Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le racisme serait-il l’ADN de la nation américaine ?

IMPRIMER

De la revue de presse de l'Homme Nouveau :

Que se passe-t-il aux États-Unis ? Laure Mandeville, qui connaît bien ce pays, montre dans le Figaro (5 juin) qu’au sein même de la communauté noire un refus est en train de naître devant l’affirmation que le racisme serait l’ADN de cette nation depuis les origines :

Une rébellion intellectuelle baptisée « 1776 », est en train de se lever au sein de la communauté noire d’Amérique contre les obsessions raciales de la gauche et sa volonté de relier toute l’histoire du pays à l’héritage de l’esclavage. Finira-t-elle par se traduire par une fragmentation du vote noir, au profit des républicains, processus qui serait une révolution politique ? La question reste sujette à caution vu le contexte de l’affaire Floyd, qui semble pour l’instant enflammer les théoriciens du « racisme systémique ». Mais le phénomène, très nouveau, n’en est pas moins intéressant. « 1776 » a été lancé dans l’indifférence générale de la presse généraliste au Press Club de Washington en janvier, par une cinquantaine d’intellectuels essentiellement afro-américains (à 60 %), emmenés par Bob Woodson, personnalité chrétienne et conservatrice respectée de la communauté noire, qui aide la jeunesse à sortir du cercle vicieux des ghettos. Le but de « 1776 » est de faire barrage au « projet 1619 », lancé au mois d’août 2019 à l’initiative du New York Times et couronné par le Pulitzer, qui a entrepris de mener une relecture radicale de l’histoire des États-Unis, en prenant pour postulat l’idée que l’arrivée d’un bateau chargé d’une vingtaine d’esclaves sur les côtes de la Virginie le 14 août 1619, aurait été « le véritable acte de naissance de l’Amérique » - pas la révolution américaine de 1776. Bref, l’esclavage serait plus que « le péché originel » du pays, il serait son « origine », a écrit le rédacteur en chef du New York Times Magazine Jake Silverstein. (…) Une vision incroyablement tendancieuse de l’histoire que « 1776 » entend contester, en rassemblant sa propre équipe d’historiens. « L’idée que l’esclavage serait dans notre ADN est l’une des idées les plus diaboliques et autodestructrices que j’ai jamais entendues», a noté Bob Woodson, accusant les organisateurs de « 1619 » et la gauche intellectuelle identitariste, « d’utiliser la souffrance de l’Amérique noire pour définir l’Amérique comme une organisation criminelle ». (…) Sur son blog du New York Times, les reportages audio sont bien faits, parfois émouvants. Mais les prémisses idéologiques du projet n’en apparaissent pas moins sujettes à controverse, comme l’ont souligné des historiens de renom, s’étonnant que le New York Times ait prêté sa légitimité à une entreprise qui semble faire plus œuvre d’idéologie que de vérité historique. « J’ai lu le premier essai de Nikole Hannah-Jones, qui allègue que la révolution s’est tenue en premier lieu à cause du désir des Américains de garder leurs esclaves… Je n’en croyais pas mes yeux », a réagi le grand historien de la révolution américaine Gordon Wood.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel