Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le 2e rapport sur l'Eglise catholique en Belgique : un exercice affolant de la langue de buis

IMPRIMER

Le discours officiel des apparatchiks ecclésiastiques voudrait masquer la triste réalité de l'Eglise belge caractérisée par un effondrement notable de la pratique religieuse : entre 2016 et 2018, l'Église a enregistré une baisse de 11,83% pour les baptêmes, de 4,33% pour les confirmations, de 13,92% pour les mariages à l'Eglise et de 16,79% pour la participation à l'Eucharistie; sans compter les 2400 débaptisés de 2017-2018... Mais, aux yeux des commentateurs attitrés, il s'agirait d'une évolution marquant le passage d'un "christianisme culturel" (ou "sociologique") à un "christianisme facultatif" (ou "décisionnel")! Sic! Et de se féliciter de la part prise par les laïcs, par les femmes et par les étrangers à l'activité de l'Eglise dans notre pays, comme s'il ne s'agissait pas de solutions plus ou moins heureuses ou plus ou moins boiteuses pour pallier au manque de prêtres et de religieux. Et les chiffres seraient encore bien plus désolants s'il n'y avait pas une présence substantielle de fidèles venus de l'étranger. Et les meilleurs chiffres sont ceux de la fabrication de bière dans les abbayes trappistes...

Mais, pour Jean-Jacques Durré (cathobel), il s'agit d'un "dynamisme encourageant" : https://www.cathobel.be/2019/12/04/leglise-catholique-de-belgique-un-dynamisme-encourageant/!

De Kerknet.be :

2ème rapport annuel Eglise catholique en Belgique: 'Eglise en transition'

MERCREDI 4 DÉCEMBRE 2019

Plus de femmes que d'hommes et plus de laïcs que de prêtres travaillent dans l'Église catholique en Belgique.

Eglise catholique belge en chiffres 2019

  • 55% des employés de l'Église sont des femmes
  • il y a plus de laïcs nommés que de prêtres nommés
  • 147.659 volontaires sont engagés 
  • Broederlijk Delen (Entraide et Fraternité) et Caritas International lèvent 13 millions d'euros

L'Eglise catholique en Belgique traverse des transitions remarquables. (!?) Cela ressort clairement du deuxième rapport annuel de l'Église publié aujourd'hui par la Conférence des évêques de Belgique . Par exemple, l'Église en Belgique est de plus en plus soutenue par des laïcs . Dans tous les diocèses belges, 2 038 laïcs ont été nommés par un évêque (paroisses, services diocésains, établissements de soins, etc.), en plus des 1 940 prêtres nommés. La formation est en augmentation: il y a 64 prêtres étudiants, 39 diacres en formation et 297 hommes et femmes suivent la formation au travail pastoral.

La deuxième transition importante est celle de la féminisation. En Belgique, sur plus de 7 000 personnes qui assument des responsabilités ou exercent des fonctions, 55% sont des femmes.

Les chiffres confirment que les femmes jouent un rôle irremplaçable pour l'avenir de l'Église et la vie de foi.

La troisième évolution que traverse l’Eglise est celle du christianisme culturel au christianisme facultatif. Les gens ne choisissent plus dans la tradition, mais choisissent très consciemment certains sacrements. Cela se reflète dans les chiffres de plusieurs sacrements. Par exemple, entre 2016 et 2018, l'Église a enregistré une baisse pour le baptême (- 11,83%), la confirmation (- 4,33%), le mariage ecclésiastique (- 13,92%) et l'eucharistie (- 16,79%).

La quatrième et dernière transition est celle de la diversité croissante . Outre les communautés religieuses néerlandophones, françaises ou germanophones, il existe également en Belgique 155 communautés catholiques de croyants d'origine étrangère et 9 communautés catholiques de rite oriental (telles que des catholiques chaldéens et syriens). Sur les 2 260 «fidèles» rémunérés par le Service public fédéral Justice, 19% sont des femmes et 20% des étrangers. Parmi eux, les Congolais (172) constituent de loin le groupe le plus important, suivis des Français (43) et de la Pologne (34).

Quelques chiffres notables du rapport

  • En 2018, 31 bâtiments d'église ont été retirés du culte catholique. Parmi ceux-ci, 8 ont été donnés à d'autres services de culte chrétiens.
  • Les centres de réflexion et les quartiers des monastères et des abbayes ont enregistré 227 279 nuitées en 2018 (plus de 600 invités par jour).
  • Les 9 cathédrales de Belgique ont accueilli 2 853 040 visiteurs pour la liturgie et le tourisme en 2018.
  • Les 6 abbayes de trappistes (Achel, Chimay, Orval, Rochefort, Westmalle et Westvleteren) emploient 395 personnes dans leurs brasseries, leurs fromageries et leurs quartiers d’hôtes et produisent 46 millions de litres de bière.

Commentaires

  • Ouf, tout va bien.

    Nos évêques et tous ceux qui ont un pouvoir de décision dans l'Eglise catholique en Belgique "assurent".

    Si moins de personnes ont recours aux divers sacrements (mais est-ce encore bien nécessaire pour le Salut, nous sommes quand même au 21ème siècle), la production de bière et de fromage se maintient ou augmente.

    Sans doute par modestie, le rédacteur de ce document n'a pas parlé de la diversité toujours plus grande des eucharisties : d'ici peu, chaque paroisse, pour ne pas dire chaque prêtre célébrera la liturgie suivant son rite personnel.

    Que désirer de plus?

  • Bel exemple d'aveuglement qui consiste à faire passer pour remarquable et même souhaitable, et donc positif, ce qu'on a été incapable d'endiguer ou d’empêcher.
    En somme la seule information encourageante concerne la production élevée de bière Trappiste. D'ailleurs je vais de ce pas me servir une Rochefort 10 pour me consoler de cette lamentable prose.

  • Eh bien donc, derniers catholiques pratiquants,. levez vos verres de Rochefort 10 à la santé des rédacteurs de ce document. Ils en ont certainement bu quelques-unes pour oser une telle bafouille.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel