Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Père Jean-Marc Fournier, pompier, prêtre et héros de Notre-Dame

IMPRIMER

Du site du Courrier International :

Vu de l’étranger.

Jean-Marc Fournier, pompier, prêtre et héros de Notre-Dame

La presse étrangère dresse un portrait héroïque de Jean-Marc Fournier, l’aumonier des sapeurs-pompiers de Paris. Lors de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, lundi 15 avril, le prêtre a participé au sauvetage de reliques religieuses.

“Alors que la cathédrale était dévorée par les flammes, les pompiers ont bataillé pour laisser le passage à une mission spéciale, visant à sauver le Saint-Sacrement et d’autres reliques”, raconte le média religieux irlandais The Irish Catholic au lendemain de l’incendie de Notre-Dame. En effet, note leGuardian, “Notre-Dame, vieille de 850 ans, [abritait] de nombreux et irremplaçables œuvres d’art, instruments de musique, statues, boiseries et reliques religieuses”. Pour limiter les pertes, un petit groupe de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) a été chargé d’entrer à l’intérieur du brasier pour sauver plusieurs “objets religieux d’une valeur inestimable”.

Dans la presse étrangère, tous les honneurs reviennent à Jean-Marc Fournier, “pompier, prêtre et héros”, titre le média argentin Infobae. “On craignait que ces reliques ne soient perdues si les flammes se propageaient à l’ensemble de l’édifice, mais grâce au père Fournier elles ont pu être acheminées en lieu sûr”, relate le site d’information.

La Opiniónquotidien hispanophone de Los Angelesprécise : “Fournier fait partie des gens qui ont formé une chaîne humaine pour sortir certains des objets les plus précieux” : la Couronne d’épine – posée, selon la croyance chrétienne, sur la tête du Christ lors de sa crucifixion –, la tunique de Saint Louis – seul roi de France canonisé après les croisades – et le Saint-Sacrement – les hosties déjà consacrées – ont ainsi pu être mis à l’abri des flammes.

Une “conduite exemplaire” déjà au Bataclan

Cet ecclésiastique est déjà considéré par beaucoup comme un héros”, poursuit Infobae. De manière plus globale, les titres étrangers saluent la carrière pour le moins atypique du père Fournier, âgé de 50 ans : prêtre catholique en Allemagne puis dans la Sarthe en France, il a rejoint le diocèse des forces armées en 2004 pour sept années de missions dans le monde entier. “En Afghanistan, il a été impliqué dans une embuscade lors de laquelle 10 soldats ont été tués”, précise le média argentin.

La une de Stentor.

Et “ce n’est pas la première fois que le prêtre se porte au secours des habitants de la capitale durant une tragédie nationale”, surenchérit The Irish Catholic. “En 2015, le prêtre a eu, une fois de plus, une conduite exemplaire. Après l’attentat terroriste du Bataclan, qui a fait 90 morts, Fournier a été l’un des premiers à réconforter les survivants et leurs proches, et à prier pour eux”, rapporte La Opinión.

Suite à l’incendie de Notre-Dame, de nombreux messages ont salué les actes de Jean-Marc Fournier sur les réseaux sociaux et particulièrement dans le milieu catholique. Le quotidien régional des Pays-Bas De Stentor a même choisi de mettre le prêtre à la une du journal et de faire de lui “le héros de Paris.”

Commentaires

  • Tous les pompiers ont été formidable. L'aumônier aussi.
    Mais ne faisons pas de ce prêtre un futur bienheureux.
    Je dis cela parce que je l'ai lu et entendu !

  • Quel éteignoir que ce message ! Qu'importe ce que disent les gens ? Ce qui compte, c'est de rendre gloire à Dieu parce qu'un de ses prêtres vit profondément l'évangile, témoigne réellement de son engagement et de sa foi catholiques. Le serviteur de Dieu, père (???, ne serait-ce pas plutôt abbé, je vois mal un religieux dans ce genre d'emploi mais soit, qui sait ?) Jean-Marc Fournier a reçu dix deniers de son Maître et les a fait fructifier : c'est cela qui compte, cela que nous devons prendre comme exemple et suivre. Notre héroïsme à nous, pour la quasi totalité d'entre nous, consiste à prendre notre croix quotidienne, à vivre la vie que Dieu nous a donnée, dans l'âpreté et la monotonie, sans apparaître en première page des journaux ; ainsi, nous ferons fructifier les cinq deniers que le Seigneur nous a donnés, à l'image du père ou de l'abbé Fournier dont la belle mission est différente. Il est le fils bien-aimé de la Vierge Marie : prions pour lui comme Marie ne cesse de le demander à Medjugorje.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel