Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Philip et la petite chapelle de la Vierge : une belle histoire en temps de confinement

IMPRIMER

De Christof Bouweraerts sur Kerknet :

"Nous voyons maintenant des choses que nous ne verrions pas autrement."

21 MAI 2020

Philip Beetles de Saint-Trond prévoit de restaurer une chapelle de Marie après la crise du coronavirus

Le bonheur réside souvent dans de petites choses que nous n'apprécions vraiment que lorsque le cours habituel de notre vie est interrompu. C'est également ce qui est arrivé à Philip Kevers (62 ans) de Saint-Trond lors de la crise du coronavirus. Lors de ses promenades dans sa propre région, il a soudain remarqué une chapelle sur la route. "Je n'y avais jamais prêté attention auparavant", dit-il. "Maintenant, je m'y arrête à chaque fois et je m'assois sur le banc attenant. Ensuite, par exemple, je réfléchis à ce que nous vivons actuellement. C'est ainsi que deux de ses bons amis ont été touchés par le virus au début de la crise".

Cependant, lors de ses visites à la petite chapelle, Philip Beetles a constaté qu'elle était dans un état de délabrement avancé. "Rien dans cette chapelle n'est resté intact", a-t-il dit. "La statue de la Vierge est également brisée. Cela me dérange et j'ai finalement décidé de restaurer la chapelle après la crise. C'est peut-être un peu audacieux de ma part, mais au début, je l'ai fait comme une promesse au cas où mes deux amis guériraient. D'accord, je vais m'occuper de la chapelle de toute façon, tu sais."

"Je sens que je dois le faire, même si je ne peux pas expliquer pourquoi".
Lorsque Philip Beetles a annoncé ce projet à son gendre, celui-ci a immédiatement proposé son aide. "Par coïncidence, en tant que fonctionnaire de la municipalité de Gingelom, il s'occupe précisément de la restauration des chapelles", explique Beetles. "Il sait donc comment cela fonctionne et a déjà jeté un coup d'œil. C'est ainsi qu'on voit comment les choses se présentent, hein".

Cependant, Philip Beetles n'est pas un pilier d'église. "Mais ma femme et moi avons tous deux reçu une solide éducation catholique à la maison", dit-il. "En 2003, nous avons perdu notre fils Michiel à cause d'un cancer et c'est pour cela que j'ai perdu tout cela. Non pas que je n'aille jamais à la messe, mais je ne vais pas régulièrement à l'église".

Pourtant, le respect et la fermeté de la foi demeurent. "C'est ainsi que ma femme et moi aimons visiter les églises lors de nos voyages", explique Philip Beetles. "Je ne passerais devant un tronc d'offrandes sans brûler une bougie. Parfois, je me dis : "Cette fois-ci, je ne vais pas le faire. Et pourtant, je continue à revenir sur mes pas et je le fais toujours. C'est au fond de moi."

"Même lorsque Michiel était à l'hôpital à Louvain, je me rendais parfois à Scherpenheuvel" (Montaigu, lieu de pèlerinage à la Vierge ndB), poursuit Kevers. "Inconsciemment, en tant qu'être humain, vous cherchez toujours quelque chose à quoi vous raccrocher. Je vais aussi au cimetière chaque semaine et je lui parle, même quand je suis préoccupé par quelque chose. Presque chaque semaine, je rêve de lui, de façon très évocatrice".

"Pour moi, il n'est pas vraiment mort, mais il reste très présent. Peut-être que cela a quelque chose à voir avec la foi".
Entre-temps, plusieurs personnes ont réagi positivement à l'intention de Philip de s'occuper de la chapelle de la Vierge Marie. "Bien que je ne me laisse pas influencer par ce que les autres pensent", dit Philip Beetles. "Je me sens bien et je ne reviendrai pas sur cette décision. Même si nous devons attendre que la situation se normalise avant de commencer. La petite chapelle est dans cet état depuis si longtemps maintenant, alors dans un mois, ou plus ou moins, on ne s'arrêtra pas à ça".

"En attendant, au fait, je dois trouver à qui appartient cette chapelle. Elle est sur le bord de la route, mais elle appartient à une ferme, dont je connais bien le propriétaire. J'ai également de bons contacts avec la paroisse. Je n'ai donc aucun doute que je serai autorisé à faire cette restauration. Peut-être même que j'obtiendrai un soutien supplémentaire".

"Nous voyons maintenant des choses que nous ne verrions pas autrement."

‘We zien nu dingen die we anders niet zien’

Pendant ses promenades, Philip Beetles s'arrête maintenant régulièrement à une chapelle de la piste qu'il n'avait jamais remarquée auparavant. © Philip Beetles

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Commentaires

  • Voilà la foi des humbles qui porte loin et longtemps à travers les générations.....loin des discours et des revendications...
    Béni soit ce Monsieur pour son initiative...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel