Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ces prêtres italiens qui sont allés jusqu'au bout de leur sacerdoce

IMPRIMER

De France Catholique (Guillaume Bonnet) :

Jusqu’au bout du sacerdoce

24 mars 2020

Depuis le début de l’épidémie, soixante-six de prêtres italiens ont été victimes du coronavirus. Bon nombre d’entre eux, âgés ou non, ont contracté la maladie dans l’exercice de leur sacerdoce, au contact des fidèles.

Sur les photos qui ont fleuri sur les réseaux sociaux et dans la presse, c’est un homme au sourire bon et franc qui apparaît, debout, en soutane, éclairé par un soleil joyeux. À 72 ans, d’une santé fragilisée, Don Giuseppe Berardelli a lui aussi été atteint par le Covid-19 comme tant d’habitants de Casnigo, non loin de Bergame, où il exerçait les fonctions d’archiprêtre. Constatant ses difficultés croissantes à s’oxygéner, ses paroissiens se sont cotisés pour l’équiper d’un respirateur artificiel. Malgré sa gratitude, pleinement conscient des conséquences de sa décision, il a néanmoins choisi d’y renoncer pour en céder l’usage à un patient plus jeune, lui aussi gravement atteint, dont il ignorait l’identité. Il s’est éteint peu après, dans la nuit du 15 au 16 mars, dans un hôpital de Lovere, sur les rives du lac d’Iseo. Lors de ses funérailles, les habitants confinés de Casnigo n’ont pu qu’applaudir longuement son cercueil depuis leur balcon, lui rendant ainsi le plus émouvant des hommages. Son geste admirable évoque bien sûr le sacrifice de Saint Maximilien Kolbe qui, en 1941, au camp d’Auschwitz, avait volontairement pris la place d’un jeune père de famille condamné à mort.

Diversité des engagements

Don Giuseppe, qui en restera sans doute l’une des figures les plus marquantes, fait partie des dizaines de prêtres italiens morts depuis le début de l’épidémie en Italie du Nord. Le quotidien Avvenire, d’inspiration catholique en tient le triste registre dans ses colonnes. À la date du 24 mars, on en décomptait déjà soixante-six, âgés de 45 à 104 ans, avec il est vrai une large proportion de septuagénaires et d’octogénaires, auxquels il convient d’ajouter une dizaine de religieux. Dans le seul diocèse de Bergame, le plus touché, la liste comptait ainsi une vingtaine de noms. Curés de paroisse, responsables d’œuvres caritatives ou diocésaines, aumôniers étudiants ou des prisons, missionnaires intellectuels, théologiens… Tous les profils sacerdotaux s’entremêlent dans ces énumérations funèbres qui témoignent de la diversité du sacerdoce.

Dans le diocèse de Plaisance-Bobio, on note même le cas émouvant de deux frères jumeaux de 87 ans, de constitution déjà fortement affaiblie, qui ont succombé à quelques jours d’intervalle : Don Mario et Don Giovanni Boselli. Dans un clergé vieillissant, l’âge est un facteur qui explique la surreprésentation des prêtres parmi les victimes du coronavirus, mais il ne saurait occulter l’engagement au quotidien auprès de tous qui est le lot de la plupart d’entre eux, même des plus chenus, et qui multiplie les risques d’exposition au mal.

Deux évêques, enfin, ont été gravement atteints, Mgr Derio Olivero, du diocèse de Pignerol, et Mgr Antonio Napolioni, de celui de Cremone. En dépit des souffrances qu’elle engendre, cette épidémie reste « une grande opportunité de conversion » a estimé ce dernier, dans une interview rendue possible par l’amélioration de son état de santé.Le pape François, ému par ces chiffres glaçants, a tenu à associer les prêtres défunts aux victimes du Covid-19 enregistrées au sein des professions de santé. « Ces jours-ci, des prêtres, des médecins sont décédés. De nombreuses infirmières sont infectées pour avoir été au service des malades. Je remercie Dieu pour leur exemple d’héroïsme dans le traitement des malades. Prions ensemble pour eux et pour leurs familles » a-t-il indiqué dans une intention de prière diffusée le 24 mars.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel