Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les chrétiens assyriens et yazidis du nord de l'Irak victimes de frappes aériennes turques

IMPRIMER

De Uzay Bulut (Gatestone Institute) sur le site de l'AINA (Assyrian International News Agency) :

L'Irak : Les frappes aériennes turques dans le nord de l'Irak terrorisent les Assyriens et les Yazidis

28 juin 2020

Le 17 juin, le ministère turc de la défense a annoncé que le pays avait "lancé une opération militaire contre le PKK" (Parti des travailleurs du Kurdistan) dans le nord de l'Irak après avoir mené une série de frappes aériennes. La Turquie a baptisé ses attaques "Opération Claw-Eagle" et "Opération Claw-Tiger", a rapporté l'Agence Anadolu financée par le gouvernement turc.

Les communautés chrétiennes yazidi et assyriennes de la région avaient déjà été terrorisées lorsqu'elles ont été visées par une attaque génocidaire de l'État islamique (ISIS) à partir de 2014.

Les indigènes yazidis et assyriens de la région ont exprimé leur condamnation de ces attentats.

Le 16 juin, la Fondation Free Yezidi (FYF) a publié une déclaration, dans laquelle elle "condamne dans les termes les plus forts les frappes aériennes turques menées à Sinjar, en Irak".

"En 2014, les terroristes de Daesh (ISIS) ont balayé de vastes zones en Syrie et en Irak, commettant un génocide contre la communauté minoritaire ethno-religieuse Yezidi à Sinjar. Les Yezidis ont été déplacés depuis cette date et commencent lentement à retourner dans leurs régions d'origine. Ces frappes aériennes, en violation de la souveraineté irakienne, augmentent le risque pour les civils yezidis et compromettent le retour volontaire et en toute sécurité d'une population minoritaire fragile et gravement traumatisée...
"Maintenant, les récentes frappes aériennes menées par la Turquie ont non seulement mis en danger la vie des Yezidis à Sinjar, mais ont également assombri la perspective du retour des civils dans leurs régions d'origine. Cela rend encore plus difficile la vie des plus de 300 000 Yézidis déplacés qui vivent dans des conditions sinistres dans des camps de personnes déplacées".

Yazda, une organisation multinationale Yazidi créée à la suite du génocide Yazidi en 2014, a également exprimé son opposition au bombardement des montagnes du Sinjar par la Turquie. Saad Murad, le directeur des médias et des relations de Yazda, a déclaré à Gatestone :

"Les attaques turques sur Sinjar contrent et inhibent directement l'objectif politique déclaré de l'administration américaine de soutenir le retour et la reconstruction. Elles entravent également le travail humanitaire en général et rendent les ONG plus réticentes à mettre en œuvre des projets dans la région de Sinjar. De telles actions prolongent l'instabilité qui contribuera à l'exacerbation de l'émigration massive vers les pays occidentaux".
Les bombardements mettent également en danger la sécurité des Assyriens chrétiens, peuple indigène d'Irak, qui ont été pris pour cible aux côtés des Yazidis pour un génocide par l'ISIS à partir de 2014. L'Irak est considéré comme le cœur de la patrie assyrienne.

Le 20 juin, Athra Kado, un défenseur des droits des Assyriens et résident de la ville d'Alqosh en Irak, a déclaré à Gatestone qu'une vidéo d'un attentat à la bombe turc dans la ville assyrienne de Bersiveh avait été publiée sur les médias sociaux.

"Comme toujours, notre peuple est coincé au milieu des combats incessants des autres. Le PKK transforme nos zones en leurs positions et utilise les civils assyriens comme boucliers humains. La Turquie ne se soucie pas de cela et continue à bombarder. Malgré le droit international, de tels combats ont lieu, mais l'Irak et le gouvernement régional du Kurdistan (KRG) n'en disent pas un mot. Il semble qu'il n'y ait rien d'autre à faire que d'évacuer les gens de leurs anciennes terres. Le 20 juin, ils ont même bombardé l'endroit sûr où les autres villageois pouvaient se rendre".
"Personne n'a été tué dans le bombardement de Bersiveh, il semble donc que l'attaque visait à horrifier les gens", a ajouté M. Kado.

"De plus, dans la vallée de Nahla, les villageois sont déjà désespérés par la situation, et c'est devenu un problème qui met leur vie en danger. Ils me l'ont dit quand j'étais là-bas il y a quelques semaines : Quand nous voyons ou entendons un drone passer, nous savons que demain il y aura des bombardements, ils pourraient frapper notre village, notre maison, ou loin de nous ; nous ne savons tout simplement pas où. C'est le traumatisme avec lequel ils sont obligés de vivre".
Younan Youkhanna, un journaliste assyrien basé dans le nord de l'Irak, se trouve actuellement dans le village assyrien de Challik qui a été touché par les bombardements turcs.

Nous avons été informés par les forces turques que "nous bombarderons quand nous le voudrons", a-t-il déclaré à Gatestone.

"Comment pouvons-nous vivre dans une telle situation ? Et ce n'est pas seulement un jour ou deux ; les bombardements se produisent très souvent. Les combattants du PKK passent la frontière irako-turque pour venir ici, et leurs combats affectent terriblement les gens d'ici, mais le gouvernement irakien reste silencieux sur cette situation. Nous, les Assyriens, ne voulons pas du tout faire partie du violent conflit turco-kurde. Nous avons donc été le groupe le plus touché par tout cela".
Youkhanna a ajouté que leurs moyens de subsistance ont également été affectés par les combats en cours entre Turcs et Kurdes.

"Dans beaucoup de villages de cette région appelée Barwar, les gens avaient des moutons, et ils avaient l'habitude de les nourrir dans les montagnes, mais actuellement, ils ne peuvent pas le faire à cause des combats. Les villages de Sharanesh et de Dashtatakh ont été vidés à de nombreuses reprises car ils sont souvent bombardés presque tous les mois. Dans la région de Barwar, l'existence de notre peuple dans tous les villages du sous-district de Kani Maseh/Ainnoneh est en danger permanent. Notre peuple ne peut plus vivre dans ces villages.
"Il y a des conflits militaires continus dans la région et nous, Assyriens, sommes les principales victimes de ces forces violentes qui luttent pour l'expansion territoriale au mépris des droits des indigènes de la région. Mais personne ne semble se soucier de nos luttes ou ne veut nous aider".

Uzay Bulut, journaliste turc, est un membre éminent de l'Institut Gatestone.

A signaler également :

@YakoElish
L’incursion brutale de l’armée turque dans Sharanesh, Batoufa et Kani Massé, du nord de l’Irak, provoque l’exode de 2500 familles #chrétiennes terrifiées, avec la fermeture de 22 églises. Un changement démographique s'organise pour islamiser cette région. #ChretiensdOrient
Image

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel