Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Orient se vide de ses chrétiens

IMPRIMER

Du site de L'Orient-Le Jour :

Le synode patriarcal maronite sonne l’alarme: l’Orient se vide de ses chrétiens

Les évêques maronites du monde entier, réunis au siège patriarcal de Bkerké. Photo Michel Akl.

Les évêques maronites du monde entier, réunis au siège patriarcal de Bkerké. Photo Michel Akl.

Le synode annuel de l’Église maronite (5 au 8 juin et 10-15 juin) s’est conclu samedi sur un constat grave : le Moyen-Orient, hormis le Liban, qui offre un cas spécial, se vide de ses chrétiens.

Abordant avec la réserve qui s’impose ce thème de leurs travaux, qui se sont tenus au siège patriarcal de Bkerké, les évêques maronites ont parlé dans leur communiqué final publié samedi des « signaux graves » que les évêchés maronites de Syrie, de Jordanie, de Terre sainte, d’Égypte et de Chypre « émettent », et des « besoins croissants auxquels ils font face, en raison d’une accumulation de crises ». En d’autres termes, c’est l’hémorragie humaine dans ces pays qui préoccupe le synode. Pour reprendre les termes d’un évêque qui a requis l’anonymat, « il n’y a plus personne à Alep, à Damas, en Terre sainte, à Chypre. Bon, il y en a à Lattaquié, mais ça reste une mince compensation ». On sait qu’à Alep, pour prendre un exemple, il reste à peine 10% des 400.000 chrétiens qui y habitaient avant que n’éclate la guerre en Syrie 2013.

Les évêques ne baissent pas les bras pour autant et affirment dans leur communiqué qu’ils défendront la cause de ces populations forcées à l’exode par la guerre, l’insécurité, le besoin économique ou les pressions idéologiques, auprès des instances arabes et internationales, afin qu’ils « préservent leur identité culturelle, et que leurs pays retrouvent leur place dans la communauté arabe et internationale ».

Parler en espérance

Parle-t-on en espérance ? Sans doute. Certes, les évêques sont sincères dans leur plaidoirie, mais ils n’en constatent pas moins que l’exode des populations chrétiennes du Moyen-Orient est, dans une certaine mesure, irréversible, et qu’il génère un phénomène de vases communicants, puisque l’Orient qui se désemplit se déverse dans les pays d’émigration.

Du reste, le synode en prend acte. Dans son communiqué final, il affirme avoir examiné « la situation des évêchés de la diaspora, ainsi que l’augmentation du nombre de leurs fidèles et de leurs besoins pastoraux, notamment en prêtres ». Selon le communiqué, les évêques se sont penchés sur le diocèse de France, celui de l’Afrique occidentale et centrale, les communautés en Afrique du Sud, en Europe occidentale et en Europe du Nord, ainsi qu’en Amérique centrale, en Colombie, au Pérou et en Équateur. Les diocèses du Liban principal réservoir maronite de prêtres, ont été sollicités d’accorder « la priorité » à la formation de prêtres missionnaires « et d’aider financièrement les communautés en cours de croissance qui en ont besoin ».

Facteurs d’unification

Abordant le volet de la réforme liturgique au sein de l’Église maronite, le synode a par ailleurs insisté sur la liturgie comme facteur d’unification des maronites. Une attention particulière est également accordée, pour son rôle unificateur, au programmes en vigueur dans les quatre séminaires de préparation au sacerdoce : Ghazir, Karm Saddé, Washington et Rome, avec insistance particulière sur « l’accompagnement » à tous les stades de la formation sacerdotale, pour écarter les candidats incompatibles avec la mission de l’Église.

Par ailleurs, le synode a accordé une attention particulière aux tribunaux religieux maronites et à la pastorale du mariage. Il a souhaité que l’on se dirige vers des juges à plein temps, et à la formation de prêtre qui se spécialiseraient dans le droit canonique, non sans se féliciter des bons résultats des efforts déployés ces dernières années pour développer des centres d’écoute et de réconciliation, d’accompagnement et de préparation au mariage.

La présence des réfugiés syriens au Liban, leur nombre et leur distribution géographique ont fait l’objet de l’attention du synode. A cet effet, les évêques ont pris connaissance d’une rapport détaillé établi par la Fondation maronite dans le monde.

Les écoles et le logement

Les catastrophes sociales qui se sont abattues sur le Liban ces dernières années, n’étaient pas non plus absentes du paysage, notamment celui écoles catholiques ( qui scolarisent 70% des élèves du Liban ), qu’une loi sur la majoration des salaires dans le secteur (46/2017), a saigné et mis en crise, au point d’obliger certaines d’entre elles à fermer.

Le synode n’a pas oublié d’encourager l’État libanais à reprendre son programme de prêts –logements, suspendu en raison d’un affaiblissement des capacités directrices de la Banque centrale. Pour le synode, boucher aux jeunes couples l’horizon sur ce plan, équivaut à les pousser à l’exode et accentue l’hémorragie humaine du pays.

Enfin, les évêques ont adjuré la classe politique à instaurer un climat de confiance dans le pays, et à préserver l’esprit du vivre-ensemble et de « l’équilibre » au niveau des grands rouages de l’appareil d’Etat.

Élections

Sur le plan des élections, le vicaire et auxiliaire patriarcal Boulos Abdel Sater a été élu archevêque de Beyrouth, à la place de Mgr Boulos Matar. Il est remplacé par le P. Antoine Aoukar, haut responsable de l’Ordre des Antonins.

Le vicaire et auxiliaire patriarcal Youhanna Rafic Warcha, lui, est nommé représentant du patriarcat auprès du Saint-Siège et président du Collège maronite, en remplacement de Mgr François Eid, parvenu à l’âge de la retraite. Il est remplacé, au sein de la curie patriarcale par le chorévèque Peter Karam responsable de l’évêché maronite Notre-Dame du Liban, à Los Angeles. 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel