Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La spectaculaire restauration de l'Agneau Mystique des frères Van Eyck

    IMPRIMER

    De Sim D'Hertefelt sur Kerknet.be :

    Admirez l'agneau mystique avant et après restauration - spectaculaire!

    Le 17-12-19, la restauration du panneau central de l'Agneau mystique a été présentée à la presse. A admirer du 24-1-20 dans la cathédrale Saint-Bavon à Gand.

    Les panneaux intérieurs inférieurs du tableau "l'Adoration de l'Agneau mystique" des frères  Van Eyck ont été restaurés dans leur état d'origine. Une équipe internationale d'experts et de restaurateurs y a travaillé pendant 3 ans. 

    Ils ont habilement enlevé des couches épaisses de vernis jaune-brun et diverses peintures du XVIe siècle. Les panneaux centraux étaient couverts à 50%. Les panneaux extérieurs même pour 70%. 

    (...) les restaurateurs ont pu faire réapparaître méticuleusement la vision de Van Eyck. Un travail de bénédictin avec un scalpel chirurgical sous un microscope stéréo. L'équipe a fait preuve d'une patience d'ange, explique Ludo Collin , recteur de la cathédrale Saint-Bavon. 

    Surtout lorsqu'on zoome sur les détails, on voit le bénéfice de la restauration. Dans la version originale de Van Eyck, les bâtiments, les robes, la nature et le ciel sont pleins de détails et de profondeur sublimes.

    Le plus frappant est bien sûr la restauration du visage de l'Agneau. (...) A présent, on voit à nouveau l'Agneau comme Van Eyck l'avait conçu. Quelle différence!

    Admirez l'agneau mystique avant et après la restauration

    cliquer sur les images

    Visage de l'agneau avant et après restauration - cliquez pour faire défiler © Sint-Baafskathedraal Gent, Lukasweb.be-Art in Flanders vzw, photo KIK-IRPA

    Visage de l'agneau avant et après restauration © Sint-Baafskathedraal Gent, Lukasweb.be-Art in Flanders vzw, photo KIK-IRPA

    Apôtres avant et après restauration - cliquez pour faire défiler © Sint-Baafskathedraal Gent, Lukasweb.be-Art in Flanders vzw, photo KIK-IRPA

    Apôtres avant et après restauration - © Sint-Baafskathedraal Gent, Lukasweb.be-Art in Flanders vzw, photo KIK-IRPA

    Martyrs avant et après restauration - cliquez pour faire défiler © Sint-Baafskathedraal Gent, Lukasweb.be-Art in Flanders vzw, photo KIK-IRPA

    Martyrs avant et après restauration - © Sint-Baafskathedraal Gent, Lukasweb.be-Art in Flanders vzw, photo KIK-IRPA

    Vierges avant et après restauration - cliquez pour faire défiler © Sint-Baafskathedraal Gent, Lukasweb.be-Art in Flanders vzw, photo KIK-IRPA

    Vierges avant et après restauration - © Sint-Baafskathedraal Gent, Lukasweb.be-Art in Flanders vzw, photo KIK-IRPA

    Tour de la cathédrale d'Utrecht avant et après restauration - cliquez pour faire défiler © Sint-Baafskathedraal Gent, Lukasweb.be-Art in Flanders vzw, photo KIK-IRPA

    Tour de la cathédrale d'Utrecht avant et après restauration - © Sint-Baafskathedraal Gent, Lukasweb.be-Art in Flanders vzw, photo KIK-IRPA

    Que voulaient dire les frères Van Eyck avec leur Agneau de Dieu? Voir la video

    Que disent les frères Van Eyck dans leur peinture L'Adoration de l'agneau mystique?

    Allez voir par vous-même

  • Se remettre à vivre pour Dieu : une méditation de Benoît XVI sur l'avenir de l'Eglise

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Dumont sur le site de Famille Chrétienne :

    Se remettre à vivre pour Dieu

    09/12/2019

    Auteur : Benoît XVI
    Editeur : Presses de la Renaissance
    Nombre de pages : 144

    Au milieu des nombreuses publications consacrées aux crimes pédophiles commis par des clercs, ce livre sort du lot. C’est la traduction d’un article de Benoît XVI publié en avril 2019 dans la revue bavaroise Klerusblatt, accompagnée d’annexes, le tout commenté par notre confrère du Figaro, Jean-Marie Guénois. Benoît XVI y montre comment l’effondrement dans les années 1950 et 1960 des valeurs morales que conservaient les sociétés autrefois chrétiennes s’est accompagné d’un rejet au sein de l’Église de la morale catholique et de l’autorité, favorisant ainsi de graves déviances et leur tolérance. Une culture de la compromission avec les idées du monde est pointée, ce qui peut expliquer les réactions virulentes suscitées par ce texte.

  •  "Nous sommes les éternels débiteurs du christianisme"

    IMPRIMER

    De Gérard Leclerc sur le site de France Catholique :

    Le plus grand événement de l’histoire

    19 décembre 2019

    Nativité, Sagrada Familia
    CC by-sa : Jacinta lluch Valero

    L’historien anglais Tom Holland, auteur d’un ouvrage monumental sur l’essence de la révolution chrétienne au cœur de l’Antiquité [1] en est persuadé : «  Nous sommes les éternels débiteurs du christianisme.  »

    L’abaissement de Dieu

    Aucun événement, aucune révolution intellectuelle et politique, rien n’est parvenu à dépasser ce qu’a d’exclusif et d’inouï le mystère chrétien. Celui-ci peut se résumer dans l’abaissement de Dieu mourant du supplice des esclaves, le pire que l’on puisse imaginer. La folie de la croix, saint Paul ne s’en réclamait-il pas déjà ? Mais rien n’aurait été possible sans la naissance de l’Emmanuel dans sa crèche de Bethléem. «  Notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit et qui est né de la Vierge Marie.  » Il n’y a pas de Rédemption sans Incarnation et il n’y a pas de foi sans adoration du petit enfant dans l’humilité de son commencement. Un commencement qui fait descendre sur Terre l’immense joie du Ciel.

    Les bergers sont avertis par l’ange de la grande joie, qui est celle de tout un peuple. Et ils sont accompagnés à la crèche, où repose le nouveau-né enveloppé de langes, par une troupe nombreuse de l’armée céleste qui chante la beauté infinie de cette naissance : «  Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime  » (Lc 2, 9-14). La lumière de l’avènement illumine toute la Terre et c’est la civilisation même qui s’en trouve bouleversée.

    Toutes les sagesses antiques en ce qu’elles ont de supérieur seront désormais travaillées intérieurement par un dynamisme qu’elles méconnaissaient et une révélation qui transforme de fond en comble l’énigme du monde et l’existence humaine. Les dieux antiques étaient muets et ne pouvaient aimer les hommes. Le Dieu de la Révélation chrétienne, qu’annonce l’Ancien Testament, est tellement ami des hommes qu’il se fait l’un d’entre eux et leur permet d’accéder au cœur de l’amour trinitaire. C’est bien pourquoi il y aura désormais une joie d’exister qui est incommensurable.

    Joie du cœur dilaté

    Cette joie, nos ancêtres la manifestaient dans les grandes occasions en criant précisément «  Noël !  », l’expression même de leur cœur dilaté par la merveille du Christ sauveur. C’est cette joie que nous voulons partager avec vous tous, amis lecteurs, à la veille de la grande fête de la Nativité. Noël à tous, joie à tous !


    [1Tom Holland, Les Chrétiens. Comment ils ont changé le monde, Éditions Saint-Simon, 615 p., 26,80 €.

  • O REX gentium et desideratus earum

    IMPRIMER

    O REX gentium et desideratus earum,
    lapis angularis qui facis utraque unum:
    veni et salva hominem quem de limo formasti.

    Ô Roi des nations (Jérémie 10, 7), objet de leur désir (Aggée 2, 7), pierre angulaire (Isaïe 28, 16) qui réunit juifs et païens en un seul peuple (Ephésiens 2, 14): viens sauver l’homme que tu as façonné à partir du limon.

  • Homélie pour le 4e dimanche de l'Avent

    IMPRIMER

    Rembrandt joseph warned by angel.jpgLectures du jour

    L'homélie de frère Dominique (Famille de Saint Joseph) (homelies.fr - archive 2007)

    Homélie
    (Archive 2007)

    Une page d’histoire pour commencer. Ce n’est pas si souvent… Achaz, en effet, n’est pas un roi qui a laissé un bon souvenir dans les annales. Pour sa défense, on peut rappeler son âge : il avait à peine 20 ans quand il est monté sur le trône de Jérusalem. On peut aussi souligner la situation politique complexe qu’il avait à gérer. À cette époque, l’empire assyrien voisin ne cessait de s’étendre et représentait une menace certaine pour Jérusalem. Les royaumes d’alentour se rendaient les uns après les autres ; ceux qui résistaient ou se révoltaient étaient vigoureusement recadrés. Dans ce contexte, deux royaumes du Nord, la Syrie et Israël décidèrent de monter une coalition contre les assyriens. Mais Jérusalem refusa d’entrer dans la coalition. Les rois de Damas et d’Éphraïm se retournèrent alors contre Juda et firent le siège de Jérusalem pour tenter de déposer Achaz et mettre à sa place un roi qui leur serait favorable. Achaz est donc pris entre deux menaces : celle, à ses portes, des royaumes du Nord et celle, plus lointaine, des Assyriens. Achaz paria sur la plus lointaine mais la plus terrible. Malgré les exhortations d’Isaïe, il demanda la protection assyrienne. 

    Lire la suite

  • Joseph a-t-il douté de Marie? (une lecture de Mt. 1. 18-24 pour le 4e dimanche de l'Avent)

    IMPRIMER

    Annonciation Joseph

    En ce 4e dimanche de l’Avent, la liturgie nous donne d’entendre le récit de ce que l’on pourrait appeler l’Annonciation à Joseph : la péricope de l’Evangile selon Saint Matthieu au Chapitre 1er, versets 18 à 24. 

    Dans ce passage, l’évangéliste nous raconte les « origines » de Jésus-Christ. 

    Marie, la mère de Jésus, qui avait été accordée en mariage à Joseph, « fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint », « avant qu’ils aient habité ensemble » précise Saint Matthieu – pour exprimer combien Joseph est étranger à cette naissance ; pour nous signifier qu’il n’est pas lui-même le géniteur de cet enfant. 

    Joseph, « qui était un homme juste » poursuit le texte, prit donc la décision de répudier Marie. 

    Quoi de plus « normal » jusque là ? Voici une fiancée promise à son époux – au point que dans le judaïsme de l’époque, on les considérait déjà comme mariés – qui tombe enceinte avant d’avoir commencé une vie commune avec son époux… La conclusion s’impose comme une douloureuse évidence : Marie a trompé son époux ; elle a commis un péché d’adultère – du moins Joseph le croit-il – et il paraît juste à l'humble charpentier de Nazareth de s’en séparer légalement par un acte de répudiation... jusqu'à ce que l'Ange du Seigneur intervienne pour lui faire comprendre sa méprise et lui révéler l'origine divine de l'enfant de Marie. 

    Lire la suite

  • Liège : en Avent vers Noël !

    IMPRIMER

    affiche_22 decembre_noel.jpg

    « A la venue de Noël chacun se doit bien réjouir » 

     en l’église du Saint-Sacrement à Liège (Bd d’Avroy, 132) 

    le dimanche 22 décembre 2019 à 10h00

    MESSE DE CLÔTURE DE TEMPS DE L’AVENT

    avec les polyphonies de l’Ensemble « Gaudete »:

     

     

    et le plain-chant de la schola :

    à l’orgue, Patrick Wilwerth, professeur au conservatoire de Verviers:

    JPSC

    ___________

    Sursum Corda asbl, Association pour la sauvegarde de l’église du Saint-Sacrement au Boulevard d’Avroy, 132 à Liège. Siège social : Rue Vinâve d’île, 20 bte 64. Tel. 04.344.10.89. E-mail : sursumcorda@skynet.be.

    Web : http://eglisedusaintsacrementliege.hautetfort.com

    Restauration_depliant - Copie.jpgFaire un don pour la restauration de l’église du Saint Sacrement ?  Pour aider à la sauvegarde de ce joyau de l’art néo-classique, vous pouvez faire un don fiscalement déductible en versant le montant de votre choix au compte de projet : IBAN BE10 0000 0000 0404 – BIC BPOTBEB1 de la Fondation Roi Baudouin, rue Brederode, 21, 1000 Bruxelles, avec, en communication, la mention structurée (indispensable) : 128/2980/00091.  

    Pour en savoir plus sur les enjeux de cette importante opération, cliquez ici : Restauration de l'église du Saint-Sacrement à Liège . L'évêque s'implique. Et vous?  

    Tous renseignements : Tel. 04 344 10 89.

     

  • A Liège: les santons de l'église du Saint-Sacrement illustreront noël en quinze tableaux

    IMPRIMER

    affiche_santons.jpg

    Tous renseignements:

    portable 0470 94 70 05 ou email abbedor@gmail.com 

    JPSC

  • Entendra-t-on encore le chant grégorien à Notre-Dame de Paris?

    IMPRIMER

    Les amoureux du chant grégorien craignent que derrière le licenciement du professeur de musique sacrée médiévale de Notre-Dame de Paris, justifié par des motifs économiques, se cache une volonté de « moderniser » le répertoire de la Maîtrise. De Paul Sugy sur le site web « Figarovox » :

    Grégorien ND de Paris XVMb177ea30-2262-11ea-88a9-d2e707b938cd.jpg

    " C’est un mouvement de grève qui n’a pas fait la Une des journaux - et qui n’a pas grand-chose à voir avec l’âge pivot du départ à la retraite. Pour la simple raison que le «régime spécial» qu’il défend est un peu plus vieux que l’invention de la retraite par répartition… Mardi soir, les élèves de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris ont refusé d’assurer le traditionnel concert de Noël qui devait avoir lieu en l’église Saint-Sulpice, pour protester contre le licenciement de cinq membres de l’École de musique sacrée.

    La Maîtrise de Notre-Dame de Paris, une école de musique sacrée créée en 1991 à l’initiative du diocèse, de la Mairie et du ministère de la Culture, comprend aujourd’hui 160 chanteurs et une trentaine de professeurs. Elle est la gardienne d’un patrimoine musical vieux de 850 ans. Aux XIIe et XIIIe siècle, l’École de Notre-Dame naît avec les perspectives acoustiques nouvelles offertes par l’architecture extraordinaire de la cathédrale flambant neuve. Entre l’an 1160 et 1250, Notre-Dame de Paris devient ainsi le centre d’un rayonnement musical qui atteint bientôt les confins de l’Europe. «Très vite, les procédés des compositeurs de cette «École» seront imités, copiés, chantés dans les grandes églises de France puis dans toute l’Europe. Cette diffusion exceptionnelle pour l’époque s’explique par le génie des créateurs parisiens, au premier rang desquels figurent les fameux Léonin et Pérotin, mais aussi par la renommée et la prépondérance extraordinaire de Paris au début du XIIIe siècle, ville lumière déjà surnommée Mater artium (Mère des Arts), Secunda Athena (Seconde Athènes), Paris expers Paris (Paris sans égal)» résume Antoine Guerber, directeur d’un ensemble musical de chant médiéval et fin connaisseur de cette période.

    À Notre-Dame de Paris, le chant polyphonique connaît un premier apogée: une troisième, puis une quatrième voix sont ajoutées à l’organum, le chant sacré grégorien ; et les grands compositeurs de l’époque introduisent peu à peu des éléments de rythme, posant là certaines bases de l’harmonie occidentale. Le travail de Pérotin, l’un des rares compositeurs de l’époque dont on ait gardé la trace, sera poursuivi par ses élèves qui diviseront en trois la maxime, l’unité de mesure de la note musicale. C’est le règne de l’Ars antiqua, période musicale qui verra également naître le motet, une invention médiévale qu’on verra refleurir sous la période baroque puis dans certaines compositions romantiques…

    De nombreux élèves dénoncent une altération de l’identité de la Maîtrise.

    Mais voilà: gardien de ce patrimoine pluriséculaire, le professeur de musique médiévale Sylvain Dieudonné, dont la connaissance du chant grégorien lui a valu une renommée internationale, s’est vu signifier son licenciement par la direction de la Maîtrise. Aussitôt de nombreux élèves, anciens élèves et professeurs de Notre-Dame de Paris se sont empressés de lui témoigner leur soutien, devant une décision qu’ils qualifient d’abusive et d’injustifiée. Il faut préciser toutefois que la situation financière de la Maîtrise de Notre-Dame est alarmante: depuis l’incendie de la cathédrale, la direction a lancé un appel au mécénat, indiquant que le quart de ses recettes vient à manquer. Une partie des concerts prévus pour la saison a été annulée ; les autres furent maintenus, mais dans d’autres églises, et force est de constater que lorsqu’elle ne se produit plus sous les voûtes de la cathédrale, la Maîtrise peine à réunir un public aussi nombreux qu’auparavant.

    Lire la suite

  • Benoît XVI lance une fondation pour le journalisme catholique en Allemagne, indépendante de l’épiscopat

    IMPRIMER

    Lu sur le site du « salon beige » :

    Benoît-XVI-1920x1080.jpgA la surprise générale, le pape émérite Benoît XVI a lancé une fondation pour le journalisme catholique en Allemagne.

    « Je veux que la voix catholique soit entendue »

    L’objectif de cette fondation est de lever l’équivalent d’environ 500 000 $ en 2020 pour investir dans la formation de jeunes journalistes et soutenir une variété de projets, y compris la recherche sur des questions d’éthique biomédicale, en Allemagne.

    Étant donné que les diocèses, riches grâce à l’impôt, et la puissante conférence épiscopale financent déjà un large éventail de projets médiatiques et de médias qui dispensent une formation, y compris une école de journalisme catholique dédiée basée à Munich, l’initiative du pape émérite a été vue comme une stratégie pour renforcer les reportages catholiques fidèles au magistère, indépendamment des influences épiscopales et autres.

    La «Société des journalistes catholiques» a critiqué cette décision, affirmant qu’elle se demandait pourquoi le pape émérite avait décidé d’entreprendre cette initiative sans impliquer l’école de journalisme existante… Sans doute parce que son orthodoxie fait défaut…

    À quelques exceptions notables – comme l’édition allemande de Catholic News Agency, CNA Deutsch –l’infrastructure des médias catholiques et de ses organes de représentation en Allemagne est profondément ancrée dans les structures et les organes généraux de l’Église.…

    (via le FC)

    Ref. Benoît XVI lance une fondation pour le journalisme catholique en Allemagne, indépendante de l’épiscopat

    JPSC

     

  • Pour Noël : un beau témoignage de Brigitte Fossey

    IMPRIMER

    Du site de France Catholique :

    Une résurrection de l’âme

    par Brigitte Fossey*

    mercredi 18 décembre 2019

    Crèche de Corée
    Collection de Marie-Joëlle Desserre.

    Brigitte Fossey - CC by-sa : Georges Biard

    « Un de mes premiers souvenirs de Noël est lorsqu’à 4 ans, avec ma grand-tante et ma grand-mère, à Tourcoing, dans le nord de la France, nous allions faire la tournée des crèches dans les églises de la ville. J’en garde un souvenir extraordinaire, celui d’un voyage, comme si j’avais été en Chine pour visiter les palais des mandarins. à la maison nous avions aussi une crèche magistrale, à plusieurs étages. Mais à l’époque je me demandais pourquoi il y avait plusieurs petits Enfants Jésus, et qui était le vrai. J’ai compris après…

    Aujourd’hui, je suis marqué par le magnifique prologue de saint Jean – «  Au commencement était le Verbe…  » –, et notamment par ces mots : «  Et le Verbe s’est fait chair.  » Pendant l’Avent, nous attendons avec espérance que le Verbe de Dieu, Celui qui est le chemin, la vérité et la vie, se fasse chair.

    Ce n’est pas l’attente de Pâques, mais il y a déjà presque une résurrection de l’âme, du cœur, dans cette espérance. Noël constitue ainsi un axe central de la vie, où l’on se rassemble et se ressource autour de cette immense espérance de la naissance de l’Enfant. Cette unité retrouvée entre les âmes est un peu pour moi une image du paradis… Voilà l’espérance de Noël ! Comme une petite lumière qui s’allume dans le cœur lorsqu’on ferme les yeux !

    La philosophe Hannah Arendt, qui n’avait pas d’enfant et qui n’était pas croyante, a parlé du «  génie de la religion chrétienne  », religion qui affirme qu’«  un enfant nous est né  » ! Elle s’est inclinée avec toute son intelligence devant cette espérance, de même que les Rois mages se sont inclinés devant l’Enfant Jésus, après avoir suivi l’étoile.

    Et d’une certaine manière, les épreuves sont nécessaires pour aller vers cette lumière qu’on espère tellement. Je vois ainsi la vie comme un travail, dans lequel nous sommes des petites graines semées dans la terre, et nous devons «  pousser  », dans le quotidien. C’est pourquoi je suis frappée par l’humilité de la mère de famille : c’est pour moi la vocation la plus admirable.

    Sainte Thérèse de Lisieux, à qui j’ai beaucoup prêté ma voix, affirmait à la fin de sa vie que la mort était pour elle «  comme un Noël  », car elle allait ainsi retrouver le Christ. C’est un exemple de la foi la plus absolue, malgré la sécheresse qu’elle avait connue, malgré la souffrance de la maladie.  »

    — 

    * Actrice

  • "Notre-Dame de Paris, l'épreuve des siècles" : un documentaire d'une "inculture crasse"

    IMPRIMER

    De RCF :

    Notre-Dame de Paris à l'épreuve du documentaire

    Présentée par Mgr Benoist de Sinety

    L'ÉDITO DE MGR BENOIST DE SINETY (prêtre, vicaire général du diocèse de Paris en charge de la solidarité, auteur du livre : 'Il faut que des voix s’élèvent' Flammarion 2018)

    JEUDI 19 DÉCEMBRE À 7H55

    L'édito de Mgr Benoist de Sinety

    Un documentaire sorti sur France 2 mercredi soir qui retrace l'histoire de Notre-Dame : une prouesse technique mais une inculture crasse

    Une bande de copains, le regard hilare, se tenant presque par l’épaule comme une équipe de Foot au soir de la victoire. C’était l’image finale du documentaire diffusé hier soir par France 2 censé relater l’histoire de Notre-Dame.

    Il s’agit certainement d’une prouesse technique, où l’image 3D amplement utilisée et soutenue par une bande-son qui n’a rien à envier à celle de la série Game of Thrones, retraçait plus de huit siècles d’histoire.
     
    Tout débutait de manière bien sympathique : la figure du premier évêque fondateur, Maurice de Sully, longuement évoqué, nous rassurait d’emblée sur le sérieux de l’entreprise.
     
    Mais un détail aussitôt inquiétait : à la place de l’habituelle croix pectorale, l’évêque bâtisseur se voyait affublé d’un médaillon rond probablement plus proche de l’ordre du temple solaire (on n’ose pas penser à une Loge !) que de la foi en Jésus Christ.

    Les minutes du documentaire s’égrènent, agréables comme un dessin animé, les scènes de construction se veulent pédagogiques. La fiction se mêle à l’histoire sans que jamais le commentaire ne juge utile de le signaler... Les personnages de Victor Hugo sont évoqués sans être nommés, au premier rang desquels un prédicateur au visage de Savonarole, un chanoine violeur, une Esméralda blonde... les églises chrétienne du Moyen Âge semblent par ailleurs ne réunir que des moines et des crânes tonsurées...

    Comment dès lors prétendre faire œuvre d’Histoire si la légende et les faits avérés  sont traités à parts égales, si le romanesque est mêlé au réel ?
     
    Les bâtisseurs nous sont présentés comme des hommes allant « au bout de leurs rêves », de leurs visions,  sans que ne soient mentionnées, en aucune manière, ni les raisons de leur entreprise, ni jamais, ô grand jamais, l’idée même que la foi en Jésus-Christ puisse en être l’inspiration, le ressort, et au final la clé de son succès.
     
    Comment le dire en termes choisis : il y en a marre de voir ce que la sécularisation produit comme inculture crasse. Qu’une chaîne publique ait dépensé autant d’argent pour ce qui n’est au bout du compte qu’un Docufiction en pensant faire œuvre d’Histoire laisse pantois.
     
    Qu’on me comprenne bien : je suis aux antipodes d’un réflexe corporatiste ou d’un discours identitaire qui n’ont à mes yeux aucun sens, car ils sont le contraire de ce qu’est l’Évangile.

    Mais je réclame simplement et fermement que la vérité soit dite, qu’elle soit montrée, car elle n’est pas simplement une opinion parmi d’autres. La cathédrale Notre-Dame est un fruit de la foi chrétienne. Elle est cela avant toute autre dimension symbolique. C’est faire œuvre d’Histoire, de bon sens, et de sincérité que de le reconnaître.
     
    Oui, il est vraiment temps que dans notre pays, nous soyons les témoins persévérants et fidèles de cette Lumière qui révèles aux sages leur ignorance et aux puissants leur pauvreté. Joyeux Noël à tous !