Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

France : Vincent Lambert condamné à ne plus vivre par le Conseil d'Etat

IMPRIMER

VINCENT LAMBERT : L'ARRÊT DES SOINS VALIDÉ PAR LE CONSEIL D'ETAT

Le Conseil d'Etat a décidé de valider aujourd’hui la décision médicale « d'interrompre les traitements » de Vincent Lambert qui est en état végétatif depuis dix ans, contre l'avis de ses parents. Il s’agit en réalité de l’ « arrêt définitif » de l’ « alimentation et l’hydratation ».

« Il n’est pas en fin de vie. Il n’est pas sous assistance respiratoire ni cardiaque (…) Ses parents qui le visitent chaque jour voient bien qu’il n’est pas le légume décrit par les médias et beaucoup de médecins le constatent avec eux », a dénoncé Jean-Marie Le Méné, le président de la Fondation Jérôme Lejeune qui défend le maintien en vie de Vincent Lambert. « Condamner à mort Vincent Lambert, c’est signifier aux personnes handicapées que leur vie n’a aucune valeur aux yeux de la société », a-t-il ajouté.

La décision d'arrêter l'alimentation et l'hydratation artificielles de Vincent Lambert, en accompagnant l'interruption de ce traitement d'une sédation profonde et continue, a été validée le 31 janvier dernier par le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne (Marne), alors que l’expertise médicale était contestée par 55 médecins en charge des personnes en état végétatif ou pauci-relationnel (Cf. Affaire Vincent Lambert : le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne favorable à l'arrêt des soins).

Les avocats des parents, Maîtres Jean Paillot et Jérôme Triomphe, ont informé avoir saisi « la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) et le Comité international de protection des droits des personnes handicapées (CIDPH) de l'ONU » afin « de faire respecter les conventions internationales bénéficiant à Monsieur Vincent Lambert et qui ont été gravement méconnues ». « La décision du Conseil d'État n'est donc pas définitive et la décision de provoquer la mort de Vincent Lambert ne peut pas être exécutée », ont-ils souligné.

L'avocate au Conseil d'Etat des parents, Maître Claire Le Bret Desaché, a ajouté que cette décision « ne parle pas du rapport des experts de novembre 2018, qui disaient dans leurs conclusions qu'il n'y avait pas d'obstination déraisonnable, ce qui est une condition posée par la loi ».

Sources:

Communiqué de la Fondation Jérôme Lejeune - Vincent Lambert, handicapé, va être euthanasié ; Jean-Yves Nau - Vincent Lambert : sera-t-il «euthanasié» ou ses «traitements» vont-ils être «interrompus» ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel