Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Viri probati, diaconat féminin, rite amazonien... : les points saillants du synode

IMPRIMER

Rencontre avec des indigènes d'Amazonie © Vatican Media

Rencontre Avec Des Indigènes D'Amazonie © Vatican Media

D'Anne Kurian sur zenit.org :

Synode sur l’Amazonie : les points saillants des rapports des groupes linguistiques

Présentation devant la presse

« Le Synode est un processus qui s’ouvre », a souligné Mgr Mário Antônio da Silva, évêque de Roraima au Brésil, évoquant « la possibilité que des hommes (mariés) matures, responsables, reconnus au sein de leur communauté, puissent être ordonnés ». Cependant, a-t-il rappelé, « le célibat est un don pour l’Eglise qui doit être considéré comme quelque chose de très précieux, non seulement comme discipline mais comme grâce ».

Pour la suggestion d’un « rite amazonien » par lequel exprimer le patrimoine liturgique, théologique, disciplinaire et spirituel de la région, analogiquement comme celui des Eglises orientales, Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, a rappelé que Jean-Paul II avait concédé un rite particulier au Chemin néocatéchuménal – pour la célébration de l’Eucharistie.

« Si la proposition est approuvée, a-t-il ajouté, il faudra chercher comment elle peut être. Certains livres liturgiques ont déjà été traduits en rites amazoniens : il y a depuis des décennies une réflexion en acte sur la théologie indienne et sur une catéchèse qui puisse se développer selon cette orientation. Les rites sont une expression de l’évangélisation : quand l’annonce de l’Evangile rejoint une culture, il s’inculture, c’est-à-dire qu’il cherche à s’exprimer dans des formes que cette culture considère plus cohérentes pour exprimer le mystère. »

Mgr Fisichella a aussi évoqué l’hypothèse d’un « observatoire environnemental en Amazonie » pour éviter les « péchés écologiques ». Ce péché, a-t-il expliqué, naît « de l’individualisme : celui qui le vit, risque de mourir d’asphyxie et de ne pas se rendre compte que la nature, la vie, les relations nous invitent à un regard plus large ». « Plus qu’une subdivision ou une multiplication des péchés, a ajouté l’archevêque, il y a un péché fondamental qui réside dans le comportement humain qui se renferme devant Dieu, et la création est une manifestation de Dieu. »

Pour Mgr Mário Antônio da Silva », tout ce qui conduit à un profit exorbitant, exagéré, non seulement pue mais contient le péché, le mal, l’injustice dans son ADN. Il ne s’agit pas de créer une liste de péchés, mais de mettre en pratique cette conversion écologique que le pape nous a proposé dans Laudato sì et qui doit orienter toute notre vie ».

La religieuse colombienne Daniela Adriana Cannavina a témoigné quant à elle que « l’attention envers les femmes a augmenté, au fur et à mesure que se poursuivaient les travaux synodaux ». Elle a évoqué la suggestion du diaconat féminin : « Nous ne voulons pas une réplique de moule cléricaliste ni un rôle de pouvoir. La vie religieuse est le lieu du service, pas du pouvoir. »

Commentaires

  • Pour résumer:
    le célibat des prêtres est un don précieux mais il faut le refuser pour l'Amazonie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel