Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une nouvelle commission sur le diaconat féminin

IMPRIMER

De Vatican News :

Institution d'une nouvelle commission sur le diaconat féminin

Le Pape François l'avait annoncé à la clôture du Synode sur l'Amazonie. Cette nouvelle commission, qui compte 5 femmes dans ses rangs, sera présidée par l'archevêque de L'Aquila, le cardinal Petrocchi.

Lors d'une récente audience accordée au cardinal Luis Ladaria Ferrer, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le Pape François a décidé de créer une nouvelle commission d’étude sur le diaconat féminin. Nommés par le Saint-Père, le cardinal Giuseppe Petrocchi, archevêque de l’Aquila et le père Denis Dupont-Fauville, official de la congrégation susmentionnée en deviennent respectivement le président et le secrétaire.

Voici quels sont les membres de ce nouvel organe : Prof. Catherine Brown Tkacz, Lviv (Ukraine) ; Prof. Dominic Cerrato, Steubenville (États-Unis) ; Prof. Don Santiago del Cura Elena, Burgos (Espagne) ; Prof. Caroline Farey, Shrewsbury (Grande- Bretagne) ; Prof. Barbara Hallensleben, Fribourg (Suisse) ; Prof. Don Manfred Hauke, Lugano (Suisse) ; Prof. James Keating, Omaha (USA) ; Prof. Angelo Lameri, Crema (Italie) ; Prof. Rosalba Manes, Viterbo (Italie) ; Prof. Anne-Marie Pelletier, Paris (France).

À la fin du Synode sur l'Amazonie, le Pape avait annoncé son intention d’instituer une nouvelle commission sur le diaconat féminin «pour continuer à étudier» et «voir comment le diaconat permanent existait dans l'Église primitive».

En 2016, il avait créé une première commission d'étude pour le diaconat des femmes avec pour mission précise d’ «étudier la question», mais le résultat obtenu n’avait été que partiel. François en avait longuement parlé lors d’une rencontre avec l'Union internationale des Supérieurs généraux (UISG) le 10 mai 2019, remettant aux religieux le résultat des travaux de la commission, le définissant comme «un pas en avant», même si petit. 

L'analyse de Jeanne Smits

Commentaires

  • Bis aut ter repetita placent !
    Le pape François tente de remettre le couvert à propos d’une question qui comporte une dimension sensible déjà traitée par:
    - la lettre apostolique « Ordinatio sacerdotalis « (Jean-Paul II, 1994) ;
    - le motu proprio normatif « Ad tuendam Fidem » (Jean-Paul II, 1998) ;
    - une disposition exécutoire « De gravioribus delictis » (Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 18 mai 2001) qui prévoit l’excommunication aussi bien de celle qui tente de recevoir un ordre sacré que de celui qui tente de le conférer à celle-ci.
    Selon ces documents, la question de l'ordination des femmes ne se pose pas simplement sur le plan de la discipline ou de la pastorale, mais fait intervenir des questions théologiques et doctrinales centrées sur la nature même de l'ordination : c’est ce qu’avaient d’ailleurs rappelé, parmi d’autres choses, le pape émérite Benoit XVI et le cardinal Sarah, préfet de la congrégation du culte divin, dans un ouvrage qui a fait grand bruit : « Des profondeurs de nos cœurs », publié chez Favard en janvier 2020.
    Le moment de la relance de cette question est -il bien choisi par le pape François?
    Pour mémoire, le 29 mai 1453 à Constantinople, alors que les forces turques s'apprêtaient à entrer dans la ville, les religieux byzantins étaient occupés à discuter de la question théologique du sexe des anges…

  • Merci pour votre message .....pleinement d'accord avec vous

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel