Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vers le suicide assisté en Belgique ? On y pense mais...

IMPRIMER

Lu sur Le Soir de ce 14 janvier (p. 18):

Ira-t-on un jour vers le suicide assisté ? 

Jacqueline Herremans * : “On est certainement arrivé à un point d’équilibre qui ne sera dépassé que le jour où l’on admettra que l’élément fondamental est l’autonomie de la personne et que cette dernière n’a pas à justifier d’une affection médicale grave et incurable. Je pense à des personnes qui estiment que le livre de leur vie est complet, que la dernière page est tournée et qu’ajouter une page de plus n’apporterait rien. Mais on n’en est pas encore là. Aux Pays-Bas, ce débat a lieu depuis plus de vingt ans. Il existait même avant que la loi sur l’euthanasie y soit promulguée. Mais pour l’heure, le pouvoir politique n’est pas encore parvenu à légiférer. Me basant là-dessus et sur le retard qui existe en ces matières entre la Belgique et nos voisins bataves, je pense qu’une telle évolution chez nous n’est pas pour demain. Notamment parce qu’il est question, dans le cas d’un tel suicide assisté, de l’intervention d’un tiers qui est le médecin et qui devra délivrer les médicaments… Pour autant, c’est une demande fréquente chez les membres de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). Entre le fait d’être d’accord philosophiquement avec cette évolution et le fait de parvenir à élaborer une loi qui respecterait la plus grande autonomie de la personne et qui devrait se situer en dehors de la loi relative à l’euthanasie, il faudra encore sans doute que pas mal d’eau coule sous les ponts.”

* Jacqueline Herremans préside l'Association belge pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD)

Commentaires

  • L'élargissement des lois tant sur l'avortement qu'ici sur l'euthanasie est une priorité pour les loges maçonniques depuis bien longtemps. Le docteur Pierre Simon, ancien grand maître sérénissime de la Grande Loge de France, l'écrivait déjà dans son livre " de la vie avant toute chose, paru en 1979. La raison de cette priorité est simple : pour cet obscure association il faut en terminer avec la vision judéo chrétienne de l'inviolabilité de toute vie humaine individuelle, et donner priorité à la société (que les maçons veulent diriger en sous-main) sur l'individu. L'article 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme est " dépassé " pour eux.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel