Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chine : tous les moyens sont bons pour contraindre les récalcitrants à rejoindre l'Eglise patriotique

IMPRIMER

De AN XIN sur le site "Bitter Winter" :

Les maisons de retraite catholiques attaquées et fermées

29/05/2020

Le PCC utilise tous les moyens pour forcer les objecteurs de conscience catholiques à rejoindre l'Église patriotique, y compris la fermeture des organisations caritatives.

Le diocèse de Mindong, dans la province du Fujian, au sud-est du pays, a été sévèrement persécuté par le PCC parce que la plupart de ses prêtres n'ont pas rejoint l'Association catholique patriotique chinoise (APCC). Les directives du Vatican, publiées en 2019 neuf mois après la signature de l'accord entre le Saint-Siège et la Chine en 2018, prévoient que les prêtres et les évêques de ce qui était connu comme l'Église catholique clandestine sont libres de ne pas rejoindre l'APCC pour des raisons de conscience. Malgré cela, le régime communiste utilise tous les moyens possibles pour forcer tous les catholiques sous son contrôle.

En janvier, cinq paroisses du diocèse ont été fermées. Pour les inciter à rejoindre l'Église patriotique, les prêtres ont été maintenus sous pression pendant plus d'un an, subissant des formes d'endoctrinement, d'intimidation et de tentatives de corruption. Les organisations caritatives créées et gérées par les paroisses ont également été visées. L'une d'entre elles est la "Benevolence Home", une maison de retraite pour personnes âgées fondée il y a plus de vingt ans par une église catholique à Saiqi, un village de la région métropolitaine de Fuan, dans le Fujian.

Le 12 janvier, près de 50 fonctionnaires du gouvernement local et officiers de police ont fait une descente dans l'établissement où étaient logées plus de 30 personnes, dont certaines étaient handicapées ou démunies.

La casa di cura fondata dalla chiesa di Saiqi
La maison de retraite fondée par l'église de Saiqi a été fermée.

Un croyant a dit à Bitter Winter que le personnel du gouvernement avait coupé l'eau et l'électricité, puis avait fermé l'installation parce que "les mesures de prévention des incendies auraient été insuffisantes". Les invités étaient forcés de quitter le bâtiment, beaucoup pleuraient, d'autres suppliaient de rester car ils n'avaient nulle part ailleurs où aller. Les fonctionnaires les ont simplement ignorés, disant qu'ils devaient résoudre leurs propres problèmes. Trois anciens avaient réussi à se cacher dans l'église, mais bientôt les officiers les ont découverts et les ont traînés dehors en les dépouillant de leurs couvertures et de leurs vêtements.

Un invité de 68 ans de l'établissement se souvient : "Les agents étaient très agressifs et j'ai eu si peur que je me suis évanoui. La vie spirituelle est tout pour moi. Je n'ai pas de famille et je suis heureux de vivre dans la maison de retraite de l'église où je peux assister à la messe. Être mis à la porte, c'est comme mourir !".

Une femme de 90 ans a déclaré avec colère : "Le parti communiste est le diable".

Un fidèle de plus de quatre-vingts ans a raconté que pendant la descente, des officiers ont dit aux invités que la maison de retraite était fermée pour pousser les prêtres de la paroisse à rejoindre l'APCC. L'un d'entre eux, Fr Huang, a été persécuté à plusieurs reprises pour ne pas avoir accepté le contrôle du PCC. Les fidèles ont ajouté : "Ils voulaient que nous le persuadions de signer la demande d'adhésion à l'APCC. Si nous l'avions fait, nous aurions pu rester dans la maison de retraite, mais notre foi aurait alors été contrôlée par le parti communiste. Ce ne serait plus du catholicisme".

Le 2 avril, Don Huang a été emmené par la police et torturé avec privation de sommeil. Au bout de quatre jours, épuisé et épuisé mentalement, il a accepté de rejoindre l'APCC.

Le 1er janvier, la police a effectué une descente dans une maison de retraite gérée par des objecteurs de conscience catholiques à Fuzhou, une préfecture de la province du Jiangxi, dans le sud-est du pays. Six fonctionnaires du gouvernement local et des officiers de police ont fouillé les lieux et saisi 30 publications religieuses, une croix et d'autres symboles religieux et peintures. Ils ont également fait pression sur le prêtre pour qu'il signe une demande d'adhésion à l'APCC, mais il a refusé.

Tutti i simboli e i dipinti religiosi
Tous les symboles religieux et les peintures ont été retirés de la maison de retraite.

La persécution n'épargne même pas les maisons de retraite fondées par les églises catholiques contrôlées par le PCC. Depuis plus de vingt ans, les catholiques des églises d'État de Xian, un comté administré par la ville de Cangzhou dans le nord de la province du Hebei, gèrent le "Lude Elderly Service Center", qui a été enregistré en 2013 comme organisme d'aide sociale autorisé par l'État.

Le 8 octobre, trois fonctionnaires ont visité la maison de retraite et ont déclaré qu'elle était "trop religieuse". Ils ont ajouté que les maisons de retraite ne sont pas autorisées à porter des symboles religieux tels que des croix ou à permettre aux résidents de pratiquer leur foi.

Un murale religioso raffigurante Gesù
Une peinture murale religieuse représentant Jésus a été recouverte d'un paysage

Selon un rapport de témoin oculaire, les fonctionnaires ont ordonné à certains travailleurs d'enlever du pavillon à l'entrée de la maison de retraite la croix et une statue de Saint Joseph tenant l'enfant Jésus dans ses bras et de couvrir ou d'enlever les autres sculptures religieuses.

La statua di san Giuseppe
La statue de Saint-Joseph tenant l'enfant Jésus a été enlevée.

L'enseigne du bâtiment "Formation des jeunes en cent jours" située dans les espaces de la maison de retraite a été divisée et une composition d'art religieux avec Jésus sous les traits du "Bon Pasteur" a été recouverte, ne laissant apparaître que les trois moutons.

Formazione giovanile in cento giorni
L'enseigne du bâtiment "Formation des jeunes en cent jours" et la statue de Jésus ont été recouvertes

Le témoin oculaire a ajouté : "Le régime veut nous empêcher de pratiquer notre foi, mais ne peut pas contrôler nos cœurs là où le Seigneur vit.

Nella caffetteria della struttura
Dans la cafétéria de la structure, une peinture murale, intitulée "Cinq pains et deux poissons", a été remplacée par un tableau représentant un paysage

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel