Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Chine : accords ou pas, les catholiques réfractaires continuent d'être harcelés et châtiés

    IMPRIMER

    D' sur le site Bitter Winter :

    Le PCC pervertit les orientations pastorales du Vatican

    Le 28 juin, le Vatican a publié des orientations pastorales concernant l’enregistrement civil des membres du clergé en Chine. Le document stipule que :« le Saint-Siège comprend et respecte le choix de ceux qui, en conscience, décident qu’ils ne peuvent s’enregistrer [en tant que membres de l’Association patriotique] dans les conditions actuelles ». Cependant les autorités de la ville de Fuzhou, dans la province du Fujian, au sud-est du pays, continuent d’intensifier leur répression contre les objecteurs de conscience qui refusent de rallier l’Association patriotique des catholiques Chinois(APCC), en utilisant les menaces et en affirmant (ce qui n’est pas exact) que le Vatican a demandé à tous les prêtres et évêques d’adhérer à l’APCC.

    Provocation flagrante du Vatican

    La branche du Département du travail du Front uni de Fuzhou a publié un avis en mai, enjoignant aux objecteurs de conscience catholiques de demander une « conversion d’identité », c’est-à-dire qu’ils avaient jusqu’à la fin du mois pour rejoindre les rangs de l’APCC. Selon l’avis, une date limite était fixée tous les cinq jours entre le 15 et le 30 mai, et les membres du clergé recevaient un traitement différent en fonction de la date d’introduction de la demande. Toute personne dont la demande était reçue après le 20 mai n’était pas autorisée à exercer des fonctions cléricales ; quant aux membres du clergé n’ayant pas déposé leur demande au 30 mai, l’État révoquerait les privilèges dont ils jouissaient en tant que prêtres.

    Une note du Département du travail du Front uni exigeant la « conversion » des prêtres.
    Une note du Département du travail du Front uni exigeant la « conversion » des prêtres. (fourni par une source interne)

    Fin mai, au sortir de concertations, l’évêque Lin Jiashan de l’archidiocèse de Fuzhou a décidé de laisser tous les prêtres de son ressort signer la demande après que certaines parties de son contenu ont été révisées. Toutefois, les autorités ont refusé de reconnaître les signatures apposées sur la version révisée de l’accord et ont continué de faire pression sur le clergé pour qu’il signe l’accord sous sa forme initiale.

    Lire la suite

  • La lutte contre le raz-de-marée pornographique : une mission impossible ?

    IMPRIMER

    Du site "La sélection du jour" :

    LUTTER CONTRE LE RAZ-DE-MARÉE PORNOGRAPHIQUE, MISSION IMPOSSIBLE ?

    Il y a une vingtaine d’années, il était de bon ton en France de stigmatiser « les croisés de l’ordre moral ». Aujourd’hui, même des tenants d’une liberté sexuelle débarrassée de tous les « tabous » s’inquiètent des ravages de la pornographie. La Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, auteur à ses heures de plusieurs romans érotiques, déclare qu’« on ne peut pas laisser des enfants prépubères et des jeunes adolescents avoir comme seule représentation de la sexualité une représentation issue de la pornographie ».

    Plus d’une recherche sur cinq via Google concerne la pornographie. Le mot « porn » figure dans le top 5 des mots les plus recherchés pour les enfants de moins de 18 ans et au 4e rang pour les enfants âgés de 7 ans ! Les femmes principales « actrices » ou plutôt objets de mises en scène dégradantes dans les vidéos pornographiques, qui contiennent de surcroît dans leur grande majorité des violences physiques et verbales auxquelles elles sont supposées consentir avec plaisir, n’en sont pas les seules victimes. Selon une étude américaine de 2010, 73 % des femmes victimes de violence et de viol domestiques avaient un partenaire consommateur de pornographie. S’agissant de la pédophilie, 92 % des délinquants sexuels consommaient de la pornographie infantile.

    Pour autant, à l’exception d’un début de lutte internationale contre la pédocriminalité, aucune mesure n’apparaît suffisante pour juguler un raz de marée mondial qui touche, via les téléphones portables, des enfants de plus en plus jeunes.  Au Royaume Uni, pour interdire l’accès aux sites pornographiques, gratuits ou payants, aux moins de 18 ans, une loi oblige les plateformes à vérifier l’âge des internautes par l’intermédiaire d’un téléphone portable, d’une carte de crédit, d’un numéro de passeport ou encore d’un permis de conduire. Mais cette loi ne concerne que les sites comprenant plus d’un tiers de contenu pornographique ce qui permet passer entre les mailles du filet via des réseaux du type Twitter, Facebook ou Snapchat. En outre, rien n’empêche d’acheter un bon d’achat dans un des points de vente au Royaume-Uni, pour un coût de 4,99£ (5,80€) pour éviter de s’identifier sur Internet.  L’Espagne a entrepris de mettre en place une mesure analogue. La France, elle, en reste aux déclarations d’intention.  

     Que l’on reconnaisse aujourd’hui la nocivité de la pornographie pour les plus jeunes et pour l’image de la femme est certes un progrès. Mais ce constat de bon sens contredit cinquante ans de « libération sexuelle », d’exaltation de la liberté d’expression et du bon plaisir individuel indissociable aujourd’hui du droit à la vie privée en ligne. En définitive, aucune mesure restrictive, aussi nécessaire et urgente soit-elle, ne peut remplacer une véritable éducation affective et sexuelle valorisant l’amour et l’union des corps par laquelle il s’exprime, et donnant aux enfants les anticorps indispensables pour résister à la déferlante du porno. Premiers responsables de l’éducation de leurs enfants, les parents en sont plus que jamais les seuls acteurs puisqu’à de rares exceptions près, l’école, loin de relayer cette éducation à l’amour authentique, la contrecarre en enseignant la normalité de comportements contraires à la morale naturelle. L’éducation familiale devrait être la première cause mondiale, avant le réchauffement climatique !

  • Abus sexuels en Belgique : près de 100 victimes chez les témoins de Jéhovah

    IMPRIMER

    Du site de l'Avenir.net :

    Une association recense près de cent abus sexuels au sein des Témoins de Jéhovah

    Près d’une centaine de cas d’abus sexuel au sein des Témoins de Jéhovah en Belgique ont été recensés par une association à l’écoute de victimes. Des perquisitions ont été menées au siège des Témoins de Jéhovah à Kraainem fin avril.

    En six mois, près d’une centaine de cas d’abus sexuel au sein de l’organisation des Témoins de Jéhovah en Belgique ont été recensés par une association à l’écoute de victimes, selon Le Soir.

    L’organisation Reclaimed Voices collabore avec le Centre d’information et d’analyse sur les organisations sectaires nuisibles pour recenser les cas au sein de l’organisation des Témoins de Jéhovah en Belgique. Ce sont pas moins de 90 victimes qui ont déjà été comptabilisées.

    Des perquisitions

    Depuis de premières révélations en décembre 2018 et mars 2019 dans les médias, le parquet fédéral a ouvert une enquête. Des perquisitions ont été menées au siège central des Témoins de Jéhovah à Kraainem à la fin du mois d’avril, mais le parquet ne communique pas sur l’avancement du dossier.

    L’organisation se veut collaborante avec la justice, assure le porte-parole des Témoins de Jéhovah en Belgique.

    200 à 250 victimes?

    En Belgique, les Témoins de Jéhovah disent avoir 25.000 membres, Reclaimed Voices s’attend à comptabiliser en bout de compte 200 à 250 victimes d’abus.

    «Certaines personnes viennent pour plusieurs victimes», explique Patrick Haeck, ex-témoin de Jéhovah et coordinateur de l’association, «comme des parents qui nous disent que leurs trois ou quatre enfants ont été abusés».

    Lorsqu’elles font toujours partie des Témoins de Jéhovah, les personnes qui contactent Reclaimed Voices expriment une peur immense de se confier. «Pour la plupart des victimes, cela fait 10 ou 15 ans que les abus ont eu lieu», raconte encore M. Haeck.

  • Sois sans crainte, petit troupeau (19e dimanche tu temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Du Père Simon Noël sur son blog :

    Homélie 19e dimanche année C

    Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume. Voilà les premiers mots de Jésus dans l'évangile de ce dimanche. Ces paroles doivent nous fortifier dans notre confiance et notre espérance. Jésus veut en effet nous sauver et nous donner le bonheur éternel du ciel. C'est ce que nous disons dans l'acte d'espérance : Mon Dieu, j'espère avec la plus ferme confiance que vous me donnerez, par les mérites de Jésus-Christ, la vie éternelle et toutes les grâces pour l'obtenir, parce que vous êtes infiniment bon pour nous, tout-puissant et fidèle dans vos promesses. 

    Voici à ce sujet les paroles pleines de douceur et d'espérance que Jésus adressait à la mystique capucine italienne, soeur Consolata Betrone : Le 15 décembre 1935, notre Seigneur lui dit: Il arrivera souvent, Consolata, que des âmes très religieuses, surtout de celles qui me sont consacrées, me blessent dans l’intime de moi-même par cette phrase défiante : « Qui sait si je me sauverai ? » Ouvre l’évangile et tu verras ce que j’ai promis à mes brebis : « Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. » As-tu compris Consolata ? Personne ne peut me ravir une âme. Lis plus loin : « Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. As-tu compris Consolata ? Personne ne me ravira une âme… elles ne périront jamais, car je leur donne la vie éternelle. A qui s’adressent ces paroles ? A toutes les âmes. Pourquoi, dès lors me causer cet affront: « Qui sait si je serai sauvé ? » quand, dans l’Évangile, je donne la pleine assurance qu’aucune âme ne me sera ravie, que je leur donnerai la vie éternelle et qu’ainsi personne ne sera perdu ? Crois-moi Consolata, va en enfer qui veut bien y aller ; car, bien que personne ne puisse m’arracher une âme, néanmoins, l’âme dotée du libre arbitre peut s’enfuir, me trahir et me renier et par conséquent se livrer au démon. Je veillerais sur vous durant toute votre existence terrestre en vous donnant grâce sur grâce ; et, au dernier instant de votre vie, alors que je n’aurais plus qu’à recueillir les fruits de ma Rédemption, que l’âme serait à la veille de jouir de sa béatitude, je permettrais au démon, mon pire ennemi, de me ravir cette âme ? Que deviendraient alors les promesses de vie éternelle exprimées dans mon évangile ? Comment peut-on croire, Consolata, de pareilles monstruosités ?
     
    Toutefois la suite du texte de l'évangile de ce jour nous invite à la vigilance. Car si nous manquons de vigilance, nous risquons de ne pas être prêts et au moment de notre mort et du jugement, il sera trop tard. L'espérance qui est la nôtre pour être réelle doit s'accompagner tout au long de notre vie du combat spirituel. Tant que dure cette vie sur la terre, personne ne peut avoir la certitude absolue d'être en état de grâce, à moins d'une révélation spéciale de Dieu. Cependant, celui qui prie beaucoup, en particulier qui prie beaucoup la Sainte Vierge, avec son chapelet par exemple, peut être moralement certain qu'il arrivera au salut éternel. Le saint Padre Pio disait à ce sujet : Celui qui prie beaucoup se sauve. Celui qui prie peu est en danger. Celui qui ne prie pas se damne.
     
    Voilà, frères et soeurs, à nouveau la corde dont il nous faut tenir les deux bouts : confiance et espérance, d'une part ; vigilance et prière d'autre part. N'oublions jamais cette double nécessité. Mais je voudrais conclure sur une note de confiance malgré tout en vous citant le début de l'acte de confiance de Claude de la Colombière, le directeur de sainte Marguerite-Marie, la confidente du Sacré-Coeur, ce qui nous ramène aux paroles du début de l'évangile de ce dimanche : Je suis si persuadé, mon Dieu, que vous veillez sur ceux qui espèrent en vous, je suis si persuadé qu’on ne peut manquer de rien, quand on attend tout de vous, que j’ai résolu de vivre à l’avenir sans aucun souci et de me décharger sur vous de toutes mes inquiétudes.
  • Institut Jean-Paul II : Mgr Negri monte au créneau

    IMPRIMER

    On veut effacer l’héritage de Jean-Paul II, et une bataille « eschatologique » est en cours autour de la famille « le lieu le plus précieux de la vie de l’Eglise ». Une lettre de Mgr Luigi Negri, publiée sur La Verità d’aujourd’hui.

    L’intervention du Vatican sur la structure dédiée à saint Jean Paul II vise à effacer son magistère et le noyau humain le plus précieux de la vie de l’Église.

    par Mgr Luigi Negri, archevêque émérite de Ferrare-Comacchio
    La Verità, 9 août 2019

    L’intervention du Saint-Siège sur la vie de l’Institut Saint Jean Paul II pour la famille est un fait gravissime: George Weigel, l’inoubliable biographe de Saint Jean Paul II, a défini cet événement comme un fait de barbarie: « Les nouveaux barbares sont de retour », a-t-il dit dans un récent éditorial paru dans la presse américaine. 

    L’intervention n’a d’autre justification que le désir de marginaliser, d’annuler définitivement la présence, le magistère (et en particulier celui sur la vie et sur la famille) de saint Jean Paul II.
    La famille, qui est le lieu le plus précieux dans la vie de l’Église, a fini par être le lieu d’un choc historique, d’un choc eschatologique: la famille, qui représente l’urgence historique concrète, constructrice, dynamique de la vie de l’Église et la porte sur le terrain de la vie sociale, économique, culturelle; cette famille est attaquée, comme si elle était un résidu – comme on le dit dans les élucubrations d’aujourd’hui – « médiéval ». Comme si la « médiévalité » était le maximum de l’injure! Au contraire, si c’est cela, le Moyen Âge, si la tradition sur la famille était celle du Moyen Âge, nous serions tentés de dire: bienvenue au Moyen Âge !

    Attaquer la famille, essayer de la réduire simplement à un contexte particulier, transitoire, caractérisé par de nombreuses oppositions, de nombreux conditionnements, difficultés et exigences; bref, réduire la famille à un fait sociologique, c’est oublier que dans la profondeur de la famille brille le mystère de Dieu. Par exemple, dans l’unité de la famille, qui donne à l’unité familiale la dimension de l’amour, la dimension de la mission, de sorte qu’il n’est pas possible de considérer la famille comme un espace privé et égoïste, mais que celle-ci se tend vers le monde, pour communiquer au monde la nouveauté qui lui a été donnée. Autrement dit, elle constitue l’essence profonde de son être: c’est pourquoi une bataille eschatologique se joue vraiment sur la famille [contre] ceux qui affirment les droits de Dieu sur l’homme – et donc la possibilité du salut de l’homme en Dieu – et ceux qui affirment que l’homme est autosuffisant, autonome, indépendant de toute relation; ceux qui s’affirment uniquement dans l’exercice de leur propre puissance.

    Dans cette confrontation, l’Église sait bien de quel côté elle est appelée à être, et elle sait bien que sa position pour la famille et avec la famille est un fait hautement prophétique pour la vie et le destin de l’humanité et de la société.

  • Du fond de sa prison, le cardinal Pell se dit inquiet face au prochain synode sur l'Amazonie

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    Cardinal Pell: "Amazonie ou pas, l'Eglise ne peut permettre aucune confusion"

    À la suite de sa condamnation par la Cour de comté de Victoria pour cinq chefs de sévices sexuels sur des enfants en décembre dernier, Pell a été condamné en mars à six ans de prison, dont il doit purger une peine d'au moins trois ans et huit mois.

    MELBOURNE, Australie - Le cardinal George Pell a écrit une lettre remerciant ses soutiens pour leurs prières et se disant «troublé» par les préparatifs du prochain synode sur l'Amazone.

    Le texte de la lettre manuscrite de deux pages - dont les images ont été partagées avec l’ANC et confirmée par des sources proches de Pell - a été distribué à un groupe des plus proches soutiens de Pell en Australie.

    Dans sa lettre datée du 1er août de la prison d’évaluation de Melbourne, le cardinal indique également que son incarcération a été soutenue par sa foi et par les prières des fidèles et qu’il offre ses souffrances en prison pour le bien de l'Église.

    «Savoir que ma petite souffrance peut être utilisée à des fins utiles en étant uni à la souffrance de Jésus me donne un objectif et une direction», écrit Pell dans sa lettre. "Les défis et les problèmes de la vie de l'Église doivent être affrontés dans le même esprit de foi."

    Pell ajoute: "Nous avons des raisons d'être perturbés par l'Instrumentum Laboris du Synode d'Amazonie", publié en juin avant la réunion d'octobre.

    Ce document, qui a fait l’objet de nombreuses discussions et commentaires, a notamment porté sur l’ordination de soi-disant viri probati, ou «hommes éprouvés» qui sont mariés, pour répondre à une pénurie de vocations sacerdotales.

    Le document de travail, qui appelle à «une église à visage autochtone», recommande en outre que le synode identifie «un ministère officiel pouvant être conféré aux femmes, en tenant compte du rôle central qu'elles jouent dans l'église amazonienne».

    «Ce n'est pas le premier document de qualité médiocre produit par le secrétariat du Synode», écrit Pell.

    Le cardinal, apparemment en référence au débat et aux critiques considérables suscités par l'agenda proposé par le synode - qui inclut également quelques appels à des changements sur la thèmatique utilisée pour célébrer la messe - note également que "le cardinal G. Müller, ancien membre de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a écrit une excellente critique. "

    «Je ne suis pas un expert de la région», a déclaré Pell, notant pourtant qu'il s'était déjà rendu dans certaines parties de cette région, tout en rappelant que «comme dans l'Amazone, beaucoup d'eau doit encore couler avant le Synode».

    "Un point est fondamental, la Tradition apostolique, l'enseignement de Jésus et des apôtres, tiré du Nouveau Testament et enseigné par les papes et les conciles, par le Magistère, est le seul critère de la doctrine pour tout enseignement de doctrine et de pratique."

    «Amazonie ou pas, dans tous les pays, l'Église ne peut permettre à aucune confusion, encore moins à un enseignement contraire, de nuire à la tradition apostolique», a-t-il déclaré.

    Lire la suite

  • Quand la laïcité fait du lobbying au Parlement fédéral

    IMPRIMER
    Un article de La Libre du 9 août fait le point sur les dizaines de lobbies enregistrés auprès du parlement fédéral:
    <https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/des-dizaines-de-lobbies-enregistres-aupres-du-parlement-federal-5d4cfbe7d8ad5859353fb08c>

    La lecture de cette liste révèle un détail intéressant : la laïcité organisée a un lobbyiste, M. Yvan Dheur, qui est spécialement dédié à l'influence des nos députés. <https://www.lachambre.be/kvvcr/pdf_sections/lobby/lobbyisten.pdf> (deuxième page)

    L'association en question s'appelle "de Mens nu" et est le pendant flamand du Centre d'Action Laïque. <https://demens.nu/> Le CAL n'est pas répertorié comme ayant un lobbyiste, mais il nous revient que, durant ses études, M. Yvan Dheur faisait partie du Cercle du Libre-Examen à l'ULB. Il est francophone mais parfait bilingue.
     
    En revanche, aucune organisation catholique n'est répertoriée comme faisant du lobbying au parlement fédéral.
  • Saint Laurent (10 août) et les trésors de l'Eglise

    IMPRIMER

    LorenzoDetail.jpg

    (Source) Saint Laurent fut l'un des plus illustres martyrs de l'Église. Ses vertus, son mérite, lui gagnèrent l'affection du Pape Sixte II, qui le choisit comme son premier diacre. L'an 258, le Pape fut arrêté et condamné à mort. Comme on le conduisait au supplice, Laurent, son diacre, le suivait en pleurant : « Où allez-vous, mon père, disait-il, sans votre fils ? Où allez-vous, saint Pontife, sans votre diacre ? Jamais vous n'offriez le sacrifice sans que je vous servisse à l'autel. En quoi ai-je eu le malheur de vous déplaire ? ». Le saint Pape, ému, lui dit : « Je ne vous abandonne point, mon fils; une épreuve plus pénible et une victoire plus glorieuse vous sont réservées; vous me suivrez dans trois jours ». Puis il lui ordonna de distribuer aux pauvres tous les trésors de l'Église, pour les soustraire aux persécuteurs : mission que Laurent accomplit avec joie.

    Le préfet de Rome, à cette nouvelle, fit venir Laurent et lui demanda où étaient tous les trésors dont il avait la garde, car l'empereur en avait besoin pour l'entretien de ses troupes : « J'avoue, lui répondit le diacre, que notre Église est riche et que l'empereur n'a point de trésors aussi précieux qu'elle; je vous en ferai voir une bonne partie, donnez-moi seulement un peu de temps pour tout disposer ». Le préfet (Dacien ou Déce) accorda trois jours de délai. Pendant ce temps, Laurent parcourut toute la ville pour chercher les pauvres nourris aux dépens de l'Église; le troisième jour, il les réunit et les montra au préfet, en lui disant : « Voilà les trésors que je vous ai promis. J'y ajoute les perles et les pierres précieuses, ces vierges et ces veuves consacrées à Dieu; l'Église n'a point d'autres richesses. – Comment oses-tu me jouer, malheureux ? dit le préfet; est-ce ainsi que tu outrages en moi le pouvoir impérial ? ». Puis il le fit déchirer à coups de fouets.

    Laurent, après ce supplice, fut conduit en prison, où il guérit un aveugle et convertit l'officier de ses gardes, nommé Hippolyte. Rappelé au tribunal, il fut étendu sur un chevalet et torturé cruellement; c'est alors qu'un soldat de la garde, nommé Romain, vit un Ange essuyer le sang et la sueur du martyr : « Vos tourments, dit Laurent au juge, sont pour moi une source de délices ». Laurent fut ensuite rôti à petit feu sur un gril de fer, et quand il eut un côté tout brûlé : « Je suis assez rôti de ce côté, dit-il au juge en souriant; faites-moi rôtir de l'autre ». Bientôt, les yeux au Ciel, il rendit l'âme.

    Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église (EAQ)

    Sermon 302, pour la fête de saint Laurent 

    « L'homme qui donne aux pauvres à pleines mains demeure juste pour toujours » (Ps 111,9)

          Saint Laurent était diacre à Rome. Les persécuteurs de l'Église lui demandaient de livrer les trésors de l'Église ; c'est pour obtenir un vrai trésor dans le ciel qu'il a souffert des tourments dont on ne peut entendre le récit sans horreur : il a été étendu sur un gril sur un feu... Cependant, il a triomphé de toutes les douleurs physiques par la force extraordinaire qu'il puisait dans sa charité et dans le secours de Celui qui le rendait inébranlable : « C'est Dieu qui nous a faits, il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre » (Ep 2,10). 

          Voici ce qui a provoqué la colère des persécuteurs... Laurent a dit : « Faites venir avec moi des chariots sur lesquels je puisse vous apporter les trésors de l'Église. » On lui a donné des chariots ; il les a chargés de pauvres et les a fait revenir, en disant : « Voici les trésors de l'Église. » 

          Rien n'est plus vrai, mes frères ; dans les besoins des pauvres se trouvent les grandes richesses des chrétiens, si nous comprenons bien comment faire fructifier ce que nous possédons. Les pauvres sont toujours devant nous ; si nous leur confions nos trésors, nous ne les perdrons pas.

    Voir également l'homélie de frère Elie (homelies.fr) (Archive 2010)

    Lire la suite

  • Dans la gazette : les préoccupations du pape sur l'Europe, les migrations, le populisme, l'environnement, l'Amazonie...

    IMPRIMER

    Du site de La Stampa, cette nouvelle interview du pape :

    Pape François: "Le souverainisme me fait peur, mène à la guerre"

    Le Pontife: "L’Europe ne doit pas fondre, il faut la sauver, elle a des racines humaines et chrétiennes. Une femme comme Ursula von der Leyen peut faire revivre la force des pères fondateurs "

    09 août 2019

    CITÉ DU VATICAN. Le pape ouvre la porte à 10h30 avec son sourire aimable. On entre dans l'une des pièces utilisée pour recevoir les gens, meublée avec l'essentiel, sans distractions ni luxe, juste un crucifix accroché au mur. Nous sommes arrivés à l'entrée du Perugino, la plus proche de la Casa Santa Marta. Scénario habituel: quelques soutanes, gendarmes et gardes suisses. À l'arrière-plan, le dôme de Saint-Pierre. Au Vatican, la routine habituelle est ralentie par la chaleur et le climat des vacances. Pour le pape François, ce n’est pas un jour ordinaire: c’est le 6 août, le 41e anniversaire de la mort de saint Paul VI, un pontife auquel il tient particulièrement: "En ce jour, j’attends toujours un moment pour descendre aux cryptes sous la basilique et rester seul dans la prière et le silence devant sa tombe. C'est bon pour mon coeur ». Les plaisanteries ne durent pas longtemps, nous sommes au coeur de la conversation.

    François est gai et détendu. Et concentré. Ses capacités d'écoute sont impressionnantes. Il regarde toujours dans les yeux. Jamais la montre. Il prend les moments de réflexion nécessaires avant d'exprimer un avis délicat. On évoque l'Europe, l'Amazone et l'environnement. L'entretien est intense et ininterrompu. Le pape ne boit même pas une gorgée d'eau. Nous le lui signalons, il secoue les épaules et répond en souriant: "Je ne suis pas le seul à ne pas avoir bu."

    Votre Sainteté, vous avez exprimé l'espoir que "l'Europe sera à nouveau le rêve des pères fondateurs". Qu'attendez-vous?

    "L'Europe ne peut et ne doit pas se dissoudre. C'est une unité historique, culturelle et géographique. Le rêve des pères fondateurs était cohérent car il s'agissait d'une mise en œuvre de cette unité. Maintenant, nous ne devons pas perdre cet héritage ".

    Comment voyez-vous cela aujourd'hui?

    "Il s'est affaibli au fil des ans, en partie à cause de problèmes administratifs et de désaccords internes. Mais vous devez le sauver. Après les élections, j'espère qu'un processus de relance va démarrer et qu'il se poursuivra sans interruption ".

    Êtes-vous satisfait de la nomination d'une femme à la présidence de la Commission européenne?

    « Oui. Aussi parce qu'une femme peut être apte à raviver la force des pères fondateurs. Les femmes ont la capacité de rapprocher, d'unir ».

    Quels sont les principaux défis?

    "Un par-dessus tout: le dialogue. Entre les parties, les hommes. Le mécanisme mental doit être "d'abord l'Europe, puis chacun de nous". Le "chacun de nous" n'est pas secondaire, c'est important, mais l'Europe est plus importante. Dans l'Union européenne, nous devons parler, comparer et savoir. Parfois, nous ne voyons que des monologues de compromis. Non: il faut aussi écouter ».

    De quoi avez-vous besoin pour dialoguer?

    "Nous devons partir de notre propre identité".

    Ici, les identités: pour combien comptent-elles? Si nous en faisons trop avec la défense des identités, ne risquons-nous pas l'isolement? Comment réagissons-nous aux identités génératrices d'extrémisme?

    "Je vous donne l'exemple du dialogue œcuménique: je ne peux faire de l'œcuménisme que si je pars de mon catholicisme, et l'autre qui pratique l'œcuménisme avec moi doit le faire en tant que protestant, orthodoxe ... Son identité n'est pas négociable, elle est intégrée. Le problème avec les exagérations est que l'on se ferme sur son identité, on ne s'ouvre pas. L'identité est une richesse - culturelle, nationale, historique, artistique - et chaque pays a la sienne, mais elle doit être intégrée au dialogue. Cela est décisif: de sa propre identité, il faut s’ouvrir au dialogue afin de recevoir quelque chose de plus grand de l’identité des autres. N'oubliez jamais que le tout est supérieur à la partie. Globalisation, l'unité ne doit pas être conçue comme une sphère, mais comme un polyèdre: chaque peuple conserve son identité dans l'unité avec les autres ".

    Quels sont les dangers du la souverainisme?

    "Le souverainisme est une attitude d'isolement. Je suis inquiet parce que nous entendons des discours qui ressemblent à ceux d'Hitler en 1934. «D'abord, nous. Nous ... nous ... ": ce sont des pensées effrayantes. Le souverainisme est la fermeture. Un pays doit être souverain, mais pas fermé. La souveraineté doit être défendue, mais les relations avec les autres pays et avec la Communauté européenne doivent également être protégées et promues. Le souverainisme est une exagération qui finit toujours mal: il conduit à des guerres ».

    Et les populismes?

    "Même discours. Au début, j’ai eu du mal à comprendre parce que, en étudiant la théologie, j’ai approfondi le popularisme, c’est la culture du peuple: une chose est que les gens s’expriment, un autre est d’imposer une attitude populiste au peuple. Le peuple est souverain (il a une façon de penser, de s’exprimer et de ressentir, d’évaluer), mais les populismes nous mènent à des souverainismes: ce suffixe, "isme", n’est jamais bon ".

    Comment parler des migrants?

    «Tout d'abord, n'oubliez jamais le droit le plus important: le droit à la vie. Les immigrants arrivent principalement pour fuir la guerre ou la faim, du Moyen-Orient et d'Afrique. Sur la guerre, nous devons nous engager et lutter pour la paix. La faim concerne principalement l’Afrique. Le continent africain est victime d'une malédiction cruelle: il semble être exploité dans l'imaginaire collectif. Une partie de la solution consiste plutôt à investir sur place pour résoudre leurs problèmes et mettre un terme aux flux migratoires. "

    Mais puisqu'ils viennent à nous, comment devrions-nous nous comporter?

    "Les critères doivent être suivis. Premièrement: recevoir, qui est aussi une tâche évangélique chrétienne. Les portes doivent être ouvertes et non fermées. Deuxièmement: accompagner. Troisièmement: promouvoir. Quatrième intégrer. Dans le même temps, les gouvernements doivent penser et agir avec prudence, ce qui est une vertu du gouvernement. Qui administre est appelé à dire combien de migrants peuvent être reçus ».

    Et si le nombre est supérieur aux possibilités de réception?

    «La situation peut être résolue par le dialogue avec d'autres pays. Il y a des États qui ont besoin de gens, je pense à l'agriculture. J'ai vu quelque chose comme cela qui s'est passé récemment face à une urgence: cela me donne de l'espoir. Et puis, savez-vous à quoi cela servirait aussi? "

    A quoi ?

    « La créativité. Par exemple, ils m'ont dit que dans un pays européen, il y a des villes à moitié vides en raison du déclin démographique: certaines communautés de migrants pourraient y être transférées, ce qui pourrait, entre autres, relancer l'économie de la région ".

    Sur quelles valeurs communes devrait reposer la relance de l'UE? L'Europe a-t-elle encore besoin du christianisme? Et dans ce contexte, quel rôle ont les orthodoxes?

    «Le point de départ, ce sont les valeurs humaines de la personne humaine. Avec les valeurs chrétiennes: l'Europe a des racines humaines et chrétiennes, c'est l'histoire qui la raconte. Et quand je dis cela, je ne sépare pas catholiques, orthodoxes et protestants. Les orthodoxes ont un rôle très précieux pour l'Europe. Nous avons tous les mêmes valeurs fondamentales ».

    Nous traversons mentalement l'océan et pensons à l'Amérique du Sud. Pourquoi convoquer un synode sur l'Amazone en octobre au Vatican?

    "Il est le" fils "de" Laudato si '". Ceux qui ne l'ont pas lu ne comprendront jamais le Synode sur l'Amazonie. Laudato si ’n’est pas une encyclique verte, c’est une encyclique sociale qui repose sur une réalité" verte ", la garde de la Création".

    Y at-il un épisode significatif pour vous?

    "Il y a quelques mois, sept pêcheurs m'ont dit:" Ces six derniers mois, nous avons collecté 6 tonnes de plastique". L'autre jour, j'ai lu un article sur un immense glacier d'Islande qui avait presque complètement fondu: ils lui avaient construit un monument funéraire. Avec l'incendie de la Sibérie, certains glaciers du Groenland ont fondu par tonnes. Les habitants d'un pays du Pacifique sont en mouvement parce que dans vingt ans, l'île où ils vivront ne sera plus. Mais les données qui m'ont le plus choqué en sont une autre ».

    Lequel?

    «The Overshoot Day: le 29 juillet, nous avons épuisé toutes les ressources régénérables de 2019. À partir du 30 juillet, nous avons commencé à consommer plus de ressources que celles que la planète parvient à régénérer en un an. C'est très grave. C'est une situation d'urgence mondiale. Et le nôtre sera un synode d’urgence. Mais faites attention: un synode n'est pas une réunion de scientifiques ou d'hommes politiques. Ce n'est pas un Parlement, c'est autre chose. Cela vient de l'Eglise et aura une mission et une dimension évangélisatrices. Ce sera une œuvre de communion guidée par le Saint-Esprit ".

    Mais pourquoi se concentrer sur l'Amazone?

    «C'est un lieu représentatif et décisif. Avec les océans, il contribue de manière décisive à la survie de la planète. Une grande partie de l'oxygène que nous respirons provient de là. C'est pourquoi la déforestation signifie tuer l'humanité. Et puis, l’Amazonie implique neuf États et ne concerne donc pas un seul pays. Et je pense à la richesse de l'Amazonie, de la biodiversité végétale et animale: c'est merveilleux ».

    Le Synode discutera également de la possibilité d'ordonner des "viri probati", hommes âgés et mariés, qui peuvent remédier au manque de clergé. Sera-ce l'un des thèmes principaux?

    "Absolument pas: il s'agit simplement d'un point de l'Instrumentum Laboris (le document de travail, éd). L’important sera les ministères de l’évangélisation et les différentes façons d’évangéliser ".

    Quels sont les obstacles à la sauvegarde de l'Amazonie?

    "La menace de la vie des populations et du territoire découle des intérêts économiques et politiques des secteurs dominants de la société".

    Alors, comment la politique devrait-elle se comporter?

    «Éliminer leurs propres connivences et corruptions. Il doit assumer des responsabilités concrètes, par exemple en ce qui concerne les mines à ciel ouvert, qui empoisonnent l’eau et causent tant de maladies. Ensuite, il y a la question des engrais ".

    Votre Sainteté, que craignez-vous le plus pour notre planète?

    «La disparition de la biodiversité. Nouvelles maladies mortelles. Une dérive et une dévastation de la nature pouvant mener à la mort de l’humanité ".

    Voyez-vous une prise de conscience de la question de l'environnement et du changement climatique?

    "Oui, en particulier dans les mouvements de jeunes écologistes, comme celui dirigé par Greta Thunberg, "Fridays for future". J'ai vu un de leur panneau qui m'a frappé: "Nous sommes l'avenir!" ».

    Notre conduite quotidienne - recycler, faire attention à ne pas gaspiller l’eau à la maison - peut affecter ou est insuffisante pour contrer le phénomène?

    "Cela concerne tout, car il s’agit d’actions concrètes. Et surtout, cela crée et diffuse la culture de ne pas souiller la création ».

  • L'Eglise allemande dépérit mais reste riche...

    IMPRIMER

    Du site Domradio.de :

    Une publication de la Conférence épiscopale sur les statistiques religieuses

    "Église catholique en Allemagne - Faits et chiffres 2018/19"

    La conférence des évêques allemands a publié jeudi la brochure "L'Eglise catholique en Allemagne: faits et chiffres 2018/19".

    "Ce document de travail témoigne du dynamisme de la communauté qui tente de reconnaître les" signes des temps "et d'aligner leurs actions sur eux", écrit le président de la conférence, le cardinal Reinhard Marx, dans l'avant-propos. Il y parle de périodes orageuses, vécues par l'Eglise. Les efforts honnêtes de nombreux catholiques, tant principaux que honoraires, ne doivent pas être négligés.

    Dans ce document, d’une part, les données clés des diocèses préparées, qui avaient déjà été annoncées en juillet. Ce qui est nouveau, ce sont les informations sur les recettes fiscales des églises, qui ont augmenté de 3,3% l’an dernier, pour atteindre 6,643 milliards d’euros. 

    Les thèmes principaux de l’aide au travail sont "Les femmes dans l’Église" et "La Semaine oecuménique pour la vie depuis 25 ans", ainsi que l’engagement des chrétiens pour davantage de confiance dans la démocratie. En outre, le domaine "Violence sexuelle et prévention" prend plus de place. Le cardinal Marx a souligné que "le traitement des cas effrayants d'abus sexuels dans l'Église a conduit à de nombreuses sorties d'église en 2018". A présent, on travaille sur une nouvelle crédibilité et une nouvelle confiance. En 2018, l'Église catholique a perdu 216 078 personnes, soit environ 29% de plus que l'année précédente (167 504 personnes).

    Données des deux principales églises en Allemagne

    Un aperçu de quelques faits concernant les deux principales églises de la République fédérale (l'Église évangélique d'Allemagne avait annoncé leurs données en juillet):

    - L’Église catholique a reçu 6,643 milliards d’euros d’impôts religieux l’année dernière (2017: 6,427 milliards d’euros).

    - Pour l'église protestante, les recettes fiscales de l'église s'élevaient à 5 790 milliards d'euros (5 671 milliards en 2017).

    - 216 078 personnes ont quitté l'Église catholique, soit environ 29% de plus que l'année précédente (167 504).

    - L'Église évangélique a enregistré environ 220 000 retraits, soit 11,6% de plus qu'en 2017 (environ 200 000).

    - L'Eglise catholique et ses 27 diocèses comptent 23 002 128 membres. Cela représente 27,7% de la population totale avec 83,02 millions de citoyens allemands. En 2017, il y avait 23,31 millions de catholiques (28,2%) et en 2016 23,58 millions (28,5%). Le nombre de catholiques a ainsi diminué en 2018 de près de 309 000.

    - Les 20 Églises membres protestantes en 2018 comptaient exactement 21 140 599 membres (25,4% de la population). En 2017, il était 21,536 millions. Leur nombre a donc diminué de 395 000 en 2018.

    - À la fin de 2018, 44 142 727 Allemands étaient membres de l'une des principales églises, soit 53,2% de la population totale. À la fin de 2017, il était de 54,2%.

    - En outre, il y a plus de 1,5 million de chrétiens orthodoxes et un peu moins de 900 000 membres d'églises libres et d'autres communautés chrétiennes. Cela donne 46 581 000 chrétiens en Allemagne et une part de 56,1% (année précédente: 57,6%).

    - La fréquentation moyenne dans l'Église catholique est tombée de 9,8 à 9,3% (2016: 10,2). C'est un peu plus de 2,1 millions par week-end. L'église protestante compte 978 000 visiteurs de culte en 2017, ce qui représente environ 4,6%.

    - Le nombre de paroisses catholiques a encore diminué, passant de 10 191 à 10 045 unités. L'EKD comptait 13 792 paroisses.

    - Le nombre de cérémonies de mariage dans l'Église catholique a légèrement augmenté, passant de 42 523 à 42 789. Il y a eu 42 987 mariages dans l'église évangélique (le plus récent en 2017).

    - Le nombre de baptêmes a diminué de 169 751 à 167 787. Il y avait environ 170 000 baptêmes dans l'église protestante.

    (...)

  • José Desmarets, fondateur et président du Mouvement pour le Rassemblement des Belges, est mort

    IMPRIMER

    De La Libre :

    José Desmarets, ancien vice-premier ministre PSC sous le gouvernement Martens II est décédé vendredi, à l'âge de 93 ans. C'est la cheffe de groupe cdh à la Chambre, Catherine Fonck, qui l'a annoncé sur son compte Twitter.

    Il était né le 16 septembre 1925 à Schaerbeek. Durant sa carrière, ce licencié en sciences politiques et docteur en droit a notamment été échevin à Uccle, ministre de la Défense nationale (1979-1980), ministre de la Planification et de la gestion scientifique (1980) et ministre des Classes moyennes (1980-1981).

    Résultat de recherche d'images pour ""josé desmarets""

    https://www.archives-cpcp.be/index.php

    Ajoutons que, par ailleurs, la trajectoire de José Desmarets qui avait commencé sa carrière au sein du syndicalisme chrétien (il a été directeur de "La Cité", quotidien du Mouvement Ouvrier Chrétien)  s'est fortement réorientée puisqu'il devint actif au sein de l'aile droite du Parti Social Chrétien, le CEPIC. Il milita également au sein de l'Association atlantique belge et de la Ligue mondiale anticommuniste (dont il fut président) alors que le camp soviétique était encore très menaçant.

    José Desmarets fut un homme influent qui engagea tout son crédit pour la sauvegarde du pays. En un temps où les réformes constitutionnelles menaçaient de disloquer la Belgique, accouchant de structures qui la dissociaient et la rendaient progressivement ingouvernable, il a fondé (en 1983) le Mouvement pour le rassemblement des Belges (MRB), qui regroupait des militants et des mouvements attachés à l'unité du Royaume.

    Nous gardons un souvenir ému de cet homme courageux et clairvoyant sous la présidence duquel nous sommes fiers d'avoir milité pour l'unité de notre pays. (Y.W.)

  • Inde : 158 épisodes de violence antichrétienne en six mois

    IMPRIMER

    Du site Matters India :

    158 épisodes de violence antichrétiens en six mois: d'après l'United Christian Forum

    2 août 2019

    Par Matters India Reporter

    L'United Christian Forum (Forum chrétien unifié) a recensé 158 épisodes de violence à l'encontre de chrétiens dans 23 États indiens, sur la base des enregistrements de son service d'assistance téléphonique.

    Parmi les 158 incidents recensés, 130 ont trait à des attaques ou à des manœuvres d'intimidation et à des menaces émanant d'assaillants violents qui frappaient des fidèles rassemblés pacifiquement dans une église ou une église de maison pour un service de prière.

    La liberté de religion ou de conviction est sévèrement restreinte dans 23 des 29 États de l’Inde.

    Cela signifie que "pratiquer sa foi devient dangereux pour la vie dans plus de 90% du territoire indien", déplore le forum.

    Tous les incidents ont été enregistrés au numéro d’assistance téléphonique UCF 1800-208-4545.

    "La violence de masse est devenue une norme dans le pays, aucun parti politique n'a pris position contre de tels actes de violence", regrette un communiqué de presse de l'UCF.

    Une autre tendance inquiétante est le refus de la police de déposer son premier dossier d’information contre les auteurs d’actes de violence. "Seuls 24 incidents sur 158 ont des FIR enregistrés contre eux", indique le communiqué de presse.

    Il note également que l'inaction de la police a été constatée dans 11 États sous «le règne de prétendus partis laïques» contre 12 États sous le règne de l'Alliance démocratique pro-hindoue. (...)

    «Le modus operandi suivi dans tous ces incidents est presque le même. Une foule accompagnée par la police arrive au service de prière crie des slogans, frappe les congrégations, y compris les femmes et les enfants. Ensuite, les pasteurs sont arrêtés ou détenus par la police sous la fausse allégation de conversion », explique le communiqué de presse.

    Sur les 158 incidents recensés, 110 femmes et 89 enfants ont été blessés. «Malheureusement, ces incidents sont devenus si courants que personne n'a le temps de les condamner, y compris les dirigeants politiques, la société civile et les responsables religieux. Il n'y a que quelques publications qui ont rendu compte de façon impartiale », déplore le forum.

    Il note également une augmentation constante de la violence à l'encontre des chrétiens depuis 2014. «Il y en avait un peu moins de 150 en 2014, qui se sont approchées de 200 en 2015 puis de plus de 200 en 2016. Les années 2017 et 2018 ont touché respectivement 250 et 300 personnes. L'année 2019 est déjà témoin de 26 incidents par mois contre 20 incidents par mois en 2018. »

    Tehmina Arora, directrice de l'unité indienne d'Alliance Defending Freedom, déclare: «Personne ne devrait être persécuté à cause de sa foi. Il est inquiétant de voir que ces horribles actes de mobocratie (gouvernement de la foule) se poursuivent même après une série d'instructions adressées au gouvernement par la Cour suprême. La police et l'administration locale responsables de l'ordre public doivent prendre des mesures rapides contre toute personne impliquée dans la violence de la foule. "