Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Covid 19 en RDC : une pandémie inévitable ?

IMPRIMER

Lu sur le site « Afrikarabia » sous la signature de Christophe Rigaud :

Congo 67747b83cbf494375b673b06a4ba5c42-1589200055-690x450.jpg«Contrairement à de nombreuses analyses pessimistes, le continent paraît mieux résister à la pandémie que les autres continents. L’Afrique regroupe 17% de la population de la planète, mais ne compte que 1,2 % des cas d’infection au virus. En comparaison, l’Europe, avec 10% de la population mondiale, totalise 44% des cas de contamination. Une situation qui semble se vérifier également en République démocratique du Congo (RDC), immense pays continent de plus de 80 millions d’habitants.

Le scénario du pire

Jeudi 7 mai, la RDC n’avait recensé que 897 cas pour 36 décès, avec pour épicentre du Covid-19, la capitale Kinshasa. Mais ces chiffres sont trompeurs, notamment à cause du faible nombre de tests réalisés par le seul laboratoire d’analyse biologique congolais. L’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) affirmait pouvoir réaliser seulement 250 tests par jour fin avril. Une donnée qui expliquerait les chiffres relativement bas de contamination.

L’étude « le Covid-19 sur le continent africain » publiée dans la revue médicale The Lancet par le Groupe d’étude sur le Congo (GEC), des épidémiologistes de l’Université Yale et de l’Université de Kinshasa (Unikin), a effectué une projection de la pandémie en RDC. Et pour ces chercheurs, la situation sanitaire reste inquiétante. Selon l’étude, « En l’absence de toute mesure, l’épidémie pourrait infecter des millions de personnes et potentiellement en tuer des centaines de milliers d’autres, majoritairement des personnes âgées ». Des conclusions qui se placent « dans le cas où le pire des scénarios se réalisait » précisent tout de même les chercheurs.

« L’épidémie n’épargnera pas la RDC »

Des mesures drastiques et rapides ont tout de même été prises par les autorités congolaises : « confinement partiel de la capitale, suspension des voyages, fermeture des écoles et interdiction des rassemblements publics ». Mais ces restrictions sont difficilement tenables dans un pays à faible revenu et dont « plus de 80% des citations travaillent dans le secteur informel et la majorité de la population rurale vit de l’agriculture de subsistance ». Difficile de nourrir sa famille en restant confiné chez soi, et sans travailler. Sur les réseaux sociaux, des Congolais se demandaient s’ils n’allaient pas « mourir de faim plutôt que du Covid-19 ».

Pour les auteurs de l’étude « le Covid-19 sur le continent africain », il n’y a pourtant « aucune raison de croire que l’épidémie épargnera la RDC ». En cas d’absence de mesures sanitaires fortes, « le modèle utilisé dans l’étude prévoit que le virus pourrait se propager dans une grande partie de la population congolaise, et que près de 320.000 personnes pourraient en mourir. À titre comparatif, environ 46.000 personnes meurent chaque année du paludisme, la principale cause de décès dans le pays. »

Des facteurs aggravants

Les chercheurs estiment qu’en fonction de la démographie du Congo, « les jeunes seront les principaux vecteurs de la maladie », mais ce sont les personnes âgées « qui en pâtiront le plus ». L’étude montre que 56% des infections devraient concerner la tranche d’âge comprise entre 0 à 20 ans, alors que 55 % des décès concerneraient les personnes âgées de 65 ans et plus. Cette propagation du Covid-19 par les jeunes devrait la rendre plus difficile à endiguer. Les jeunes congolais ont en effet beaucoup plus de contacts sociaux par jour que les personnes âgées, 24 en moyenne contre 2 pour les plus de 65 ans.

Certains facteurs pourraient également aggraver la pandémie.  En République démocratique du Congo, « l’incidence du diabète est beaucoup plus faible (4,3 %) qu’aux États-Unis (10,5 %), mais le pays enregistre des niveaux de malnutrition nettement plus élevés, 43 % des enfants congolais souffrent de malnutrition chronique » prévient l’étude. Autre source d’inquiétude : la tuberculose, qui pourrait « exacerber » la propagation de la maladie, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les Nations unies ont, quant à elles, averti que le Covid-19 pourrait faire chuter les niveaux d’immunisation et entraîner le risque d’épidémies de rougeole et de polio.

La propagation du covid-19 est« inévitable »

Ces prévisions pessimistes ne tiennent pas compte des disparités de densité de population, entre des zones ultra-denses comme Kinshasa, Lubumbashi et Goma, et des zones rurales où vivent 57% des Congolais.

Il est évident que la maladie « se propagera à des vitesses différentes » soulignent l’étude. Mais les chercheurs veulent avant tout avertir les autorités congolaises de santé publique que la propagation du Covid-19 est « inévitable » en RDC. « Il ne s’agit pas ici de produire des prévisions précises sur le nombre de décès ou la durée d’une maladie » admettent les auteurs de l’étude, mais sans doute de prévoir le pire et « de prendre des mesures urgentes pour protéger les plus vulnérables, à savoir les personnes âgées et celles souffrant de comorbidités ».

Ref. Covid 19 en RDC : une pandémie inévitable ?

La « Libre Afrique » du 11 mai signale qu’au total « selon l’équipe de riposte contre le coronavirus en RDC, 1.024 cas confirmés de la Covid-19 ont été enregistrés depuis l’apparition du premier cas en RDC, le 10 mars dernier. Trente-quatre nouveaux cas de la maladie ont été détectés, dont 32 dans la capitale, Kinshasa, une mégalopole d’au moins une dizaine de millions d’habitants, un à Goma, le chef-lieu de la province du Nord-Kivu (est) et un autre à Bukavu, dans la province voisine du sud-Kivu, précise le bulletin quotidien publié dimanche soir. Kinshasa reste l’épicentre de la pandémie, avec 938 cas confirmés. Les zones de santé les plus touchées sont Kokolo (188), Binza Ozone (113), Gombe (99), Limete (73) et Binza Méteo (55) ». En chiffres absolus, et a fortiori relatifs, l’ancien Congo belge est loin, jusqu’ici, de la pandémie violente affectant son ancienne « mère-patrie »…

JPSC

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel