes révélations n’a pas vraiment rendu pressante l’envie d’écrire. Mais… c’est le carême. Puis il y a eu la parution du nouveau livre du cardinal Sarah et cet appel, via Twitter, d’un célèbre avocat parisien : « Et si, une fois la situation intégrée, on arrêtait de se regarder, de s’ausculter, de se psychanalyser, de se commenter, pour le regarder… Lui ? ».

    La scène se passe à Rome, le vendredi saint 2005. La foule des chrétiens, rassemblée ce jour-là pour méditer le chemin de croix, entend la méditation du prédicateur : « Souvent, Seigneur, ton Église nous semble une barque prête à couler. Et dans ton champ, nous voyons plus d’ivraie que de bon grain. Les vêtements et le visage si sales de ton Église nous effraient. Mais c’est nous-mêmes qui les salissons ». Celui qui parle ainsi sera élu pape quelques semaines plus tard sous le nom de Benoît XVI.

    Ces mots ont presque quinze ans. Et ils sont encore d’actualité. Au cœur même de l’Eglise, les contre témoignages sont flagrants, nombreux, scandaleux. Comme l’a avoué un jour le pape Benoît XVI, la plus grande persécution de l’Eglise ne vient pas d’ennemis « du dehors » mais « du dedans ». Mais ce qui heurte certainement le plus c’est que depuis des décennies, malgré les révélations et les déclarations, rien ne semble avoir bougé.

    Lire la suite

  • La parabole du père et de ses deux fils (4e dimanche du Carême dit de Laetare)

    IMPRIMER

    Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine (Lc 15, 1-3.11-32) (archive du 10 mars 2013) pour le 4e dimanche du Carême 

    http://www.delamoureneclats.fr / http://www.unfeusurlaterre.org

    Évangile : Parabole du père et de ses deux fils (Luc 15, 1-3.11-32)

    Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l'écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » Alors Jésus leur dit cette parabole : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : 'Père, donne-moi la part d'héritage qui me revient.' Et le père fit le partage de ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu'il avait, et partit pour un pays lointain où il gaspilla sa fortune en menant une vie de désordre. Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans cette région, et il commença à se trouver dans la misère. Il alla s'embaucher chez un homme du pays qui l'envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il réfléchit : 'Tant d'ouvriers chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je vais retourner chez mon père, et je lui dirai : Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d'être appelé ton fils. Prends-moi comme l'un de tes ouvriers.' Il partit donc pour aller chez son père. Comme il était encore loin, son père l'aperçut et fut saisi de pitié ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : 'Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d'être appelé ton fils...' Mais le père dit à ses domestiques : 'Vite, apportez le plus beau vêtement pour l'habiller. Mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds. Allez chercher le veau gras, tuez-le ; mangeons et festoyons. Car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.' Et ils commencèrent la fête. Le fils aîné était aux champs. A son retour, quand il fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des domestiques, il demanda ce qui se passait. Celui-ci répondit : 'C'est ton frère qui est de retour. Et ton père a tué le veau gras, parce qu'il a vu revenir son fils en bonne santé.' Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d'entrer. Son père, qui était sorti, le suppliait. Mais il répliqua : 'Il y a tant d'années que je suis à ton service sans avoir jamais désobéi à tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais, quand ton fils que voilà est arrivé après avoir dépensé ton bien avec des filles, tu as fait tuer pour lui le veau gras !' Le père répondit : 'Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait bien festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ! »

  • Laetare, Ierusalem

    IMPRIMER

    Introit
    Iz 66, 10-11; Ps 121,1

    Laetare, Ierusalem: et conventum facite, omnes qui diligitis eam: gaudete cum laetitia, qui in tristitia fuistis: ut exsultetis, et satiemini ab uberibus consolationis vestrae. Ps. Laetatus sum in his, que dicta sunt mihi: in domum Domini ibimus.

    Réjouis-toi, Jérusalem ;
    et rassemblez-vous, vous tous qui l'aimez :
    soyez dans le bonheur et la joie,
    vous qui étiez dans la tristesse ;
    soyez pleins d'allégresse
    et venez puiser auprès d'elle votre consolation.

    Je me suis réjoui de ces paroles qui me furent dites : nous irons dans la maison du Seigneur

    Textes et homélies du jour : http://homelies.fr/

  • Les apports dogmatiques de Vatican II selon Arnaud Dumouch

    IMPRIMER
    Comprendre les apports dogmatiques de Vatican II en 9 canons.

    Les Conciles de jadis se terminaient par une série de "canons" qui en résumaient la portée. Les Pères du Conciles Vatican II refusèrent d'agir ainsi, livrant au peuple de Dieu un texte long et difficile à comprendre. 

    55 ans après la clôture du Concile, il peut être utile de donner un outil pédagogique simple qui distingue deux parties :  D'abord les apports admirables (et marqués d'infaillibilité) de ce Concile pour la doctrine de la foi. 

    Mais aussi les décisions pastorales fragiles et sujettes à caution. 

    Ce travail a été commencé par un théologien laïc et thomiste, Arnaud Dumouch. Il serait intéressant que des laïcs l'améliorent et suggèrent à la hiérarchie d'en faire un document pour l'usage de l'Eglise universelle.

    I) La liste des neuf principales vérités dogmatiques (infaillibles) développées dans Vatican II :

    1° L'homme est par nature un être libre et la liberté religieuse est une condition de sa nature. C'est un nouveau "préambule de la foi".

    2° L'Ordre des évêques est un ordre indépendant, radicalement non réductible à l'Ordre des prêtres, quoiqu'en dise saint Thomas d'Aquin. S’il ne donne rien de plus que le sacerdoce quant à l’eucharistie, il porte la plénitude de la grâce pour perfectionner le peuple de Dieu.

    3° Le mariage est ordonné de manière indissociable à l'amour réciproque des époux et au don de la vie (et non à la procréation et à l'assouvissement du désir, comme l'enseignait saint Thomas d'Aquin).

    4° Les religions autres que le christianisme ne donnent pas le salut (il est donné par la charité vivante fondée sur la foi et sources d’œuvres -Concile de Trente, session VI-) mais elles possèdent en elles des "semences mises par l'Esprit Saint" qui disposent les âmes des non-chrétiens au salut.

    5° Les christianismes séparés, bien qu’ils souffrent de déficiences sur tel ou tel point, peuvent certainement produire la vie de la grâce et on doit reconnaître qu'ils donnent accès à la communion du salut (Unitatis Redintegratio, 3).

    6° Nous devons tenir que Dieu proposera à tous, sans exception, la possibilité d'être sauvé (c’est le seul dogme à forme solennelle du saint Concile Vatican II, voirGaudium et Spes 22, 5, repris de Pie XII Mystici Corporis 186).

    7° Le sacrement de l'eucharistie a pour but l'union par la charité de Dieu et de l'homme (et non seulement la glorification de Dieu).

    8° L’infaillibilité pontificale s’exerce de manière extraordinaire, solennelle ou ordinaire (reprise par Lumen Gentium et confirmation des définitions du Concile Vatican I, 1870).

    9° L'Ecriture sainte n'est pas dictée par Dieu mais inspirée par Dieu à de vrais auteurs humains qui ont écrit avec leurs mots et leur faillibilité. L'Ecriture est infaillible sur la doctrine du salut et sa révélation progressive, pas sur le reste. (Constitution dogmatique Dei Verbum).

    II) La liste des principales orientations pastorales prudentielles (faillibles) développées dans Vatican II :

    1° On remplace une pastorale réprimant la liberté de l’erreur par une pastorale de la liberté de conscience, de réunion, y compris pour ceux qui prônent l’erreur (Applications : suppression de l’Index des livres prohibés, absence de canons anathémisant l’erreur à l’issue de Vatican II) (dignitatis humanae).

    2° On remplace une pastorale dénonçant l’erreur et l’incapacité à sauver des religions non chrétiennes par une pastorale cherchant en premier à connaître et admirer les "semences mises par l'Esprit Saint" qui disposent les âmes des non-chrétiens au salut (Nostra Aetate).

    3° On remplace une pastorale dénonçant les déficiences des confessions chrétiennes séparées par une pastorale qui regarde et admire la vie de la grâce est produite par elles (Unitatis Redintegratio).

    4° On remplace l’évangélisation des païens portée par l’inquiétude pour leur salut par une pastorale de l’annonce joyeuse de la bonne nouvelle du salut, puisque nous savons  que Dieu proposera à tous, sans exception, la possibilité d'être sauvé (Gaudium et Spes 22, 5, Nostra Aetate).

    5° On remplace l’autel du sacrifice par une table sacrificielle puisque le but du sacrement de l'eucharistie est l'union par la charité de Dieu et de l'homme (et non seulement la glorification de Dieu).

  • Vérone : la famille traditionnelle en congrès mondial loin des polémiques

    IMPRIMER

    Du site epochtimes.fr :

    Italie: la famille traditionnelle en congrès mondial loin des polémiques

    La famille traditionnelle poursuit samedi à Vérone, dans le nord-est de l’Italie, son 13e congrès mondial, loin des polémiques qui entourent cette réunion de militants ultra-conservateurs, anti-avortement et défenseurs d’un modèle familial basé sur un mari et une femme.

    « L’avortement, il faut l’appeler par son nom: l’assassinat d’un enfant dans l’utérus », a lancé Massimo Gandolfi, président du « Family Day » en Italie, qui rassemble diverses associations opposées aux unions homosexuelles, avant d’entrer vendredi dans la grande salle de réunions de ce congrès, 13e du genre, interdit à la presse.Inauguré en 1997 par l’Américain Brian Brown, président de l’Organisation internationale de la famille, ce congrès mondial réunit chaque année depuis 2012 les défenseurs de la famille traditionnelle, militants anti-avortement ou contre le mariage entre homosexuels.

    Son credo: « affirmer, célébrer et défendre la famille naturelle comme seule unité fondamentale et durable de la société ».« Nous sommes ici pour parler des problèmes de la famille, de la beauté, du mariage, de crise démographique », a expliqué vendredi soir M. Brown, en s’efforçant d’apaiser les polémiques entourant ce rassemblement, vivement critiqué par les mouvements féministes qui ont appelé à une grande manifestation samedi à Vérone, la ville de « Roméo et Juliette ».

    Un petit fœtus en plastique, entouré d’un ruban portant une inscription dénonçant l’avortement, faisait partie des « cadeaux » remis aux participants. Une initiative dénoncée comme « monstrueuse » par la militante féministe et ancienne président de la Chambre des députés italiens, Laura Boldrini. Les précédentes éditions ont eu lieu l’an dernier en Moldavie, sous le patronage du président moldave Igor Dodon, présent à Vérone, et en 2017 à Budapest avec la participation du Premier ministre hongrois, Viktor Orban.

    Le choix de l’Italie cette année a toutefois fait des vagues dans la péninsule, y compris au sein même du gouvernement. Sous la pression, la présidence du Conseil des ministres a retiré son patronage, accordé néanmoins par le ministère de la Famille, dirigé par Lorenzo Fontana, membre de la Ligue (extrême droite) et ardent défenseur de la famille traditionnelle. Et si Matteo Salvini, le patron de la Ligue et homme fort du gouvernement, est attendu samedi à Vérone pour apporter son soutien aux familles « composées d’un papa et d’une maman », son allié gouvernemental Luigi Di Maio a clairement pris ses distances.

    « La vision défendue par ce congrès à Vérone est une vision du monde appartenant substantiellement au Moyen Âge, qui considère la femme comme soumise », a déclaré M. Di Maio, chef de file du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) au quotidien La Repubblica publié vendredi. Au nombre des participants cette année figurent, outre le président moldave, la ministre ultra-conservatrice hongroise de la Famille, Katalin Novak, ou un dirigeant de l’Eglise orthodoxe russe, Dmitri Smirnov.

    Cette année, les thèmes retenus pour les débats qui se poursuivront jusqu’à dimanche sont centrés sur « la beauté du mariage », les « droits des enfants »« la femme dans l’Histoire », la « croissance et le déclin démographique » ainsi que la « défense légale de la vie ».

  • Le cardinal Barbarin : un bouc émissaire ?

    IMPRIMER

    De Pierre-Yves Gomez sur le site du Figaro Vox :

    Philippe Barbarin est-il un bouc émissaire?

    FIGAROVOX/TRIBUNE - S'il ne remet pas en cause le jugement, Pierre-Yves Gomez émet des réserves contre la condamnation publique de Philippe Barbarin. Il s'inquiète de la dérive de nos sociétés vers des formes les plus archaïques de règlement des tensions. 


    Pierre-Yves Gomez est économiste et directeur de l'Institut français de gouvernement des entreprises.


    D'abord ce fut le silence. Près de trente ans de silence. Entre les années 1970 et 1985, à Lyon, un prêtre catholique a abusé de jeunes scouts. Il s'est tu. Les victimes aussi se sont tues ; les psychologues savent ce qui se noue dans ces moments ; combien ils murent la victime dans un silence où les blessures s'enveniment. Les familles des jeunes se sont tues ; on croyait vaguement avoir entendu que ; on soupçonnait un peu, on chuchotait ; on ne cherchait pas à en savoir davantage ; silence. La hiérarchie catholique s'est tue, entre incrédulité, honte et défense de l'institution, encore un mélange complexe de motivations ; quoi qu'il en soit: silence. Les médias se sont tus ; aucune enquête de société dont elles sont coutumières n'a été menée à l'époque ; silence radio. La société s'est tue; la pédophilie n'était pas un sujet d'indignation en ce temps-là ; encore moins un combat ; on plaisantait même parfois sur les scouts, on faisait des blagues en clignant de l'œil sur le tourisme sexuel ; il arrivait que des prédateurs évoquent cela librement, au détour de leurs souvenirs ; dans l'indifférence générale ; notre silence.

    Des décennies de silence.

    Une société c'est un bouillon de culture : ça fermente; et subitement voilà qu'on soulève le couvercle.

    Et soudain, on parle. En 2014, une victime se confie. Elle rencontre le cardinal Barbarin. Il faut plusieurs mois au prélat pour lui demander de porter plainte, le temps d'enquêter, de prendre la mesure de ce que furent ces événements déjà lointains. Plainte est finalement déposée, le crime est dénoncé ; des mots sont mis sur des actes; abjection ; la parole est libérée. Grâce à quelques victimes qui ont repris courage.

    Mais cela n'est pas suffisant pour ramener la paix. Le trop long silence de ces décennies a fait grouiller les culpabilités ; une société c'est un bouillon de culture: ça fermente; et subitement voilà qu'on soulève le couvercle. Ceux qui se sont tus si longtemps, c'est-à-dire presque tout le monde, s'expriment à présent: ils n'ont rien su ; et s'ils ont su, ils n'ont rien fait ; ils pensent qu'ils ne pouvaient rien faire parce qu'on leur avait caché la vérité; et, de plus en plus fort, ils disent que certains étaient sûrement au courant ; que l'Église, des puissants, savait, sans aucun doute ; que quelqu'un les a donc trompés, qu'on a voulu étouffer l'affaire, sans quoi, ils auraient agi ; bien sûr. Il y a un coupable pour leur long silence ; eux ne savaient pas ; mais lui devait tout savoir.

    Lire la suite

  • Mgr Descourtieux nouveau supérieur de la Section remplaçant Ecclesia Dei

    IMPRIMER

    De Michel Janva sur le site « Salon beige » :

    La Commission Ecclesia Dei avait récemment été supprimée et ses fonctions rattachées à une Section de la Congrégation pour la doctrine de la foi afin de poursuivre «l’œuvre de vigilance, de promotion et de tutelle» jusqu’alors conduite par la Commission Ecclesia Dei. Le pape François a nommé aujourd’hui Msgr Patrick Descourtieux, Official de ce dicastère. Mgr Patrick Descourtieux est depuis longtemps collaborateur de la Commission pontificale Ecclesia Dei, qu’il connaît donc bien.

    En 2010, Mgr Patrick Descourtieux fut mis à la disposition du Saint-Siège, pour la Congrégation de la Doctrine de la foi, affecté à la Commission Pontificale Ecclesia Dei.

    Ordonné en 1986, vicaire à la paroisse Saint-Séverin, il partit en 1989 pour Rome, où il intégra la Section francophone de la Secrétairerie d’État durant 10 ans. Excellent musicien, il exerça les fonctions d’organiste à Saint-Louis-des-Français durant 5 ans. Il quitta ensuite la Secrétairerie d’État et devint recteur de l’église de la Trinité-des-Monts, cependant qu’il enseignait à l’Institut Pontifical Patristique, l’Augustinianum. Il resta 7 ans à la Trinité-des-Monts. A la suite de la fermeture de la maison des religieuses de la Trinité-des-Monts, remplacées par des religieux de la Fraternité de Jérusalem, il rentra à Paris, et fut nommé prêtre résident à la paroisse Sainte-Clotilde, puis chapelain à Notre-Dame depuis 2008.

    Spécialiste de patrologie, il enseignait à la Faculté Notre-Dame de l’École cathédrale. Mgr Descourtieux a une bonne connaissance de la liturgie traditionnelle et qui plus est de la demande de cette liturgie : à Rome, puisqu’il avait satisfait aux vœux des fidèles romains qui désiraient célébrer le Triduum pascal dans la forme extraordinaire en leur ouvrant son église de la Trinité-des-Monts ; à Paris, parce qu’il faisait partie des prêtres diocésains délégués pour la célébration selon cette forme selon les besoins.

    Ref. Mgr Descourtieux nouveau supérieur de la Section remplaçant Ecclesia Dei

    Supprimer la Commission Ecclesia Dei pour enfermer la question posée par l’ensemble des mouvements concernés dans toute l'Eglise à la seule question du problème posé par la Fraternité Saint-Pie X serait un piège regrettable: avoir une réserve d'Indiens bien délimitée et étroitement cantonnée via une FSSPX revenue en pleine communion, suffisamment maigrelette à l'échelle de la catholicité pour ne pas être gênante, c'est une vue malveillante mais pas absurde...

    Quoi qu'il en soit, après la deminutio capitis de la Commission « Ecclesia Dei » par l’actuel pontife romain, le comble eut été que l’on mette un « père fouettard » à la tête de son erzats; le nouveau supérieur porte néanmoins le titre significatif d’official, c’est-à-dire de juge ecclésiastique…

    JPSC

    A lire également : http://www.hommenouveau.fr/2817/religion/mgr-descourtieux-en-charge-du-continent--tradition--a-la-congregation-de-foi---un-signe-vers-la-fsspx--.htm

  • MARCHE POUR LA VIE : BRUXELLES, 31 MARS 2019

    IMPRIMER

    MARCHE POUR LA VIE : BRUXELLES

    31 MARS 2019

    unnamed (9).jpgLes 10 ans de la Marche pour la Vie en Belgique sonneront ce 31 mars 2019. Depuis dix ans, la Belgique s’est inscrite dans cet immense relais où des personnes du monde entier se réunissent avec de plus en plus d’espoir et de succès, pour proposer à leurs sociétés un accueil authentique de chaque vie humaine, en son début comme en sa mort naturelle. Nous le voyons tous de plus en plus : c’est une vague rafraîchissante mais déterminée qui irrigue peu à peu nos sociétés de la culture de la vie.

    Alors, ce 31 mars à 14h30 à la Place Poelaert à Bruxelles, venez marcher pour signifier que c’est vers cette destination d’accueil et d’accompagnement de chaque vie humaine, que nous voulons faire avancer notre société, pour le bien de tous !

    N’ayez pas peur, c’est vous qui transmettez les paroles de la vie, disait le professeur Jérôme Lejeune.

    Nouveau : alliez la marche à l’action !
    Cette année, en venant à la Marche pour la Vie, vous pourrez venir déposer, à son point de départ, tous les vêtements et le matériel de grossesse et de petite enfance dont vous n’avez plus besoin. La Marche pour la Vie offrira l’ensemble de cette grande collecte à une maison maternelle qui en a besoin, pour accompagner les femmes enceintes en difficulté et leurs familles. En participant à cet élan concret de solidarité, vous serez acteur d’avenir pour ces personnes, autant que porte-parole de la vie !

    Infos  : Marche pour la Vie - info@marchforlife.be

    Marche pour la Vie

    BRUXELLES, LE 31 MARS 2019

    •  Date : le dimanche 31 mars 2019

       Horaire : 14h30 - 17h00

       Adresse : Place Poelaert 1000 Bruxelles

  • Les enjeux du voyage du pape au Maroc

    IMPRIMER

    Du site Aleteia.org :

    Migrants, dialogue interreligieux et chrétiens : les enjeux du voyage du pape au Maroc

    Le pape François effectue un voyage apostolique au Maroc les 30 et 31 mars 2019. Toute express cette visite soit-elle, elle devrait être l’occasion pour le souverain pontife de revenir sur des enjeux qui lui sont chers.

    Comme l’a souligné Alessandro Gisotti, directeur ad interim du Bureau de presse du Saint-Siège, le 28 mars, le voyage est orienté par trois axes : les migrants, le dialogue interreligieux et le soutien à la communauté catholique locale. Ces trois thèmes se retrouveront au long des différentes étapes de ce déplacement de moins de 36 heures.

    De fait, les migrants sont la principale raison à ce voyage. L’évêque de Rome a lui-même expliqué qu’il avait désiré se rendre à Marrakech pour la signature des pactes des Nations unies pour des migrations sûres. Un désir avancé par le Vatican, qui n’avait pas abouti car il aurait été malvenu de se rendre dans un pays pour une conférence internationale sans passer par la capitale ni saluer la communauté locale.

    Ce voyage au Maroc est donc un signe de remerciement au pays d’avoir accueilli cette conférence sur un sujet qui lui tient particulièrement à cœur. D’autant que sur ses instructions, le Saint-Siège s’est largement impliqué dans les négociations autour de ces pactes. De plus, le Maroc est un pays particulièrement concerné par les migrations, étant désormais sur le trajet des principales routes migratoires depuis l’Afrique subsaharienne jusqu’à l’Europe.

    Condamnation du prosélytisme envers les musulmans

    Ce déplacement est aussi le premier depuis celui à Abou Dabi, marqué par la signature du document sur la « fraternité humaine » entre le chef de l’Église catholique et le grand imam de la mosquée-université al-Azhar, plus haute autorité du monde sunnite. Pays où 99% de la population est musulmane, le Maroc constitue un bon « test » après ce document. En ce sens, la visite du souverain pontife — aux côtés du roi du Maroc, « commandeur des croyants » — dans un centre de formation pour imams sera particulièrement significative.

    « Chacun jouit de la liberté de croyance, de pensée, d’expression et d’action », affirme notamment le document sur la « fraternité humaine ». Le voyage au Maroc pourrait être l’occasion de voir si le pays compte rester à cette noble intention ou s’il compte l’appliquer réellement. En effet, si l’apostasie de l’islam n’est pas interdite, les convertis au christianisme sont particulièrement surveillés et souffrent de vexations de la part des autorités.

    De même, le Code pénal marocain punit de six mois à trois ans d’emprisonnement et de 200 à 500 dirhams (20 à 50 euros) d’amende « quiconque emploie des moyens de séduction dans le but d’ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion » (article 220). Les arrestations de chrétiens pour prosélytisme ne sont ainsi pas rares dans le royaume chérifien.

    Saluer le dynamisme des chrétiens

    Ces chrétiens sont justement la troisième raison de la visite du souverain pontife. Comme dans quasiment tous ses déplacements hors d’Italie — à l’exception remarquée de la visite au Parlement européen de Strasbourg (France) en 2014 — le chef de l’Église catholique vient aussi à la rencontre de ses ouailles.

    Il viendra ainsi saluer leur dynamisme malgré leur petit nombre, en visitant deux structures ecclésiales : une de soutien aux migrants, une d’accompagnement des populations rurales. De plus, le successeur de Pierre célébrera une messe à laquelle sont attendues environ 10.000 personnes, ce qui représente à peu près la moitié de la communauté catholique locale.

  • "Le christianisme n'est pas là pour décorer !"

    IMPRIMER

    De Paul Sugy sur le site du Figaro Vox :

    Jean-Pierre Denis: «Le christianisme n'est pas là pour décorer!»

    FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Dans un essai très intime, le directeur de la rédaction de La Vie plaide en faveur d'un catholicisme «attestataire» ; c'est-à-dire sans fausses pudeurs et prêt à renouer avec l'apostolat. Quitte à parler davantage de foi chrétienne, et un peu moins de politique ou de morale.

    Jean-Pierre Denis est «un catholique libéré»: dans son dernier essai*, il raconte comment il a peu à peu pris conscience que le discours de l'Église perdait parfois de vue l'essentiel. Si la culture chrétienne est selon lui indissociable de la culture française, il appelle toutefois les chrétiens à regarder davantage vers l'avenir que vers le passé. Devenus aujourd'hui minoritaires, affaiblis qui plus est par la terrible crise des abus sexuels dans l'Église, les croyants peinent parfois à trouver leur place dans une société qui paraît n'avoir plus besoin d'eux. Faux, répond le journaliste: si le christianisme s'attache à répondre aux questions les plus essentielles, alors le sens et l'espoir qu'il peut apporter aux hommes de son temps sont plus que jamais nécessaires. Et de joindre le geste à la parole, car dans un texte magnifiquement illustré par les peintures de François-Xavier de Boissoudy, le journaliste se fait aussi poète et propose une belle méditation du chemin de croix (éd. Corlevour, mars 2019).

    *Un catholique s'est échappé , éditions du Cerf, 192 p., 18 €.

     
    FIGAROVOX.- Votre livre s'ouvre sur des funérailles, celles de votre père. Après ce jour, vous décidez de ne plus taire votre foi: «j'ai retrouvé la parole», écrivez-vous. Par ailleurs, beaucoup de gens n'entrent plus dans les églises que pour l'enterrement de leurs proches: la mort est-elle le dernier lieu où la foi a encore son importance?

    Jean-Pierre DENIS.- Je me souviens en effet d'un vieux prêtre des Pyrénées qui m'avait dit un jour: «heureusement que les gens meurent encore, ça me permet de les voir!» Cela me semble logique: l'ensevelissement des morts et le culte qui leur est rendu sont la marque l'hominisation et de l'humanisation: l'homme est un animal spirituel qui accompagne vers le grand passage les défunts. La mort pose aujourd'hui encore à tous les hommes une question essentielle et existentielle, car en réalité elle les interroge sur le sens de la vie. Et la seule vraie question qui compte devient alors celle que m'a posée mon père sur son lit de mort: «quel est le chemin?» Le christianisme n'a pas à répondre à grand-chose d'autre! Quel est le chemin? Où est l'amour? Pourquoi la mort? Ce sont des questions toutes simples, mais l'Église touche le cœur des hommes quand elle y répond, bien plus que quand elle fait la morale ou qu'elle parle de politique. Non qu'elle ne doive pas le faire aussi ; mais ce n'est pas là qu'elle atteint le cœur des gens.

    Lire la suite

  • Le Pape invite à redonner au sacrement de la confession «la place qu’il mérite»

    IMPRIMER

    De Vatican News (Adélaïde Patrignani) :

    Le Pape invite à redonner au sacrement de la confession «la place qu’il mérite»

    Le Pape François a présidé ce vendredi la célébration de la pénitence en la Basilique Saint-Pierre. Dans son homélie, il a insisté sur l’amour libérateur et incarné du Seigneur, reçu spécialement par chaque pécheur à travers la confession. Un «passage de la misère à la miséricorde» qui, d’après le Pape, se réalise de manière unique pour quiconque accepte d’y entrer. Il est donc important de découvrir à nouveau ce sacrement.

    Lors de cette cérémonie pontificale qui marque le début de l’initiative mondiale “24 heures pour le Seigneur”, c’est le passage évangélique de la femme adultère (Jn 8, 1-11) qui a été proclamé. Un passage à propos duquel saint Augustin écrit, dans son Commentaire sur l’Évangile de saint Jean: «Il ne resta seulement qu’elles deux : la misère et la miséricorde». Cette phrase a servi ce soir de fil conducteur à l’homélie prononcée par le Saint-Père.

    Comme Jésus, voir la personne avant son histoire

    En introduction, François a d’abord rappelé que pour Jésus, «avant le péché, il y a le pécheur» - et son attitude envers la femme adultère en témoigne. «Moi, toi, chacun de nous, nous venons en premier dans le cœur de Dieu: avant les erreurs, les règles, les jugements, et avant nos chutes», a insisté le Pape, avant de demander à l’assemblée nombreuse rassemblée dans la nef de la Basilique: «demandons la grâce d’un regard semblable à celui de Jésus, demandons d’avoir l’image chrétienne de la vie, qui voit le pécheur avec amour avant le péché, celui qui a erré avant l’erreur, la personne avant son histoire».

    Le Pape a poursuivi en montrant combien la venue du Fils de Dieu parmi les hommes transforme profondément leur existence. «Avec Jésus, miséricorde de Dieu incarnée, le moment d’écrire dans le cœur de l’homme est arrivé, de donner une espérance sûre à la misère humaine: de donner, non seulement des lois extérieures qui laissent souvent Dieu et l’homme distants, mais la loi de l’Esprit qui entre dans le cœur et le libère. C’est ce qui arrive pour la femme qui rencontre Jésus et qui se remet à vivre. Et elle part pour ne plus pécher», a expliqué le Souverain Pontife.

    Lire la suite