Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une joie qui se conquiert par la foi, l’espérance et la charité

    IMPRIMER

    De l'abbé Christophe Cossement sur son blog :

    Le prix de la joie

    homélie du 3e dimanche de l’Avent A, 15 décembre 2019

    Cathédrale Notre-Dame de Bonsecours, Alep, Syrie

    En Syrie, on vient de restaurer et reconsacrer la cathédrale arménienne catholique d’Alep, qui comme les églises d’autres confessions chrétiennes avait été endommagée par différents attentats et échanges de tir d’artillerie. Il n’y a plus que 5000 fidèles de cette Église sur les 18000 que comptait la ville, et ceux qui sont restés doivent vivre cette réouverture avec la même allégresse que celle à laquelle invite le prophète Isaïe : « le pays aride, qu’il exulte et crie de joie !… On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu. Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux gens qui s’affolent : « Soyez forts, ne craignez pas. Voici votre Dieu ! » (Is 35, 2-4) Pour ceux qui sont partis d’Alep, c’est sans doute émouvant aussi, mais c’est loin maintenant. Pour d’autres encore, c’est anecdotique ou insignifiant. Vous ne l’avez sans doute pas su.

    Il en va de même pour notre joie de la venue du Seigneur et de son action aujourd’hui dans notre vie. Le Christ qui est venu il y a un bon 2020 ans a promis qu’il reviendrait. Il a agi sous les yeux des disciples de Jean et il agit encore aujourd’hui. Si on regarde sa présence et son action comme un événement du monde, une loi de la nature ou de l’économie, c’est anecdotique, quelque chose que personne ne remarque au milieu des puissances qui gouvernent les idées et les choses, qui font tourner l’opinion ou le commerce.

    Quand on regarde la présence et l’action du Christ avec un peu de foi mais en restant en périphérie, on se dit : j’aimerais bien en bénéficier, ça serait bien, je me souviens que Dieu m’a aidé, mais maintenant je ne vois rien de clair ni de décisif.

    Enfin, pour les pauvres de cœur, pour ceux qui n’ont pas grand-chose comme richesse qui les distrait de Dieu, l’allégresse est forte. Pour celui qui ne craint pas d’attendre l’accomplissement de la promesse de Dieu, pour celui qui possède d’autant mieux Dieu que son cœur n’est pas possédé par autre chose, la joie est possible même sans rien voir encore.

    Cette joie que le Christ propose est une joie qui se conquiert par la foi, l’espérance et la charité. Elle ne vient pas de nos réussites ni de ce qu’on peut humainement espérer comme satisfaction ou comme soulagement. Elle vient directement de Dieu, parce qu’on s’attache à lui envers et contre tout. Je pense à cette condition, « envers et contre tout », à cause de la situation déglinguée de notre culture, et surtout à cause de ce que dit Jésus aux envoyés de Jean qui veulent savoir si ça vaut la peine d’espérer en lui : « heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de chute… » (Mt 11,6)

    La joie qui vient de Dieu est une joie qui se conquiert contre toutes les puissances de découragement, de cynisme, d’« à quoi bon ». Et comme saint Jacques y invitait les chrétiens il y a 2000 ans, il est bon de prendre pour modèle d’endurance et de patience les prophètes (Jc 5,10), les saints, les témoins qui nous entourent. J’ai beaucoup de consolation à considérer comment les premiers chrétiens ont été conquis par l’évidence de la foi au point de livrer leur vie pour le Christ dans toutes sortes de persécutions. Ou de regarder comment de brillants esprits ont soumis leur intelligence au Christ et ont brillé ou brillent encore dans les ténèbres. Je pense à saint Augustin, à saint Thomas, à Jean-Paul II ou à ce médecin pionnier de la greffe du visage, Benoît Lengelé, qui a fait une si belle déclaration de foi dans La Libre Belgique il y a 3 semaines1. Il nous faut choisir ce que nous écoutons, ce que nous laissons entrer dans notre intelligence et dans notre cœur. La joie est à ce prix. Seigneur, fais-nous marcher dans la foi !

    ____________

    1« Ce n’est pas le progrès de la science qui est important, c’est le progrès humain… Je crois en Dieu, mais ma foi ne fait pas l’économie du doute. Ma foi est celle qui a porté durant des siècles, les valeurs de l’Occident chrétien. Elle a puisé ses racines dans la prière du chapelet auquel m’a initié ma grand-mère et plus encore ensuite dans le mystère de la rencontre de l’Autre, fragile et souffrant, croisé au chevet de mes malades. Elle relève d’une évidence qui m’habite silencieusement et qui, au contraire de la science, n’a pas besoin de la preuve pour s’assurer durablement de sa légitimité. Elle est un chemin de l’âme, qui dépasse la pensée. Elle est une exigence qui m’oblige à faire ce qui est juste et bon, à concevoir et créer ce qui tend le plus vers l’essence éphémère du beau, et à ne jamais rechercher que ce qui est sincère, sensible et vrai. »

  • Mgr Aillet, évêque de Bayonne : l’importance de l’adoration eucharistique dans l’Eglise

    IMPRIMER

     

    JPSC

  • Chrétiens d'Orient: tout le monde s'en fiche

    IMPRIMER

    De sur le site du Figaro Vox :

    Qui s’intéresse encore aux chrétiens d’Orient?

    FIGAROVOX/ENTRETIEN - Les images des chrétiens d’Orient fuyant la barbarie de Daech en 2014 avaient fait le tour du monde. Aujourd’hui, leur sort n’est guère meilleur, mais peu d’Occidentaux s’en émeuvent. Dans un livre très documenté, le journaliste Tigrane Yégavian offre un état des lieux précis de leur situation.

    13 décembre

    Tigrane Yégavian est journaliste et arabisant. Il collabore pour plusieurs revues internationales et est membre de la rédaction de Conflits. Il vient de publier Minorités d’Orient. Les oubliés de l’Histoire (éd. du Rocher, 2019).


    FIGAROVOX.- En 2017, l’exposition «Chrétiens d’Orient. Deux mille ans d’histoire» à l’Institut du Monde arabe a connu un grand succès et a permis de mettre en lumière les chrétiens d’Orient... une communauté jusque-là trop méconnue?

    Tigrane YÉGAVIAN.- À l’aune de la déchristianisation de la société française, on a pu constater une certaine indifférence à l’égard de ces communautés: le sort des chrétiens orientaux n’intéressait qu’un public averti, composé essentiellement d’ecclésiastes, de chercheurs ou d’érudits. La parution en 1994 de la somme de Jean Pierre Valognes Vie et Mort des Chrétiens d’Orient a toutefois suscité un vif intérêt, alors qu’auparavant la plupart des ouvrages sur le sujet étaient jusqu’alors davantage confidentiels.

    Aujourd’hui, les chrétiens orientaux se sentent trahis par une France qui prétend les protéger depuis les capitulations de François Ier. Lors du déclenchement des soulèvements arabes, le gouvernement français, tout comme les médias généralistes, ont ignoré les messages alarmés des patriarches orientaux. Le Patriarche de l’Église maronite Mgr Raï, qui avait rencontré Nicolas Sarkozy pour le mettre en garde sur les risques d’instabilité dont étaient porteurs ces mouvements, s’était heurté à un mur d’incompréhension.

    Ces Églises qui ont pratiquement l’âge du Christ ont maintenu leurs rites ancestraux.

    Le moment charnière intervient à l’été 2014 lorsque les sicaires de Daech investissent le Massif du Sinjar et la Plaine de Ninive dans le nord de l’Irak. Les images des chrétiens et des Yézidis fuyant leur avancée font le tour du monde et émeuvent l’opinion occidentale. Ce que l’on peut craindre de l’élan de sympathie et de compassion dont ces minorités font l’objet, est le risque d’une muséification involontaire, voire inconsciente. Ces Églises qui ont pratiquement l’âge du Christ ont maintenu leurs rites ancestraux ; elles exercent une certaine fascination qui peut ressembler à du folklore ou une sorte de retour fantasmé aux sources de la chrétienté. L’autre danger est la récupération politique dont peuvent faire l’objet ces communautés, par des nostalgiques des croisades, ou des personnalités en mal de visibilité.

    Lire la suite

  • Convertir notre regard (3e dimanche de l'Avent)

    IMPRIMER

    Homélie pour le troisième dimanche de l'Avent par le Père Joseph-Marie Verlinde (homelies.fr - archive 2007)

    Lectures

    La liturgie de ce dimanche du Gaudete nous invite résolument à la joie. L’antienne d’entrée donne le ton : « Soyez dans la joie du Seigneur, soyez toujours dans la joie, le Seigneur est proche » (cf. Ph 4, 4-5). Le motif de cette joie nous est clairement annoncé dans la première lecture, que nous illustrerons par des passages du même prophète Isaïe, proposés tout au long de la seconde semaine de l’Avent. Dieu lui-même vient bientôt « déchirer le voile de deuil qui enveloppe tous les peuples et le linceul qui couvre toutes les nations. Le Seigneur essuiera les larmes sur tous les visages, et par toute la terre il effacera l’humiliation de son peuple » (Is 25, 7-8). « Comme un berger, il conduira son troupeau ; son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, et il prend soin des brebis qui allaitent leurs petits » (Is 40, 11). Il « fortifiera les mains défaillantes et affermira les genoux qui fléchissent ». « En ce jour-là on dira : “Voici notre Dieu, en lui nous espérions, et il nous a sauvés ; c’est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés !” » (Is 25, 9). Comment resterions-nous indifférents devant de telles promesses, qui réveillent en nous notre profond désir de paix, de bonheur, de salut ? 

    Peut-être demandons-nous spontanément : mais quand donc le Seigneur va-t-il intervenir pour réaliser ce renouvellement de toutes choses ? Quand donc « verrons-nous sa gloire, pourrons-nous contempler la splendeur de notre Dieu » et nous en réjouir de tout notre cœur comme il nous y invite ? En posant cette question, nous rejoignons l’interrogation de Jean-Baptiste et de tant d’autres chercheurs de Dieu dont les pas ont croisé ceux de Jésus : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Cette question ne trahit pas un doute, mais formule l’interrogation que nous sommes tous inévitablement amenés à nous poser devant Jésus de Nazareth. « Aucun homme en effet ne peut accomplir les signes qu’il a accomplis si Dieu n’est pas avec lui » (cf. Jn 3, 2) ; comme Nicodème, nous sommes conduits à reconnaître que « c’est de la part de Dieu qu’il est venu nous instruire » (Ibid.). Mais si comme il le prétend, il est « Fils de Dieu » (Jn 10, 36), comment se fait-il que sa divinité demeure cachée sous le voile de son humanité ? Pourquoi sa gloire ne se manifeste-t-elle pas sensiblement pour que nous puissions tous la constater ?

    Lire la suite

  • Gaudete ("Soyez joyeux") : l'introït du 3e dimanche de l'Avent

    IMPRIMER

    D'Una Voce  sur le site d'Aleteia.org :

    Trésor du grégorien : l’introït de la joie du dimanche de Gaudete

    GREGORIAN CHANT,CODEX
     

    L’introït du troisième dimanche de l’Avent exprime la joie et la sérénité : l’Église chante la douceur désarmante des fidèles qui attendent leur Sauveur avec confiance.

    Le troisième dimanche de l’Avent est appelé d’après l’incipit, dimanche de Gaudete. Il a un caractère différent des autres dimanches précédant Noël : les ornements sont roses. C’est une sorte de réplique du dimanche de Lætare du carême.

    « Soyez joyeux »

    Les paroles de l’introït sont tirées de l’épître aux Philippiens — les disciples préférés de saint Paul : elles sont remplies de tendresse et de sérénité. Le texte latin est transparent en français, les racines des mots sont les mêmes, comme par exemple modesti(a), sollicit(i), ora(tiones), petition(es) :

    Gaudéte in Dómino semper : íterum dico, gaudéte. Modéstia vestra nota sit ómnibus homínibus : Dóminus enim prope est. Nihil sollíciti sitis : sed in omni oratióne petitiónes vestræ innotéscant apud Deum. « Soyez toujours joyeux dans le Seigneur !

    Je vous le répète : soyez joyeux. Votre sérénité dans la vie doit frapper tous les regards, car le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien, mais dans toutes vos prières exposez à Dieu vos besoins. »

    Le verset choisi est le deuxième verset du psaume 84 : Benedixísti, Dómine, terram tuam : avertísti captivitátem Iacob. « Seigneur, vous avez béni votre domaine, vous avez délivré Jacob de la captivité. »

    Un art rhétorique subtil

    L’Église, remplie des aspirations de l’Ancien et du Nouveau Testament pendant l’Avent, crie : « Viens Seigneur Jésus ! » Elle sait que le Seigneur vient selon la chair à Noël, selon la grâce dans nos âmes et qu’Il viendra dans la Parousie aux derniers temps. Chaque incise de l’introït est construite avec un art rhétorique subtil. Le mouvement ascendant (protase) met en évidence une figure de style appelée climax consistant en une suite de mots qui avec des valeurs sonores ou rythmiques font augmenter l’intensité de l’expression vers un sommet (apex). Les mots importants sont semper (toujours), vestra (votre modération), nihil (rien) et oratione (oraison).

    La première incise évoque une vague qui monte et redescend avec douceur, mouvement souligné par la répétition du verbe Gaudete (réjouissez-vous). Le sommet de la vague est le mot semper, indiquant une ferme assurance.

    Douceur désarmante

    La mélodie continue au grave sur modestia, marquant une joie intime, douce, sans exubérance. C’est la douceur désarmante du chrétien, la douceur de la Vierge Marie, modèle de la joie chrétienne.

    Une voce
    Una voce

    Sur Dominus prope est, nouvelle vague d’espérance, la mélodie remonte pour nous inviter à l’insouciance chrétienne, semblable à celle de l’enfant qui se sait aimé. Nihil est le sommet : rien ne doit nous soucier. Nous sommes au sommet mélodique sur le do.

    Puis la mélodie s’apaise — ce que caractérise ce premier mode dans lequel est écrit cet introït — , douce et tranquille sans grands écarts. Elle évoque l’oraison confiante c’est la détente. Nous sommes invités à alimenter notre prière en déposant nos demandes auprès de Dieu.

     
  • "Marie ne s'est jamais présentée comme corédemptrice"; l'éclairage théologique d'Arnaud Dumouch

    IMPRIMER
    Lors d'une messe célébrée pour la fête Notre Dame de Guadalupe, le pape François a tenu les propos suivant : "«Marie est femme. Elle ne s’est jamais présentée comme “co-rédemptrice”, mais simplement comme disciple de son Fils, «l’unique Rédempteur»."

    Commentaire théologique d'Arnaud Dumouch :

    Marie se dit moins que disciple. Elle se dit "servante" (Luc 3). Le pape ne va pas assez loin pour décrire son attitude humble.

    Mais ce n'est pas Marie qui s'établit Reine des anges, corédemptrice à la croix  et médiatrice de toutes les grâces.

    C'est Jésus.

    Il est vrai que le titre de corédemptrice, Marie ne l'a jamais demandée durant sa vie. C'est le Christ qui le lui a donné. En effet, le Christ, seul Rédempteur, a voulu que la rédemption soit une ALLIANCE.

    Ainsi, comme dans un mariage, il y a le "oui" du Christ et, en réponse à notre place; le "oui" de Marie (c'est-à-dire de l'Eglise). Ainsi donc, comme il l'a demandé à l'apparition de ND de tous les peuples, ce dogme viendra un jour.

    Voici une vidéo bilingue Français/flamand sur ce grand mystère et ce cinquième dogme marial demandé par Jésus lors des apparitions d'Amsterdam (reconnues par l'Eglise) : 

    L’apparition de Notre Dame à Amsterdam 2/2 : Notre Dame, la corédemptrice (52 mn). https://youtu.be/Tlc31Bd3_JQ

    Les 27 dernières apparitions : Quand Notre Dame demande un dogme de sa corédemption, de sa médiation universelle, de son rôle d’avocate. Comment comprendre ce dogme à l'intérieur de la foi catholique ?

    De verschijning van Onze Lieve Vrouw te Amsterdam 2/2: Onze Lieve Vrouw als medeverlosseres

    De laatste 27 verschijningen: Onze Lieve Vrouw vraagt het dogma van haar mede-verlossing, van haar bemiddeling en rol als voorspreekster.

  • Bolland (Herve), 22 décembre : concert de Noël avec Tatiana Mamonov et le Quattro Lamiere

    IMPRIMER

    2019_12_14_11_06_09_Greenshot.png

    INVITATION AU CONCERT DE NOËL À BOLLAND

    ÉGLISE SAINT-APOLLINAIRE DIMANCHE 22 DÉCEMBRE, 15 h

    Avec la participation de…

    TATIANA MAMONOV, alto de l’Opéra Royal de Wallonie

    QUATTRO LAMIERE, quatuor de cuivres (région germanophone)

    BOLLANDINI CANTORES ET CHORALE SAINT-APOLLINAIRE

    A. F. 10 € (8 en prévente)

    087/67 55 73 ou 0497/28 57 30 ou gilbert_lesoinne@yahoo.fr

    Paiement par compte : BE59 7320 0564 2926

    Réception après le concert. Vin chaud à la sortie

    Qu’on se le chante !

  • Marie "corédemptrice" ?

    IMPRIMER

    Le pape a affirmé jeudi soir que "Marie ne s'était jamais présentée comme corédemptrice". Mais qu'en est-il vraiment ? Voici un article publié dans Famille Chrétienne en juin 2015 sous la plume du Père Nicolas Buttet qui aborde cette question :

    Peut-on dire que Marie est corédemptrice de l’humanité ?

    CHRONIQUE | Une foi, mille questions | 17/06/2015 | Numéro 1953 | Par Père Nicolas Buttet

    Les titres donnés à Marie, tant par la théologie que par la piété populaire, sont nombreux. L’Église a défini quatre dogmes mariaux : la maternité divine de Marie (en 431, à Éphèse) ; sa virginité perpétuelle (en 649) ; l’Immaculée Conception (1854) et l’Assomption (1950).

    Le titre de Marie corédemptrice fait partie des nombreux vocables sous lesquels Marie est priée et aimée, en lien avec sa mission particulière dans l’Église et dans le monde. Ce titre n’est pas utilisé comme tel dans les documents du concile Vatican II, bien qu’une discussion assez intense ait eu lieu à ce sujet. Le Concile précise : « La bienheureuse Vierge est invoquée dans l’Église sous les titres d’avocate, auxiliatrice, secourable, médiatrice, tout cela cependant entendu de telle sorte que nulle dérogation, nulle addition n’en résulte quant à la dignité et à l’efficacité de l’unique Médiateur, le Christ ». Le Concile tenait en effet à replacer la dévotion mariale dans le mystère de l’Église et à présenter clairement le Christ comme unique Sauveur du genre humain. Les Pères du Concile ont donc rappelé que Marie est elle aussi rachetée de façon radicale par son Fils.

    Il ne fait cependant aucun doute que Marie participe de manière suréminente à l’œuvre de la Rédemption de son Fils Jésus. Tous les théologiens ne franchissent néanmoins pas le pas d’attribuer à Marie le titre de « corédemptrice ». Parmi ceux-ci, le cardinal Ratzinger : « Le concept de corédemptrice s’écarte aussi bien de l’Écriture que des écrits patristiques. Tout vient [du Christ], comme le soulignent les épîtres aux Éphésiens et aux Colossiens. Marie aussi est tout ce qu’elle est par Lui. Le terme de corédemptrice obscurcirait cette donnée originelle. Une bonne intention s’exprime dans un mauvais vocable. Dans le domaine de la foi, la continuité avec la langue de l’Écriture et des Pères est essentielle ».

    Le cardinal Journet reconnaît pour sa part qu’il y a une « participation corédemptrice » de chaque baptisé à l’œuvre de l’unique Rédempteur Jésus, selon la parole de saint Paul : « Ce qui manque aux souffrances du Christ, je l’achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Église » (Col 1, 24).

    En Marie, l’Église devient corédemptrice de tout ce dont le Christ est l’unique rédempteur. 

    Cette participation à l’œuvre du Salut ne concerne pas, répétons-le, l’acquisition de la grâce, mais la diffusion de celle-ci dans l’Église et dans le monde. Le cardinal Journet ajoute : « La médiation corédemptrice personnelle de la Vierge est plus haute que celle de l’Église entière. Elle s’étend à tous les hommes de tous les temps ; elle est antérieure et enveloppante par rapport à toute médiation corédemptrice, fût-ce celle même de l’Église. En Marie, l’Église devient corédemptrice de tout ce dont le Christ est l’unique rédempteur, à savoir de tous les hommes, qu’ils le sachent ou qu’ils l’ignorent ».

    On le voit, la question est encore « ouverte » quant au vocable « corédemptrice ». ll est donc possible d’appeler Marie « corédemptrice » dans la mesure où l’on confesse fermement l’unique Rédempteur qui est son Fils Jésus. Laissons, pour finir, la parole à saint Jean-Paul II : « Marie, qui a été conçue et est née sans péché, a pris part de façon éminente aux souffrances de son Divin Fils pour être ainsi Corédemptrice de toute l’humanité » (8 septembre 1982). 

    Père Nicolas Buttet

    Ajoutons que, dans une prière adressée à Notre-Dame de Lourdes, le pape Pie XII s'est adressé à Marie en la désignant comme "notre Corédemptrice"...

    Mais... : https://archives.leforumcatholique.org/consulte/message.php?arch=2&num=451640

  • La messe traditionnelle gagne du terrain

    IMPRIMER
    Résultat de recherche d'images pour "messe pie V"
    De François Hoffman dans le numero 978 de Monde & Vie du 14 novembre 2019 reproduit sur le site de Paix Liturgique :

    L'INEXORABLE PROGRESSION DE LA MESSE TRADITIONNELLE

    DU 25 AU 7 OCTOBRE DERNIER, SUMMORUM PONTIFICUM ORGANISAIT SON TRADITIONNEL PELERINAGE A ROME. UNE MEMORABLE CONFERENCE A PERMIS DE FAIRE LE POINT SUR LA SITUATION DE LA FORME EXTRAORDINAIRE DU RITE ROMAIN. L’OCCASION DE RAPPELER QUE LE DEVELOPPEMENT DE LA MESSE TRADITIONNELLE TRADUIT UNE DYNAMIQUE DE FOND DANS L’EGLISE DE FRANCOIS

    C’est un aspect dont on parle assez peu en ces temps de grisaille ecclésiale et de calamiteux synode amazonien, mais la messe traditionnelle continue à progresser. La dynamique enclenchée en 1988 se poursuit. Pourquoi retenir l'année 1988 ? Parce que cette année-Ia, les sacres de Mgr Lefebvre, suivis du Motu proprio Ecclesia Dei de saint Jean-Paul II, donnèrent une assise solide à ce qui a permis la propagation du rit traditionnel. Expliquons-nous : du côté de la FSSPX, les sacres ont doté le rit tridentin d’une garantie de survie grâce à la possibilité d’ordonner des prêtres dédiés à sa célébration. Une sorte assurance épiscopale contre l’extinction de la messe traditionnelle. Quant au Motu proprio de saint Jean-Paul II du 2 juillet 1988, il a traduit en exigence romaine la célébration de ce même rit. Ainsi, la progression du rit tridentin doit à la « coconstruction » paradoxale de deux prélats apparemment opposés, mais dont l’action a été complémentaire.

    Si on se situe dans une perspective globale, cette progression est un phénomène structurel dans I’Eglise contemporaine. Depuis l’année climatérique de 1988, le rit tridentin n’a cessé de s’étendre à de nouveaux pays, tout en diversifiant ses publics. A la fin de l’année 2019, la messe traditionnelle était célébrée dans 87 pays (80 à la fin de l'année 2018). C'est le bilan général. Mais dans le détail, il est aussi encourageant. II y a bien sûr de nouveaux pays, comme la Serbie, la Géorgie, le Salvador, le Burkina-Faso et la Namibie, dont certains ne sont nullement de tradition catholique. Les Emirats arabes unis sont peut-être l'exemple le plus significatif du développement de I’usus antiquior dans un pays étranger à tout univers tridentin, voire chrétien ! Inversement, le rite traditionnel reste absent de ces deux pays à majorité catholique que sont la République démocratique du Congo (RDC) et le Venezuela. On peut supposer que cette absence sera tôt ou tard réparée. Ensuite, le rit traditionnel se consolide dans des pays où il est déjà présent comme aux Etats-Unis ou en Pologne (seul un diocèse serait réfractaire à sa célébration). Enfin, l'Afrique fait figure de continent prometteur. A la différence de l’Occident fatigué, il y a des vocations nombreuses et des laïcs encore fervents, comme en témoignent les nombreuses demandes de fidèles. Des ingrédients idéaux pour encourager le développement de la messe traditionnelle. Une nouvelle cartographie du rit traditionnel se dessine donc dans I‘Eglise. Elle est bien différente de celle qui avait cours pendant les années 1990 et 2000. L'Europe et même I’Occident au sens large y ont une part moins importante.

    Un changement de climat significatif

    La progression ne consiste pas seulement dans le nombre de messes célébrées selon le rit traditionnel. Tout d’abord, le clergé célébrant ce rit s'est diversifié. II ne s’agit plus seulement des instituts traditionnels comme les fraternités sacerdotales Saint-Pie X ou Saint-Pierre – c’était encore le cas dans les années 1990 —, mais aussi du clergé diocésain, voire de religieux de congrégations classiques. La propagation du rite s‘est aussi faite par des prêtres incardinés dans des diocèses. On notera à cet égard un phénomène d’« entrepreneur de la Tradition » encore peu étudié par les spécialistes des mouvements religieux : des prêtres érudits, maitrisant internet, défendant le rite traditionnel et contribuant à son extension par une implication active. Quant à la hiérarchie épiscopale, il faut noter que la « bergoglisation » d’une partie de l’épiscopat n'a pas été synonyme d’une fermeture diocésaine au rit traditionnel. Tel jésuite en civil se dit même prêt à célébrer cette messe. On pourrait multiplier les témoignages. Quant au public, il se diversifie : on peut le voir dans ces nouvelles générations, totalement perméables aux réseaux sociaux, mais qui usent justement de ces deniers pour militer en faveur de la messe traditionnelle. Mais la propagation se fait aussi dans les différentes institutions chrétiennes. Dans telle université pontificale, la messe traditionnelle est dite régulièrement. Non seulement le rit tridentin est redécouvert, mais ce sont aussi ses « petits frères », victimes de la réforme de 1969, qui retrouvent droit de cité dans l'Eglise. A ce titre, on peut souligner la diffusion du rit dominicain traditionnel. II est célébré par certains dominicains qui usent pourtant du Novus Ordo Missae. A l’instar de telle vénérable maison où sa célébration se fait en alternance avec celle du nouveau rit et celle du rit romain traditionnel. Ce mouvement inexorable de retour aux formes traditionnelles de la liturgie, tel évêque africain n’a pas hésité à le qualifier de « mouvement du Saint-Esprit ».

  • Le regard plus très catholique des évêques allemands sur l'homosexualité et l'adultère

    IMPRIMER

    De Dorothy Cummings McLean sur le site LifeSiteNews.com :

    Les évêques allemands proclament que l’homosexualité est «normale», et l’adultère «pas grave»

    BERLIN, 9 décembre 2019 (LifeSiteNews) - La Commission du mariage et de la famille de la Conférence épiscopale allemande est parvenue à un consensus sur le fait que l'homosexualité est une «forme normale de prédisposition sexuelle».

    Deux prélats allemands ont également affirmé qu'Amoris Laetitia enseigne que les relations sexuelles formées après un divorce ne sont ni gravement coupables ni un obstacle à la réception de la sainte communion.

    Le 5 décembre, la Conférence épiscopale allemande a publié un communiqué de presse détaillant les résultats d’une «consultation d’experts sur le thème « La sexualité de l’homme: comment en discuter scientifiquement et théologiquement et comment l’évaluer ecclésiastiquement? »

    La consultation, qui comprenait un panel d'évêques, de sexologues, de théologiens moralistes, de théologiens dogmatiques et d'avocats en droit canon, s'est déroulée à Berlin et s'est terminée le 4 décembre. Le moment de l'événement a coïncidé avec le départ des évêques allemands sur leur propre «voie synodale».

    Selon le communiqué de presse, les experts ont convenu que «la sexualité humaine englobe une dimension de désir, de procréation et de relation».

    Ils ont également convenu que l'homosexualité est aussi «normale» que l'hétérosexualité et qu'aucune attirance sexuelle ne devrait être modifiée.

    «Il a également été convenu que la préférence sexuelle de l'homme s'exprime lors de la puberté et suppose une orientation hétéro ou homosexuelle. Les deux appartiennent aux formes normales de prédisposition sexuelle, qui ne peuvent ou ne doivent pas être modifiées à l'aide d'une socialisation spécifique », a déclaré le communiqué de presse.

    Le communiqué proposait ce statut de normalité comme la raison pour laquelle "toute forme de discrimination à l'égard des personnes ayant une orientation homosexuelle doit être rejetée", un enseignement qui, selon lui, a été demandé "pendant un certain temps" par le bureau d'enseignement de l'Église et a été «explicitement souligné par le pape François» dans Amoris Laetitia.

    L'accord a cependant ses limites : il n'y a pas de consensus sur le fait de savoir «si l'interdiction magistrale de l'homosexualité pratiquée est toujours actuelle». Les experts ne sont pas non plus d'accord sur le fait que les personnes mariées et non mariées devraient ou non être autorisées à utiliser des contraceptifs artificiels.

    Le communiqué de presse des évêques allemands mentionne en particulier l’archevêque Heiner Koch de Berlin, le chef de la Commission de la famille, et l’évêque Franz-Joseph Bode d’Osnabrück. Tous deux étaient présents au Synode sur la famille à Rome en 2015. Selon le communiqué, les deux hommes ont souligné «l'importance d'une discussion solide basée sur les sciences humaines et la théologie et ont souligné les développements qui peuvent déjà être trouvés dans Amoris Laetitia».

    Comme exemple d'un «développement» à Amoris Laetitia, les évêques allemands déclarent que le document dit «une relation sexuelle après un divorce et un remariage n'est plus généralement considérée comme un péché grave et, par la suite, une exclusion générale de la réception de l'Eucharistie n'est pas prévue. »

    Les autres prélats allemands du panel étaient Mgr Wolfgang Ipolt de Görlitz, Mgr Peter Kohlgraf de Mayence et plusieurs évêques auxiliaires de la Commission pour la famille.

    Le Catéchisme de 1992 de l'Église catholique déclare clairement que les actes homosexuels sont «intrinsèquement désordonnés» et «contraires à la loi naturelle» (CCC 2357).

    «Ils ferment l'acte sexuel au don de vie», poursuit-il. «Ils ne procèdent pas d'une véritable complémentarité affective et sexuelle.»

    "En aucun cas, ils ne peuvent être approuvés."

    Cependant, le Catéchisme souligne en effet que la souffrance des personnes ayant une attirance pour le même sexe ne devrait pas être augmentée par un traitement dur:

    "Le nombre d'hommes et de femmes ayant des tendances homosexuelles profondément ancrées n'est pas négligeable. Cette inclinaison, objectivement désordonnée, constitue pour la plupart une épreuve. Ils doivent être acceptés avec respect, compassion et sensibilité. Tout signe de discrimination injuste à leur égard doit être évité. Ces personnes sont appelées à accomplir la volonté de Dieu dans leur vie et, si elles sont chrétiennes, à unir au sacrifice de la croix du Seigneur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer de leur condition." (CEC 2358)

    Le Catéchisme souligne également que «les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté» et peuvent «approcher la perfection chrétienne» par la maîtrise de soi, l'amitié, la prière et la grâce sacramentelle (CEC 2359).

    Cependant, il y a une rébellion généralisée dans l'Église catholique en Allemagne contre la doctrine constante de l'Église sur les questions sexuelles, y compris parmi les membres de la Conférence épiscopale allemande. L’insistance de la Conférence épiscopale allemande à tenir son propre synode, ou «voie synodale», sans la permission du Vatican, inquiète les catholiques allemands plus traditionnels.

    Le cardinal Walter Brandmüller, président émérite du Comité pontifical des sciences historiques, a averti qu'avancer sur cette voie - une question qui remet en question les enseignements de l'Église sur le sacerdoce célibataire et masculin; sur l'homosexualité et le mariage - pourrait conduire à une «église nationale» sans «presque aucun lien avec Rome». Le cardinal des dubia a déclaré que ce serait «certainement le chemin le plus sûr vers le déclin final» de l'Église allemande.

  • Puiser à la source, mais c'est de nuit...

    IMPRIMER

    Je la connais la source, elle coule, elle court, mais c'est de nuit.

    Dans la nuit obscure de cette vie, je la connais la source, par la foi, mais c'est de nuit.

    Je sais qu'il ne peut y avoir de chose plus belle, que ciel et terre viennent y boire, mais c'est de nuit.

    Je sais que c'est un abîme sans fond et que nul ne peut la passer à gué, mais c'est de nuit.

    Cette source éternelle est cachée en ce pain vivant pour nous donner la vie, mais c'est de nuit.

    De là, elle appelle toutes créatures qui viennent boire de son eau, dans l'ombre, car c'est de nuit.

    Cette source vive de mon désir, en ce pain de vie je la vois, mais c'est de nuit.

    Saint Jean de la Croix.
  • Saint Jean de la Croix (14 décembre)

    IMPRIMER

    Image associée

    Lors de l'audience générale du 16 février 2011, le pape Benoit XVI évoquait la grande figure du mystique espagnol :

    "Chers frères et sœurs,

    Il y a deux semaines, j’ai présenté la figure de la grande mystique espagnole Thérèse de Jésus. Je voudrais aujourd’hui parler d’un autre saint important de ces régions, ami spirituel de sainte Thérèse, réformateur, avec elle, de la famille religieuse carmélitaine : saint Jean de la Croix, proclamé Docteur de l’Eglise par le Pape Pie XI, en 1926, et surnommé dans la tradition Doctor mysticus, « Docteur mystique ».

    Jean de la Croix naquit en 1542 dans le petit village de Fontiveros, proche d’Avila, en Vieille Castille, de Gonzalo de Yepes et Catalina Alvarez. Sa famille était très pauvre, car son père, d’une famille noble de Tolède, avait été chassé de chez lui et déshérité pour avoir épousé Catalina, une humble tisseuse de soie. Orphelin de père dans son jeune âge, Jean, à neuf ans, partit, avec sa mère et son frère Francisco, pour Medina del Campo, non loin de Valladolid, un centre commercial et culturel. Il y fréquenta le Colegio de los Doctrinos, en assurant également d’humbles travaux pour les sœurs de l’église-couvent de la Madeleine. Par la suite, vues ses qualités humaines et ses résultats dans les études, il fut admis d’abord comme infirmier dans l’Hôpital de la Conception, puis au Collège des jésuites, qui venait d’être fondé à Medina del Campo : Jean y entra à dix-huit ans et étudia pendant trois ans les sciences humaines, la rhétorique et les langues classiques. A la fin de sa formation, sa vocation lui était très claire : la vie religieuse et, parmi tous les ordres présents à Medina, il se sentit appelé au carmel.

    Lire la suite