Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Banneux à l'honneur sur Aleteia

IMPRIMER

D'Albane de Cugnac sur le site Aleteia.org :

Les apparitions de Banneux, un message à tous les pauvres et donc à chacun de nous

Banneux

Source du Sanctuaire Marial de Banneux, Belgique.

Hozana | 12 décembre 2019

Banneux, un village au sud de Liège, en Belgique, est un lieu marial encore trop peu connu où la Sainte Vierge est apparue en 1933 à une jeune fille de 12 ans. S’en souvenir à quelques jours de la naissance de Jésus, petit parmi les plus petits, pauvre parmi les plus pauvres, c’est une invitation à méditer sur la pauvreté. Car c’est un véritable message à tous les pauvres et donc à chacun de nous qu’elle a adressé au monde.

Nous sommes le 15 janvier 1933. Mariette Béco est l’aînée d’une famille de sept enfants. Peu pratiquante, cela fait de nombreux mois qu’elle ne se rend plus au catéchisme. Elle préfère rester à la maison pour aider sa mère, tombée gravement malade. Pourtant, ce soir-là, alors qu’il fait déjà très sombre et froid dehors, elle guette son petit frère à la fenêtre qui n’est pas encore rentré et aperçoit alors une « dame » qui la regarde les mains jointes vers le bas. Sans hésitation, elle reconnaît la Sainte Vierge.

 Lire aussi : Ces apparitions reconnues comme « dignes de foi » par l’Église

Malgré son manque de piété, Mariette sent naître en son cœur un grand désir de s’approcher de Marie. Quelques jours plus tard, alors que la petite fille affronte le froid glacial pour prier son chapelet, la Vierge apparaît à nouveau et lui fait signe de la suivre. Ensemble, elles s’approchent d’une source et Marie s’adresse à Mariette pour la première fois : « Poussez vos mains dans l’eau ». La fillette obéit… Quel est donc le message que Marie souhaite ici adresser à chacun de nous ? Elle nous invite à déposer à ses pieds tous nos soucis, toutes nos souffrances, toutes nos douleurs. L’eau, témoignage d’une vie nouvelle, est aussi le symbole de la purification. La Sainte Vierge envoie ce signe à tous les hommes qui traversent la nuit du désespoir. Elle se rend toute disponible afin de les soutenir dans leurs épreuves et leurs combats. Elle encourage aussi chacun à se reconnaître pêcheur afin de demander au Seigneur la grâce d’être pardonné. Elle est la mère du Seigneur et souhaite soulager les Hommes de leurs fardeaux.

Un message à tous les pauvres et donc à chacun de nous

Le lendemain, le 19 janvier 1933, la Sainte Vierge apparaît à nouveau près de la source… Plus audacieuse, Mariette ose alors lui demander qui elle est. « Je suis la Vierge des Pauvres. Cette source est réservée pour toutes les nations, pour soulager les malades ». Les Évangiles en témoignent : Jésus est très attentif à la pauvreté. Il a d’ailleurs choisi de naître dans une étable et de se faire tout petit et discret. Cependant, il ne faut pas s’arrêter à la simple pauvreté matérielle. Marie s’exprime ici à chaque homme. Méditons donc sur ce terme de « pauvreté » ! Qui sont les pauvres que je croise dans mon quotidien ? Et moi, de qui suis-je le pauvre ? Les pauvretés sont nombreuses et diverses et chacun de nous les côtoie tous les jours. 

 Lire aussi : « Les formes de pauvreté sont en train de se diversifier »

La Sainte Vierge s’adresse à tous les pauvres et donc à chacun de nous. Elle prend toutes nos pauvretés sous son aile — que celles-ci soient matérielles, physiques, psychologiques ou spirituelles. Comme les Béatitudes nous y encouragent, il est alors en notre pouvoir d’identifier ces pauvretés et de les accepter avec humilité et douceur. « Heureux les pauvres de cœur car le Royaume des Cieux est à eux » (Mt 5, 3). C’est avec un cœur humble et un esprit brisé que nous pourrons réellement nous mettre en marche vers Jésus. Nos souffrances ne disparaîtront pas mais en suivant le chemin que Marie nous montre, elles seront plus douces et supportables. Les bras de Marie sont tendus vers chacun comme une mère avec ses enfants.

« Croyez-en moi et je croirai en vous »

Lors d’une sixième apparition, le 15 février 1933, le chapelain du village, l’Abbé Jamin, va exprimer à Mariette une requête toute particulière. Celui-ci vit en effet depuis plusieurs mois une réelle et profonde nuit de la foi. Nombreux sont les instants au cours desquels il a remis en question sa foi et son zèle apostolique. Alors c’est avec beaucoup d’intérêt qu’il propose à cette petite villageoise de demander à Marie un signe pour que tous les habitants puissent croire. « Croyez-en moi et je croirai en vous », répond simplement la Sainte Vierge à la fillette. Marie demande ici à chaque homme de lui faire confiance, de se laisser guider avec abandon et humilité. Ainsi en lui jetant toutes nos épreuves, en déposant nos pauvretés à ses pieds, nous pouvons être convaincus qu’elle saura les prendre et les transformer.

 Lire aussi : La carte qui recense toutes les apparitions mariales depuis 500 ans

Elle ne vient pas retirer nos souffrances mais peut nous aider à porter notre croix qui nous mènera vers son fils. Ce mystère de la croix est bien difficile à comprendre mais il est pourtant indissociable du chemin qui nous conduira au Seigneur. En acceptant de remettre nos pauvretés à Marie, nous exprimons notre désir d’être aidés par notre maman du Ciel en empruntant un chemin plus doux et moins rude. Quant à la Sainte Vierge, son seul désir est de pouvoir conduire chacun de ses enfants à la sainteté et à la vie éternelle. Tout ce qu’elle fait reste tourné vers son fils.

En ce temps de l’Avent, en ce temps où Jésus accepte de naître parmi les plus pauvres, acceptons donc de reconnaître nos pauvretés et de les confier à Notre Dame des Pauvres afin d’avancer avec elle vers son fils. Vous pouvez poursuivre cette réflexion en priant avec le Secours Catholique pour les personnes en situation de précarité.

Commentaires

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel