Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bienvenue dans l’Eglise fluide du pape François

    IMPRIMER

    Sur le site web « Benoît et moi », on peut lire  -traduite en français- une  excellente recension proposée par Aldo Maria Valli d’un récent ouvrage de Stefano Fontana qui, partant du texte emblématique de l’exhortation « Amoris laetitia », expose avec une clarté convaincante la manière dont fonctionne la pensée du pape Jorge Mario Bergoglio: un décodage à lire par tous ceux que rebute presqu’instinctivement la « forma mentis » du Pontife régnant, même s'il n'est pas l'unique rédacteur matériel de l'exhortation:

    « Comme tous les livres du professeur Stefano Fontana (1)Exhortation ou Révolution? Tous les problèmes d’Amoris laetitia(éd. Fede & cultura) doit être lue de la première à la dernière ligne, avec attention et gratitude.

    La thèse de Fontana est claire: Amoris laetitia constitue une authentique révolution par rapport à la tradition et au magistère précédents. Se présentant comme un document de nature pastorale plutôt que doctrinale, elle semble presque vouloir rassurer. En réalité, elle est révolutionnaire précisément parce qu’elle privilégie le travail pastoral en le détachant de la doctrine et, en mettant la praxis au premier plan, qu’elle relativise l’idée de vérité. Cependant, comme nous le verrons, dans cette « nouveauté » elle est très vieille.

    Dans la première partie du livre, Fontana accorde une attention particulière au langage d’Amoris laetitia car c’est précisément ce langage qui révèle les intentions de François. C’est le langage du « oui… mais », des questions sans réponse, de l’ambiguïté souhaitée, de l’indétermination utilisée dans le but de déconstruire ce que l’exhortation considère, sans pour autant le dire ouvertement, comme des certitudes désormais dépassées.

    Que le Pape ne supporte pas la doctrine est flagrant, tout comme est claire sa prédilection pour la praxis. C’est précisément en utilisant la rhétorique du « oui, mais aussi » qu’on dit que l’unité entre doctrine et praxis est importante, « mais cela n’empêche pas l’existence de différentes manières d’interpréter la doctrine ou certaines conséquences qui en découlent » (§ 3). De plus, « dans chaque pays ou région, on peut chercher des solutions plus inculturées, attentives aux traditions et aux défis locaux ». (toujours § 3).

    Bien sûr, le concept clé d’ « inculturation » n’est pas précisé et le lecteur reste dans le doute. Cela signifie-t-il que la moralité doit être différente d’un endroit à l’autre? Cela signifie-t-il qu’une norme valable dans le pays A ne l’est pas dans le pays B ? Sur ce point, il n’y a pas de réponse, mais dans les faits, le relativisme s’installe et, encore une fois, c’est l’idée de vérité absolue qui est remise en question.

    Lire la suite

  • Assumpta est Maria in caelum

    IMPRIMER

    Fête de la Dormition pour les Eglises orientales,  de l’Assomption pour celle de Rome, depuis le IVe siècle de notre ère, il s’agit de la même foi : la Vierge ne mourut, ni de vieillesse, ni de maladie ; elle fut emportée par la véhémence du pur amour ; et son visage fut si calme, si rayonnant, si heureux, qu'on appela son trépas la dormition.Telle que la définit en 1950 le pape Pie XII, dans une proclamation dogmatique infaillible, cette croyance ne dit pas autre chose: « Par l'autorité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, des bienheureux apôtres Pierre et Paul, et par Notre propre autorité, Nous prononçons, déclarons, et définissons comme un dogme divinement révélé que l'Immaculée Mère de Dieu, la Vierge Marie, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, fut élevée corps et âme à la gloire céleste » (constitution dogmatique Munificentissimus, § 44)

    Dans la liturgie romaine, l’assomption se célèbre le 15 août : fête religieuse d’obligation, elle est aussi civilement chômée dans les pays de tradition catholique. Extraits des liturgies romaine et slavonne d’une même fête :

     

    Voir aussi  Liège : célébrez l’Assomption à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132)

    JPSC

  • Argentine: les évêques soutiennent la première journée internationale des deux vies, celle de la mère et celle de l'enfant à naître

    IMPRIMER

    De Vatican News (italien) :

    10 août

    In Argenttina celebrata la prima Giornata internazionale per le due vite

    Argentine: les évêques soutiennent la première journée internationale des deux vies

    Plus de 40 000 personnes se sont réunies en Argentine pour célébrer la première Journée internationale des deux vies. Pour écouter des témoignages en s'engageant à sauver les deux vies, celle de la mère et celle de l'enfant à naître, à travers des actions concrètes.

    Luca Collodi - Cité du Vatican

    Plus de 40 000 personnes se sont réunies jeudi dernier à Buenos Aires, devant le Congrès national, pour célébrer la première "Journée internationale des deux vies", une initiative qui en Argentine rappelle le premier anniversaire du rejet du projet de loi sur l'avortement. La manifestation a eu lieu à la veille des élections primaires qui auront lieu dans le pays. Les organisations pro-vie ont attiré l'attention sur les droits fondamentaux des femmes enceintes et des enfants à naître, en proposant la défense de la vie "de la conception à la mort naturelle" et en publiant un manifeste qui exhorte "à vaincre la fausse dialectique de l'avortement qui propose de préférer la vie de l'une ou l'autre personne ", au lieu de" sauver les deux vies ". L’invitation à «mettre fin à la tragédie de l’avortement illégal» est également forte.

    La défense de la vie

    A l'occasion de la Journée internationale d'action pour les deux vies, celle de la mère et celle de l'enfant à naître, la Commission pour la vie, les laïcs et la famille de la Conférence épiscopale argentine (Cevilaf), dans une note - explique Jorge Milia, journaliste et écrivain argentin, déjà étudiant du pape François - exprime son soutien à l'initiative et à toutes les "expressions qui préservent et promeuvent les deux vies et les encourage à prendre en considération, discuter et financer des projets publics qui ils sont orientés vers la maternité vulnérable ».

  • Inde : les dalits chrétiens doublement discriminés

    IMPRIMER

    De Kerknet (traduction "de travail") :

    Les Dalits chrétiens font l'objet de deux discriminations en Inde

    Manifestation en Inde © Vatican Media

    Manifestation en Inde © Vatican Media

    Samedi dernier, avec le soutien explicite des dirigeants de l'Église catholique, des protestations ont été exprimées dans toute l'Inde contre la privation et la discrimination des dalits. La manifestation a lieu chaque année le 10 août, car Rajendra Prasad , le premier président de l’Inde, a adopté l’article 3 de la Constitution indienne sur les castes le 10 août 1950.

    Entre-temps, des lois ont été adoptées pour mieux protéger les dalits (en hindi: piétinés, sans castes ou intouchables), mais elles ne s'appliquent qu'aux sikhs et aux hindous. Les dalits chrétiens et islamiques en sont totalement exclus, uniquement sur la base de leurs croyances. L’évêque auxiliaire Theodore Mascarenhas, de Ranchi, a déclaré samedi que le système de castes pour le groupe important de sans-castes maintenait une sorte de régime d’apartheid .

    Mgr. Mascarenhas : La constitution indienne actuelle qualifie la discrimination de crime mais reste trop forte pour la société. Les dalits sont exclus partout. C'est un problème majeur pour l'Eglise car beaucoup de dalits sont devenus chrétiens et n'ont donc pas les mêmes droits que les dalits restés hindous. Les Dalits chrétiens n'ont pas accès aux emplois, pas même aux écoles. Nous continuons à combattre les dalits qui se sont convertis à l’islam ou au christianisme et jouissent des mêmes droits que les autres dalits!

    Source: Vaticannews.va

  • Les chrétiens de Turquie victimes d'incendies criminels

    IMPRIMER

    De Kerknet (traduction "de travail") :

    12 août

    Incendie criminel contre des chrétiens turcs

    Selon des ONG, des soldats turcs et des militants du PKK seraient responsables de l'incendie criminel.

    Ces dernières semaines, plusieurs incendies ont été provoqués en Turquie dans la région de Tur Abdin , une région abritant certaines des églises et des monastères les plus importants et les plus anciens du monde. Un cimetière a déjà été détruit et près des villages d'Elbeğendi, de Güzelsu, de Dibek, d'Üçköy, d'Üçyol et de Dağiçi, au moins 200 hectares de terres agricoles et de dizaines d'animaux ont été victimes du grand incendie. Selon les médias turcs, six villages auraient dû être évacués en même temps pour faire progresser les incendies. Plus de mille hectares de vignoble ont été dévastés à Şırnak. Là où il y a deux semaines du vin, des olives et du maïs étaient encore cultivés et des moutons pâturés, il n'y a plus que de la terre carbonisée.

    Des centaines d'arbres et plus de mille hectares de vignes sont tombés à ırnak © Facebook

    Des centaines d'arbres et plus de mille hectares de vignes sont tombés à ırnak © Facebook

    En raison de la discrimination et des conditions de vie précaires dans le sud-est de la Turquie, des milliers de familles chrétiennes ont dû quitter leur pays d'origine au cours des dernières décennies du XXe siècle.

    Le 26 juillet, tôt dans la matinée, un incendie s'est déclaré dans l'oliveraie du monastère historique de Deyrulzafaran, un lieu saint pour les Assyriens. Le monastère, situé à 10 km du centre de Mardin, a été fondé au Ve siècle. La récolte des olives est l’une des sources de revenus les plus importantes du monastère. Des centaines d'oliviers et d'amandiers ont été détruits lors des incendies dans les jardins autour du monastère. Un responsable du monastère estime que cet incendie a malheureusement été provoqué par un petit groupe de jeunes ivres. Des recherches ultérieures devront le montrer.

    Qui est responsable?

    Le PKK et l'armée turque sont suspectés d'avoir orchestré l'incendie criminel. Le gouvernement tente de suggérer que les incendies dans la région où vivent de nombreux chrétiens syriens orthodoxes et araméens sont le résultat du bombardement de l'armée turque contre des combattants du PKK. Mais la population locale est convaincue que les incendies sont délibérément allumés. Les pompiers se renvoient les responsabilités des uns envers les autres, de sorte que les jeunes, y compris de nombreux jeunes allemands et d'autres pays d'Europe occidentale qui rendent visite à leur famille, doivent combattre eux-mêmes les incendies avec de la terre et des rameaux d'olivier.

    L'incendie criminel comme un avertissement

    Pour le gouvernement turc, les incendies ne constituent pas une préoccupation majeure et ne représentent que des dommages collatéraux à la suite de la lutte contre le mouvement kurde PKK. Il est soupçonné d'avoir un rôle dans les incendies. Ces dernières années, de plus en plus de chrétiens affluant d'Europe occidentale sont retournés dans leurs villes natales et leurs familles et ont exigé sur des bases légales que leurs terres leur soient restituées par l'État turc ou par les tribus kurdes. Avec leur arrivée, les communautés syrienne orthodoxe et araméenne sont à nouveau renforcées et, en outre, la position du mouvement kurde du PKK est affaiblie. Selon un habitant du terrain, le PKK veut donner aux chrétiens qui veulent rentrer dans la terre de leurs ancêtres, dans le sud-est de la Turquie, le signe qu'ils ne sont pas les bienvenus ...

    Source: AINA / Vaticanews.va

  • Le passé, le présent et l’avenir de l’Église catholique de Hong Kong, et les décisions que le Vatican devra prendre, sont des facteurs importants pour l’avenir des manifestations

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur le site Bitter Winter :

    12 août

    Manifestations de Hong Kong : le facteur catholique

    Le passé, le présent et l’avenir de l’Église catholique de Hong Kong, et les décisions que le Vatican devra prendre, sont des facteurs importants pour l’avenir des manifestations.

    Cardinal John Tong Hon, Manifestations de Hong Kong : le facteur catholique
    Cardinal John Tong Hon

    Les manifestations de Hong Kong se poursuivent. Certains pensent qu’elles pourraient devenir le nouveau Tian’anmen. Les militants des droits humains spéculent sur la façon dont l’attitude des États-Unis et du président Donald Trump sera déterminante pour l’avenir des manifestations, ou pourra même alimenter ou créer une opposition au président Xi Jinping au sein même du PCC.

    D’autres à Hong Kong pensent néanmoins que les choix d’un dirigeant originaire d’un pays en voie de développement, venant s’ajouter à ceux de Trump et de Xi Jinping, peuvent peser lourdement sur l’avenir de Hong Kong. Ce dirigeant est le Pape François. Les catholiques romains de Hong Kong ne représentent que 5% de la population, mais ils détiennent un pouvoir disproportionné en politique, dans la culture et dans les médias. Carrie Lam, cheffe de l’exécutif de Hong Kong, dont les positions pro-PCC ont déclenché les manifestations, est elle-même une catholique pratiquante et elle a été éduquée dans des écoles catholiques. Ce n’est un secret pour personne qu’elle demande régulièrement conseil à des évêques catholiques sur des questions politiques importantes.

    Hong Kong est aussi un pont traditionnel entre le Vatican et la Chine. Selon des chercheurs experts sur les questions des relations entre le Vatican et la Chine, c’est à Hong Kong que, jusqu’à l’entrée en fonction du pape François en 2013, l’opposition la plus forte à tout accord entre le Vatican et le PCC encourageant les prêtres et les évêques catholiques à rejoindre l’Association Patriotique des Catholiques Chinois(APCC) contrôlée par le gouvernement a été organisée et dirigée avec succès, avec l’influence du cardinal anti-PCC Joseph Zen (né en 1932 et évêque de Hong Kong entre 2002 et 2009), une opposition qui s’est étendue à Rome. Selon les mêmes chercheurs, Joseph Zen avait rassemblé une formidable équipe avec un confrère salésien, Mgr Savio Ho Tai Tai-fai (né à Hong Kong en 1950), le prélat chinois le plus influent de la Curie romaine, où il était, depuis 2010, secrétaire de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, c’est-à-dire le département du Vatican directement responsable de la Chine. Zen et Ho étaient très écoutés par le pape Benoît XVI, et ont effectivement torpillé toute possibilité d’accord qui rendrait possible ou obligatoire l’adhésion des prêtres et des évêques catholiques chinois à l’APCC. Ils étaient soutenus par Ettore Balestrero, alors père, plus tard archevêque, un haut responsable politique du Secrétariat d’État du Vatican, et un farouche opposant du PCC.

    Lire la suite

  • Boko Haram coupe les oreilles de femmes dans un village chrétien du Cameroun

    IMPRIMER

    De iCHRETIEN.COM, portail chrétien de la Côte d'Ivoire :

    Cameroun

    Boko Haram coupe les oreilles de femmes dans un village chrétienBoko Haram coupe les oreilles de femmes dans un village chrétien
    Les villageoises chrétiennes du Cameroun se remettent après que Boko Haram leur a coupé les oreilles. (Photo: Portes ouvertes)

    La cruauté du groupe terroriste Boko Haram a atteint de nouveaux sommets dans un récent attentat contre un village chrétien où les femmes avaient les oreilles coupées par des radicaux islamistes. 

    Le 29 Juillet, les militants de Boko Haram ont pris d'assaut le village chrétien de Gagalari dans la ville de Yagou la dans l'extrême nord du Cameroun , en prenant huit femmes en otage et couper leurs oreilles avant de les libérer. 

    "Elles sont arrivées du jour au lendemain, sont entrées une à une dans les maisons et ont kidnappé les femmes, rien que les femmes", a déclaré à Aide à l'église en détresse une source locale qui est restée anonyme .

    «Ils les ont emmenées et ont amputé une oreille de chaque victime. Ensuite, ils les ont relâchés, faisant des menaces et disant qu'ils reviendraient, qu'il s'agissait de la première attaque, mais que d'autres suivraient. C'est terrifiant », a ajouté la source.

    Les victimes ont été retrouvées par l'armée puis transférées dans un établissement de santé. Selon UK Open Doors, il n’est pas clair si toutes les femmes enlevées ont été libérées. 

    Pour des raisons de sécurité, les hommes du village ne dorment pas à l'intérieur des maisons et il existe même un groupe de vigilance, «mais cette attaque surprise repoussante n'était pas bonne. Les femmes ont été traînées hors de chez elles sous les yeux de leurs enfants », a déclaré la source.

    Le groupe terroriste a terrorisé les communautés chrétiennes au Nigeria ces dernières années, mais a maintenant étendu son idéologie au Cameroun, au Niger et au Tchad. UK Open Doors dit que les rapports camerounais témoignent d'un «nouveau type d'atrocité» pour les militants. 

    Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, l’insurrection de Boko Haram est survenue depuis 2009, déclenchant une crise humanitaire qui a laissé près de 10 millions de personnes dans le bassin du Tchad à des niveaux élevés de faim et de malnutrition.

    L'Unicef ​​a estimé l'année dernière que Boko Haram avait enlevé 1 000 enfants dans le nord-est du Nigéria entre 2013 et 2018. De nombreux enfants, en particulier des filles, ont été utilisés par le groupe comme kamikazes.

    La population de Gagalari, en particulier les enfants et les femmes, est traumatisée et terrifiée. «Mais qu'est-ce qu'ils vont faire? Ce sont des gens simples et très pauvres qui vivent de l’agriculture et qui attendent la récolte pendant la saison des pluies. Où vont-ils aller ? », Se lamente la source.  

  • Irlande : les hôpitaux catholiques refusent de perpétrer des avortements

    IMPRIMER

    D'Augustin Hamilton sur le site "Campagne Québec Vie" :

    Les hôpitaux catholiques d’Irlande refusent de perpétrer des avortements

    03/08/2019

    Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

    Heureusement que les promoteurs de la culture de mort rencontre un tant soit peu de résistance. Extrait de LifeNews :

    En mai 2018, l'Irlande a voté l'abrogation de son huitième amendement, retirant de la Constitution irlandaise la protection des enfants à naître. Aujourd'hui, les dirigeants du gouvernement font avancer une législation proavortement radicale qui légaliserait l'avortement pour n'importe quelle raison jusqu'à 12 semaines de grossesse et jusqu'à six mois dans une grande variété de circonstances. Cela obligerait les contribuables à payer pour les avortements et obligerait les hôpitaux catholiques à les fournir.

    Mais les autorités catholiques d'Irlande ripostent.

    La Conférence des évêques catholiques irlandais a récemment publié un code d'éthique des soins de santé qui stipule que les hôpitaux catholiques ne peuvent pas pratiquer d'avortements, rapporte le Catholic Herald.

    « Les fidèles catholiques ne feront aucun compromis sur la question de l'avortement avec l'esprit de cet âge maléfique », a récemment écrit le père Patrick McCafferty de Belfast dans Irish News. « L'avortement est une question de vie ou de mort. Mettre intentionnellement fin aux plus vulnérables d'entre nous est révélateur de ce qui est au cœur de la société humaine, et qui doit être rejeté et combattu à tout prix. »

    Cependant, les politiciens irlandais proavortement continuent d'insister pour que les hôpitaux catholiques soient forcés d'avorter les bébés à naître.

    […]

    Environ 20 hôpitaux en Irlande sont affiliés à des ordres religieux catholiques […]

  • Le courage intrépide de saint Maxime le Confesseur (13 août)

    IMPRIMER

    De BENOÎT XVI, lors de l'Audience Générale du mercredi 25 juin 2008 :     

    Saint Maxime le Confesseur 

    Chers frères et sœurs,

    Je voudrais présenter aujourd'hui la figure de l'un des grands Pères de l'Eglise d'Orient de l'époque tardive. Il s'agit d'un moine, saint Maxime, auquel la Tradition chrétienne attribua le titre de Confesseur en raison du courage intrépide avec lequel il sut témoigner - "confesser" -, également à travers la souffrance, l'intégrité de sa foi en Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme, Sauveur du monde. Maxime naquit en Palestine, la terre du Seigneur, autour de 580. Dès l'enfance, il fut destiné à la vie monastique et à l'étude des Ecritures, également à travers les œuvres d'Origène, le grand maître qui au troisième siècle était déjà parvenu à "fixer" la tradition exégétique alexandrine.

    De Jérusalem, Maxime s'installa à Constantinople, et de là, à cause des invasions barbares, il se réfugia en Afrique. Il s'y distingua par un courage extrême dans la défense de l'orthodoxie. Maxime n'acceptait aucune réduction de l'humanité du Christ. La théorie était née selon laquelle il n'y aurait eu dans le Christ qu'une seule volonté, la volonté divine. Pour défendre l'unicité de sa personne, on niait en Lui une véritable volonté humaine. Et, à première vue, cela pourrait aussi apparaître une bonne chose que dans le Christ il n'y ait qu'une volonté. Mais saint Maxime comprit immédiatement que cela aurait détruit le mystère du salut, car une humanité sans volonté, un homme sans volonté n'est pas un homme véritable, c'est un homme amputé. L'homme Jésus Christ n'aurait donc pas été un homme véritable, il n'aurait pas vécu le drame de l'être humain, qui consiste précisément dans la difficulté de conformer notre volonté avec la vérité de l'être. Et ainsi, saint Maxime affirme avec une grande décision:  l'Ecriture Sainte ne nous montre pas un homme amputé, sans volonté, mais un véritable homme complet:  Dieu, en Jésus Christ, a réellement assumé la totalité de l'être humain - excepté le péché, bien évidemment - et donc également une volonté humaine. Et la chose, ainsi formulée, apparaît claire:  le Christ est ou n'est pas un homme. S'il est un homme, il a également une volonté. Mais un problème apparaît:  ne finit-on pas ainsi dans une sorte de dualisme? N'arrive-t-on pas à affirmer deux personnalités complètes:  raison, volonté, sentiment? Comment surmonter le dualisme, conserver la totalité de l'être humain et toutefois préserver l'unité de la personne du Christ, qui n'était pas schizophrène. Et saint Maxime démontre que l'homme trouve son unité, l'intégration de lui-même, sa totalité non pas en lui-même, mais en se dépassant lui-même, en sortant de lui-même. Ainsi, également dans le Christ, en sortant de lui-même, l'homme se trouve lui-même en Dieu, dans le Fils de Dieu. On ne doit pas amputer l'homme pour expliquer l'Incarnation; il faut seulement comprendre le dynamisme de l'être humain qui ne se réalise qu'en sortant de lui-même; ce n'est qu'en Dieu que nous trouvons nous-mêmes, notre totalité et notre plénitude. On voit ainsi que ce n'est pas l'homme qui se referme sur lui-même qui est un homme complet; mais c'est l'homme qui s'ouvre, qui sort de lui-même, qui devient complet et se trouve lui-même précisément dans le Fils de Dieu, qui trouve sa véritable humanité. Pour saint Maxime cette vision ne reste pas une spéculation philosophique; il la voit réalisée dans la vie concrète de Jésus,   surtout   dans   le   drame   du Gethsémani. Dans ce drame de l'agonie de Jésus, de l'angoisse de la mort, de l'opposition entre la volonté humaine de ne pas mourir et la volonté divine qui s'offre à la mort, dans ce drame du Gethsémani se réalise tout le drame humain, le drame de notre rédemption. Saint Maxime nous dit, et nous savons que cela est vrai:  Adam (et Adam c'est nous) pensait que le "non" était le sommet de la liberté. Seul celui qui peut dire "non" serait réellement libre; pour réaliser réellement sa liberté, l'homme devait dire  "non"  à Dieu; ce n'est qu'ainsi qu'il pense être finalement lui-même, être arrivé au sommet de la liberté. Cette tendance était aussi contenue dans la nature humaine du Christ, mais il l'a surmontée, car Jésus a vu que le "non" n'est pas le sommet de la liberté. Le sommet de la liberté est le "oui", la conformité avec la volonté de Dieu. Ce n'est que dans le "oui" que l'homme devient réellement lui-même; ce n'est que dans la grande ouverture du "oui", dans l'unification de sa volonté avec la volonté divine, que l'homme devient immensément ouvert, devient "divin". Etre comme Dieu était le désir d'Adam, c'est-à-dire être complètement libre. Mais l'homme qui se referme sur lui-même n'est pas divin, n'est pas complètement libre; il l'est en sortant de lui-même, c'est dans le "oui" qu'il devient libre; et tel est le drame du Gethsémani:  non pas ma volonté, mais la tienne. C'est en transférant la volonté humaine dans la volonté divine que naît l'homme véritable et que nous sommes rachetés. C'est, en quelques mots, le point fondamental de ce que voulait  dire  saint  Maxime,  et nous voyons qu'ici tout l'être humain est véritablement en question; c'est là que se trouve toute la question de notre vie. Saint Maxime avait déjà eu des problèmes en Afrique en défendant cette vision de l'homme et de Dieu; il fut ensuite appelé à Rome. En 649, il prit activement part au Concile du Latran, convoqué par le Pape Martin I pour défendre les deux volontés du Christ, contre l'édit de l'empereur, qui - pro bono pacis - interdisait de débattre de cette question. Le Pape Martin paya cher son courage:  bien que de santé précaire, il fut arrêté et traduit en justice à Constantinople. Jugé et condamné à mort, il obtint la commutation de sa peine en un exil définitif en Crimée, où il mourut le 16 septembre 655, après deux longues années d'humiliations et de tourments.

    Lire la suite