Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les catholiques de Hong Kong dans le collimateur des medias chinois

IMPRIMER

De Claire Lesegretain sur le site du journal La Croix :

13 août

Les catholiques de Hong Kong pris pour cible par les médias chinois

Selon le quotidien « Ta Kung Pao », dirigé par le parti communiste chinois (PCC), les écoles catholiques de Hong Kong seraient devenus des « centres de formation » pour les manifestants pro-démocratie, et les églises, des « refuges pour les foules ».

Postée la semaine dernière sur Internet, une vidéo montre huit jeunes Hongkongais participant à un exercice de tir au pistolet à air comprimé et arborant un drapeau américain, sur le toit d’un lycée diocésain, le Yu Chun Keung Memorial College.

Il n’en fallait pas plus pour que le quotidien chinois Ta Kung Pao(« L’Impartial »), dirigé par le parti communiste chinois (PCC), accuse cet établissement catholique d’organiser des « entraînements à la violence » et lui reproche d’être devenu « un centre de formation pour les foules ».

Le Yu Chun Keung Memorial College a pourtant publié une déclaration dimanche 11 août pour préciser que cette vidéo, enregistrée le 5 août, ne faisait que montrer les activités de son club de tir et n’était en aucun cas représentative des opinions de l’école à propos de la contestation générale qui secoue, depuis le 31 mars dernier, l’ex-colonie britannique, rétrocédée à la Chine en 1997. Protestations qui, à l’origine, visaient le projet de loi du gouvernement visant à faciliter les extraditions vers la Chine continentale.

Mais cela n’a pas empêché Ta Kung Pao, plus ancien journal de langue chinoise, à faire le lien entre cette vidéo et le fait que la paroisse hongkongaise Mother of Good Counsel, lors d’affrontements dans la nuit du 3 août entre policiers et manifestants, avait ouvert ses portes pour que ces derniers puissent se réfugier à l’intérieur.

« L’église héberge la foule vêtue de noir [allusion aux habits des militants pro-démocratie, NDLR] et les voisins craignent qu’elle collabore avec les manifestants », a rapporté Ta Kung Pao. Citant certains habitants du quartier, le quotidien chinois affirme même que cette paroisse catholique « est devenue une base pour ceux qui sont contre la Chine ».

Jeûner et à prier pour soutenir le mouvement 

Ce n’est pas la première fois que les médias chinois accusent l’Église catholique de s’engager aux côtés des manifestants. Il est vrai que depuis le début des protestations à Hong Kong, plusieurs paroisses sont très impliquées : des prêtres ont appelé à jeûner et à prier pour soutenir le mouvement ; des étudiants leaders ont revendiqué leur foi chrétienne…

On a même vu des pancartes avec le message : « Arrêtez les matraques, sinon on chante Alléluia au Seigneur. » Une menace ironique destinée aux policiers, en référence au cantique devenu cri de ralliement des manifestants. Il faut dire qu’à Hong Kong, la pratique religieuse est libre, à la différence du reste de la Chine continentale.

La religion, une « couverture » pour « détourner » les élèves

Un autre journal dirigé par le PCC à Hong Kong, Wen Wei Po, avait déjà affirmé le 7 août qu’avoir une chapelle dans une école primaire catholique permettait aux manifestants d'« utiliser la religion comme couverture pour détourner les élèves ».

Si bien que lundi 12 août, un volontaire de la paroisse a déclaré à Wen Wei Po qu’après la publication de cet article critique, la décision avait été prise de fermer toutes les portes de l’église après la messe. « L’église ne sera ouverte qu’aux paroissiens qui ont un rendez-vous et avec l’approbation du service de la sécurité », a déclaré le volontaire.

Dans ce même article, Wen Wei Po s’en prend également au centre catholique et à la librairie diocésaine pour avoir téléchargé sur Facebook, le 2 août, un dessin animé sur lequel on voit Jésus étreindre deux jeunes portant un casque et des vêtements noirs, et leur disant : « Les enfants, déjà fatigués ? Venez à ma porte ! » Le journal a qualifié ce téléchargement de la part de ces espaces catholiques « de marque de connivence avec des manifestants violents ».

Selon un membre du personnel diocésain, interrogé par Ucanews, « dans la situation actuelle à Hong Kong, les attaques [par les médias] ne sont pas une surprise ». Tout en niant que le diocèse ait pris parti pour les manifestants pro-démocratie, ce salarié diocésain a précisé : « Le message de ce dessin animé est très doux. Il montre simplement que Jésus offre un abri et une aide à ceux qui en ont besoin. »

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel