Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Triduum pascal 2019 à l’église du Saint-Sacrement Bd d’Avroy, 132, 4000 Liège

    IMPRIMER

    VE PN 110 St sacrementstsd.jpg

    18 avril : Jeudi-Saint

    • 20h00, messe de la Dernière Cène en français (missel de 1970)

    Chants grégoriens et orgue. A la fin de la messe, translation du Saint-Sacrement au reposoir et adoration (un quart d’heure)

    extrait des pièces chantées:

    19 avril : Vendredi-Saint

    • 15h00, Chemin de la Croix + confessions pascales

    Méditation des 14 stations (conduite par l’abbé Claude Germeau). Chant du « Stabat Mater » (Jacopone da Todi, XIIIs.). Confessions possibles après le chemin de la croix

     

    20 avril : Samedi-Saint

    • 20h00, vigile pascale et messe de la Résurrection : bénédiction du feu nouveau, psalmodie de l’Exultet, lectures, rite de l’eau, eucharistie (missel de 1970) 

    Motets baroques (Joris Bosman, ténor et Arnaud François, baryton), chants grégoriens (schola du Saint-Sacrement) et orgue (Sr Marie-Elie, o.carm.) 

    Extraits des pièces chantées:

    21 avril : Dimanche de Pâques

    • 10h00, messe du jour en latin (missel de 1962). 

    Plain-chant (propre grégorien et Kyriale I) interprété par la schola du Saint-Sacrement ; motets polyphoniques (Gjeilo, Tallis, Bach) interprétés par le quatuor vocal « Gaudete » ; à l’orgue Patrick Wilwerth (professeur au conservatoire de Verviers).

    Extraits des pièces chantées:

    • 11h15, messe du jour en français (missel de 1970).

    Plain-chant (Kyriale du temps pascal). A l’orgue : Mutien-Omer Houziaux, ancien titulaire de l’orgue de la cathédrale de Liège.

    Plus de renseignements: tel. 04 344 10 89  ou gsm 0470 94 70 05

    semaine sainte 20192.jpg

    JPSC

  • Jeudi Saint : tout donner et se donner soi-même

    IMPRIMER

    giotto_lavanda_700px.jpgEvangile du jour : Jean, chapitre 13, vv. 1-15

    Avant la fête de la Pâque, sachant que l'heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout. Au cours du repas, alors que le démon a déjà inspiré à Judas Iscariote, fils de Simon, l'intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu'il est venu de Dieu et qu'il retourne à Dieu, se lève de table, quitte son vêtement, et prend un linge qu'il se noue à la ceinture ; puis il verse de l'eau dans un bassin, il se met à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu'il avait à la ceinture. 
    Il arrive ainsi devant Simon-Pierre. Et Pierre lui dit : « Toi, Seigneur, tu veux me laver les pieds ! » Jésus lui déclara : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n'auras point de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n'a pas besoin de se laver : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, ... mais non pas tous. » Il savait bien qui allait le livrer ; et c'est pourquoi il disait : « Vous n'êtes pas tous purs. » 
    Après leur avoir lavé les pieds, il reprit son vêtement et se remit à table. Il leur dit alors : « Comprenez-vous ce que je viens de faire ? Vous m'appelez 'Maître' et 'Seigneur', et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C'est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j'ai fait pour vous. »

    Homélie (homelies.fr - Archive 2009)

    « Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venu pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. »
    Jésus sait que l’heure de sa Passion est là et il veut maintenant en révéler tout le sens aux apôtres réunis autour de lui pour le repas pascal. Jésus va effectuer sa Pâque, il va effectuer son passage vers le Père, il va souffrir sa Passion par amour pour nous afin de nous réconcilier avec le Père. Cet amour il va le vivre « jusqu’au bout » c’est-à-dire jusqu’à la mort et jusqu’à l’extrémité de l’amour. Sa passion et sa mort constitueront ainsi le service d'amour fondamental grâce auquel il libèrera l'humanité du péché.

    Lire la suite

  • 244 adultes seront baptisés en Belgique lors de la Veillée Pascale

    IMPRIMER

    De Kerknet :

    244 adultes sont baptisés le soir de Pâques

    Lors de la veillée de Pâques, 244 femmes et hommes adultes seront baptisés dans notre pays samedi soir; il y en a 5 de plus que l'an dernier, écrit Tertio.

    Het aantal volwassen dopelingen per bisdom © Tertio
    Catéchumènes par diocèse
    Le nombre de baptêmes d'adultes par diocèse © Tertio

    Lors de la veillée de Pâques, dans la soirée du samedi de Pâques au dimanche de Pâques, 244 femmes et hommes adultes seront baptisés dans l’Église catholique romaine de notre pays. Depuis 2010, le nombre de catéchumènes ou baptêmes d'adultes a continué d'augmenter: de 143 en 2010 à 239 en 2018. De plus, entre Pâques et la Pentecôte, une centaine d'adultes déjà baptisés ont reçu le sacrement de la Confirmation.

    Evolutie van het aantal catechumenen sinds 2010 © Tertio

    Catéchumènat : évolution 2010-2019
    Evolution du nombre de catéchumènes depuis 2010 © Tertio

    Catéchuménat

    La route du catéchuménat commence par une admission festive au catéchuménat dans la communauté de l'Eglise locale. Cela se produit plus d’un an avant le baptême, généralement entre l’Avent et le Carême. À partir de ce moment, le catéchumène appartient à l’église, même s’il n’a pas encore été baptisé. Après l'admission, un temps d'initiation à la vie religieuse s'ensuit. Les catéchumènes apprennent à mieux connaître la communauté religieuse locale en y participant. Ils suivent la catéchèse et se plongent dans la foi.

    La période de quarante jours précédant le baptême à Pâques est vécue de manière très intense. Cela commence par la célébration de l'élection et l'attribution du nom. Tous les catéchumènes du diocèse se présentent pour recevoir un nom et confirmer leur baptême. C'est l'évêque qui dirige cette célébration eucharistique.

    Vigile de Pâques

    Les catéchumènes sont ensuite baptisés la veille de Pâques. Et ils participent également pour la première fois à l'Eucharistie (Première Communion). Le nom du baptisé est inscrit dans le registre de baptême de la paroisse.

    Après le baptême, commence une période d'initiation ultérieure dans laquelle un modèle d'approfondissement durable de la foi est présenté. Le parrain et la marraine en particulier continuent à accompagner les baptisés, mais la communauté religieuse est également devenue un foyer.

    Source: Tertio

  • Vous avez dit : "Reconstruire l'Eglise" ?

    IMPRIMER

    Editorial de Philippe Maxence sur le site de l'Homme Nouveau :

    Notre quinzaine : Plus que jamais, anti-mondain !

    Notre quinzaine : <br>Plus que jamais, anti-mondain !

    Réparer l’Église ?

    Devant l’ampleur de la crise que traverse actuellement l’Église, le quotidien La Croix a lancé une série intitulée « Réparons l’Église ». Le projet apparaîtra à la fois ambitieux et bienvenu. Ambitieux, dans la mesure où l’Église est atteinte, au plus profond d’elle-même. Bienvenu puisqu’on ne saurait rester sans rien faire. Fort de ce constat, le quotidien a tenu à ancrer sa démarche dans un précédent historique : l’appel du Christ à saint François d’Assise à réparer « l’Église en ruine ». 

    Cette invocation du saint d’Assise nous a laissés penser que La Croix nous invitait à donner un accent renouvelé à notre vie chrétienne en prenant les armes toutes spirituelles de la prière et de la pénitence. Nous étions prêts à battre des deux mains et à répercuter comme il se doit l’initiative. 

    Las ! En fait de démarche franciscaine, visant à couper avec le monde pour mieux aller à Dieu, le quotidien du groupe Bayard nous invite à une démarche démocratique à travers un questionnaire à remplir dont il se propose de faire la synthèse des réponses. Dans les onze questions proposées, pas une ne renvoie à la prière ou à l’austérité, au sacrifice personnel pour l’Église en réparation des péchés (un mot absent lui aussi) ou à un appel pour redécouvrir ce qu’est réellement l’Église. Il s’agit bien plus de prendre acte du choc ressenti par chacun et d’en sortir une idée commune de ce que doit être l’Église à l’avenir. Or, comme l’écrivait naguère Chesterton, « Toutes les hérésies sont une tentative d’amoindrissement de l’Église » (1). Nous y sommes !

    Qu’est-ce que l’Église, justement ? Naguère, le cardinal Journet, dans Théologie de l’Église, remarquait déjà qu’il y a trois regards possibles sur celle-ci. Celui de l’observateur extérieur qui « se borne à faire œuvre descriptive » ; celui qui en constatant les effets positifs l’admire de l’extérieur et, enfin, le regard de la foi : « L’Église apparaît alors dans son mystère, dans sa réalité profonde, comme le Corps du Christ, habité par l’Esprit saint, qui la dirige et demeure en elle comme son Hôte ». (2) 

    C’est à partir de ce regard de foi que le célèbre théologien pouvait affirmer la sainteté de l’Église. Se trompait-il lui-même sur l’existence du péché au sein même du corps ecclésial ? Bien au contraire ! Une grande partie de sa « somme » ecclésiologique vise à discerner l’exacte frontière entre la sainteté et le péché dans l’Église, laquelle a connu au cours de sa longue histoire scandales, hérésies, schismes, prévarications, etc. Et ce dès le début ! Saint Paul a souvent tonné contre les péchés qu’il constatait dans les Églises qu’il avait fondées. Dans son Apocalypse, saint Jean écrit à l’Ange de l’Église d’Éphèse : « j’ai contre toi que tu t’es relâché de ton premier amour. » Et l’Apôtre de préciser : « Pourtant tu as en ta faveur que tu hais les œuvres des Nicolaïtes, œuvre que moi aussi je hais » (Ap. 2, 5-6). À travers les Nicolaïtes justement, c’est bien de péché de luxure des clercs qui était visé. Déjà !

    Le courage du bilan

    Alors ? Dans la crise actuelle, nous sommes tous confrontés à la tentation de la mondanité. Deux aspects semblent essentiellement nous manquer. La foi, qui permet de saisir la réalité actuelle dans un regard surnaturel qui s’appuie sur la doctrine inchangée de l’Église, sur la vie sacramentelle renforcée et sur une vie de prière renouvelée. Dans le nouveau livre d’entretiens qu’il vient de faire paraître, Le soir approche et déjà le jour baisse, le cardinal Sarah l’exprime très bien : « Les chrétiens tremblent, vacillent, doutent. J’ai voulu ce livre pour eux. Pour leur dire : ne doutez pas ! Tenez ferme la doctrine ! Tenez la prière ! » (3) 

    Par ailleurs, nous manquons terriblement de courage. Et d’un courage très particulier : le courage moral et intellectuel. 

    Face à l’ignominie de la situation actuelle, nous sommes pourtant invités à ne pas simplement en constater et en déplorer les effets, mais aussi à en discerner les causes réelles, quoi qu’il en coûte, quoi qu’ils nous en coûtent. Pour mieux y répondre, il est plus que temps de sortir des phrases-slogans qui confondent optimisme mondain et espérance surnaturelle. Il est urgent de dresser le bilan des cinquante dernières années dans l’Église. (...)

    -------------- 

    1. G.K. Chesterton, Saint François d’Assise, DMM, 1979, p. 166.

    2. Cardinal Journet, Théologie de l’Église, Desclée de Brouwer, 1987, p. 13.

    3. Cardinal Sarah, Le soir approche et déjà le jour baisse, p. 14, Fayard, 448 p., 22,90?e.

  • Liège, 19 avril : Chemin de Croix dans les rues de la ville

    IMPRIMER

    Sans titre.jpg

  • Nos autem gloriari oportet in cruce Domini nostri Jesu Christi

    IMPRIMER

    Introit de la messe du soir du Jeudi Saint

    Nos autem gloriari oportet in cruce Domini nostri Jesu Christi: in quo est salus, vita et resurrectio nostra: per quem salvati et liberati sumus.

    Deus misereatur nostri, et benedicat nobis:

    illuminet vultum suum super nos, et misereatur nostri.

    Pour nous il faut nous glorifier dans la Croix de Notre Seigneur Jésus-Christ, en qui est notre salut, notre vie et notre résurrection, et par qui nous avons été sauvés et délivrés.

    Que Dieu aie pitié de nous et nous bénisse:

    que rayonne son visage sur nous, et qu'Il aie pitié de nous.

  • Le Père Jean-Marc Fournier, pompier, prêtre et héros de Notre-Dame

    IMPRIMER

    Du site du Courrier International :

    Vu de l’étranger.

    Jean-Marc Fournier, pompier, prêtre et héros de Notre-Dame

    La presse étrangère dresse un portrait héroïque de Jean-Marc Fournier, l’aumonier des sapeurs-pompiers de Paris. Lors de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, lundi 15 avril, le prêtre a participé au sauvetage de reliques religieuses.

    “Alors que la cathédrale était dévorée par les flammes, les pompiers ont bataillé pour laisser le passage à une mission spéciale, visant à sauver le Saint-Sacrement et d’autres reliques”, raconte le média religieux irlandais The Irish Catholic au lendemain de l’incendie de Notre-Dame. En effet, note leGuardian, “Notre-Dame, vieille de 850 ans, [abritait] de nombreux et irremplaçables œuvres d’art, instruments de musique, statues, boiseries et reliques religieuses”. Pour limiter les pertes, un petit groupe de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) a été chargé d’entrer à l’intérieur du brasier pour sauver plusieurs “objets religieux d’une valeur inestimable”.

    Dans la presse étrangère, tous les honneurs reviennent à Jean-Marc Fournier, “pompier, prêtre et héros”, titre le média argentin Infobae. “On craignait que ces reliques ne soient perdues si les flammes se propageaient à l’ensemble de l’édifice, mais grâce au père Fournier elles ont pu être acheminées en lieu sûr”, relate le site d’information.

    La Opiniónquotidien hispanophone de Los Angelesprécise : “Fournier fait partie des gens qui ont formé une chaîne humaine pour sortir certains des objets les plus précieux” : la Couronne d’épine – posée, selon la croyance chrétienne, sur la tête du Christ lors de sa crucifixion –, la tunique de Saint Louis – seul roi de France canonisé après les croisades – et le Saint-Sacrement – les hosties déjà consacrées – ont ainsi pu être mis à l’abri des flammes.

    Une “conduite exemplaire” déjà au Bataclan

    Cet ecclésiastique est déjà considéré par beaucoup comme un héros”, poursuit Infobae. De manière plus globale, les titres étrangers saluent la carrière pour le moins atypique du père Fournier, âgé de 50 ans : prêtre catholique en Allemagne puis dans la Sarthe en France, il a rejoint le diocèse des forces armées en 2004 pour sept années de missions dans le monde entier. “En Afghanistan, il a été impliqué dans une embuscade lors de laquelle 10 soldats ont été tués”, précise le média argentin.

    La une de Stentor.

    Et “ce n’est pas la première fois que le prêtre se porte au secours des habitants de la capitale durant une tragédie nationale”, surenchérit The Irish Catholic. “En 2015, le prêtre a eu, une fois de plus, une conduite exemplaire. Après l’attentat terroriste du Bataclan, qui a fait 90 morts, Fournier a été l’un des premiers à réconforter les survivants et leurs proches, et à prier pour eux”, rapporte La Opinión.

    Suite à l’incendie de Notre-Dame, de nombreux messages ont salué les actes de Jean-Marc Fournier sur les réseaux sociaux et particulièrement dans le milieu catholique. Le quotidien régional des Pays-Bas De Stentor a même choisi de mettre le prêtre à la une du journal et de faire de lui “le héros de Paris.”

  • Plus de 4000 célébrations pascales pour le 5ème anniversaire du 'GPS' des horaires de messe en Belgique francophone

    IMPRIMER

    Sans titre.jpg