Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Christian lives matter ! Quand deux chrétiens sont sauvagement massacrés par la police indienne

IMPRIMER

De Vatican News :

Inde: deux chrétiens sauvagement tués par la police

Deux chrétiens de confession protestante, un père et son fils, ont été arrêtés par la police du Tamil Nadu (sud) et tués au cours de leur détention. La conférence épiscopale indienne a fermement réagi à ce meurtre barbare, condamnant une «brutalité totalement inacceptable».

Les faits remontent au 19 juin et se sont produits dans le district de Thoothukud: Jayaraj (52 ans) et son fils J.Phenix (31 ans) sont conduits au poste de police pour avoir maintenu leur magasin ouvert au-delà de l’horaire autorisé par les mesures de confinement en vigueur dans l’État indien. Là, les deux hommes sont torturés et violés par plusieurs policiers ; selon le témoignage de leur famille, ils ne seront emmenés que trois jours plus tard à l’hôpital où ils décéderont quelques heures après.

La Haute Cour du Tamil Nadu a ouvert une enquête, tandis que les officiers de police impliqués ont été suspendus. Ce meurtre effroyable a déclenché une vague de protestations indignées dans tout le pays; l’Église catholique s’y est associée par la voix du cardinal Oswald Gracias, président de la conférence épiscopale. «Une telle violence de la part de ceux qui devraient défendre les citoyens est inacceptable», a-t-il asséné, demandant que les coupables soient punis.

La police régulièrement mise en cause pour des faits de violences

L'affaire, qui rappelle le meurtre de George Floyd par un policier blanc aux États-Unis, est suivie par le père jésuite Sahaya Philomin Raj. Ce jésuite, également avocat, met en cause la responsabilité du magistrat ayant confirmé l’arrestation, mais aussi celle du médecin de garde et des autorités pénitentiaires: «il semble que le magistrat n'ait pas pris la peine de voir les victimes ou de s'enquérir de leur état avant de les envoyer en prison», a-t-il déclaré à l’agence Ucanews. «Lorsqu'une personne est emprisonnée, les autorités pénitentiaires sont obligées de faire subir un examen médical aux prisonniers. Cela n'a pas été fait correctement et ils ont été gardés dans leurs cellules au lieu d'être envoyés à l'hôpital», précise-t-il encore. Entretemps, le Premier ministre du Tamil Nadu a accepté de remettre l'affaire au Bureau fédéral d'enquête.

Plusieurs organisations chrétiennes et de défense des droits de l'homme ont demandé une enquête indépendante sur cette affaire et une réforme de la police. Parmi eux, la All India Catholic Union (Aicu), l'Indian Catholic Action et le Movement of Christian Women of India (Icwm). Selon l’Aicu, l'affaire n'est que la dernière d'une longue série de violences et d'atrocités commises par la police indienne et qui se sont multipliées au cours de l’urgence liée au Covid-19. L'Icwm, un réseau de femmes chrétiennes de diverses confessions, a demandé au ministre fédéral de l'intérieur Amit Shah et au Premier ministre du Tamil Nadu un procès équitable et une punition exemplaire pour les auteurs de ce crime.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel